Ma vie sera pire que la tienne - Williams EXBRAYAT

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

3 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Quel est le point commun entre un looser amoureux, un bouledogue alcoolique nommé Disco Boy et une jolie hôtesse de casino ? Une sévère propension à être là au mauvais endroit, au mauvais moment. Ces trois-là n’étaient pas faits pour se rencontrer, encore moins pour évoluer en milieu hostile : des trafiquants de drogues, des braqueurs grimés en présidents, des flics retors et une bête qui hante la campagne. Tuer ou se faire tuer, telle est désormais leur seule alternative.

Extrait : Les portières du 4x4 claquent. Des gifles pour mes oreilles. J’ouvre les yeux. Trois silhouettes noyées dans la lumière crue d’un milieu d’après-midi. Elles s’approchent d’un pas résolu. Je protège mes yeux avec mes mains. Le soleil tape fort. Foutrement fort. Une enclume sur ma tête. Avec le stress, j’ai perdu des litres de gnôle. Une odeur vinaigrée imprègne mes vêtements. Ma transpiration. Faudrait que je mette le holà sur la piquette, sinon je vais finir comme un pickle.

Un roman noir détonant entre pulp à l’américaine, novella et polar, avec une rasade d’humour et beaucoup de désespoir.

Vos #AvisPolar

  • Ophé Lit 17 janvier 2019
    Ma vie sera pire que la tienne - Williams EXBRAYAT

    Chronique d’un paradoxe

    Un trio de marginaux avec à sa tête un anti-héros propriétaire d’un chien alcoolique, s’attaque à une villa histoire de mettre du beurre dans les épinards. Manque de pot, il s’agit de la villa de Patron, docteur ès trafic de stups et parrain du coin. Parallèlement, un trio de braqueurs arborant des masques à l’effigie de nos présidents braque un casino… Fiasco.
    Deux histoires qui se croisent et s’entrecroisent pour vous montrer que leur vie est pire que la votre !

    Williams Exbrayat nous livre un roman avec une construction qui désarçonne : recueil de nouvelles ? Roman ? La question se pose à la fin de la première partie.
    Avec une plume noire, caustique et beaucoup d’humour, l’auteur nous entraîne dans une histoire étrange ou les cadavres humains rivalisent en nombre avec les cadavres de bières.
    Le style est nerveux, rythmé par des phrases courtes. Les modes de narration varient au grès des envies de l’auteur ce qui a eu pour effet de me perdre parfois.

    L’auteur évoque des sujets de fond très ancrés dans notre époque : politique, société, pouvoir, égocentrisme… Il nous offre, avec ses trois présidents braqueurs, une satire politique et sociale de notre pays.
    Une fois ceci expliqué, me voilà face à un paradoxe : j’ai adoré la plume, le style de l’auteur et je lui tire mon chapeau pour le culot dans l’exploitation des sujets de fond, la manière de les aborder. Pour autant, je n’ai pas adhéré à l’histoire dans son ensemble. Entre l’orgie de bière pour le chien et de meurtres pour le lecteur, l’histoire part un peu trop dans tous les sens pour moi et je n’ai pas été transportée.
    Néanmoins, je salue la prise de risques de Williams Exbrayat avec ce roman. C’était osé et il l’a fait. En outre, j’ai vraiment été conquise par la plume qui entre langage soutenu, parlé fleuri et autres figures de styles, fait montre de beaucoup de talent.

  • kateginger63 12 mars 2019
    Ma vie sera pire que la tienne - Williams EXBRAYAT

    *
    Ca barde sec dans la campagne ardéchoise
    *
    Un livre à la couverture attrayante, on voit un bouledogue de dos tirant sa laisse. En N&B et le titre en rouge sang. Voilà pour le contenant.
    Le contenu ? Un excellent roman noir bien déjanté, je dirais même plus : un poîlar digne de Nadine Monfils ou Tim Dorsey.
    *
    L’histoire tragico-comique d’une bande de malfrats , notamment le narrateur qui se retrouve embringué dans une situation des plus catastrophiques.
    Ca tire de tous les côtés, un uppercut par ci, une beigne par là, le tout enveloppé d’un peu d’amphet. Et le tour est joué. Les cadavres s’empilent dans la terre sèche de la France rurale, celle des "laissés-pour-compte".
    Se rajoute à cette situation déjà dantesque, un groupe de braqueurs et son otage. Et comme la situation n’est pas assez compliquée, une Bête (la copine du Gévaudan) rôde autour de la ferme maudite.
    Voilà un résumé succinct de ce western apocalyptique.
    *
    Le rythme est carrément en mode staccato, les chapitres courts se succèdent et offrent à chaque fois un cliffhanger. Obligée de tourner la page, envie de connaître la suite. Impossibilité de lâcher ce livre !
    L’auteur nous balade un peu où il veut, et j’en redemande !
    Une plume fluide, très vive, ce brin de fantaisie qui apporte cette "french touch" scénarisable. Un humour noir, trash, voire glauque mais jamais gratuit. Les situations sont crédibles, et les retournements arrivent à point nommé tout en évitant la lourdeur scénaristique. Des personnages attachants, intenses, entiers. Une mention spéciale pour Disco Boy, le bouledogue alcoolique si attendrissant.
    *
    Une très belle surprise pour ce "pulp", néanmoins attristée par la fin. Les gentils gagnent, en effet....
    Si vous avez l’occasion de le lire, je vous le recommande chaudement. Un auteur atypique, un OVNI . Logique !

  • lesmotsdelau 27 mars 2019
    Ma vie sera pire que la tienne - Williams EXBRAYAT

    Si on me demandait de décrire ce livre dans sa version cinématographique, je vous dirais de but en blanc que c’est du Pulp Fiction à 100%.
    Alors si vous êtes amateurs d’odyssées sanglantes autour de personnages armés peu fréquentables qui manient la magouille comme personne, rester avec moi ce roman devrait vous plaire.

    Constituée de trois parties, chacune d’entre elles aura un but bien précis. Les deux premières vont nous présenter un groupe de personnages différents, mais tout aussi malfaisants les uns que les autres.
    Nous allons les suivre dans leur folie à la gloire et à l’argent facile, dans cette course au succès la chute sera d’autant plus rude. Quant à la dernière partie, elle réunira cette joyeuse bande de truands pour un happy end à la sauce Tarantino.

    Trois amis voleurs, un peu paumés et fortement bourrés vont mettre les pieds dans un engrenage qui va se révéler bien puissant comparé à leurs petits larcins habituels.
    Un cambriolage qui va mal tourner et qui va les mettre sur le chemin de trafiquants peu sympathiques et peu enclins à la discussion.
    Ils vont découvrir une nouvelle combinaison de drogues dans un laboratoire sous une maison en apparence tranquille, celle-là même qu’ils voulaient cambrioler.
    Entre négociations, morts, course poursuite, la petite maison isolée d’un vieil oncle sera un bon point de chute pour eux. Ils pourront compter d’une manière peu conventionnelle, sur leur ami Disco Boy, un bouledogue bringé élevé à la bière, caractériel et dépressif.

    La deuxième partie va mettre en scène des braqueurs, grimés de la chère tête de trois de nos anciens présidents, Chirac, Hollande et Sarkozy. Ils vont vouloir vider les caisses d’un casino, un plan élaboré minutieusement depuis très longtemps. La chance ne sera pas de leur côté et un grain de sable va venir bloquer les rouages d’un plan qui se devait infaillible.
    Le twist final regroupera ces personnages pour une explosion à haute voltige.

    Une lecture différente, mais qui a su me distraire, je ne vais pas me mettre à dévorer ce genre littéraire, mais je suis contente de l’avoir découvert.
    Les braquages, l’armement et les trafiquants de drogue ne font pas partie de l’ambiance que j’aime habituellement retrouver dans mes lectures, mais là il faut dire que c’est très bien fait.
    J’ai été un peu moins fan du sort alcoolique réservé au pauvre bouledogue qui frôle le coma éthylique et qui ventile sec au bout de deux mètres, mais il faut dire que ce trait particulier s’intègre avec le reste de l’histoire.
    Le côté mafieux est présent dans l’ensemble du livre et l’humour noir côtoie une ambiance pesante et calculée des hold-up et des prises d’otages. Des truands avides d’argent qui ont la gâchette facile vous réservent de belles courses-poursuites.
    Vous pouvez commencer déjà à courir ils vous suivent, ne vous retournez pas ils sont partout ! Et surtout ne faites confiance à personne même pas à vous-même.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.