Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Cari Mora - Thomas Harris

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

6 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Des lingots d’or sommeillent depuis des années sous l’ancienne villa de Pablo Escobar à Miami Beach. Gangs et malfrats se battent pour mettre la main dessus.

Aujourd’hui, c’est au tour du maléfique Hans-Peter Schneider de tenter sa chance. Mais c’était sans prévoir la présence de la sublime Cari Mora, qui veille sur les lieux. En matière de violence et d’armes à feu, personne n’a rien à lui apprendre.

Entre désirs et instinct de survie, avidité et obsessions macabres, le mal se faufile à chaque page. Aucun auteur de ces dernières décennies n’aura autant exploré les démons. Thomas Harris, au talent terrifiant, revient ici avec un sixième roman événement.

Vos #AvisPolar

  • mavic 24 juin 2019
    Cari Mora - Thomas Harris

    Une des sorties les plus attendues de l’année car rare de la part de l’auteur.
    Une histoire totalement à l’opposé de ses dernières parutions mais qui est toujours aussi bien maîtrisé.
    Par contre, ça passe ou ça casse.
    Je vous parle aujourd’hui de Cari Mora de Thomas Harris aux éditions Calmann-Lévy.
    Pour ma part, je ne sais toujours pas si j’ai aimé ou non. Il y a du positif comme il y a du négatif. Le talent de l’auteur est indéniable, il arrive à nous embarquer dans la guerre des gangs et de la drogue en faisant planer l’aura du célèbre Pablo Escobar en mettant en scène sa villa.
    C’est sanglant mais pas le sanglant des serial killers. C’est sanglant comme si on regardait un Tarantino avec l’hémoglobine qui explose comme un feu d’artifice. C’est imagé, pas de difficulté à le visualiser et du coup ça donne un sacré rythme à l’histoire.
    Les pages défilent sans qu’on y prête vraiment attention notamment par la prestance de certains personnages dont Cari Mora mais aussi parce que j’avais envie de savoir qui allait mettre la main sur le magot. Entre alliance et désalliance il y a intérêt à être attentive à la lecture.
    Et c’est là que c’est devenu un peu compliqué. J’ai parfois dû relire plusieurs fois la même phrase, le même passage pour être sûre de comprendre le pourquoi du comment. J’ai eu l’impression de me perdre à certains moments parce qu’on passe un peu du coq à l’âne et surtout le temps défile sans qu’on le sache. C’est-à-dire que d’un coup on va passer au lendemain alors que je m’attendais à ce qu’il se passe autre chose. C’est comme si on coupait court à une action pour en passer à une autre qui n’a pas vraiment de rapport.
    Un peu perturbant mais on finit par s’y habituer... un peu. Pour le coup, c’est comme s’il manquait quelques pages pour poser un peu plus l’intrigue ou autre chose et qu’on avait le droit à des bouts de scènes. Alors ce n’est pas gênant dans l’ensemble, mais entre nous c’est vraiment troublant. Et je pense que c’est le gros point noir que je relèverais du livre.
    En effet, pour le reste j’ai vraiment eu l’impression de voir défiler un film. De l’action, de la castagne, on en apprend plus sur Cari Mora et son passé et ce qui l’a amené à travailler aux Etats-Unis. On a le bon parler des méchants, comme je dirais la subtilité c’est clairement pas pour eux. Mais ça va avec le personnage, le milieu où le seul respect qu’ils ont c’est pour eux-même. Alors autant vous dire que niveau langage fleuri on est servis... et j’ai adoré ! Parce que pour le coup ça aide à s’imprégner de l’environnement dans lequel ils évoluent et que sinon ça aurait fait un peu trop monde de bisounours. Et il ne faut p’tet pas abuser non plus.
    Jusqu’à la fin on ne sait pas comment cela va se terminer. Qui va survivre ? Qui va mourir ? Comment vont-ils mourir ? Cette question aussi vous traversera l’esprit quand on voit l’ingéniosité de l’auteur pour mettre en scènes certains meurtres. Vraiment, j’ai eu l’impression de voir un Django unchained ou un Inglorious Bastards tant ça peut paraître parfois grossier. Ca prêtait parfois à sourire alors que c’était assez horrible descriptivement parlant haha.
    Mais à côté, quand on plonge dans le passé de cette fameuse Cari Mora, on a un peu les "boules" de voir comment elle a pu être traitée et surtout de ce qu’elle a pu voir durant son adolescence. C’est vraiment à double tranchant et je pense que pour le coup ça passe ou ça casse.
    En bref,
    Il y a de bonnes choses dans Cari Mora mais ça va peut-être trop vite. Du coup, ça peut perturber, ça m’a perturbé et j’en ai moins apprécié la lecture. Ca tire dans tous les sens, l’hémoglobine est présente à chaque page et autant on en apprend plus sur les cartels, les gangs et sur Cari Mora. Sans être un livre inoubliable, c’est un bon divertissement et ça reste Thomas Harris, qui a un talent monstre pour écrire. Si vous êtes curieuse, je ne peux que vous inviter à le découvrir =).

  • Mes évasions livresques 29 juin 2019
    Cari Mora - Thomas Harris

    CHRONIQUE D’UNE DÉCEPTION...

    On a tous en tête la tétralogie sur Hannibal Lecter, le personnage phare de Thomas Harris, que ce soit dans ses aventures littéraires, cinématographiques ou télévisuelles.

    Dans un tout autre registre, l’auteur nous revient avec une histoire de casse ultime dans l’ancienne villa de Pablo Escobar avec la mafia latino se disputant avec gangs, police et au milieu de tout ça, l’énigmatique Cari Mora.

    Un personnage de femme forte, qui a un passé où la violence a révélé tous ses secrets et qui baigne dans une ambiance où la misère et le système D frisent l’illégalité.

    Sur le papier, le nouveau roman de Thomas Harris me faisait très envie, notamment avec ce personnage de Cari Mora, très prometteur. Tous les ingrédients étaient là pour avoir un pur thriller d’action et au final, j’ai eu l’impression de lire une ébauche de roman, avec une intrigue floue et qui a du mal à décoller.

    Une déception, je disais, car le personnage de Cari Mora aurait pu facilement devenir une figure féminine emblématique du thriller d’action avec sa ténacité et ses multiples capacités issues de son passé, mais non, l’auteur les survole à peine, reléguant même ce personnage principal à une place secondaire, voire de figurant par moment.

    Tout n’est pas négatif non plus car il y a de belles scènes d’action avec de jolis moments bien sanglants mais souvent sans rapport avec l’héroïne.

    Triste constat d’avoir attendu si longtemps ce roman qui sera très vite oublié. La plume est toujours là, les idées aussi mais la connexion ne s’est pas faite entre les deux...

  • Booksnpics 5 juillet 2019
    Cari Mora - Thomas Harris

    Lorsque l’on parle de Thomas Harris, la tentation est grande de se référer uniquement à sa série de romans mettant en scène le personnage ô combien célèbre d’Hannibal Lecter. Mais savez-vous qu’il débuta sa carrière d’écrivain (en 1975) avec « Black Sunday » où une menace terroriste pesait sur l’événement sportif le plus médiatisé des États-Unis, le Super Bowl ?
    Douze ans après avoir publié le dernier volet de sa tétralogie concernant Hannibal Lecter, il nous revient avec un roman inspiré de faits réels.
    Pour nombre d’entre nous, Pablo Escobar n’est certes pas un inconnu, ni un enfant de chœur. Surnommé le « Roi de la cocaïne », il fut l’un des plus célèbres barons de la drogue, membre du cartel de Medellin. Abattu dans son fief en 1993, quelques mois après son évasion de la prison d’Envigado, personne ne doutait qu’il laissait derrière lui une immense fortune résultat des sombres activités du cartel. Le mystère du trésor de Pablo Escobar a été source de nombreuses spéculations.
    C’est sur base de ces faits que Thomas Harris nous fait plonger au cœur d’une véritable chasse au trésor ayant pour décor la villa ayant appartenu à Escobar et surplombant Biscayne Bay à Miami Beach.
    Avant de se lancer à la découverte de ce roman, une chose est claire, il faut repartir de zéro. Oubliez tout ce que vous avez pu lire de cet auteur précédemment. Repartez d’une page blanche car, même si l’ombre de Lecter ne semble pas être loin, « Cari Mora » ne ressemble en rien à ses précédents opus, ni dans la lettre ni dans l’esprit.
    Le roman se lit rapidement. Le style est maîtrisé. Nous apprenons à découvrir Cari Mora, la jeune gardienne de la villa, au caractère bien trempé et très attachante, et à en savoir plus sur son passé, sur les circonstances qui ont forgé sa personnalité.
    Il y a de l’action c’est indéniable. Entre trafic de drogue et traite d’êtres humains, les personnages rencontrés sont plus abjects les uns que les autres. La plume de l’auteur est sans conteste efficace même si j’ai parfois eu le sentiment de manquer de moments forts. Comme un sentiment de trop peu dans le développement de l’histoire et des personnages, hormis comme je le disais plus haut, celui de Cari Mora.
    Alors oui « Cari Mora » est un roman efficace, une lecture prenante, faisant s’affronter plusieurs camps dans une quête impossible. Le talent de l’auteur n’est certes pas à remettre en question.
    Je remercie les éditions Calmann-Lévy pour cette lecture et leur confiance renouvelée.

  • calyenol 17 juillet 2019
    Cari Mora - Thomas Harris

    Cari Mora....une lecture avec un avis plus que mitigé.
    .
    Cari Mora,c’est une jeune femme,ancienne enfant enrôlée par les FARCS,qui est payer pour surveiller l’ancienne maison,à Miami Beach,de Pablo Escobar où sont cachés des lingots d’or.
    Des gangs sans états d’âme se battent pour mettre la main dessus...
    .
    12 ans d’attente....
    Mon retour sera court et simple.
    Cari Mora fut pour moi une lecture déception.
    Le début un chouilla flou n’a pas réussi à me faire rentrer vraiment dans l’histoire,l’auteur m’a parfois perdu,et la fin plutôt rapide ne m’a pas surprise même si ça a été,pour moi,la meilleure partie du livre.
    Pourtant certains personnages et leur histoire auraient pu être plus développé et avoir plus de place,de pages,dans le livre,je l’aurais sûrement plus apprécié.
    Dommage.
    294 pages...c’était peut-être trop peu !
    L’auteur m’a tellement donné de l’excellent que je reste sans voix avec ce livre.
    Vous l’aurez compri,cette lecture ne l’a pas fait avec moi.
    Pour ceux qui ne l’ont pas lu,peut-être vous plaira-t-il plus qu’à moi...car les goûts et les couleurs...

  • Killing79 30 juillet 2019
    Cari Mora - Thomas Harris

    Au vu de mes chroniques, vous savez que j’adore les thrillers. Mais ce que vous ne savez pas, c’est que je n’avais encore jamais lu de Thomas Harris ! Shame on me ! J’ai bien sûr vu tous les films, j’ai depuis longtemps un de ses livres dans ma PAL, mais je n’ai jamais pris le temps de me lancer dans les aventures d’un des plus célèbres tueurs psychopathes de la littérature et du cinéma : Hannibal Lecter. Après 12 ans d’absence, l’auteur très attendu est de retour et je suis présent !

    Pour cette nouvelle production, changement de genre. Cette fois, on n’a pas affaire à un thriller angoissant mais plutôt à un roman d’action. On attend un peu mais une fois lancée, l’aventure est très rythmée et les 300 pages sont vite dévorées. Cette chasse au trésor entre mafieux est le prétexte à de grandes scènes de fusillades et de combats. On imagine bien le potentiel cinématographique de l’histoire. Thomas Harris maitrise son sujet et avec un méchant vraiment méchant, il n’usurpe pas sa réputation d’auteur gore et violent.

    Malheureusement une accumulation de situations explosives et malsaines ne fait pas forcément un grand livre de gangsters. A l’opposé de ce que produit l’auteur habituellement, le scénario souffre de son manque d’inspiration et de ses personnages trop caricaturaux. Les différents protagonistes sont soit excessifs soit insipides. Les chapitres se succèdent sans originalité. Le lecteur n’est donc jamais surpris et tout est prévisible.

    Malgré ces grosses lacunes, la lecture est tout de même distrayante. La plume de l’auteur est efficace pour nous entraîner dans cette guerre de gangs. Avec ses qualités et ses défauts, « Cari Mora » tient plus du divertissement que du roman noir. Il sera donc parfait si vous cherchez quelques frissons sur le sable chaud, sans prise de tête. En revanche, il ne restera pas dans ma mémoire. Je donnerai une seconde chance à Thomas Harris avec une valeur un peu plus sûre : Hannibal.

    http://leslivresdek79.com/2019/07/30/thomas-harris-cari-mora/

  • Lecturesetgourmandises 11 septembre 2019
    Cari Mora - Thomas Harris

    Je n’ai eu l’occasion de découvrir le fameux Hannibal Lecter qu’au cinéma, ce qui ne m’avait pas empêché d’être fascinée par le personnage imaginé par Thomas Harris.

    Alors quand j’ai entendu parler du dernier roman de l’auteur, qui n’avait rien publié depuis 12 ans, je n’ai eu qu’une seule envie : le découvrir !

    Ce roman m’a totalement sorti de ma zone de lecture habituelle, m’emmenant hors des sentiers battus et j’ai malheureusement eu beaucoup de mal à trouver un intérêt à l’histoire.

    L’intrigue se déroule à Miami, dans un quartier prestigieux où défilent des villas de luxe. Parmi ces propriétés, une retient l’attention de nombreuses personnes : il s’agit de l’ancienne villa de Pablo Escobar. La légende dit qu’il aurait caché des lingots sous la maison, ce qui fait l’objet de toutes les convoitises.

    Et c’est Hans-Peter Schneider qui va tenter de mettre la main sur cet énorme butin. Arrivée au tiers du livre, on découvre qui se cache derrière cet homme très riche : un véritable monstre sanguinaire qui aime torturer les femmes. Ambiance.

    Si le roman aurait pu s’articuler autour de ce serial-killer, il n’en est rien, et j’ai trouvé que la personnalité de Hans-Peter n’est mise qu’au second plan, le coeur de l’histoire étant la recherche du trésor caché.

    Hans-Peter va néanmoins développer une obsession pour Cari Mora, la gardienne de la villa. Si toutes les précédentes gardiennes ont déserté rapidement la maison, Cari Mora, elle, ne ressent aucune crainte à vivre seule dans cette demeure. Et pour cause : c’est une femme d’une grande force qui a connu la violence durant son enfance.

    Si certains passages sont intéressants et même parfois haletants, le soufflé retombe très vite et les situations sans grand intérêt s’enchaînent.

    En résumé, je n’ai pas été séduite par cette histoire malgré certains passages bien maîtrisés.

    Je préfère ne pas m’étendre, les goûts étant différents, je ne déconseille pas de découvrir le dernier roman de Thomas Harris, chacun est libre de se faire son propre avis. Je n’ai simplement pas adhéré à l’histoire.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.