Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Un jour comme les autres - Paul Colize

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

25 #AvisPolar
12 enquêteurs
l'ont vu/lu
2 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Emily vit seule en Italie où elle passe ses journées à trouver le mot juste – elle est traductrice littéraire de métier – et à faire parler les chiffres qu’elle affectionne. Mais surtout, elle passe ses journées à attendre.
614 jours qu’elle attend. Presque deux années à se repasser en boucle la dernière journée d’Éric.
En apparence un jour comme les autres. À essayer de comprendre. À ne pas pouvoir faire son deuil. Alain est reporter d’investigation au Soir, en Belgique. Il passe ses journées à enquêter, creuser, recouper les informations. Éric, il l’a connu. Suffisamment pour s’intéresser à sa disparition.
Et encore plus quand il réapparaît...

Vos #AvisPolar

  • clothildePL 7 mars 2019
    Un jour comme les autres - Paul Colize

    Une bien jolie découverte d’un auteur que je ne connaissais pas.
    Une quatrième de couverture qui m’a directement conquise.
    C’est l’histoire d’une disparition, celle d’Eric Deguide. Nous n’en savons pas plus au début du roman. Nous suivons alors le désarroi d’Emily, sa compagne, qui ne comprend pas cette disparition et qui attend son retour. Elle cherche désespérément de l’aide, et c’est ce qu’elle va trouver grâce à Michel Lambert qui tient un forum de discussion sur des disparitions inquiétantes. Dès lors plusieurs affaires vont se lier et la simple disparition d’un homme qui aurait tout quitté pour vivre à l’étranger prend une tournure plus macabre.
    Les chapitres sont courts et défilent à toute vitesse. Nous pouvons alors rencontrer de multiples personnages, tous important dans cette histoire. Deux journalistes vont alors s’interresser à l’affaire. Ils vont alors fouiller dans l’entourage du disparu, analyser minutieusement le rapport de Police... Tout cela va les mener dans une sombre histoire. Chaque personnage devient alors suspect, et nous suivons notre journaliste Fred à travers l’Italie et la Belgique pour éclaircir l’affaire. Comme quoi, les journalistes d’investigation, dans cette affaire, sont bien plus compétent pour dénouer le vrai du faux que les enquêteurs.
    Le suspense tient tout au long du livre jusqu’au dénouement. Je n’avais pas anticipé la fin, même si je m’attendais à un final plus spectaculaire. Je pense que c’est mon défaut, lorsque j’enchaîne les polars, je m’attends toujours au bouquet final de plus en plus fou. Mais je suis ravie de ma lecture et je le conseille à tous.

  • dominolu 7 mars 2019
    Un jour comme les autres - Paul Colize

    Je connaissais déjà Paul Colize, j’avais adoré Back up et je n’ai pas été déçue par ce nouvel opus.
    Une enquête journalistique qui nous entraine à la recherche de Eric Deguide qui a disparu un bon matin sans laisser de traces deux ans plus tôt...
    Emily sa compagne ne croit pas à une disparition volontaire mais petit à petit le doute s’installe, connaissait elle bien son compagnon ?
    Tout au long du livre nous allons suivre la plus infime trace de ce professeur de droit international en compagnie d’une équipe de journalistes d’investigations qui eux non plus ne veulent pas lâcher l’affaire et remontent tous les indices jusqu’au dénouement.
    Un très bon polar qui se dévore avec plaisir, je l’ai avalé en un weekend, les personnages sont extrêmement attachants et le style de Mr Colize toujours aussi précis, bref aucune hésitation

  • piou1974 7 mars 2019
    Un jour comme les autres - Paul Colize

    Ce roman en quatre parties à l’instar des 4 actes d’un opéra, véritable fil rouge de l’ouvrage, met en scène Emily, dernière compagne d’Eric DEGUIDE disparu un jour comme un autre après avoir quitté son domicile un matin pour se rendre à son travail. Il nous plonge au cœur des émotions de cette narratrice qui n’abandonnera jamais son combat jusqu’à ce que la vérité éclate.

    Le lecteur suivra également Frédéric, journaliste d’investigation double masculin d’Emily, qui tentera de percer le mystère de cette disparition inquiétante et relancera l’enquête restée au point mort.

    Construit comme un puzzle où chaque chapitre s’agrège pour mener à la vérité, le lecteur est happé par ces partitions qui s’entremêlent en distillant indices, fausses pistes, silences et suspense. On tremblera pour certains personnages ; on vibrera au moment des révélations finales.
    Même si le rythme reste un peu lent et l’intrigue assez basique, la lecture est aisée et le suspense est bien entretenu pour une fin poignante. J’ai apprécié la psychologie très soignée quasi chirurgicale des personnages principaux et secondaires. C’est très rare chez les auteurs qui généralement s’attardent plus les rebondissements du scénario que sur le vécu de leurs personnages.

    Un livre à dévorer sans modération qui vous donnera envie d’en découvrir un peu plus sur l’œuvre de Paul Colize

  • julien6983 7 mars 2019
    Un jour comme les autres - Paul Colize

    J’ai découvert Paul Colize avec ce roman 《un jour comme les autres 》, curieux de ce que peut nous offrir cet écrivain.
    Le roman nous plonge d’emblée dans la vie d’Emily qui n’a plus aucune nouvelle de son compagnon Éric qui s’en est allé un matin. Elle compte bien découvrir ce qu’il lui est arrivé. 
    Paul Colize arrive à nous faire emmener au plus profond de la psychologie des différents protagonistes. C’est bien simple, on a l’impression de déjà les avoir croisés.
    Au fil des pages, j’ai eu l’impression de voir un film, tout s’enchaîne et s’imbrique a la perfection, un roman cinématographique. 
    L’histoire est bien construite et nous mène de la Belgique a l’Italie, plus vous lisez, plus vous voulez connaître le dénouement. 
    Les personnages nous paraissent si réels ! Cette Emily qui cherche à tout prix retrouver son compagnon, Frédéric, ce journaliste qui parfois nous mets les nerfs en pelotes. 
    Alors certes, ce n’est pas un polar dans lequel les retournements s’enchaînent à une vitesse folle, mais l’auteur arrive peu à peu à imposer son rythme. Un rythme qui permet de s’attacher aux personnages, a leur psychologie, aux décors si bien décrits, sans parfois bien savoir où il veut nous mener.
    A noter ma référence à l’opéra, véritable fil rouge de ce roman, aussi bien dans l’histoire en elle même que dans la construction des chapitres.
    Une bien belle découverte, je ne manquerai pas de revenir sur les précédents ouvrages de cet auteur qui a réussit à me transporter.
    A recommander sans hésiter.

  • Indra 7 mars 2019
    Un jour comme les autres - Paul Colize

    - Vous croyez en Dieu ?
    - Ça change quelque chose ?
    - Pas pour moi. Pour Dieu, je ne peux pas me prononcer.

    Paul Colize m’a convaincue ! Pour être tout à fait honnête, il m’a convaincue en moins de 10 pages...
    Quant à la suite, je l’ai dévorée comme si j’avais été privée de lecture depuis trois mois.
    Un jour comme les autres a de la cadence ! Des chapitres courts, au point de vue alterné entre les différents protagonistes, des dialogues vifs, des personnages efficaces, une intrigue bien ficelée. J’ai toujours trouvé fantastique ces auteurs qui arrivent à créer un vrai page-turner sans en faire des caisses, sans exagérer... En restant au plus près de la réalité, en somme. Paul Colize réussit ce coup là à la perfection et il n’en faut pas plus pour être rapidement happé par l’intrigue, sur les traces d’Eric Deguide, journaliste connu pour sa témérité et son entêtement, dont la disparition quasi inexpliquée n’a pas encore été résolue.
    Bien sûr, il n’y a pas qu’une simple intrigue dans Un jour comme les autres, il y a aussi le portrait d’une presse qui se démène pour faire éclater la vérité, de journalistes passionnés, ayant foi en ce qu’ils font... en dépit des dangers.
    On se souviendra aussi des personnages, entre présence forte et psychologie fine. (Petit coup de cœur personnel pour Fred et Camille.) A l’aide d’éléments qui semblent à la fois anodins et/ou insignifiants (la numérologie, le chant, les scènes de la vie intime...), l’auteur fait du lecteur un réel ’spectateur’ des événements... Et on prendra également un vif plaisir à chaque dialogue !
    Seul bémol à l’ensemble, de mon point de vue : les lettres de Massimo.

  • L’atelier de Litote 7 mars 2019
    Un jour comme les autres - Paul Colize

    Rien de tel que différents point de vue sur une affaire de disparition pour faire monter au sommet mon imagination fertile ? Je suis restée en admiration du procédée narratif qu’à choisi l’auteur pour nous mettre en présence de tous les personnages qui ont côtoyé Eric avant que celui-ci ne disparaisse. Le sujet concernant la disparition de personne fait souvent la une de l’actualité et laisse les proches dans une attente et un désarroi très bien retranscrit ici. Professeur d’université, apprécié par ses collègues et ses étudiants, nous allons au fil de chapitres courts et intense faire la connaissance de sa dernière compagne Emily qui n’arrive pas à se résoudre à le croire disparu, elle n’est pas la seule deux journalistes se lancent sur la piste en une enquête vibrante. D’autres personnages apparaissent qui donnent une vision du personnage, une vision telle une pièce de puzzle, la leur. La liste des personnages que l’on trouve en début de livre m’a été bien utile pour me repérer plus facilement. Peu à peu l’intrigue se dévoile et les liens se mettent en place, la compréhension aussi et là c’est jubilatoire. J’ai apprécié le côté enquête journalistique qui nous change des enquêtes policières. J’avoue avoir plus apprécié tout ce qui entoure cette disparition que le dénouement. J’ai trouvé le début de l’intrigue un peu lente à se mettre en place mais une fois cela fait, c’était comme sur du velours. Il faut dire que la personnalité des deux journalistes donne envie de voir comment ils vont s’y prendre pour avancer dans leur recherche. J’ai aimé voir la collaboration entre Alain et Fred, le côté pygmalion qui était prégnant. J’ai eu plus de mal avec le personnage d’Emily qui m’a semblé à certain moment superficielle. L’écriture de Paul Colize sait être fluide et élégante tout en ayant des pointes de poésie ou encore d’humour. Un livre qui se lit rapidement tant on a le nez dedans. Bonne lecture.

  • Djustinee 7 mars 2019
    Un jour comme les autres - Paul Colize

    C’est l’histoire d’une disparition. La disparition d’Éric Deguide. Il est parti un matin comme un autre sans jamais revenir.

    Sa voiture a été retrouvée quelques jours après sa disparition à l’aéroport. Tout porte à croire qu’il s’agit d’un départ volontaire.

    Des mois ont passé depuis le départ/ la disparition d’Éric quand un élément nouveau apparaît et relance l’enquête restée au point mort.

    Ce livre est une alternance entre l’enquête menée par Emily, la compagne d’Éric et deux journalistes du Soir, Fred et Alain.

    Les deux journalistes tenteront d’approcher l’inaccessible Emily pour mener leur enquête mais ce n’est pas une mince affaire.

    Qu’est-il arrivé à Éric ?

    Il y a beaucoup de personnages dans ce livre mais chacun est suffisamment décrit pour savoir à qui on a affaire. De plus, l’auteur a pris la peine de nous mettre une liste des personnages au début du bouquin.

    L’intrigue me plaît d’emblée et la double enquête également. Tout ça est bien ficelé sans fausse note. L’écriture est fluide et les chapitres sont aérés.

    Je n’ai, par contre, pas aimé les lettres de Massimo que j’ai trouvées sans intérêt.

    Et information non négligeable, l’histoire se passe principalement à Bruxelles - je ne vous ai pas dit tiens que l’auteur est belge 🇧🇪- dans certains lieux que je connais, ça change des habituelles villes qu’on retrouve dans tous les romans.

  • Aelurus 7 mars 2019
    Un jour comme les autres - Paul Colize

    Je ne connaissais pas l’auteur avant ce roman et j’ai vraiment trouvé cette lecture très agréable.

    L’auteur m’a fait ressentir bon nombre de sentiments durant ma lecture. J’ai tout d’abord eu e l’empathie et de la pitié pour le personnage d’Emily durant toute le premier acte (le roman est découpé en actes comme pour un opéra) et je l’ai ensuite trouvé fausse et sournoise durant l’acte suivant, pour finalement ravoir de la sympathie pour cette jeune femme en plein drame.

    Si ce roman tourne autour d’un disparition, il s’agit surtout de mettre en avant les lanceurs d’alerte et le monde du journalisme d’investigation.

    J’ai particulièrement apprécié le personnage de Fred et de sa charmante compagne.Je les ai trouvé drôle, touchants et sage également. J’espère pouvoir les retrouver dans de futurs romans de l’auteur.

    La plume de Paul Colize est fluide et facile à lire. Agréable, elle permet de bien s’imprégner de l’histoire et des personnages.

    Ce roman est rapide à lire. Son découpage en chapitres relativement permet de le lire à tout moment dès que l’on a 5 minutes devant soi.

    Un belle découverte et un roman que je recommande, et qui va d’ailleurs poursuivre sa vie ne étant lu par des membres de mon entourage. Le faire découvrir sera un vrai plaisir.

    http://letmentertainyou.com/2019/03/01/un-jour-comme-les-autres/

  • lydieguillaume 8 mars 2019
    Un jour comme les autres - Paul Colize

    C’est l’histoire d’un homme qui disparait un jour subitement, c’est donc aussi et essentiellement

    l’histoire d’une femme amoureuse face au vide laissé par celui qu’elle aime et qu’elle ne peut se

    résoudre à oublier. L’enquête piétine, des milliers d’hommes et de femmes disparaissent chaque année

    volontairement la police renonce mais pas elle, elle ne peut pas.

    Parallèlement, deux journalistes d’investigation au journal le soir en Belgique, dont un à connu Eric,

    le disparu, vont mener leur enquête.

    Le livre s’avère passionnant, mêlant enquête classique mais aussi une entrée dans la part psychologique

    et plus sombre des personnages. De couche en couche on entre dans les révélations et c’est captivant.

  • Root 10 mars 2019
    Un jour comme les autres - Paul Colize

    Emily aime les chiffres. Elle y voit des signes, ou bien veut-elle en voir. Voilà déjà 614 jours qu’Éric, son compagnon, a disparu sans aucune explication, elle se raccroche à ce qu’elle peut. Éric a quitté l’appartement, comme des dizaines de fois probablement auparavant, mais il n’est jamais revenu. Qu’y a-t-il de pire que de ne pas savoir ? Depuis quelque temps, elle fréquente un forum internet où se retrouvent les passionnés d’affaires criminelles belges. À force de persévérance, elle a décidé Michel, l’administrateur du site, à y aborder « le cas Éric Deguide ». Lorsqu’un anonyme affirme avoir vu Éric, Emily ne sait si elle doit se féliciter de sa ténacité ou craindre la chute…

    Découpée en actes sur fond d’opéra italien, l’histoire commence fort. Chapitres courts, informations distribuées au compte-gouttes… Les disparitions soudaines et mystérieuses font toujours leur effet. Mais ce démarrage en trombe m’a fait imaginer certaines pistes qui n’ont rien donné. Si le personnage d’Emily m’a tout d’abord laissée perplexe, je l’ai rapidement prise en grippe. Superficielle, soupe au lait, pas le genre de nana à qui j’aurais envie de tendre la main… ni à qui j’accorderais ma confiance. Aucun des autres personnages, d’ailleurs, ne m’a vraiment convaincue. Trop nombreux à mon goût, faisant leur entrée par des choix de narration qui m’ont larguée. Un, peut-être, a enflammé ma curiosité, mais c’était un feu de paille. Tous très différents les uns des autres et n’ayant chacun finalement que peu de temps de parole avant de passer au suivant (à l’exception d’Emily, qui se raconte, qui se raconte… j’ai finalement regretté la brièveté de chapitres), je n’ai pas trouvé la cohésion qui aurait maintenu mon intérêt entre les acteurs de ce « jour comme les autres. » J’ai pensé plusieurs fois à Harlan Coben, dont les héros s’attirent quasi systématiquement ma sympathie et me donnent l’impression de les connaître, chose qui m’a manqué ici. Chaque lecteur a ses attentes, et si ce roman – agréablement écrit – n’a pas répondu aux miennes, je sais qu’il a déjà trouvé son public.

  • jeanmid 11 mars 2019
    Un jour comme les autres - Paul Colize

    Il y a des auteurs comme ça dont on attend la sortie du nouveau roman comme le Messie. Paul Colize fait partie de ceux-là pour moi. Pour le millésime 2019, l’auteur belge a changé d’éditeur mais pas de style et c’est tant mieux.
    On retrouve ce mordant, cet esprit aiguisé à l’humour toujours aussi vif qui rend les récits de l’auteur si addictifs. Un conseil : faites le plein de sommeil avant de l’attaquer car une fois ouvert vous ne le lâcherez plus.
    « Un jour comme les autres » est tout d’abord une histoire de disparition. Celle de Eric, professeur de droit international, défenseur des droits et qui , à l’occasion a publié quelques articles au vitriol dans le journal Le Soir .
    Réfugiée dans un petit village du Nord de l’Italie, Emily , sa compagne , traductrice littéraire et passionnée de chiffres , l’attend depuis presque deux ans , gardant toujours au fonds de son coeur l’espoir de le revoir un jour . La police belge, quant à elle , dispose de peu de pistes : sa voiture retrouvée quelques jours après sa disparition dans le parking de l’Aéroport international de Zaventem comme si celui-ci avait mis les voiles .. Mais de nouvelles informations, communiquées par une informatrice anonyme qui publie sur un site internet spécialisé, semblent remettre en question la thèse de la fuite volontaire mise en avant par les enquêteurs . Animé et administré par un certain Michel Lambert, handicapé par de graves problèmes de santé mais passionné par les affaires de crimes non élucidés , celui-ci décide d’aider Emily dans sa quête désespérée .
    De leur côté une équipe de journalistes d’investigations du quotidien Le Soir, avec à leur tête Alain Lallemand , ami du disparu , épaulé de son meilleur limier, Fred , décident de reprendre l’enquête à leur compte . Ils vont alors fouiller dans l’entourage du disparu, interroger ses collègues , analyser les rapports de Police et découvrir le détail qui cloche , passé jusqu’alors inaperçu , qui ouvre de nouvelles perspectives et jette sur l’affaire une ombre beaucoup plus noire et plus malsaine qu’attendu.

    L’auteur du plat pays aime les jeux de pistes et on peut dire qu’il nous gâte avec ce nouvel ouvrage. de plus il sait avec talent agrémenter ses romans de protagonistes aux multiples personnalités dont on découvre peu à peu l’envers du décor comme ici Emily ou Eric . Avec ses deux ingrédients et un style inimitable, Paul Colize , scotche peu à peu son lectorat qui, comme ses héros cherchent la vérité aussi dure et implacable soit-elle . Il en profite pour donner un beau coup de chapeau à ses confrères journalistes et notamment ceux qui, lors d’enquêtes aux longs cours, sans aucun préjugé , quelle que soient les embûches ou les peaux de banane glissées sous leurs pieds , grâce à leur flair , leur intuition ou une perspicacité indéfectible , tentent de vérifier l’authenticité des faits coûte que coûte et de débusquer les mensonges pour mieux mettre en lumière les exactions , les abus de tout poil sans toutefois ignorer leurs conséquences .

  • Brigitte Marechaux 11 mars 2019
    Un jour comme les autres - Paul Colize

    Le dernier Paul Colize...Un roman pas comme les autres !!

    Le Pitch :
    Emily Deguide est partie vivre seule en Italie depuis que son mari Eric a disparu mystérieusement en Belgique. Un matin comme un autre, il avait pris ses clés de voiture et était parti sans laisser de mot ni d’explication. Sa voiture est retrouvée à l’aéroport. Chaque année près de 1500 personnes disparaissent en Belgique. Certaines ne sont jamais retrouvées. Pour la police, il est évident qu’Eric a quitté le pays.La police semble avoir classé le dossier mais pas Emily. Elle continue de chercher des traces pouvant mener à Eric. Pourquoi est-il parti ? Aurait- il dérangé quelqu’un, lui le passionné de droit international qui se plait à dénoncer toutes les injustices de ce monde ?

    Deux ans ont passé. Emily cherche toujours Eric en espérant un jour le voir de nouveau débarquer dans sa vie …

    Alain Lallemand est journaliste d’investigation au Soir. Il connaissait Eric qui lui avait soumis quelques articles. Sa disparition l’intrigue. Il demande alors à Fred d’enquêter sur le dossier. De là s’ensuit une folle intrigue pour découvrir ce qui est réellement arriver à Eric. Ne se serait-il pas mêlé une fois de trop de ce qui ne le regardait pas ? Des indices commencent à surgir du passé… Fred trouvera-t-il le fin mot de l’histoire ? Eric est-il toujours en vie ou se serait-il fait exécuter ?

    Mon avis :
    Avec ce nouveau roman, Paul Colize nous propose une intrigue à "tiroirs". Rédigé sous forme de chapitres très courts, chacun d’eux nous apporte au fur et à mesure son lot d’informations qui vont nous permettre de comprendre où l’auteur veut nous emmener.Ayant lu les précédents romans de Paul Colize, je dois dire que ce mode d’écriture m’a un peu déstabilisée mais quelle lecture intéressante, justement !
    Dans ce livre, Paul Colize met en scène une jolie brochette de personnages, tous attachants et très différents les uns des autres, avec un accent sur le profil psychologique de chacun.
    La lecture a suscité chez moi des doutes, de l’émotion grâce au suspens et aux personnages haut en couleurs que Paul Colize a créés.
    Je vous encourage à lire ce nouveau roman de Paul Colize, tout comme ses livres précédents.

  • mimigirl74 11 mars 2019
    Un jour comme les autres - Paul Colize

    Un auteur que je ne connaissais pas. J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman.

    Je ne vais pas à nouveau refaire un résumé du livre. Une intrigue très bien ficelée , alors que je croyais avoir tout compris le suspense a finalement été maintenu jusqu’a la fin.

    Une jolie connivence entre les différents personnages, une police dépassée par les événements ou qui ne porte pas assez d’attention à cette disparition. L’importance d’un journaliste qui vient prêter main forte dans cette enquête.

    Vous passerez un très bon moment avec ce roman. Un aspect psycho que j’ai beaucoup apprécié. On oscille tout au long du roman entre différents sentiments et ressentis qui donne une belle réalité à l’histoire .

  • JUPI 11 mars 2019
    Un jour comme les autres - Paul Colize

    Paul Colize nous capte d’entrée dans une toile d’araignée dont il sera difficile de sortir tant l’intrigue de ce roman nous fait pénétrer dans la psychologie profonde des protagonistes de cette affaire (qui repose d’après l’auteur sur des faits réels). la lecture exige une grande attention, les fils de cette toile sont imbriqués et avec des passages tortueux voire de prime abord improbables. Mais comment résister aux héros de ce livret d’opéra : -Emily avec sa soif du retour de son amant, -Fred le journaliste d’investigation dont on finit par partager l’ambition et l’affection, -Massimo, le prêtre en mal d’absolu et d’amour, -etc, etc, tant il y a de personnage qui recherchent ce cher disparu mais qui ne finiront que par se trouver eux-mêmes. Cette plongée dans l’univers de Paul Colize sera également l’occasion de (re)découvrir la région du lac Majeur et des ses multiples villages à la beauté et au calme ensorcelants. Bref, il faut se plonger sans attendre dans cette toile d’araignée dont on ne pourra sortir indemne.

  • Michel BLAISE 12 mars 2019
    Un jour comme les autres - Paul Colize

    Quand la réalité dépasse la fiction.

    Le 14 novembre 2014 à 8 heures 30, Eric Deguide quitte le domicile d’Emily. Puis, il disparaît. Que cache ce professeur de droit international Belge trentenaire, à l’esprit aussi brillant qu’impulsif et imprévisible ? Seule certitude, son véhicule est retrouvé abandonné dans le parking de l’aéroport de Zaventem, alors qu’aucune caméra de surveillance ne l’y a vu entrer. Pour autant, la police est convaincue de son départ précipité et définitif : pour les enquêteurs, Deguide a abandonné son travail, ses collègues et sa compagne, Emily.

    Emily…

    Obsédée par les chiffres et les nombres jusqu’à la monomanie, celle-ci demeure dans l’incertitude durant 614 jours, deux années pendant lesquelles elle ne cesse de « ressasser » la dernière journée d’Eric, d’espérer… En vain, nonobstant quelques espoirs nés de la rencontre avec le très sulfureux Michel, webmaster d’un site dédié aux personnes disparues.
    Alain Lallemand, journaliste au quotidien d’investigation belge « le Soir », secondé par l’inénarrable Fred, s’intéresse à cette affaire : il a connu Eric par le passé. Sa détermination à tenter d’élucider cette affaire est d’autant plus vive lorsque Eric réapparaît….

    « Un jour comme les autres », publié aux éditions Hervé CHOPIN, est le quinzième « roman » de Paul Colize, vivant à Waterloo. L’auteur a reçu de nombreuses et prestigieuses récompenses, exhortant à relever la qualité de celui-ci : prix Landerneau du Polar (Lauréat), prix Polars Pourpres et Boulevards de l’Imaginaire, prix Arsène Lupin, Grand Prix de la littérature policière… Auteur aux multiples facettes, sa diversité traduit un travail important d’investigation : Zanzara (le journalisme, où apparaît déjà Alain Lallemand), un parfum d’amertume (le polar de détective), un long moment de silence (l’enquête historique)…

    Il est peu aisé d’assigner péremptoirement un genre à cet ouvrage : policier d’enquête, de victime…Mais il est évident que ce récit se situe à la périphérie de la « Littérature ». Les lettres de Massimo, « personnage secondaire », en sont le témoignage par exemple :

    « …ce matin, le lac était enveloppé de cette brume qui apeurait votre chien ; Vos visites me manquent. Nos rencontres me comblaient d’un bien-être jusqu’alors ignoré. Je vous revois, vous agitant…passant du rire aux larmes, vous moquant avec attendrissement de mes silences, bousculant sans le savoir mes plus intimes convictions… »

    (P.175).

    Paul Colize crée une enquête parfaitement maîtrisée - dont l’intrigue policière, soumise à la perspicacité du lecteur - n’est qu’un prétexte à la narration et à la dénonciation de scandales géopolitiques d’une éclatante actualité. Dans ce contexte, l’auteur met en exergue le rôle difficile et bien compris des lanceurs d’alerte et des journalistes d’investigation en soulignant, pour ces derniers, l’importance d’un travail rigoureux. Colize ne cache pas la réalité de la plupart de ses personnages, Alain Lallemand plus particulièrement, journaliste d’investigation au « Soir » et romancier.

    C’est avec une maîtrise exceptionnelle de la langue française – de plus en plus délaissée dans la littérature de ce genre - que Colize nous propose un « roman » précis, au moyen d’une documentation recherchée, servi par une intrigue très aboutie et addictive.
    L’originalité du récit, structuré sur le modèle d’un opéra en quatre actes – réside dans sa construction « journalistique ». L’auteur déroule la trame, sur plus de 400 pages, élaborée au moyen de très courts chapitres qui pourraient constituer un « dossier de presse sous forme de puzzle ».
    Cet ouvrage n’est pas un documentaire, mais un « roman », tout au moins dans sa forme, destiné à satisfaire le besoin de suspens du lecteur… L’auteur y parvient magistralement.

    Les personnages, principaux ou secondaires, sont très travaillés et gorgés de richesse : attachants et cocasses souvent (Fred, collègue de Lallemand et Camille, sa compagne) ou répugnants, parfois (Michel, le webmaster…). L’auteur s’applique à leur donner toute la richesse et la finesse psychologique avec parfois un sens de l’humour grinçant pour amplifier leur personnalité tout en allégeant la dramaturgie du récit.

    Je remercie très chaleureusement les éditions Hervé CHOPIN et BEPOLAR de m’avoir permis de découvrir le dernier récit de Paul Colize et pour ces quelques heures de bonheur et de délectation à le lire.

  • ellemlire 12 mars 2019
    Un jour comme les autres - Paul Colize

    Le vendredi 14 novembre 2014, Eric Deguide, professeur de droit à l’université, prend ses clés de voiture et quitte son appartement de Ixelles à 8h30 en disant à sa compagne Emily qu’il a un rendez-vous dans la matinée. Au premier abord, un matin comme les autres d’un jour comme les autres, la routine. Mais Eric ne rentrera jamais chez lui. Sa voiture sera retrouvé à l’aéroport de Zaventem cinq jours plus tard.

    Après la disparition d’Eric, Emily, se retire en Italie, à Ranco sur les berges du Lac Majeur. Là-bas, Elle prend des cours de chants d’opéra, côtoie la population locale. Elle vit à l’heure italienne et réfléchit à ce qui a pu arriver à Eric. La jeune femme est persuadée qu’il va réapparaître bientôt. Dans le même temps, elle fait la connaissance de Michel Lambert qui a ouvert sur internet, un forum consacré aux disparitions inquiétantes.

    A Bruxelles, pendant ce temps-là, Fred et Alain, journalistes au Soir, mènent l’enquête, et recoupent les informations.

    Un jour comme les autres est un roman à plusieurs voix, construit en trois parties, trois actes tels trois temps d’une représentation à l’opéra. Chaque acte est composé de scènes dans lesquelles on mène l’enquête nous aussi. Tour à tour, on est avec Emily, avec les journalistes, avec Michel Lambert et d’autres personnages dont je ne parlerais pas pour ne pas spolier.

    Je suis entrée très vite dans l’intrigue. Le premier acte m’a captivée. Mais le personnage d’Emily m’a tout de suite agacée. Elle est antipathique, et froide, pas du tout attachante. Je n’ai pas réussi à compatir à sa peine.

    A l’inverse, j’ai beaucoup aimé le duo Fred-Alain. Paul Colize nous entraîne avec eux dans une authentique enquête journalistique, avec ses dessous, ses révélations, ses risques. Un véritable travail d’investigation.

    Malgré tout, j’ai décroché assez vite. J’ai ressenti une distance entre l’histoire et moi-même. Le contexte de la disparition d’Eric Deguide ne m’est pas familier, et cela m’a perdue. Mais les courts chapitres et le style de Paul Colize ont quand même réussi à me faire continuer ma lecture : j’ai beaucoup aimé la plume de cet auteur que je ne connaissais pas ! L’enchaînement des révélations a su garder mon attention, même si j’aurais aimé qu’il y ait plus de suspense et de tension.

    En bref, Un jour comme les autres a été une lecture mitigée pour moi : il m’a manqué une bonne dose de suspense. Pourtant, c’est une lecture qui avait très bien commencé, qui s’annonçait addictive mais qui ne m’a pas surprise ni tenue en haleine comme je l’aurais souhaité. J’ai toutefois découvert un auteur à la plume incisive, je retenterai ma chance avec Paul Colize.

  • 4bookine 13 mars 2019
    Un jour comme les autres - Paul Colize

    Pour une première lecture de cet auteur bruxellois, je ne suis pas déçue. Il nous embarque dans sa Bruxelles natale, dans le milieu de l’investigation journalistique et le monde universitaire et tout cela sur des airs d’opéra. J’ai même écouté du Puccini ce qui est une petite nouveauté. Je connais l’opéra mais je ne suis pas une férue de tous les ténors italiens qu’il m’a fait découvrir. Ce roman est un opéra en quatre actes que j’ai lu en une traite tellement l’énigme est une balade littéraire. Une balade qui change encore des thrillers pur et dur que je lis qui pullule l’hémoglobine. Pas de sang que du psychologique tant au niveau des personnages principaux que des personnages secondaires. J’ai été dans l’attente du dénouement qui pour ma part est un peu rapide mais bon ... il fallait bien finir le roman mais cela ne m’aurait pas dérangé d’avoir quelques pages en plus.
    Pendant toute ma lecture j’ai soupçonné Emily, un personnage mystérieux qui m’avait l’air par son discours mensonger fausse. Mais j’en était loin de trouver la personne qui avait fait disparaitre Eric, professeur de droit international. Emily m’a fait changer d’avis sur son comportement au fil de ma lecture et d’autres personnages m’ont juste leurrés par leur manière d’être. Une intrigue qui m’a plongé dans un autre monde, dans les méandres des secrets de l’état et des complots.
    Ce roman est tiré sur des faits réels et des lieux que l’auteur apprécient. Certains personnages sont des personnes qui existent comme Alain Lallemand, journaliste au Soir qui dans le roman connaissait le disparu. Un personnage engagé tant sur la vie que son travail d’investigation. J’ai beaucoup aimé les caractères de Fred, et de Camille, la femme de Fred qui m’ont beaucoup touchés sur leur façon de penser et d’être. Un auteur que je découvre et hâte de lire ses autres romans car certains personnages font partie d’autres de ses histoires.
    Dans ce roman il y également un coté pince-sans-rire qui ne m’a pas déplu et aussi un coté moraliste sur la vie au travers de cette balade de mots de l’auteur.

    Ces mots nous donnent le force de croire en la vie.
    Un thriller qui nous fait percevoir la perte physique de l’être aimé. Un roman qui se déroule dans des endroits près de chez nous, pas besoin d’aller très loin pour être plongé dans une intrigue ficelée de la sorte.
    Ce roman est une petite merveille de thriller aux doux airs d’opéra.
    Une lecture addictive du début à la fin.

    [Article complet]

  • lireencore93420 13 mars 2019
    Un jour comme les autres - Paul Colize

    Eric, le compagnon de Emily est partie travailler comme tout les jours, mais il ne reviendras pas, Emily, le chercheras, iras jusqu’au bout de son espoir. Ensuite Alail LALLEMAND, journaliste d’investigation, personnage qui existe encore, décide de reprendre l’enquête.

    J’ai beaucoup aimer cet opus de 444 pages, l’histoire de disparition est intéressante et la personnalité de la femme avec qui vivait est atypique, on peut penser a un moment, car elle as tout orchestrer, j’ai apprécier son cheminement par rapport a l’absence.

    Et puis il y a Alain LALLEMAND et son équipe qui enquête, c’est incisif et on s’ennuie pas une seconde, et je trouve que la fin est belle, il y a pas que le travail dans la vie.

    J’ai découvert cet auteur, et j’aime sa manière d’écrire, comme cela en acte. J’irais voir ce qu’il as fait d’autres pour continuer de lire ses œuvres.

    Merci a BE POLAR pour cette lecture

  • Ju lit les Mots 17 mars 2019
    Un jour comme les autres - Paul Colize

    Un jour comme les autres est construit comme un opéra en quatre actes avec une trame journalistique, dont l’ouverture démarre crescendo, comme un murmure qui va en s’amplifiant. Ici point de sang ou de courses poursuites, pourtant l’auteur nous entraine dans un roman sombre.Les faits sont exposés comme un fil d’Ariane avec des chapitres courts, rythmés qui donnent de la saveur à l’intrigue, de l’épaisseur aux personnages fouillés.Il entraine ses personnages à une introspection, en voulant expliquer la disparition d’Éric, il pousse Emily à réfléchir à sa nouvelle vie et le sens qu’elle souhaite lui donner. On comprend vite que l’un ne peut pas aller sans l’autre. Pour avancer et tourner la page, les réponses sont importantes. Une analyse psychologique fine de chaque personnage afin de leur permettre de prendre leur envol et s’émanciper.Un roman noir au danger palpable, un dénouement soigneusement amené, basé sur une actualité à faire froid dans le dos, Paul Colize prête sa plume aux dénonciations de scandale géopolitiques, il met en évidence le rôle de certaines personnes dans cette quête de vérité.Les lanceurs d’alerte et les journalistes d’investigation font un travail remarquable pour attirer l’attention sur des sujets graves mais surtout dans l’intérêt commun.Une très belle surprise que cet excellent thriller, qui aborde des thèmes d’actualité, sans violence, un roman qu’on ne lâche pas tellement on se régale.

  • Musemania 10 avril 2019
    Un jour comme les autres - Paul Colize

    Dès les premières pages de ce roman noir, on peut vite se rendre compte de la plume maîtrisée de Paul Colize. Bien entendu, ce n’est pas son premier écrit mais on ressent quelque chose de plus fort encore. Autant certains auteurs, hommes ou même femmes, ont une écriture très brute, autant d’autres disposent d’un style d’écriture poétique, léger, aérien. Paul Colize fait indubitablement partie de la seconde catégorie. 

    C’est l’histoire d’une disparition, celle d’Eric Deguide, qui un matin, part de chez lui et dont on perd sa trace. C’est l’histoire d’Emily, sa compagne qui - malgré les 614 jours de cette disparition - ne peut oublier les moments passés ensemble et mène un combat pour rétablir la vérité. Mais c’est aussi l’histoire d’Alain Lallemand et de son collègue Fred Peeters, deux journalistes en quête de révélation de secrets bien gardés.

    Sorte de référence aux journalistes et aux lanceurs d’alertes, le thème de la disparition d’Eric n’est qu’une infime partie de l’histoire, un point de départ pour ce livre. Même si le nombre de protagonistes dans l’histoire est assez conséquent, l’auteur a su définir tellement bien chacun avec son caractère, qu’ils se fondent finement dans la trame et occupent une place indissociable qui leur est propre. L’auteur prend le temps de modeler chacun de ses personnages tant par leurs forces que par leurs faiblesses. 

    De part le fait de venir du plat pays comme moi, Paul Colize n’hésite pas à faire de Bruxelles un décor où le lecteur peut se remémorer ses visites dans des lieux touristiques et d’autres plus singuliers. J’ai aimé trouver dans ces pages des références à ce pays qui m’est cher et que j’oublie souvent dans le cadre de mes lectures puisque mes choix se porteront plus aisément vers la France, les Etats-Unis, l’Angleterre, les Pays Nordiques ou autres. Pourquoi aller à des milliers de kilomètres pour trouver un roman noir alors que nous avons des auteurs également dotés de beaucoup d’ingéniosité et de dextérité.

    Je pourrais essayer de vous trouver des points négatifs à ce livre mais j’ai beau chercher, à vrai dire, je n’en trouve pas. Les passages s’enchaînent à la fois drôles mais aussi parfois émouvants. J’ai trouvé ce livre vraiment très addictif.

    J’ai eu la chance de rencontrer Paul Colize à la Foire du Livre de Bruxelles il y a moins d’un mois et c’est une personne très calme et posée que j’ai eu en face de moi. Malgré les prix et les succès littéraires, il est resté un homme très humble et disponible pour ses lecteurs, prenant le temps pour la conversation en plus de la dédicace. 

    Mille mercis à Agnès Chalnot qui m’a permis de découvrir cet auteur belge, Paul Colize. Quand elle m’a proposé la lecture de ce livre, je vous avoue que, malgré le fait que l’auteur et moi partageons la même nationalité, je n’avais encore jamais lu sa plume. Je connaissais de vue plusieurs couvertures de ses livres mais mes connaissances s’arrêtaient là. Bien entendu, cette proposition a attisé ma curiosité et j’ai donc parcouru le Net à la recherche d’informations sur cet écrivain belge. En plus d’avoir reçu plusieurs prix littéraires, ses livres étaient assortis de très nombreuses chroniques élogieuses par ses lecteurs. Il me tardait donc de combler mes lacunes en littérature belge et c’est donc chose faite et très bien faite !

    C’est le genre de livre qui, même une fois terminé la dernière page, vous reste dans l’esprit et occupe vos pensées. À peine posé, un sentiment mélancolique m’a étreint car la barre a été posée très haut. Je m’en veux d’être passée aussi longtemps à côté d’un écrivain aussi talentueux. Je ne peux que vous le conseiller vivement. Si pour ce début d’année, il ne fallait retenir qu’un seul livre, ça serait sans conteste celui-ci !

    Chronique sur mon blog :https://musemaniasbooks.blogspot.com/2019/03/un-jour-comme-les-autres-de-paul-colize.html?m=1

  • kirzy 12 avril 2019
    Un jour comme les autres - Paul Colize

    Un point de départ très banal, une disparition.
    Des personnages banalement ordinaires ( la compagne du disparu, son ami geek, des journalistes d’investigation entre autres ) qui n’ont rien de héros.
    Et pourtant, Paul Colize parvient à tisser un intrigue très personnelle.

    Un tour de force que de transformer toute cette banalité initiale en minutieuse toile d’araignée entremêlant plusieurs temporalités, plusieurs lieux, plusieurs points de vue pour en faire un quasi thriller sans serial killer, ni flic borderline, ni hémoglobine. La classe ! Chaque chapitre recèle une micro pièce du puzzle ; on sent que chaque mot est à sa place, la place juste. Toutes les portes ouvertes sont refermées mais sur un rythme lent qui emplit de doute le lecteur et l’accroche encore plus. L’écriture de Paul Colize est un vrai atout pour donner de l’épaisseur aux événements, à la fois précise et élégante, avec une touche d’humour distancié.

    Tout est pesé dans cette quête de la vérité. Mais l’auteur prend des chemins de traverse. Car en fait, ce n’est pas vraiment l’élucidation de la disparition de l’universitaire qui semble intéresser l’auteur. le dénouement est même presque trop rapide au final. Non, ce qui est passionnant, c’est la quête de vérité qui anime les autres personnages, à commencer par les deux journalistes acharnés qui enquêtent pour savoir qui sont les responsables de la disparition ( bel hommage au journalisme d’investigation et aux lancers d’alerte ) et surtout Emily, la dernière compagne, tour à tour touchante, horripilante, toujours énigmatique voire suspecte, profondément ambigüe. J’ai adoré ce personnage de prime à bord peu aimable mais qui dans sa quête de la vérité sur la disparition de son compagnon finit par comprendre qui elle est et à reprendre sa vie en main.

    Un roman original, loin de toute sensation de déjà lu. Je suis ravie d’avoir rencontré l’univers de cet auteur belge !

  • Sangpages 2 mai 2019
    Un jour comme les autres - Paul Colize

    Premier livre que j’ai lu de cet auteur. Une belle plume, un style très particulier qui m’a bien plu mais je me suis perdue dans les longueurs et les détails au point de ne pas vraiment savoir où il voulait en venir…

  • livrement-ka 19 mai 2019
    Un jour comme les autres - Paul Colize

    Un grand merci aux éditions Hervé Chopin pour m’avoir fait parvenir ce livre pour que j’en réalise une chronique.


    Début du livre 

    Il prit les clés de la voiture dans sa poche et jeta un coup d’oeil dans sa direction.

    Elle n’avait rien remarqué.

    Comme chaque matin, elle prenait son café en écoutant un air d’opéra.

    Une femme dont le mari s’évapore dans la nature un beau jour. Plus de nouvelles, aucun soupçons, aucune idée sur ce qui pu lui arriver.

    Elle, c’est Emily, une jeune femme qui a rencontré Eric Deguide et en est tombée amoureuse. Lui c’est Eric, il était marié mais après la rencontre avec Emily a tout abandonné pour vivre sa vie avec cette dernière.

    Emily, qui pense qu’un jour Eric va réapparaître sur le seuil de la porte comme s’il ne s’était rien passé. Elle se remémore leurs souvenirs heureux ensemble et ne comprend pas le pourquoi du comment de cette disparition.

    Pourquoi sa voiture, la fameuse SAAB est retrouvé dans un parking de l’aéroport, sans qu’on ne comprenne comment elle a pu y rentrer : selon les images de vidéo surveillance, aucune trace du passage de cette voiture le jour de la disparition d’Eric.

    Et la rencontre d’Emily avec Michel Lambert, qui tient un forum pour des personnes souhaitant ou ayant des indices pour retrouver des personnes disparues.

    Puis l’enquête confiée la police qui avance petit à petit. Et l’intervention de deux journalistes qui semblent totalement passionnés par l’histoire et vont mettre tout en oeuvre pour que la vérité éclate.

    Qui était vraiment Eric ?

    Qui est vraiment Emily ?

    Comment Emily va t’elle vivre sa position : dernière compagne d’Eric, elle ne semblait pas beaucoup connaître son mari.

    Le style de l’auteur

    Une plume assez fluide mais très maîtrisée qui fait que quelques fois j’ai trouvé certains passages compliqués. j’ai eu du mal à m’y retrouver avec tous les personnages et leur vie.

    Le genre

    Un thriller sans course poursuite sans pression, sans tueur en série, viols ou autres massacres. Une simple disparition et la découverte de plusieurs disparitions et morts reliées.

    La forme de l histoire

    Plusieurs chapitres vont rythmer l’histoire. Quatre actes, tout comme un opéra qui serait écrit. Des petits chapitres, des lettres, le tout se lit rapidement.

    Le texte est aéré et l’écriture est fluide. Ce qui en fait une lecture vraiment agréable.

    Conclusion : 

    Personnellement j’ai moyennement accroché. Mais rien à voir avec le talent de l’auteur. Paul Colize est à mon avis un excellent romancier. Néanmoins l’intrigue ne m’a pas spécialement scotchée. Bon c’est vrai que je suis difficile dans les thrillers. 

    Mais je pense qu’il va plaire à un maximum d’entre vous.

    Je vous le conseille.

  • bookliseuse 25 mai 2019
    Un jour comme les autres - Paul Colize

    Emily, traductrice littéraire vit en Italie depuis quelques mois. Elle a du mal à se remettre de la disparition mystérieuse de son compagnon, Eric, professeur de droit et militant pour les droits de l’homme et de la non-violence.

    Aidée de Michel Lambert, webmaster qui anime un forum d’investigation, elle cherche à comprendre ce qui est arrivé à Eric.

    Les chapitres étant très courts, j’avais la sensation de lire un journal, une enquête minutieuse.

    Une histoire très bien documentée ou la fiction et la réalité se rejoignent.

    Au fond le personnage d’Emily n’est que secondaire, elle n’apporte pas grand chose à l’enquête comme sa relation avec Massimo. Elle se montre complexe, on doute d’elle par moment, Il n’y a pas de véritable personnage principal, mais une multitude de personnes, qui ensemble vont résoudre une énigme. Pas d’action, pas de violence dans ce roman à part. Un livre écrit comme une enquête journalistique.

    Paul Colize est une belle découverte, sa façon d’écrire n’a rien à voir avec ce que j’ai pu lire jusqu’à présent.

  • Aude Lagandré 5 octobre 2019
    Un jour comme les autres - Paul Colize

    « Un jour comme les autres » est l’histoire d’une disparition. De ces disparitions semblables à une virée dans un bureau de tabac pour acheter des cigarettes en oubliant de revenir…. Une journée presque ordinaire, identique à toutes les autres qui se termine par l’absence. Eric Deguide est professeur de droit, mais c’est aussi un homme engagé. Fervent défenseur des droits de l’Homme, contre l’extrémisme de toute sorte, soucieux du respect de la Loi, il publie également des articles électro-choc dans le journal belge « Le soir ». De quoi se faire quelques ennemis… de quoi expliquer peut-être sa disparition. Emily, sa compagne l’attend. Passionnée par la numérologie et les nombres, elle parvient à se persuader que son mari rentrera dans 423 jours, car, comme Jean-Paul Kauffmann qui a été fait prisonnier à Beyrouth durant 1037 jours, Éric a déjà effectué 614 jours en pseudo-captivité.

    Le roman est construit comme un opéra, en 4 actes précédés d’un prologue, se terminant par un épilogue. Je n’ai pas réussi à comprendre pourquoi. Quelque chose de certainement fondamental m’a échappée dans la construction du roman. Certes, Emily, chanteuse soprano vit au rythme de ses cours de chants et de musique classique qu’elle écoute en boucle, dans l’attente du retour de son époux, mais cela n’explique probablement pas tout. Elle a un côté très Pénélope attendant Ulysse.

    Le premier acte est très lent et se compose de 21 tableaux/chapitres oscillants entre espoir et désespoir, bouteilles lancées à la mer, suffocation, reprise d’une bouffée d’air. Ce premier acte est léthargique, comme l’attente. Rien ne se passe vraiment, si ce n’est l’évocation d’une relation qui semble idéalisée, déformée par l’obsession de l’absence et l’expectative du retour. Cent trente pages où j’ai eu la sensation de me noyer avec Emily, partagée entre la compassion de la plaindre et la rage de la secouer. La langueur de l’héroïne plongée dans cet éternel espoir, secouée de temps en temps par une conversation avec Michel Lambert, webmaster, enquêtant lui aussi sur la disparition d’Éric, a engendré de longs bâillements agrémentés de quelques piquages de nez. Des évènements importants pour la suite de l’intrigue sont dévoilés dans cet acte 1, distillés au compte-gouttes, mais générateurs d’une mélancolie encore plus vertigineuse. Je n’ai pas vraiment eu de doute sur l’issue de cette disparition, mais ma curiosité titillée m’a incitée à terminer le roman.

    Acte 2 : le lecteur retrouve Frédéric, le journaliste de « Zanzara ». Celui qui avait su conquérir le cœur de Camille. Mon attachement pour ce personnage fait repartir mon intérêt. Nous sommes bien un roman noir. C’est l’intérêt de Paul Colize pour le monde journalistique qui reprend le dessus et le début d’une véritable enquête sur la disparition d’Éric. Les actes suivants sont consacrés à démêler le vrai du faux, le lecteur accompagne le journaliste dans ses découvertes.

    Vous avez sans doute l’impression que je galère avec cette chronique. C’est tout à fait vrai. J’avais découvert la plume de Paul Colize dans « Zanzara » et le roman en lui-même m’avait passionnée. Cela a été moins le cas dans celui-ci et pour plusieurs raisons.
    D’abord le rythme. Trop lent, trop pesant, trop déprimant. Puis, l’impossibilité de comprendre le fil logique de l’histoire, de raccrocher les wagonnets, de métaboliser le sens de certains chapitres pour en tirer les informations importantes. J’ai eu l’impression de me noyer dans des détails sans percuter sur les choses importantes. Les mots et les idées ont fini par m’engloutir, me plongeant dans un état semi-dépressif proche de la catatonie. Je n’ai pas compris le sens profond de ce roman, je m’en rends bien compte, pas compris où l’auteur voulait en venir, ni ce qu’il cherchait à me dire. Je suis restée sur une impression de flou artistique, une lecture abstraite dont je ne ressors ni plus riche, ni plus pauvre.

    La sensation qui demeure, 3 semaines après l’avoir achevé est la circonspection et la sensation d’être totalement passée à côté. J’irai même plus loin : j’aurai besoin qu’on le lise avec moi, qu’on m’en fasse explication de texte et qu’on me montre du doigt où, précisément, j’aurai dû être plus attentive ou me sentir plus concernée. Je suis d’ailleurs avide de découvrir les chroniques d’autres lecteurs ! Le style de l’auteur reste fidèle à ce que j’avais découvert de lui, certaines phrases sont magnifiquement écrites sorties de leur contexte, mais cela ne m’a pas permis d’en tirer l’émotion que j’espérai trouver, ni le sens général, essentiel. Je suis restée perplexe devant le traitement d’une certaine distanciation de l’auteur par rapport à ses personnages, comme s’il ne prenait pas vraiment part à l’histoire qu’il racontait.

    Je vous engage à découvrir ce texte pour me permettre, égoïstement, de le comprendre. De sortir les petits papiers des bouteilles à la mer lancées par Paul Colize pour me montrer ce que j’ai raté.

    Je remercie les éditions Hervé Chopin pour leur confiance en faisant voyager ce livre Outre-Atlantique, mais je suis au regret d’avouer mon incompréhension….

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.