Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Juste une balle perdue - Joseph D’Anvers

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

8 #AvisPolar
4 enquêteurs
l'ont vu/lu
2 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Roman veut devenir boxeur. Il se rêve déjà professionnel lorsqu’il intègre une prestigieuse académie qui fera de lui un champion. Un soir, il rencontre Ana, une jeune fille qui va changer sa vie. Entre drogues, sexe, alcool, amour et délinquance, ces deux écorchés vont s’offrir une parenthèse enchantée. Mais tout tourne très vite au cauchemar. Comme s’il était impossible d’échapper à son destin. Juste une balle perdue raconte cette saison entre paradis et enfer.

Ancien boxeur formé aux arts appliqués et au cinéma à la Fémis, Joseph d’Anvers est auteur-compositeur-interprète et musicien. Juste une balle perdue est son deuxième roman.

Vos #AvisPolar

  • Le Monde de Marie 31 juillet 2020
    Juste une balle perdue - Joseph D’Anvers

    Ce livre c’est le récit du drame qu’aura été la vie de Roman. A travers une alternance entre passé et présent, il va nous conter son vécu, ses peines, mais aussi ses instants de bonheur qui l’auront aidés à se battre, et puis enfin, son grand amour.

    La plume de l’auteur est agréable et la présentation du texte en fait une lecture rapide. Un texte qui n’est pas toujours simple à lire. Surtout lorsqu’on découvre les sévices subits alors que Roman n’était qu’un tout jeune enfant. Des fêlures qui auront fait de lui celui qu’il est aujourd’hui. Un jeune homme débrouillard, très attachant à sa manière, qui a besoin d’ivresse pour oublier ses peines et ses craintes.

    On le rencontre alors qu’il tombe amoureux d’Ana et qu’avec elle, son quotidien va prendre un tout nouveau tournant. « La belle vie » pourrait on dire mais cela n’est qu’apparence car le danger rode, très proche et, au moindre faux pas, tout peut basculer. Un petit coin de paradis, des instants de bonheur avec, en contrepartie, l’enfer.

    Une lecture pendant laquelle la tension ne nous quitte pas. Le récit d’une vie qui, malgré les instants de bonheur, reste dramatique. J’ai été prise par les mots de cet écorché jusqu’au dénouement qui m’aura donné les larmes aux yeux.

  • bonne_heure_litteraire 31 juillet 2020
    Juste une balle perdue - Joseph D’Anvers

    J’ai reçu ce livre de la part de @bepolar.fr et je ne peux que les remercier grandement car c’etait une super lecture👌Je ne me serai pas forcément tournée sur ce livre de moi même et franchement je serai passée à côté de quelque chose.❤
    .
    Une histoire qui m’a fait penser à "Nous rêvions juste de liberté" de Henri Loevenbruck car l’atmosphère est similaire, l’histoire à des traits communs et j’ai tout simplement adoré ce roman.
    .
    On suit Roman qui est le personnage principal, un type torturé mais vraiment attachant, qui n’a pas eu beaucoup de chance dans sa vie, on découvre donc ce qu’a été son enfance, son adolescence et ce, jusqu’à l’âge adulte, en alternant passé et présent.
    .
    Liens fraternels, impression d’une 2ème famille pour Roman, que la chance lui sourit enfin, amour, fric, drogue, alcool, introspection...voila quelques ingrédients qui composent ce roman et cette dernière lecture de juillet me marquera longtemps je pense.

  • Sonia Boulimique des Livres 1er août 2020
    Juste une balle perdue - Joseph D’Anvers

    ❤️ Et un coup de cœur, un !! ❤️

    Une belle histoire d’amour, cela vous va ? On est parti ?

    Roman, 18 ans, a intégré l’Académie de boxe, où son avenir semble tout tracé. Son talent de boxeur n’est pas à démontrer. Il enchaine les entrainements, les combats, le tout accompagné d’une qualité de vie irréprochable. Jusqu’au jour où les sirènes de la fête vont sonner à la porte de sa conscience. Au cours d’une soirée, ses yeux vont rencontrer ceux d’Ana. Et à partir de cette seconde, il n’y aura plus qu’Ana dans la vie de Roman.

    Il quitte l’Académie pour s’installer avec Ana et sa bande, qui vivent dans une luxueuse villa, sous la protection d’un homme d’affaire riche et puissant, Igor. Celui-ci offre une existence de rêve à ses « Anges », en contrepartie de quelques services. Roman va accepter de devenir un ange, lui aussi, par amour pour Ana, sans trop savoir au départ à quoi cela correspond.

    Un roman que je n’ai pu lâcher. Une histoire sombre, noire, mais tellement belle. Jusqu’où peut-on aller par amour ? Est-on libre quand on aime ? Peut-on réfléchir lorsqu’on est amoureux ? Pas sûr. Car Roman a ressenti dès le début cette angoisse poindre son nez et grandir au fond de ses entrailles, mais il a été bien incapable de la prendre en compte. Il s’est jeté dans l’inconnu, peu importe où cela allait le mener, pourvu qu’il soit avec Ana.

    Roman et Ana, les Bonnie and Clyde contemporains, deux étoiles filantes, qui vont s’aimer passionnément. Entre alcool, drogue, sexe, notre couple grille la chandelle par les deux bouts. Les personnages, que ce soit nos deux protagonistes, comme les secondaires gravitant autour d’eux (dans une moindre mesure toutefois), sont façonnés, ciselés juste ce qu’il faut pour que le lecteur puisse les cerner.

    Des incursions dans le passé de Roman vont nous le rendre encore plus touchant et apporter un punch supplémentaire. Ana sera le baume réparateur de Roman. J’aurai aimé en savoir également un peu plus sur Ana, le peu dévoilé m’ayant laissée sur ma faim.

    L’écriture est tout simplement envoûtante, percutante et poétique. Je me suis immergée dans le récit, il m’a enveloppée, je me suis laissée porter. Je suis arrivée à la dernière page sans m’en apercevoir, vite, trop vite, submergée par les émotions. J’ai lu à la vitesse où les personnages vivent : intensément, passionnément, tambour battant.

    Le principe de narration avec l’emploi du « Je » nous met directement à la place de Roman. J’apprécie de plus en plus ce type de construction, car en général, je ne fais plus qu’un avec le roman.

    Une lecture émotion, bouleversante, qui s’insinue dans la tête et dans le cœur. Un livre écrit avec les tripes et qui se lit avec les tripes. Un roman noir, parsemé de violence sourde, de celle qui décontenance. Mais où l’amour a également toute sa place, rendant l’ensemble délicat et magnifique. C’est pourquoi cette lecture est un coup de cœur pour moi.

    La liberté, l’amour, les choix de vie, l’impact de l’enfance sur l’adulte, tous ces thèmes sont posés et traités, avec subtilité, certes, mais également sans filtres.

    Une lecture que je conseille vivement à tous les amateurs de romans noirs.

    « Elle s’appelait Ana et j’ai su dès le départ que ça allait merder. »

    Je remercie chaudement les Éditions Rivages et BePolar pour cet envoi et cette magnifique lecture.

    #justeuneballeperdue #JosephdAnvers #Rivages #BePolar

  • LeahBookAddict 3 août 2020
    Juste une balle perdue - Joseph D’Anvers

    Je découvre cette plume et je dois dire que j’ai passé un très bon moment avec Roman et Ana.
    Le personnage de Roman porte ce roman avec justesse et émotion.
    On y suit ses combats, ses amours, on s’attache à lui personnage écorché par la vie qui lutte pour enfin se sentir à sa place dans ce monde.
    Un roman rock’n’roll que je ne suis pas prête d’oublier !

  • Sylvie Belgrand 4 août 2020
    Juste une balle perdue - Joseph D’Anvers

    La boxe, c’est important pour Joseph D’Anvers et ça se sent. Ses phrases sont courtes, sèches, elles vont à l’essentiel et vous cueillent aux tripes à coup d’émotion et d’adrénaline.

    Roman est un personnage formidable, fort et fragile, toujours sur le fil, prêt à tout pour cet amour qu’il a cherché toute sa vie. Ça fait de lui un de ses désespérés magnifiques qui hantent les meilleurs romans noirs.

    Une belle histoire, une belle écriture. À découvrir.

    #JusteUneBallePerdue #JosephDAnvers #Rivages #BePolar #boxe #livres #chroniques #lecture #polar #thriller #policier

    Le quatrième de couverture :

    Roman veut devenir boxeur. Il se rêve déjà professionnel lorsqu’il intègre une prestigieuse académie qui fera de lui un champion. Un soir, il rencontre Ana, une jeune fille qui va changer sa vie. Entre drogues, sexe, alcool, amour et délinquance, ces deux écorchés vont s’offrir une parenthèse enchantée. Mais tout tourne très vite au cauchemar. Comme s’il était impossible d’échapper à son destin.

    Juste une balle perdue raconte cette saison entre paradis et enfer.

  • meslivresdepoche 7 août 2020
    Juste une balle perdue - Joseph D’Anvers

    J’ai reçu ce livre car je suis membre VIP du club Be Polar, je remercie chaleureusement l’auteur, Joseph d’Anvers, la maison d’édition Rivages ainsi que Be Polar pour l’envoi de ce roman.

    Le résumé m’a interpellé dès le début, j’ai voulu en savoir plus sur ces anges, sur leur passé.

    Le roman est rythmé, la plume de l’auteur est poétique et sombre à la fois, on y découvre des personnages perdus, sombrants dans l’alcool, la drogue ou le sexe, mais qui ont un côté attachant.

    On suit l’évolution entre les protagonistes et notamment l’histoire d’amour grandissante entre Roman et Ana.

    Ces personnages qui n’ont pas eu une vie facile, qui vont faire les 400 coups et sombrer dans la délinquance. Certains vont s’en sortir, d’autres non. Un sombre reflet de la réalité.

    Un roman touchant, poignant et addictif. On ne peut le lâcher avant d’avoir le fin mot de l’histoire. Le récit est rythmé et les personnages ont tous une particularité qui les démarquent et les font sortir du lot.

    Une très jolie lecture, je suis sortie de ma zone de confort et j’ai passé un bon moment. A lire absolument !

    Eline, instagram @meslivresdepoche

  • manonlitaussi 10 août 2020
    Juste une balle perdue - Joseph D’Anvers

    Roman était un garçon chétif et solitaire battu par son père. Sans parent à ses onze ans, Roman est placé. Adolescent, il réussit à intégrer une académie grâce à son talent pour la boxe. Son parcours sera détourné par une rencontre en soirée qui l’amène à intégrer un groupe de jeunes qui habitent dans une villa et qui se trouvent sous l’aile d’Igor. Ce groupe mène la belle vie insouciants, souvent défoncés, un peu extrême mais en échange, Igor leur confie des missions et il ne s’agit pas de missions administratives bien sûr à ce prix là.
    Ce qui convainc Roman d’intégrer et de rester dans ce groupe c’est sa rencontre avec Ana, comme une évidence, ces deux là vont s’aimer. Mais la conscience de Roman le rattrape et l’amène à s’interroger sur Igor et ses associés et ca ne le servira pas.
    J’ai trouvé le thriller un peu lent mais c’est ce qui vient contraster avec la violence de certaines scènes. Les corps sont malmenés et avec un narrateur boxeur ca cogne pas mal. Les scènes sont très bien décrites avec un style assez nerveux puis on revient au calme avec Roman comme une chute. J’ai aimé l’alternance présent et passé de Roman qui se souvient de la violence de son enfance avec le présent ou il se défend. Dans le présent on alterne aussi entre scènes d’euphorie de défonce, de violence et retour au calme avec la descente, le réveil.
    C’est lent dans le déroulement mais rythmé dans l’alternance des scènes.
    Je me suis attachée à Roman qui, derrière son caractère calme, observateur, victime de la violence de son père, complètement subjugué par Ana peut faire preuve d’une grande violence mais il n’attaque jamais le premier. Il défend ou se défend.
    Mon seul petit bémol est que j’aurais voulu que le personnage d’Ana soit moins effacé, plus marquant car l’histoire d’amour tient une place centrale mais il m’a manqué la deuxième personne.
    Un bon thriller aux rythmes contradictoires, qui fait son charme, et prenant rapporté par un narrateur très touchant.

  • eva94 10 août 2020
    Juste une balle perdue - Joseph D’Anvers

    Un rêve qui s’échappe, Roman veut devenir boxeur, probablement pour faire un clin d’oeil à une enfance torturée par un père violent, des camarades de classe qui le frappent.
    Un père qui assassine sa mère, la prison.

    Comment ne pas vouloir sortir de ce schéma, en prenant un contrepied qui vous ouvre des portes.
    Il ne deviendra jamais un grand boxeur, et cela le tourmente. Il ne veut plus décevoir, mais à qui s’adresse cette volonté ?

    Un soir tout bascule, lors d’une soirée, une rencontre qui le mène à entrer dans un gang de cambrioleurs et surtout à rencontrer Ana. Cette femme pour qui il quitte la boxe.
    Une lente descente entre drogues, cambriolages et fêtes, mais qui lui laissent un sentiment d’insécurité malgré tout.
    Il participera néanmoins, pour Ana, pour lui et une vie différente.

    Mais un coup qui tourne mal, un homme se fait tuer. Par sa faute.
    Roman sent l’obligation de fuir pour ne pas se mettre en danger. Il part avec Ana.
    Malheureusement on ne quitte pas les Anges comme ça.
    Igor ne les lâche pas.

    Une fin qui se termine mal mais qui colle avec son enfance, un peu de bonheur mais tout cela n’est qu’éphémère.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.