Dynamique du Chaos (Edition non censurée) - Ghislain Gilberti

Notez
Notes des internautes
6
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Votre note
Notes des internautes

Résumé :

Gys, un jeune homme au passé agité, va jusqu’à l’impensable pour oublier sa séparation. Rapidement, il cède à l’ivresse nerveuse des transgressions aux côtés de ses trois amis de la " Génération Nada " : avec eux, il écumera bars et clubs de tous les excès, traquant le chaos qui lui permettra de mieux voir le monde. Il ignore qu’au loin, un train fou fonce déjà sur lui. Le monstre d’acier s’appelle Séverine.

Dynamique du Chaos fait l’effet d’un coup de tonnerre lors de sa mise en ligne sur Internet en 2007, avec plus de 100 000 téléchargements et un torrent de commentaires de lecteurs jetés à corps perdus dans cette aventure radicale. Aujourd’hui publié pour la première fois sans censure et en édition papier, ce texte sauvage raconte la chute libre d’un homme sur fond de drogues, de sexe, d’abus en tout genre et l’amour passionnel, irrationnel, d’un homme pour une femme. Dans son art de la torsion, le virtuose Gilberti repousse les limites du soutenable par une obsession suprême inavouée : tenter de retrouver une forme originelle de pureté métaphysique et romanesque.

Vos avis

  • O.Nadaco 20 juillet 2017
    Dynamique du Chaos (Edition non censurée) - Ghislain Gilberti

    Bon, je commence par où, là ? Peut-être par expliquer avant tout que, contrairement à ce que vous verrez sur la couverture du livre, il ne s’agit pas du tout d’un thriller mais bien d’un roman noir autobiographique. J’imagine que c’est important, surtout le côté roman noir, parce que bon, l’auteur n’étant pas nécessairement votre pote, j’imagine que le reste vous vous en foutez. Parce que, autobiographique ou non, le roman noir inscrit ses personnages dans une vie quotidienne réelle, sombre mais vraie. J’imagine que c’est justement pour cela que beaucoup d’auteurs de noirs puisent dans leur propre vie pour écrire leurs romans.

    J’hésite depuis longtemps, très longtemps, à lire ce livre. Il y a des thèmes comme ça qui vous attirent contre votre volonté. Je me suis finalement décidée et voilà le petit retour que je pourrais en faire :

    Le livre... J’ai eu du mal sur toute la première moitié, j’en suis même arrivée à survoler parce que ça tourne en rond, c’est redondant, il manque un fil conducteur fort, celui proposé est trop ténu et ne vient reprendre sa place qu’à la moitié du roman. On suit le personnage principal et narrateur dans sa vie, nocturne surtout, de boîtes de nuit en bars, de bars en boîtes, de baises en séances de cul. Et j’ai failli lâcher l’affaire, pas parce que ce genre de scènes me dérangent, mais bien parce que j’ai cru que le roman n’aurait que cela à offrir. Grossière erreur.

    Le retour de l’âme soeur de Ghys va faire chavirer le roman. Tout à coup on commence à avoir une image plus nette de son histoire et surtout se met en place un tension, une question, on se demande enfin comment tout cela va tourner. Cet anti-héros va donc nous parler de ce moment où il la revoit et comment cela chamboule tout ce qu’il a tenté de changer dans sa vie. Assuré par tous qu’être avec elle serait leur fin à tous deux, il s’est séparé d’elle, une déchirure impossible à soigner. Aucune drogue ne pourra suffire à lui faire oublier la force des sentiments, des sensations... Et finalement, en quoi sa vie serait-elle mieux sans elle, puisqu’elle est toute sa vie ?

    Il y a une force dans les sentiments de l’auteur qui transpire au travers des pages. La puissance de l’amour, celui qui peut vous rendre fou, vous amener à toutes les extrémités, vous ronge ou vous donne des ailes, à la fois pur, passionnel et pourtant trop puissant pour rester simple et tranquille.
    J’avais déjà tenté de lire un de ses thrillers et ça n’était pas passé côté plume (je retenterai, ce n’était peut-être juste pas le bon moment). Mais dans cet exercice, je l’ai trouvé beaucoup plus agréable à lire, peut-être parce que plus authentique. En bref, ne vous laissez pas endormir par la première moitié du livre, sachez qu’il y a quelque chose de fort ensuite.

  • Ophé Lit 9 juillet 2018
    Dynamique du Chaos (Edition non censurée) - Ghislain Gilberti

    "La dynamique du Chaos" de Ghislain GILBERTI chez Ring, une plongée en enfer...

    Dès l’introduction, j’ai été touchée par la douleur et la souffrance qui transpiraient des mots de Ghislain. Des termes puissants, durs, pour évoquer une enfance brisée sur l’autel de la violence.
    "J’ai grandi sous le règne d’un dieu féroce, illogique, sadique, pervers.Mon père était mon geôlier, mon bourreau.Mon entourage n’a jamais rien fait pour arrêter ça, se contentant de tourner la tête et d’ignorer cette détresse. Je ne peux pas le leur reprocher, le drame qui se jouait était insoluble et personne n’avait envie de titiller la bête au risque de se faire mordre."

    Pendant toute ma lecture, j’ai été tiraillée entre l’ombre et la lumière. L’obscurité des images, du récit ; la clarté que je me suis échinée à conserver en m’accrochant aux liens d’amitiés forts existant entre Gys et Manu, mais aussi Nico et toutes ces autres personnes qui, dans la noirceur d’un monde qui m’est inconnu, se soutiennent au-delà des normes et des conventions.

    J’ai eu mal, le ventre noué, les mains crispées autour d’un roman qui, parce qu’il est à 99% autobiographique, ne peut être lu comme un simple divertissement. Il faut en prendre toute la mesure pour entendre le message de Ghislain.
    L’écriture est viscérale, douloureuse, sans filtre, comme si part ses mots Ghislain cherchait à exorciser un peu de cette douleur, de ce chaos contre lequel la lutte est permanente.

    Gagner le respect volé depuis l’enfance dans la violence, le franchissement des interdits, en adoptant une position de supériorité, en prenant le pouvoir dans un monde où la lumière n’existe pas. Mais quelle est la valeur de ce pouvoir ? Existe-t-il réellement lorsque l’on est polytoxicomane et que les drogues en tous genres ont pris possession de votre corps et gangréné vos esprits en perte de repères.

    Si j’ai été étreinte par la violence des émotions procurées lors de ma lecture, j’ai été également touchée par sa poésie. Elle est certes noire, mais bien présente. Ghislain use de nombreuses métaphores, qui, si elles illustrent l’absolue noirceur de son chaos, illuminent son écriture et donnent vie à ce monde douleurs, de dépendances, de lutte en tous genres, de sexe brutal.
    "Je suis un parasite insatiable. Une tique affamée agrippée aux poils malodorants du corps social."

    Ghislain distille également ses réflexions et sa vision d’une société malade où la mort et le noir fascinent, où les politiques sont plus préoccupés par leur nombril d’égocentriques que part leur pays qui souffre :
    "Le système se plie sans agir, sans lutter. L’apathie politique face à ce désastre annoncé est complètement désarmante, on jurerait que nos dirigeants se contentent de jouer les autruches alors que la situation nous projette droit dans le mur."

    Enfin, "La Dynamique du Chaos" c’est aussi une histoire d’amour, la communion de deux âmes, l’amour destructeur, incontrôlable, cette sensation physique d’être la moitié de l’autre et de ne pouvoir respirer en son absence, ce sentiment que la vie n’a pas de sens ni de raison d’être sans l’autre.
    "Pendant quelques instants, nous avons formé une entité unique et palpitante. Une âme siamoise en sueur, traversée de soupirs et de tremblements, de larmes et de frissons [...] Je pense que des choses pareilles n’arrivent qu’une fois dans une vie [...] On ne rencontre l’amour q’une seule fois, il n’y a pas de deuxième chance."

    Avec "La Dynamique du Chaos" les censeurs ont perdu leur combat contre tous ceux, qui, comme Ghislain, nous ouvrent les yeux et les portes d’un monde bien réel où le chaos règne en Maître, où le sexe sous toutes ses formes, la violence, les drogues guident les vies de milliers de personnes, où la souffrance est telle qu’elle ronge, gangrène petit à petit la vie.
    Mais par ce roman, cette autobiographie partielle, Ghislain nous montre aussi qu’au bout de ce monde, du tunnel, il y a la Vie pour celles et ceux qui auront la force et le courage de reprendre possession de la leur. Et même si des séquelles demeurent, au bout, il y a l’espoir.

  • nathf 7 septembre 2018
    Dynamique du Chaos (Edition non censurée) - Ghislain Gilberti

    Après une douloureuse rupture, Gys brûle la chandelle par les deux bouts en multipliant les excès en tous genres.....
    Je vais être franche, ce roman, basé sur la vie de Ghislain Gilberti, ne m’attirait pas. Je l’ai commencé, arrêté et repris, je voulais me rendre compte de ce qu’était cet ovni qui déchaînait les passions.....
    Je ne vais pas dire que j’ai "aimé", ça serait indécent d’adorer la descente aux enfers d’un homme torturé et pourtant ce récit m’a beaucoup touchée.
    Je ne vous cache pas qu’il est dur, sans filtre avec un langage cru et fleuri qui se justifie par le parcours du narrateur.
    Malgré toute cette violence, on se rend compte que Gys est un gars bien, qu’il n’est pas né avec une cuillère en argent dans la bouche mais que, malgré toutes ses frasques, il a su rebondir et sortir du chaos.
    Un roman fort sur la toxicité d’une relation et ses conséquences dont on ne sort pas indemne et pourtant qui contient une lueur d’espoir.

  • jeanmid 30 septembre 2018
    Dynamique du Chaos (Edition non censurée) - Ghislain Gilberti

    Gys est un partisan du "no limit" : c’est sa raison même de vivre . Il recherche en permanence à dépasser de nouvelles frontières tant que son corps suit le même rythme .
    Ce jeune type qui vit à Belfort ne peut se résoudre à vivre la vie si conformiste, terne , fade et trop tranquille de ses congénères et s’est fait l’excès comme règle .
    Cet excès Il va le trouver et l’exacerber dans ses relations aux autres , dans le sexe , dans l’alcool et la consommation des psychotropes . Cet abus de drogues en tout genre lui permet de mener une existence décalée de la réalité , une sorte d’exaltation permanente , une course perpétuelle vers le trip ultime où les préoccupations du quotidien passent au second plan pour laisser place à l’immédiateté de la sensation.
    Gys est un animal nocturne qui côtoie une tribu underground qui comme lui , tente de survivre d’expédients quand elle ne trafique pas , hante la région en quête de fêtes ou de rave parties improvisées , garantie d’un déluge sonore au tempo frénétique et d’une opportunité supplémentaire pour se défoncer .
    C’est aussi un homme amoureux fou de Séverine . Une passion réciproque d’autant plus torturée et violente qu’elle est jouissive .
    Comme si cela ne suffisait pas Gys se retrouve mêlé à une histoire de vengeance familiale qui risque de représenter un sérieux danger immédiat pour lui et sa bande de joyeux drilles . Mais le danger n’est-il pas déjà son pain quotidien auquel l’accoutumance ne laisse que peu de répit ?

    Ce roman est d’abord et avant tout le témoignage d’un survivant qui , avec plus de sensibilité qu’il ne peut paraître au premier abord , décrit sans concessions et sans censure , l’indicible abime de noirceur d’un être humain . On y déniche même parfois une touche de poésie ce qui peut paraître antinomique compte tenu de l’hyperviolence des mots et des actes qui transpire dans le récit .
    Ce livre est aussi un objet littéraire dont on ne sait rien de la part d’autobiographie mais dont la force et le réalisme des mots employés semblent démontrer de la part de l’auteur un partage d’expérience plus qu’une oeuvre de fiction .
    C’est enfin et peut être pour Ghislain Gilberti un travail indispensable sur lui même comme une oeuvre nécessaire vers une rédemption progressive .

  • Céline Troadec 7 novembre 2018
    Dynamique du Chaos (Edition non censurée) - Ghislain Gilberti

    Résumé : Gys, un jeune homme au passé agité, va jusqu’à l’impensable pour oublier sa séparation. Rapidement, il cède à l’ivresse nerveuse des transgressions aux côtés de ses trois amis de la « Génération Nada » : avec eux, il écumera bars et clubs de tous les excès, en quête d’une vie nouvelle. Il ignore qu’au loin, un train fou fonce déjà sur lui. Le monstre d’acier s’appelle Séverine.

    Mon Avis :

    Pour ma première chronique, j’ai choisi un livre violent, un livre qui m’a pris aux tripes, un livre qui m’a empêché de dormir, un chaos total, une gifle phénoménale. Voici la Dynamique du chaos. Découvert par mon amie Rachel, je ne la remercierais jamais assez de me l’avoir mis entre les mains.

    On va suivre Gys, un homme blessé par la vie, pas forcément bien né, où la nuit est sa porte de sortie. Entre alcool, drogue et sexe, on y retrouve un homme perdu mais où l’amour d’une femme du nom de Séverine pourrait le faire sortir de cette chute infernale.

    On se balade avec Gys dans les nuits de Belfort. On découvre les endroits les plus noirs. L’atmosphère est parfois lourde et pesante. On y voit une déchéance certaine où l’on se dit que notre petit confort des « Monsieur Tout le monde » est comme même bien agréable. Ce livre est hardcore et il n’est clairement pas à la portée de tout le monde.

    Au niveau de mes sentiments, c’était l’ascenseur émotionnel. Parfois j’ai ri, parfois j’ai pleuré, parfois j’ai ragé et je suis descendue en Enfer avec lui. L’auteur a su, par son écriture, me transmettre mille émotions.

    Ce livre a été le plus violent qui m’a été donné de lire. C’est très difficile de faire une chronique sur une autobiographie parce que c’est une part de l’auteur, il se dévoile sans censure. C’est du brut, c’est du cash, sans fioriture. On y va crescendo et on découvre son univers dark. On le déteste par ses erreurs mais on s’attache à lui parce qu’on sait qu’il veut s’en sortir. Mais malgré tout le chaos, on y retrouve l’amour, l’arme la plus puissante qui puisse exister et c’est là où j’en reviens, M. Gilberti, mes respects les plus profonds, vous avez su toucher mon âme. Et je remercie les éditions Ring de l’avoir publié sans censure.

  • mavic 15 décembre 2018
    Dynamique du Chaos (Edition non censurée) - Ghislain Gilberti

    Dynamique du chaos, c’est un livre uppercut. C’est dur, c’est cru et à certains moment ça te percute de plein fouet. Encore plus quand tu sais que cela fait parti intégrante de la vie de l’auteur. C’est ma première fois avec cet auteur mais clairement pas la dernière.
    Et pourtant, malgré ces louanges je n’ai pas été à 100% convaincue. Est-ce que j’en attendais beaucoup de ce livre que beaucoup encense ? Peut-être.

    Ce n’est pas le vocabulaire utilisé qui m’a choqué. Je pense même que c’est utile au texte pour montrer le chaos qu’est la vie de Gil et que ce n’est pas que du trash pour du trash. Mais j’ai eu des difficultés à entrer dans l’histoire, je n’ai pas réussi à être totalement empathique avec les personnages alors qu’avec du recul, le livre respire la souffrance et le mal-être à plein nez.

    Les mots sont choisis avec soin, ils reflètent l’âme du personnage principal mais également de son entourage. C’est un chaos qui va crescendo jusqu’au point de non retour.

    Alors même si je n’ai pas complètement touché, transcendé… j’ai trouvé que la fin apporte un flot d’émotions mal contenu et qui explose à chaque page. Er ça, ces dernières pages m’ont laissé comme un espèce de vide à l’intérieur de moi. C’est d’autant plus frustrant pour moi d’en ressortir avec un avis mitigé alors que j’ai ressenti tout ça. Mais le début ne pas pas autant affecté que je ne l’aurais cru.

    Dynamique du chaos m’a rappelé Helle de Lolita Pille mais aussi Requiem for a dream même si elle n’évoque pas la même histoire je trouve que l’on reste dans cette image de destruction dans un cercle infernal. Un cercle où l’on ne trouve pas d’issue et qui se resserre comme un étau.

    C’est parfois difficile à lire car pour moi ça part parfois dans l’extrême, notamment dans les fêtes où les limites ne sont plus qu’un simple concept.

    Et quand je dis que c’est difficile, c’est que je me suis demandée comment on en arrivait là, à se détruire à petit feu et ne rien pouvoir faire pour venir en aide. Alors attention, aucun jugement de valeur ici. Compliqué d’expliciter une pensée par écrit mais quand on lit quelque chose comme cela, on voudrait intervenir. Sauf que là on est juste impuissant face à cette déchéance.

    Alors, encore une fois, ça me frustre. Frustre de ne peut-être pas apprécié ce livre à sa juste valeur alors que c’est diablement bien écrit et que la fin est intense.

    Je le relirai sûrement un jour, quand je sentirais que c’est le moment mais surtout je lirais d’autres livres de cet auteur. Malgré cette sensation en demi teinte je ne peux encore une fois nier le talent de l’auteur.

    En bref,

    Ami lecteur, je t’invite à te faire ta propre idée de ce livre plus autobiographique que fictif. Pour ma part une sensation d’être passé à côté malheureusement, d’avoir loupé quelque chose. Peut-être qu’inconsciemment les mots ont eu plus d’impact sur moi et que je n’ai pas voulu me plonger plus dans cette histoire. Dans tous les cas, je ne regrette pas de l’avoir lu.

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.