Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Possession - Paul Tremblay

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

4 #AvisPolar
3 enquêteurs
l'ont vu/lu
2 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Malgré une mère alcoolique et un père au chômage, la famille Barrett tente de mener une vie ordinaire dans la tranquille banlieue de Beverly, Massachusetts, jusqu’au jour où leur fille de 14 ans, Marjorie, commence à manifester les symptômes d’une étrange schizophrénie. Alors que des événements de plus en plus angoissants se produisent, les Barrett décident de faire appel à un prêtre, qui ne voit qu’une seule solution : l’exorcisme. À court d’argent, la famille accepte l’offre généreuse d’une chaîne de télévision ; en contrepartie, elle suivra la guérison de Marjorie en direct. L’émission connaît un succès sans précédent. Pourtant, elle est interrompue du jour au lendemain sans explications. Que s’est-il passé dans la maison des Barrett ?

Vos #AvisPolar

  • lecturesdudimanche 30 janvier 2019
    Possession - Paul Tremblay

    Les thrillers, j’aime bien, mais je suis plus timorée lorsqu’il s’agit de réellement me faire peur… Bon, ok, ça ne colle pas à 100% puisque j’aime beaucoup Stephen King, mais il est, comme dit l’adage, l’exception qui confirme la règle ! Niveau film, c’est encore pire ! Je déteste tout ce qui touche au genre, de près ou de loin ! Pourtant, « Possession » m’a attirée d’emblée ! D’abord, parce que le King mentionne sur la couverture : « Possession m’a vraiment fait trembler. Et sachez que pour me faire peur, il faut se lever de bonne heure. » Ouais… Alors soit le King a besoin de sous, soit il vieilli et devient trouillard comme une fillette de quatre ans ! (oups, vous sentez venir l’avis pas trop convaincu ???). Une fois le livre en ma possession (ho le jeu de mots pourri…), j’ai mis beaucoup de temps à me décider à le lire, simplement parce que les avis étaient très divergents ! Mes prescripteurs habituels étaient soit émerveillés, soit dégoûtés ! Du coup, j’ai attendu une période propice à l’ouverture d’esprit : mes vacances ! Hé oui, sous le soleil grec, entourée de décors époustouflants, je suis vraiment plus réceptive !

    Ben pas assez, semble-t-il !

    Bon, trêve de blabla, entrons dans le vif du sujet ! La famille Barrett ne va pas très bien… Papa Barrett a perdu son job, Maman Barrett aime bien boire un coup, et Marjorie Barrett, l’aînée, commence a donné des signes de schizophrénie qui, tout doucement, s’accompagnent de phénomènes du genre… paranormaux ! Entre Maman Barrett qui veut s’en référer à la Science (mais les séances psy coûtent cher !) et Papa Barrett qui veut s’en remettre à l’Eglise (ha ouais, c’est gratos !), la famille est dans l’impasse… C’est alors que papa Barrett a la lumineuse (et enrichissante !) idée de faire de leur histoire un show de télé-réalité !

    L’histoire est contée par Merry, la petite sœur de Marjorie, à une journaliste, bien des années plus tard. Elle délivre l’histoire telle qu’elle l’a vécue avec ses yeux d’enfant, son œil cependant biaisé par les nombreux visionnages des émissions de l’époque. Entrecoupé d’article d’un blog dont la vocation est de tourner en ridicule l’émission consacrée à la famille Barrett, je trouve regrettable que chaque élément susceptible de provoquer un commencement de frisson soit disséqué et comparé aux meilleures scènes de cinéma du genre ! Franchement, ça casse l’ambiance et le rythme ! On en est presque à lire un documentaire !

    Bref, ça ne l’a pas fait du tout avec moi ! Je n’ai ni eu peur, ni frissonné ! Je me suis ennuyée ferme, avec une pressante envie d’arriver au bout, mais seulement pour pouvoir passer à autre chose !

    Cependant, tout n’étant pas à jeter, je noterai les événements positifs suivants : la narration de Merry, enfant à l’époque des faits, est bien menée ! L’erreur de certains auteurs est de coller des pensées ou des propos adultes à leurs personnages enfants, ce ne fut pas le cas ici, et c’était donc très crédible ! Ensuite, malgré tout, la fin a sérieusement rehaussé le niveau, heureusement, car cela m’a un peu enlevé la sensation d’avoir perdu mon temps ! En gros, il y avait du potentiel mais trop d’erreurs (longueurs, intervention du blog pour disséquer les scènes, leur enlevant tout le naturel) qui ont bloqué ma lecture.

    Bon, même si c’est Halloween, ce n’est pas aujourd’hui que je vous ferai frissonner !

    Cependant, comme je ne me reconnais aucune légitimité pour juger seule de la qualité d’un livre, je vous invite à lire les avis de mes prescripteurs (ci-dessous) et, si le cœur vous en dit, à vous faire votre propre opinion, car tout le monde sait qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même !!!

  • Maks 9 février 2019
    Possession - Paul Tremblay

    Possession !
    Un titre qui appelle à la frayeur, la première de couverture renforce ce sentiment car il est vrai que la fille sur la photo est assez flippante.
    Il est écrit également que l’histoire a effrayé Stephen King, c’est le genre de phrase d’appel dont on se méfie, mais ici ça fonctionne, le roman est vraiment flippant pour peu qu’on le lise dans la pénombre, donc promesse tenue, la peur est là.

    Vous me direz on a déjà "L’Exorciste", oui c’est vrai mais ça commence à dater, ici avec "Possession" on est complètement dans cet esprit mais avec l’inclusion de la télé réalité !!
    Méfiance vous me direz, la télé réalité c’est pas terrible, oui, mais ici on en découvre surtout les dessous, ce que l’on ne nous montre pas d’habitude. (Bon si mais dans la série us "American Horror Story" saison 6 "Roanoke" qui mélange possessions, maison hantée et télé réalité, avec Kathy Bathes, Lady Gaga, Angela Bassett et Sarah Paulson entre autres). Le mélange est plaisant, il fonctionne bien.

    Les personnages sont assez inquiétants, nous suivons l’histoire du point de vue d’une petite fille de 8 ans dont la grande sœur est l’objet de la possession et dont les parents sont complètement dépassés.
    Une maison américaine assez classique sert de décor, rien de plus mais ça le fait.

    La première partie du roman est flippante et angoissante à souhait, pour ensuite basculer entre peur et thriller, même si le choix de l’auteur est osé de passer de l’horreur au thriller en plein milieu, c’est cohérent et nous sommes tenus en haleine jusqu’au bout, avec un final très surprenant et qui à lui tout seul porte tout le roman. Bluffant.

    J’ai apprécié ma lecture même si je m’attendais à quelque chose de différent, c’est un peu la force du livre, il surprend, c’est original et l’auteur peut se targuer de faire un "Exorciste" moderne.

  • Loudiebouhlis 26 février 2019
    Possession - Paul Tremblay

    Meredith dit Merry va nous raconter l’histoire de sa vie, plus précisément de son enfance mais surtout de sa famille. Merry à 8 ans lorsque sa grande soeur, Marjorie, commence à avoir un comportement étrange, presque satanique. Leur père, John, au chômage depuis bien trop longtemps, s’engouffre dans une fascination maladive pour la religion alors quand Marjorie dit entendre des voix dans sa tête, celui-ci pense instantanément qu’elle est possédée par Satan. Entre tout ça, Sarah, la mère de famille qui se laisse sagement porter par les lubies de son mari. Alors que le comportement de Marjorie devient de plus en plus incohérent, le fanatisme de son père monte en puissance (référence plus que prononcé à Jack Nicholson dans Shining). Un flot d’évènement sur-réaliste va se produire, plongeant la famille dans l’horreur. Jusqu’à ce que tout prenne son sens.

    En plus de sa couverture flippante, le premier livre de Paul Tremblay va vous donner froid dans le dos. L’auteur a une trame à son histoire, il sait de quoi il parle et cela se ressent. Quand Paul Tremblay décide de faire dans l’horrifique, il n’y va pas avec le dos de la cuillère. De nombreuses scènes incroyables pourraient vous empêcher de fermer l’oeil durant la nuit. Si tout comme moi, vous êtes férus de films d’horreur, alors vous serez servie, parce que de nombreuses références sont faites dans ce livre. Notamment avec l’Exorciste de William Friedkin dont l’auteur fait de multiples fois allusions. Mais aussi des références plus subtiles qui ont probablement inspirés l’auteur. Spécialement dans la scène de la cabane où je me suis imaginé dans un des films de Oren Peli (Paranormal activity) avec une touche de M.Night Shyamalan (Le sixième sens). On ressent aussi l’influence de Gore Verbinski dans les créations/descriptions de personnages à des instants T de l’histoire. Pour tout avouer, j’ai été totalement subjuguer par cela. J’aime qu’un auteur, qui aborde un thème ou un sujet particulier, ait fait les recherches nécessaires pour étayer ses propos. Et puis qu’on se le dise, de nos jours, la littérature horrifique est beaucoup trop méconnue.

    Outre la thématique du livre, je me suis complètement laissé happé par la façon qu’a Paul Tremblay de nous faire ressentir différents émotions par rapport à ses personnages. J’ai été instantanément prise d’affection pour le personnage de Merry, tant pour la Merry enfant, que pour la Merry adulte. Sa fragilité l’a rendue touchante et tellement attachante. Et en même temps, la fillette et la jeune femme qu’elle devient reste d’une force et d’un courage sans égal. Ce personnage restera assurément gravé dans ma mémoire. J’ai été troublée par le personnage de Marjorie, complètement immergé dans les doutes que celle-ci ne cesse de me faire ressentir tout du long de ma lecture. La mère des deux filles m’a fait ressentir énormément de compassion. J’ai eu énormément d’empathie pour cette femme en plein désarrois. Et enfin, le père, John, que je n’ai pas réussi à cerner totalement, parfois fou, parfois lâche. Je reste avec un avis très mitigé quand a ce personnage, mais en même temps, je n’aurai pas désiré de le voir façonner autrement. 

    J’aimerai également vous parler de la subtilité déconcertante dont Paul Tremblay a réussi à faire preuve dans son ouvrage. Ce livre d’horreur selon toute vraisemblance, se transforme avec agilité en thriller déconcertant qui vous laissera complètement désemparé à la fin de votre lecture. Mais aussi en ajoutant un sujet primordial dans notre société d’aujourd’hui, le voyeurisme. Paul Tremblay aborde ce thème notamment avec l’immersion des caméras dans la vie de la famille Barrett lors de la réalisation du Réality TV Show, forçant le lecteur à se poser de nombreuses questions sur le côté malsain de suivre des gens au quotidien sans aucun instant de répit. J’ai été a de nombreuses reprises gênée par cette immersion dans l’intimité de cette famille.

    Ce qui est pour moi le clos du spectacle, reste cette fin complètement déstabilisant à laquelle on ne s’attend pas. C’est un coup de massue. Le dénouement est là, les révélations sont dites, et on pense avoir le fin mot de cette histoire incroyable. Ce fin mot qui déjà vous laisse completement perdu, complètement désemparé. Mais ce n’est pas tout, bien au contraire. L’auteur ne nous épargne pas puisque les deux pages finales du livre, offre un rebondissement auquel personne n’aurait pensé. Je peux dire sans aucune honte que je suis subjugué par le style de Paul Tremblay, que possession va rester un petit moment dans mon esprit. 

    Pour finir, j’ai ressenti un besoin presque viscéral de suivre cet auteur avec une assiduité non feinte. Lorsque j’ai refermé ce livre, la première chose que j’ai faite, fut de faire quelques recherches au sujet de cet homme. A mon grand regret, "Possession" n’est que la première oeuvre de Paul Tremblay paru en France, mais il est certain que je vais suivre ses prochaines parutions. Car celle-ci est pour moi un gros coup de coeur.

  • Ju lit les Mots 11 mars 2019
    Possession - Paul Tremblay

    Un titre, une couverture, l’auteur joue sur nos peurs les plus profondes…

    Sans être un gage de réussite, la petite phrase de Stephen King, fait son effet… Pour peu que l’on commence sa lecture, en pleine nuit…

    Nuit, noire et profonde… Et on commence à flipper…

    Je recherche désespérément LE livre qui arrivera à me faire peur… Cette peur qui te prend aux tripes, qui te prend dans ses griffes… Il y a bien longtemps que je ne l’ai pas ressenti… Du coup avec ce titre, j’espérais…

    Marjorie Barrett, une adolescente américaine de 14 ans se met à avoir un comportement bizarre. Ses parents l’emmènent consulter un psy, mais la situation empire et devient incontrôlable…. Ils se tournent vers un prêtre… N’arrivant plus à joindre les deux bouts, entre le chômage du père, les frais médicaux… La famille accepte de faire partie d’une télé réalité allant jusqu’à filmer l’exorcisme de leur fille…

    Punaise, rien que ça c’est glauque… Une histoire de possession à notre époque…

    La première partie est une plongée dans l’angoisse, la peur. L’auteur, nous rend spectateur de l’histoire de cette famille qui va vivre l’horreur.

    Le tout raconté par les yeux d’une gamine de 8 ans…

    Les faits sont exposés, pour rendre la lecture très visuelle et ça match bien, puisque de lecteur on devient spectateur, comme dans un bon film d’horreur… D’ailleurs le roman est parsemé de références à des films d’horreur cultes et pour les amateurs du genre c’est un vrai plaisir.

    Dans la deuxième partie, même si l’horreur est présente, elle change de camps et là je dois dire que l’auteur a complètement retourné la situation, pour en faire un exposé décortiqué.

    La téléréalité en prend pour son grade et le lecteur jubile de découvrir les dessous d’une émission à sensation… Car c’est de ça qu’il est question… Faire de l’audimat sur le dos du malheur des gens… Comment les images, les différents témoignages, peuvent être orientés pour que l’émission fasse sensation..

    On se fiche pas mal de cette gamine possédée, d’ailleurs l’auteur brouille les pistes et c’est carrément flippant. Car le plus flippant, n’est pas le démon qui se tapi dans l’ombre…

    Et là, chapeau à l’auteur, qui en partant d’une histoire d’horreur arrive à changer son fusil d’épaule et nous propose un excellent thriller. Mais pas du thriller dont on l’habitude !

    Avec une plume très visuelle, l’auteur arrive à nous faire peur en construisant une narration bien flippante par la voix de la petite sœur… A travers son regard, le lecteur découvre l’horreur dans ce qu’elle a de plus tangible et de plus glacial…

    L’auteur aurait pu se contenter, d’une pâle imitation de l’exorciste… Pourtant, il construit pour ensuite déconstruire en épluchant chaque scène et permettre au lecteur de s’approprier complètement cette histoire qui devient bien glauque.

    Un thriller-horrifique jubilatoire, tellement bon et digne d’intérêt, même si le lecteur s’attend à tout autre chose, c’est tellement surprenant qu’il est scotché.

    La construction est machiavélique, à l’ère de la télé-réalité et des médias, l’horreur change de camp. Le lecteur aura le choix entre plusieurs interprétations, ce qui lui permet de s’approprier encore plus l’intrigue, permettant une réflexion, même plusieurs jours après avoir refermé le livre.

    Je ne dévoile rien de l’intrigue, de la trame construite par l’auteur, il faut le lire pour s’en imprégner, et vivre les rebondissements qui en valent vraiment la peine.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.