Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Les Promises - Jean-Christophe Grangé

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

14 #AvisPolar
4 enquêteurs
l'ont vu/lu
6 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Les Promises, ce sont ces grandes Dames du Reich, belles et insouciantes, qui se réunissent chaque après-midi à l’hôtel Adlon de Berlin, pour bavarder et boire du champagne, alors que l’Europe, à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, est au bord de l’implosion. Ce sont aussi les victimes d’un tueur mystérieux, qui les surprend au bord de la Spree ou près des lacs, les soumettant à d’horribles mutilations, après leur avoir volé leurs chaussures...
Dans un Berlin incandescent, frémissant comme le cratère d’un volcan, trois êtres singuliers vont s’atteler à l’enquête. Simon Kraus, psychanalyste surdoué, gigolo sur les bords, toujours prêt à faire chanter ses patientes. Franz Beewen, colosse de la Gestapo, brutal et sans pitié, parti en guerre contre le monde. Mina von Hassel, riche héritière et psychiatre dévouée jouant les martyrs dans un institut oublié.
Ces enquêteurs que tout oppose vont suivre les traces du Monstre et découvrir une vérité stupéfiante. Le Mal n’est pas toujours du côté qu’on croit...

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Benoît Ver-Elst 23 mars 2022
    Les Promises - Jean-Christophe Grangé

    Exceptionnel dans ce monde des hauts dignitaires du IIIe Reich. On a assassiné quatre femmes horriblement et mystérieusement. Un officier de la Gestapo et deux psychologues enquêtent sans rien vraiment trouver de concluant. Un roman qui vous tient jusqu’au bout.

  • Sylvie Geoffrion 13 mars 2022
    Les Promises - Jean-Christophe Grangé

    Je retrouve (enfin) le Jean-Christophe Grangé que j’aime. Celui qui est capable d’un véritable propos. Celui qui n’écrit pas du noir gratuitement est-il véritablement sorti de ce corps ? Je l’espère car ce fut un bonheur de lire "Les Promises".
    Berlin 1939. Les belles, riches et grandes dames prennent le thé à l’Hôtel Adlon. Ces dames, mariées à de hauts dirigeants nazis ou encore issues des grandes familles allemandes, ce sont créées une espèce de petite société privée et s’y réunissent toutes les semaines. Et dans ce Berlin en transformation, un être maléfique tue, égorge et éventre pour voler les organes reproducteurs et... les souliers de ces dames.
    On a besoin de résoudre rapidement ces meurtres et on confie l’enquête à un SS, Franz Beewen. Franz, malabar béotien, s’occupe de son père, ancien soldat, traumatisé et résident d’un hospice. Hospice dirigé par la psychiatre Mina von Hassel, riche héritière d’une noble famille allemande et dévouée à ses patients. C’est ainsi qu’ils font connaissance. Un autre psy entrera en scène, celui des riches dames de l’Adlon, Simon Kraus, surdoué mais aussi maître chanteur à ses heures et qui sera le fil qui unit les victimes puisque toutes étaient ses patientes et toutes, elles ont parlé d’un être masqué. Ces trois personnages uniront leurs connaissances et formeront un trio que rien au départ ne pouvait lier. La psychiatrie n’était pas, disons, une méthode des nazis pour recueillir des informations...
    Solidement documenté, des descriptions justes et pertinentes d’une époque et d’un milieu, des chapitres ,qui malgré le fait qu’ils soient courts, ne laissent rien au hasard, une narration éloquente, des personnages attachants malgré tout, oui tout est là pour faire de "Les Promises" une lecture intéressante même si on ne fait pas ni dans la dentelle ni dans la facilité. C’est bien le Grangé qu’on aime et que l’on reconnait ici.
    Ce fut vraiment un bonheur de retrouver cet auteur, sa verve et sa plume intelligentes, celui qui sait si bien mettre en lumière les vicissitudes et les horreurs, ici du nazisme oui mais aussi de l’âme humaine. N’hésitez pas, vous aurez grande satisfaction à retrouver Jean-Christophe Grangé avec "Les Promises".

  • ninou_lit_et_coud 25 février 2022
    Les Promises - Jean-Christophe Grangé

    Polar historique excellent ! Fidèle lectrice de Grange, il ne m’a pas déçue !!
    On plonge en plein dans la Seconde Guerre mondiale dans une Allemagne où se joue les pires horreurs. Nous allons découvrir Les Promises, ces grandes Dames du Reich, belles et insouciantes, qui se réunissent chaque après-midi à l’hôtel Adlon de Berlin, pour bavarder et boire du champagne, alors que l’Europe, à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, est au bord de l’implosion.
    Ce sont aussi les victimes d’un tueur mystérieux, qui les surprend au bord de la Spree ou près des lacs, les soumettant à d’horribles mutilations, après leur avoir volé leurs chaussures...
    3 personnages : Simon Kraus, psychanalyste surdoué, gigolo sur les bords, toujours prêt à faire chanter ses patientes ; Franz Beewen, colosse de la Gestapo, brutal et sans pitié, parti en guerre contre le monde ; et Mina von Hassel, riche héritière et psychiatre dévouée jouant les martyrs dans un institut oublié.
    Ces enquêteurs que tout oppose vont suivre les traces du Monstre et découvrir une vérité stupéfiante. Le Mal n’est pas toujours du côté qu’on croit...
    Le moins que l’on puisse dire c’est que j’ai été happée par cette histoire avec des rebondissements inattendus jusqu’à la fin. Certains personnages sont attachants, d’autres agaçants et d’autres encore détestables ! Le style est très agréables malgré quelques longueurs. Je le recommande vivement !

  • loeilnoir 23 février 2022
    Les Promises - Jean-Christophe Grangé

    Les promises est un thriller classique, riche et efficace, qui possède une intrigue soignée, jalonnée de fausses pistes avec des indices élaborés et un dénouement qui provoque la réflexion. Dans le Berlin nazi, courir après un psychopathe qui n’a commis que deux ou trois crimes semble dérisoire puisqu’une bonne partie de la population a du sang sur les mains, mais s’en prendre aux épouses de hauts dignitaires nazis tout de même cela mérite justice. Car elles sont les victimes d’un Monstre qui les mutile violemment et les tue après leur avoir inexplicablement volé leurs chaussures.

    Les personnages sont complexes et intéressants, à commencer par le trio réuni sur cette enquête : en tête Franck Beewen, un officier SS à qui on a confié l’enquête et qui n’a pas l’habitude de ce genre de crime, car de manière générale, à la Gestapo, « on ne cherche pas les criminels, on les invente de toutes pièces« . Un SS donc mais qui ne partage pas l’idéologie nazie, et pour cause : il a vu son père devenir fou gazé au gaz moutarde pendant la première guerre mondiale. Celui-ci croupit depuis dans un asile, dirigé par Minna Von Hassel, une psychiatre auteure d’une thèse sur les tueurs récidivistes. Elle seconde Beewen dans l’enquête, de même qu’une de ses connaissances, Simon Kraus, un psychanalyste passionné par l’univers onirique, qui a justement parmi ses patientes certaines victimes. Mais ce dandy gigolo joue un jeu dangereux : il n’hésite pas à faire chanter ses maitresses, qui ne sont autres que les épouses de hauts dignitaires nazis…

    Qui sont-elles justement ces « promises » ? « Elles étaient la vie, ils étaient la mort« , de belles jeunes femmes, oisives et insouciantes qui ont épousé les grandes fortunes du Reich et se réunissent chaque après-midi au grand hôtel Adlon, un cercle très prisé fréquenté uniquement par leurs semblables, sorte de bulle d’insouciance au cœur d’une Europe au bord de l’implosion. Certaines sont pourtant suivies par le psychiatre Simon Kraus, qu’elles consultent pour divers symptômes d’angoisses, des rêves étranges notamment où leur apparait un mystérieux homme de marbre…

    J’ai vu passer plusieurs chroniques où l’on s’étonne d’éprouver de la sympathie pour un nazi, je confirme on finit par apprécier celui-là, ce Franck Beewen, « brutal et sans pitié qui part en guerre contre le monde », mais au fond duquel va se réveiller une belle part d’humanité. Lui et ses acolytes que tout oppose font mouche, même si la première partie du roman s’étire en longueur, joue les prolongations avant d’entrer dans le vif du sujet au risque de lasser le lecteur. L’excellente seconde partie nous fait heureusement oublier que l’on a ramé un peu pour en arriver là. La violence engendre la violence non pas pour la combattre mais pour la suivre dans ses moindres défauts. Cette phrase issue de recherches faites au lycée pour un exposé sur le nazisme me revient régulièrement en mémoire et une fois encore cette maxime prend tout son sens. La raison vacille quand la pensée va plus loin que les mots et que l’on tente d’imaginer les horreurs évoquées. Mêler la fiction à la Grande Histoire qui plus est dans ses heures les plus sombres est un pari judicieux mais risqué, brillamment relevé par J.C Grangé qui nous offre là un roman historique d’envergure, très riche et parfaitement documenté.

  • delphlabibliovore 15 février 2022
    Les Promises - Jean-Christophe Grangé

    Je l’ai acheté dès sa sortie mais lu que récemment. J’aime beaucoup les écrits de cet auteur et c’est avec plaisir que je me suis lancée dans son dernier roman de thriller sur fond historique. Au départ j’ai eu beaucoup d’appréhension car les romans historiques ne sont pas ma tasse de thé.
    J. C. Grangé situe son histoire sous le Troisième Reich. D’entrée de jeu, je savais que ça allait être un récit aussi sombre que la période historique qu’il aborde. Des crimes atroces sont perpétrés par un tueur en série surnommé " L’Homme de marbre ". Il s’attaque principalement à des grandes dames du Reich. Le dossier est confié à la Gestapo ; Franz Beewen en sera le commanditaire.
    " Un vrai tueur se baladait dans les rues de Berlin, s’en prenait aux épouses de personnalités de hautes sphères nazies, et il était chargé de mettre la main dessus. "
    Les femmes sont retrouvées dans d’atroces conditions ; l’organe productive est enlevée et leurs chaussures sont volées.
    " L’étude médico-légale avait également démontré que le criminel avait procédé à une mutilation plus étrange : il avait découpé la région du pubis et en avait extrait les organes génitaux, dont on n’avait retrouvé aucune trace autour du cadavre. "
    Cette affaire est entre les mains de trois personnes totalement atypiques. Simon Krauss , le psychanalyste ne pensant qu’ à faire des galipettes avec ses clientes, l’officier de la Gestapo, Franz Beewen et la psychiatre, Mina Von Hassel, autant adepte du cognac que préoccupée par son hôpital psychiatrique.

    L’enquête s’avère criminelle et assez périlleuse pour nos trois enquêteurs. C’est le mal et l’horreur absolue qui plane dans Berlin.

    Admiratrice des œuvres de J. C. Grangé, " Les Promises " est à mon sens le roman le plus abouti de ce qu’il a pu écrire auparavant. Riche en informations sur l’Allemagne, l’auteur s’est très bien documenté. Jean-Christophe Grangé traite ici de ses thèmes de prédilection comme l’emprise du mal, les méfaits de la politique et des sciences. Et pourtant ce roman est truffé de trouvailles d’enfer ! L’auteur fait preuve d’une maestria en se dépassant tout en restant fidèle à lui-même.

    Certes c’est un roman de plus de 600 pages avec des chapitres courts et je ne me suis pas lassée de ma lecture. L’histoire est prenante et très intéressante. Les trois principaux personnages sont très différents mais sont superbement bien construits. C’est vraiment plaisant de les suivre dans cette affaire où le Mal rôde. D’ailleurs j’ai eu un véritable coup de cœur pour ce Hauptsturmführer Franz Beewen.

    L’auteur s’est appliqué à retranscrire cette ambiance noire et étouffante qu’est Berlin pendant cette période. Son style est impeccable, laissant fondre une multitude d’idées sans perdre le lecteur. Le cynisme est présent au fil des pages, ce qui rend le thème plus supportable. En effet comment aborder les horreurs du troisième Reich et demeurer divertissant ? Certains chapitres démontrent bien l’absurdité de la guerre avec des termes bien choisis, choquants et terriblement réalistes. Cela fait réfléchir et confère ainsi à ce roman une valeur particulière. On ne sort pas indemne de ce récit.

    " Les Promises " est un roman qui m’a littéralement plu. Les protagonistes sont remarquables, attachants et hors normes. Quant à l’époque historique décrite, J. C. Grangé a su totalement me transporter, un sans faute pour moi !

    https://delphlabibliovore.blogspot.com/2022/02/jc-grange-les-promises.html

  • Aelurus 1er février 2022
    Les Promises - Jean-Christophe Grangé

    Le roman était dur par moment mais l’enquête autour de cette série de meurtres était assez passionnante. Voir se former ce trio improbable d’enquêteurs chevronnés ou non et suivre leur hésitations, doutes mais aussi convictions a fait de cette lecture un moment agréable.
    J’avoue que j’ai eu du mal par moment avec cet enquêteur nazie qui évolue durant l’histoire. Le contexte historique m’a par moment mit mal à l’aise mais en même temps c’est mettre le doigt sur une réalité qu’on aimerait n’avoir jamais vu. C’est difficile mais il y a un travail historique fait en plus de l’enquête intéressant et complet.

  • SIGPRO2022 31 décembre 2021
    Les Promises - Jean-Christophe Grangé

    Les promises de Jean-Christophe Grangé
    Dans les derniers livres arrivés à la bibliothèque de mon petit village, j’avais retenu Les promises de Jean-Christophe Grangé, que je ne connaissait qu’au travers de l’un de ses livres édité en 1998, les Rivières Pourpres. La quatrième page de couverture m’invitait à une enquête criminelle à Berlin, à la veille de la deuxième guerre mondiale. Deux éléments qui ne pouvaient que conforter mon choix, d’autant plus qu’Annette Wieviorka, historienne française, spécialiste de la Shoah et de l’histoire des Juifs au XXᵉ siècle apportait sa caution en écrivant « Un roman vraiment formidable. Incroyablement juste sur le nazisme. »
    Les promises, ce sont des grandes dames du Reich, belles, insouciantes, qui se retrouvent tous les après-midi à l’hôtel Adlon de Berlin, pour bavarder, boire du champagne, alors que l’Europe à la veille de la seconde guerre mondiale est au bord de l’implosion précise Jean-Christophe Grangé.
    Elles s’appelaient : Susanne Bohnstengel, Margarete Pohl, Leni Lorenz et Greta Fielitz . Elles seront chacune à leur tour, les victimes d’un tueur mystérieux, qui les surprend sur les rives de La Spree ou près des lacs autour de Berlin . Ce mystérieux assassin au masque de marbre, les égorge les éventre, leur vole les organes de reproduction et leurs chaussures. Une autre femme Magda Zamorsky, qui fréquente elle aussi l’Adlon aura une destinée et un sort tout autre.
    Dans ce Berlin des années 1930, la police Allemande saisie, découvre que trois de ces femmes, qui se rencontraient dans l’hôtel Adlon , se connaissaient et sont les épouses de dignitaires du parti Nazi. Qu’elles avaient des rendez-vous réguliers avec le docteur Simon Kraus, un psychanalyste, gigolo sur les bords, maître chanteur, de petite taille, qui vous le découvrirez, pratique son art, utilisant des méthodes bien éloignées de la psychanalyse, avec ces créatures de toute beauté.
    L’enquête ouverte par la police Allemande piétine, d’autant plus que l’un de leur meilleur enquêteur est assassiné. Elle est alors confiée à la Gestapo, plus particulièrement au Hauptsturmführer Franz Beewen, un jeune officier SS, ambitieux, sortant de sa campagne, colosse sans pitié, parti en guerre contre tout le monde, vouant une haine féroce aux Français.
    La première démarche de Franz Beewen est celle de se rendre chez Simon Kraus et à sa manière plutôt brutale, de connaître qu’elles sont les problèmes intimes que ces femmes avaient, pour venir le consulter. Cette première rencontre tourne court, mais au fil du temps ils vont, alors que tout les oppose, faire causes communes et enquêter sur ses assassinats en compagnie de Minna Von Hassel, riche héritière, psychiatre d’un mouroir et alcoolique notoire.
    Jean-Christophe Grangé, nous conduit aux travers de ces rues, de ces avenues, à la découverte de Berlin, de ses soirées privées, dans ses bois accueillants une frénésie sexuelle débridée, mais aussi dans des maisons bourgeoises, dans des cloaques ou s’entassent les personnes qualifiées de sous-homme par les nazis, dans ces lieux d’épouvante, siège de la Gestapo et de ses nervis. Tout ceci, en multipliant les descriptions, en créant une tension qui se maintiendra tout au long de ce roman et qui s’intensifiera au fur et à mesure des pages jusqu’à l’apothéose qui permettra d’apporter la réponse tant attendue et recherchée à cette énigme ? Quel est ce Monstre ce tueur mystérieux de ces femmes.
    Si vous vous attendiez à une enquête classique, des victimes, un auteur, un mobile, sans vouloir rien dévoiler de l’intrigue, vous faites fausse route. Tout en revisitant l’histoire, tel un historien Jean-Christophe Grangé vous fera découvrir dans toute son horreur et le mot est faible celle du nazisme, ses structures, son organisation criminelle, sa folie . Avec ces trois enquêteurs vous serez au cœur des investigations et serez confronté à bons nombres de pistes qui jusqu’au dernier moment vous paraîtront les plus crédibles, avant que celles-ci, ne se révèlent fausses. Vous apprendrez à connaître les victimes dans leur intimité, quitte à vous tromper et à redéfinir votre jugement sur elles. Vous serez aussi confrontés au danger de cet enquête à hauts risques et vous suivrez avec une attention soutenue, ces enquêteurs qui au péril de leur vie avance avec précaution car tout peut arriver du côté des SS, ou l’on connaît la faible valeur de la vie humaine. Vous découvrirez l’importance et l’articulation du renseignement la Gestapo « qui en tout temps et en tout lieux connaît tout sur tout le monde. »

    Cette enquête est digne des meilleurs Thrillers que j’ai lu jusqu’à présent par la qualité de cette intrigue à rebondissements, qui si vous lisez ce livre, va vous prendre aux tripes ! Vous aurez bien du mal à lâcher Les Promises, bien que ce livre comprend 152 chapitres et 652 pages. Le rythme vous paraîtra peut-être un peut lent au départ, bien que pour moi, les descriptions, l’étude de la psychologie des personnages le permet. Je vous rassure, lorsque vous serez au deuxième chapitre, vous ressentirez une accélération du rythme qui se conjugue très bien avec cette histoire qui bascule, dans la folie du nazisme.
    Dans les promises, il y a également Magda Zamorski. Un personnage qui sera présente dans différents chapitres. Vous la découvrirez passant sans trop se faire remarquer tout au long de ce roman, jusqu’ au dernier chapitre . Je ne vous en dirai pas plus.
    Vous découvrirez aussi les Lebensborn Fontaine de vie, le projet Europa . Vous tremblerez dans les toutes dernières lignes de ce roman les promises en franchissant la porte d’un nouveau KZ ( camp de concentration ) situé près de Czestochowa, dirigé par le Gruppenfûhrer Ernst Mengerhäuse, à bord d’un camion doté d’une plate-forme couverte d’une bâche. « un convoi improbable au milieu de nulle part. »
    Comme le dit Jean-Christophe Grangé, « le Mal n’est pas toujours là ou on l’attend. » Alors si vos aussi vous souhaitez découvrir ce mystérieux tueur ! Lisez absolument les Promises de Jean-Christophe Grangé. Ce livre je le classe immédiatement parmi les meilleurs thrillers que j’ai lu jusqu’à présent . Bien à vous !

  • Killing79 28 décembre 2021
    Les Promises - Jean-Christophe Grangé

    Jean-Christophe Grangé se lance dans le roman historique. Lui qui a l’habitude depuis longtemps de nous plonger dans ses thrillers contemporains, prend une autre dimension en situant son aventure dans une période plus ancienne de notre Histoire. Mais si vous êtes un aficionado de l’auteur, vous ne serez pas complétement dépaysé par ce nouveau décor parce que vous retrouverez tout de même sa marque de fabrique, en l’occurrence des meurtres atroces et sanglants.

    Le livre débute à l’aube de la seconde guerre mondiale à Berlin. Les nazis ont pris le pouvoir en Allemagne et sont en voie d’entrainer le pays vers le conflit. L’auteur prend le pari d’utiliser des personnages assez singuliers pour mener les investigations. En effet, c’est un homme interne au système totalitaire qui enquête dans son propre camp. Pour le seconder, il s’associe à un psychanalyste et une psychiatre. On suit alors toutes les scènes par le biais de ces novices du crime. Ils nous offrent un point de vue original sur les péripéties.

    Côté regret, j’ai trouvé la première partie très longue avec beaucoup de descriptions et détails. J’ai eu aussi un peu de mal avec l’intrigue qui repart plusieurs fois à zéro. L’enquête traine dans le temps et se serait contentée de moins de remplissage. Heureusement, la voix roque de François-Eric Gendron joue à merveille les rôles des protagonistes et crée une ambiance grave qui nous prend dans ses griffes. Mon écoute a donc été intéressante parce que bien interprétée.

    Il faut reconnaître aussi que le scénario est travaillé et est surtout un prétexte pour nous raconter l’Histoire. Le talent de Jean-Christophe Grangé se concentre plus sur la reconstitution de l’époque que sur le suspense. En nous immergeant dans les coulisses nazies, l’aventure devient instructive et j’ai appris beaucoup de choses. Et j’en avais besoin !

    https://leslivresdek79.wordpress.com/2021/12/28/721-jean-christophe-grange-les-promises/

  • Steph Loubat 21 décembre 2021
    Les Promises - Jean-Christophe Grangé

    Je l’ai découvert en audio, 20h d’écoute, c’était vraiment très bien, rythmé, avec des chapitres courts, une histoire très prenante. Ce livre audio, il faut le signaler, mérite concentration, beaucoup de mots allemands, d’Histoire, c’est très détaillé, il ne faut pas perdre le fil. Ce n’est pas un bémol juste une précision.

  • Marielle69 29 novembre 2021
    Les Promises - Jean-Christophe Grangé

    Un excellent polar de Jean-Christophe Grangé avec de nombreuses et horribles références historiques à l’aube de la seconde guerre mondiale.
    A lire de toute urgence :-))

  • valmyvoyou lit 26 novembre 2021
    Les Promises - Jean-Christophe Grangé

    Berlin, 1939. Alors que le IIIe Reich fait régner la terreur, certaines personnes profitent du système, quand d’autres attendent, avec espoir, que la guerre soit déclarée.

    Simon Kraus est psychanalyste. Il sait que son activité est en danger, car elle est mal perçue par le régime qui n’aime pas les questions et les remises en cause. Il est beau, mais il est complexé par sa petite taille ; il est très doué dans sa spécialité, mais il est pauvre. Ses patientes sont des proches des hauts dignitaires nazis. Séducteur et sans scrupules, il les fait chanter.

    Un jour, alors qu’il revient de l’hôtel Adlon, il est accueilli par Franz Beewen, un gestapiste impressionnant par sa carrure et ses attitudes menaçantes. L’officier l’interroge sur une femme que Simon suit en thérapie et lui apprend qu’elle a été assassinée. Simon est abasourdi. Il est vrai qu’en 1939, beaucoup de personnes sont tuées, ces morts sont regroupées sous le terme de « politique », mais il sait que ce n’est pas ce qui est arrivé à Margaret Pohl : « cent pour cent aryenne, cent pour cent dévouée au Reich de mille ans, mariée à un Gruppenführer SS anciencompagnon d’armes de Göring » (p. 38). Beween est chargé de l’enquête très confidentielle et délicate. Margaret n’est pas la première victime. Avant elle, une autre femme a été retrouvée : éventrée, charcutée et sans chaussures. Un tueur s’en prend « aux épouses de personnalités des hautes sphères nazies » (p. 45).

    Minna Von Hassel est la directrice de Brangbo, un hôpital psychiatrique. Elle appartient à une des plus riches familles de Berlin. Elle est née Baronne, mais elle a abandonné sa fortune pour devenir psychiatre. Elle ne cache pas son aversion pour les SS. Chacune de ses rébellions a été étouffée par son oncle. Il ne lui est resté que l’alcool. Il y a dix ans, sa thèse portait sur les tueurs récidivistes.

    Simon, Minna et Franz, que tout oppose, sont forcés de collaborer. Leurs motivations sont différentes, leurs méthodes sont contraires, mais leur objectif est commun : stopper l’itinéraire sanglant du tueur des Grandes Dames du Reich. Le trio est incongru et discordant. Chacun défend ses théories, entraîne les autres de fausses pistes en fausses pistes, aux issues tragiques, contre-productives et dangereuses. Malgré leur connaissance de la psyché humaine et des arcanes de l’horreur, ils ne sont pas préparés à cette immersion dans les enfers. Le lecteur non plus. Le Mal se révèle là où on ne l’envisage pas et là, où il est attendu, il parvient à choquer et à révulser. A contrario, l’humanité se manifeste de manière surprenante. En effet, elle apparaît, par éclipses, sous un uniforme noir de la Gestapo ou sous les traits d’un profiteur. Notre haine se transforme au gré des circonstances et des révélations. Seule celle envers l’aigle ne change pas.

    Les Promises est un thriller historique qui s’insère dans un contexte horrifique, celui du IIIe Reich. L’auteur décrit, parfaitement, le climat de peur qui règne à l’aube de la Seconde Guerre mondiale. Les motifs de mise à mort sont nombreux : orientation sexuelle ou politique, handicaps, origine ethnique, traumatismes, profession, etc. Ils sont peu à être protégés et même ceux-là doivent enfouir leurs pensées et leurs inquiétudes. Dans cette atmosphère de terreur, un tueur masqué inscrit ses crimes dans le marbre. Plusieurs fois, j’ai été convaincue par les déductions des détectives improvisés, c’était oublier que le Mal se cache et n’a pas de limites.

    C’était la première fois que je lisais Jean-Christophe Grangé. J’ai été fascinée par son exploration de l’âme humaine et son décryptage documenté de la montée du nazisme. Le réalisme des scènes des exactions nazies m’a bousculée et glacée, certains passages sont très difficiles à lire, car nous savons que ce sont des faits réels. Ma découverte de l’auteur se conclut par un grand coup de cœur.

  • Isabelle MAURETTE 14 novembre 2021
    Les Promises - Jean-Christophe Grangé

    Livre audio : 20h48 – Lu par François-Eric Gendron

    "Les Promises, ce sont ces grandes Dames du Reich, belles et insouciantes, qui se réunissent chaque après-midi à l’hôtel Adlon de Berlin, pour bavarder et boire du champagne."

    Ces Promises sont retrouvées les uns après les autres, assassinées et mutilées ! Trois personnes que rien n’aurait dû rapprocher vont enquêter sur ces meurtres : Franz Beewen, membre de la Gestapo sans être vraiment nazi ; Simon Kraus psychanalyste, parfois amant de ces Promises et Mina von Hassel, aristocrate, psychiatre désabusée et alcoolique !

    C’est la lecture de François-Eric Gendron qui m’a permis de tenir sur les quasis 21 heures d’écoute ! Beaucoup de longueurs qui freinaient l’intrigue ; l’intrigue elle-même, peu crédible et souvent irréaliste !

    Les personnages sont très fouillés et j’ai beaucoup aimé apprendre le pourquoi de leur présent ! La voix de Gendron est parfaite pour susciter la tension et la peur, les hommes sont interprétés avec beaucoup de justesse, nuançant très bien le grand Franz et le petit Simon ! En dehors des intonations choisies pour les deux hommes, il a très bien joué sur les nuances selon les situations ! Par contre j’ai eu beaucoup plus de mal avec l’interprétation de Mina qui donnait l’impression d’être une gamine immature et gâtée alors que c’est une femme mûrie par les épreuves, alcoolique de surcroît !

    En ce qui concerne le texte lui-même je pense sincèrement que je l’aurais abandonné car ce qui m’a paru long en écoutant doit être insurmontable à la lecture ! Quant au sujet, c’est plutôt un conte d’horreur qu’une étude sociale de la période, même si tout n’y est pas fictionnel !

    #LesPromises #NetGalleyFrance

  • Asdrap 27 octobre 2021
    Les Promises - Jean-Christophe Grangé

    J’ai adoré ! J’ai été captivée jusqu’à la dernière page, la dernière ligne, le dernier mot... Je ne suis jamais déçue avec cet auteur

  • Les Vies Denses 4 octobre 2021
    Les Promises - Jean-Christophe Grangé

    Cette semaine, j’ai retrouvé l’univers de Jean Christophe Grangé, auteur français incontournable pour tout amateur/amatrice de thriller (mes préférés restent ’le serment des limbes’ et ’la ligne noire’). Mais j’ai été un peu déçue par les derniers opus avec le retour du fameux Pierre Niémans des ’Rivières pourpres’.
    Le nouveau livre est donc à part et c’est son premier thriller qu’il mélange avec l’histoire, à savoir le Berlin nazi de 1939.

    Des meurtres particulièrement atroces sont commis sur des épouses de dignitaires nazis et nous suivons l’enquête menée tant bien que mal par 3 personnages atypiques. Sur le papier, difficile de les aimer. Un gestapiste bourru, une psychiatre alcoolique et un psychologue gigolo.
    Ils sont aussi énigmatiques que différents et chaque fois, je reste sur le fil entre m’y attacher et les détester. Je ne sais toujours pas au final où penche la balance et c’est aussi un point fort du livre : les personnages sont travaillés, aboutis et on est loin d’un monde manichéen qui pourrait être tellement simpliste dans le contexte historique.
    L’histoire de ce Berlin nazi prêt à basculer est un point essentiel dans ce livre, dans ce quotidien si difficile à appréhender pour les habitants.
    Le livre est lui aussi toujours sur un fil, entre les horreurs de l’enquête et les abjections de ce monde où les criminels font la loi.
    J’ai vraiment beaucoup aimé cette histoire, j’y ai retrouvé la touche Grangé qui m’avait manquée, même si, l’enquête est parfois un peu longue.
    C’est un grand roman, veritable plongée au coeur du Berlin de l’époque - que j’ai adoré découvrir ’de l’intérieur’. Et je salue le travail de recherches historiques passionnantes de l’auteur, et aussi sur la psychanalyse et les songes. Bref, nous avons là plus qu’un simple thriller mais de grandes retrouvailles avec un maitre du polar qui démontre encore d’autres qualités ici !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.