Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Zanzara - Paul Colize

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

3 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Fred, 28 ans, est journaliste. Membre d’une team de jeunes pigistes web, il rêve de gloire et de signer un article papier qui fera date.

La nuit venue, Fred mène une double, voire une triple vie.
Avant tout, il aime une femme mariée. Une liaison passionnelle, mais sans espoir. Ensuite, il aime le risque, les paris et l’adrénaline. Fred se sent vivre quand il flirte avec les limites.
Ces savants cloisonnements vont voler en éclats le jour où il reçoit un coup de fil à la rédaction. Rendez-vous lui est donné le lendemain pour recueillir des révélations fracassantes.

Arrivé sur les lieux, Fred va faire une rencontre qui le poussera à enquêter sur un fait divers apparemment anodin. Son obstination va provoquer une réaction en chaîne, jusqu’au final, inattendu et époustouflant.

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • Sabine Bibliobleue 10 mars 2019
    Zanzara - Paul Colize

    Si vous ne le saviez pas encore, je suis fan de Paul Colize ! Avec Zanzara, mon auteur belge préféré nous offre une enquête menée tambour battant par une tête brûlée.

    Tout comme pour Concerto pour 4 mains l’auteur s’est inspiré de faits réels pour développer une intrigue intéressante et haletante : le massacre d’Odessa, en mai 2014.

    Le roman se lit d’une traite, à 200 à l’heure, comme le suggère la couverture.
    On va suivre un journaliste qui n’a de cesse de se mettre la jauge d’adrénaline au max. Un homme torturé par son passé, qui s’efface derrière les apparences afin de ne pas laisser de part à ses regrets. Si bien qu’il en devient touchant, alors qu’il était si détestable au début du récit.

    « Je continuerai à jouer à être toi pour te sentir vivant. »

    Dans cette investigation où le traitement de l’information ne doit pas être pris à la légère, la violence des faits est sous-jacente et omniprésente. Mais Paul Colize a su la saupoudrer pour la rendre digeste.

    Une quête de la vérité double, personnelle et professionnelle.
    Un roman palpitant !

  • Aude Lagandré 6 octobre 2019
    Zanzara - Paul Colize

    Avant la prochaine sortie du nouveau roman de Paul Colize « Un jour comme les autres » le 7 mars 2019 (je vous mets le résumé en fin de chronique), j’avais envie de découvrir l’auteur par l’un de ses ouvrages précédents, que j’avais depuis un certain temps dans ma pile à lire.

    Fred est pigiste web pour le quotidien belge « Le soir ». Comme dans son métier où tout va vite et fort, il consume sa vie par les deux bouts. Adepte des paris de l’extrême où sa vie est toujours mise en jeu, il ne fonctionne qu’à coup d’adrénaline, quand son coeur bat à 200 à l’heure. En quête perpétuelle de scoops susceptibles d’asseoir sa carrière de journaliste, il reçoit, un soir, un étrange coup de fil pour recueillir des révélations fracassantes. Le jour du rendez-vous, les choses ne se passent pas comme prévu. Obstiné par l’idée de trouver le fin mot de l’histoire, Fred est alors embarqué dans un engrenage qui va dépasser ce qu’il a pu imaginer.

    Dans ce roman, tout va extrêmement vite, au rythme des flashs de news postés en ligne partout dans le monde, à chaque seconde. Notez la couverture, ça donne une très bonne idée. Un tourbillon d’informations qui vous farcit le cerveau et ne permet jamais ni calme ni introspection. Fred est aspiré dans un vortex constant de nouvelles déprimantes, d’accidents, de morts, de guerres. Quand il ne travaille pas à trouver le scoop du siècle, Fred comble les vides. À coup d’alcool, de paris plus fous les uns que les autres : autoroute à contre sens, électrocution, noyade, il va tout tenter… pour se sentir exister… Fred est un personnage fascinant. D’où lui vient ce besoin d’auto-destruction ? Après quoi court-il ? Il passe son temps à frôler la mort, à la provoquer, à lui adresser des pieds de nez. Derrière ce besoin avide de sensations fortes, Fred cache une blessure de jeunesse, profonde, de celle qui définit une vie entière et fait prendre des chemins escarpés. Suicidaire ? Oui il l’est. Mais il cherche également à savoir où sont ses limites en provoquant des pics d’adrénaline qui lui permettent de tolérer le quotidien. « Je suis une star dans le microcosme des fêlés ». Il cherche désespérément la reconnaissance et le pardon. Sa vie n’est pas en construction, elle est en attente de la rencontre avec la grande faucheuse. Cette rencontre, il l’attend, la provoque souvent, et repousse toujours un peu plus loin les limites du danger.

    Sa vie sentimentale est, elle aussi, compliquée. Compliquée et incertaine. Il entretient une aventure avec une femme mariée. Ce temps-là, volé aux autres et aux événements du monde, est un temps d’irréalité.« Dans notre monde, nous nous déconnectons de la réalité. Nous fuyons les lamentations, les plaintes, les jérémiades, les disputes et les reproches qui pourrissent le quotidien des couples légitimes. » Très joli jeu de séduction entre Fred et Camille qui sont amants occasionnels. Camille est l’anti Fred, elle compose avec ses rêves brisés. Dans sa vie, Fred est le piment qui vient la réveiller. Leur relation est savoureuse, comme celle des premières fois où l’on se retrouve en catimini, une vie faite d’attente des prochains rendez-vous, qui fera disparaître, pour quelques heures, le poids de la réalité.

    Paul Colize plonge le lecteur dans ce métier très peu connu du grand public : pigiste web. Le journalisme du futur. Une asphyxie quotidienne d’informations, une quête perpétuelle de données à relayer le plus rapidement possible, un Graal à trouver pour sortir l’article qui bénéficiera, pour quelques heures, de toute la lumière . Ça donne le tournis tellement les événements s’enchaînent à la vitesse du son ! Les infos martelées, qui ne s’arrêtent jamais et un monde perpétuellement en mouvement offrent une belle mise en abîme de la vacuité de nos vies. Rajoutez l’hyper connectivité, la dépendance mentale, l’asservissement à la technologie et vous obtiendrez un cocktail détonnant ! « La majorité du contenu du journal d’hier n’a plus de valeur aujourd’hui. Ne parlons pas d’avant-hier, de l’année dernière ou du siècle écoulé. »

    L’écriture de Paul Colize est très réaliste, pas de fioriture, pas de mot de trop. Le rythme du roman est soutenu, un peu à la façon 24 heures chrono, chaque chapitre, court, à un titre pour donner la température de ce qui va suivre. Elle se veut le témoin de notre époque. L’intrigue, qui s’étend du 16 juin au 15 juillet 2015 est construite autour d’un fait réel, le massacre d’Odessa. Comme pour le héros principal, on sent à chaque page une urgence de vivre. Flirter avec la mort est aussi une façon de se sentir vivant. La lecture est parfois dérangeante tant elle renvoie au vide de nos actions quotidiennes, surtout lorsqu’elles sont guidées par notre inconscient, ou par un événement passé dont on n’a pas su faire le deuil.

    À Paul Colize de conclure :

    « Nous devrions tous bénéficier de plusieurs vies. Nous pourrions aller au bout de nos fantasmes, revivre nos meilleurs moments, apprendre de nos erreurs. »

    L’idée me plaît assez….

  • jeanmid 17 février 2020
    Zanzara - Paul Colize

    Frédéric Peeters est un adepte du "no limit" : que ce soit les courses de vitesse à contresens sur le périphérique bruxellois , les concours d’apnée en piscine ou d’endurance aux décharges d’électricité , Fred joue à se faire peur et à narguer la mort pour se prouver qu’il est vivant . Il suit ainsi les traces laissées par son frère aîné , Greg , et n’oublie jamais d’apporter avec lui une pièce d’échec porte bonheur .
    En journée il est journaliste au Soir , quotidien belge francophone , où il est responsable de l’édition en ligne . Un jour il reçoit un mystérieux appel d’un inconnu qui lui donne rendez -vous pour le lendemain . Cet appel est l’élément déclencheur d’une longue enquête à rebondissements qui va notamment lui faire découvrir un massacre perpétré un an plus tôt en Ukraine , totalement passé sous silence par les médias occidentaux et dont certains ont intérêt à cacher leur participation .
    Paul Colize revient en forme pour ce « Zanzara » alors que son précédent ouvrage « Concerto pour quatre mains « m’avait un peu laissé sur ma faim .
    On y retrouve les ingrédients qui ont fait son renom : du rythme , un récit documenté et solide – les mercenaires belges ont une solide réputation dans le métier - un art du suspens indéniable qui tient sont lecteur en haleine jusqu’au bout . Et puis M. Colize il vous en donne toujours un peu plus pour le prix d’un excellent polar : il met en lumière des événements oubliés ou volontairement tus comme cette sanglante hécatombe survenu à Odessa en mai 2014 dont le véritable déroulement reste encore aujourd’hui inexpliqué . 2017 restera donc pour Paul Colize un bon millésime.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.