Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Satan était un ange - Karine Giebel

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

3 #AvisPolar
3 enquêteurs
l'ont vu/lu
2 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Deux trajectoires, deux lignes de fuite.
Hier encore, François était quelqu’un. Un homme qu’on regardait avec admiration, avec envie. Aujourd’hui, il n’est plus qu’un fugitif tentant d’échapper à son assassin. Qui le rattrapera, où qu’il aille. Quoi qu’il fasse.
Paul regarde derrière lui ; il voit la cohorte des victimes qui hurlent vengeance. Il paye le prix de ses fautes. L’échéance approche...
Dans la même voiture, sur une même route, deux hommes que tout semble opposer, et qui pourtant fuient ensemble leur destin différent. Rouler droit devant. Faire ce qu’ils n’ont jamais fait.
Puisque l’horizon est bouché, autant tenter une dernière percée. Flamboyante.

Vos #AvisPolar

  • universpolars 24 novembre 2018
    Satan était un ange - Karine Giebel

    Une fuite. Un homme aux abois, François, 47 ans, avocat. Toujours aller plus loin, n’importe où, pour éviter d’être foutu. De toute manière, selon lui, il est déjà mort. Étonnant, mais finalement pas tant que ça, lorsque l’on sait pourquoi. Cet homme est condamné, c’est indéniable.

    Lors de cette "fuite", il fera monter un auto-stoppeur dans sa BMW. Pas son genre pourtant. L’auto-stoppeur c’est Paul, 19 ans. Lui aussi fuit. Il laisse derrière lui quelque chose d’étrange, une sale affaire, c’est certain. Quoique c’est assez flou.

    Voici comment débute ce thriller de Karine Giébel, une fuite pour échapper à une mort pourtant certaine. Qui, pourquoi, comment ?

    L’écriture de Karine Giébel est sèche, dure et sans concession. Nous sommes dans une sorte d’étau qui se resserre toujours un peu plus. Mais parallèlement, l’histoire donne une sorte d’espoir, nous percevons une sorte de liberté, mais qui reste très particulière.

    Deux hommes radicalement différents vont se compléter pour former une sorte de thérapie de la vie. C’est franc, cash et sans détour.

    Karine Giébel aborde la maladie, celle qui ne cède plus aucune chance, mais celle qui permet peut-être d’apprendre la vie, tout en la perdant. Très paradoxal je vous l’accorde.

    Un apprentissage de la mort, du moins de son approche, cela fait tout de même réfléchir.

    Nous allons ensuite descendre encore plus bas dans la douleur. Après quelques révélations chocs, nous connaîtrons à peu près tout. Ce qui va être intéressant à partir de ce moment-là, c’est de découvrir l’attitude d’un type qui arrive à comprendre et, surtout, accepter l’inacceptable. J’essaie de me mettre à sa place, mais ça reste compliqué.

    Lorsque nous sommes aux portes d’une mort certaine, notre vision des choses change, notre perception de la morale se modifie sensiblement, voire complètement. Sommes-nous peut-être même plus courageux ? Je ne sais pas si le terme est correct.

    Une amitié forcée, une fin de vie biaisée, Karine Giébel donne un panel de "possibilités de réactions" face à une situation tout de même un peu poussée.

    C’est bien écrit, c’est rythmé mais, au final, je ne suis pas resté aussi scotché que cela. Une belle histoire d’amitié, mais aussi l’occasion de vivre aux côtés d’un homme qui s’éteint à petits feux, mais qui s’accroche à une nouvelle source pour terminer sa vie.

    Bonne lecture.

  • claire chronique 6 mars 2019
    Satan était un ange - Karine Giebel

    François avocat de renom à tout pour être heureux ! un jour sa vie bascule lorsqu’il apprend qu’il a une tumeur ! mais voilà il ne veut pas se voir mourir à petit feu avec une chimio, rayons etc.
    il décide de tout plaquer et de partir au volant de sa BMW il quitte le nord pour le sud il prend un auto-stoppeur chose qu’il n’aurait jamais fait avant. une rencontre qui va tout changer à partir de ce moment ils deviendront amis et rouleront vers leurs avenirs et de nombreuses péripéties un livrent à 100 à l’heure ou le suspense est maintenu !

  • mlle javotte books 24 août 2019
    Satan était un ange - Karine Giebel

    Ce thriller se déroule sous forme de road movie. On suit François, un homme « banal » en fuite à bord de son véhicule qui voit sa vie bousculée et basculer lorsqu’il croise la route de Paul, un jeune auto-stoppeur. Tous les 2 embarqués dans la même galère, ils unissent leurs forces pour s’en sortir.

    Il y a de l’action, le rythme est bon mais assez irrégulier. L’intrigue est un peu classique et (trop) prévisible. On imagine assez facilement ce qui va se passer et comment cela va finir…La quatrième de couverture très mystérieuse de cette édition (merci aux Editions Pocket) laissait présager un suspense intense. Mais pas du tout… l’histoire révèle assez vite qui est l’assassin qui poursuit François (et l’édition grand format est encore pire…Ah ces quatrièmes de couverture !!!!) et moi j’aurai aimé ne pas le savoir aussi tôt dans le roman.

    MAIS

    Et c’est là tout le talent de l’auteur qui parvient à nous surprendre et à nous fournir à chaque lecture un bon moment livresque, différent du précédent roman lu, encourageant ainsi l’envie de découvrir toujours sa plume. Point de routine livresque avec Karine Giebel. Et j’adore ça.

    Parce qu’effectivement, l’intrigue est peut être « cousue de fil blanc » mais à aucun moment on ne s’ennuie, chaque passage a son importance et l’émotion prend le pas sur le suspense. On prend plaisir à découvrir qui sont réellement les 2 personnages et surtout Paul, un personnage très mystérieux au départ, qui se révèle un peu plus au fil des pages. Il est très plaisant de voir évoluer la relation de François et de Paul et si on aimait assez facilement François, on apprend au fur et à mesure à apprécier Paul. Issus de 2 milieux radicalement opposés, ils s’apprivoisent l’un l’autre et une relation attachante s’instaure entre eux. Pour le plus grand bonheur du lecteur.

    L’auteur nous offre une lecture qui fait réfléchir sur le comportement humain face à l’injustice de la vie et de la mort. Qu’est-on prêt à faire quand on n’a plus rien à perdre, même pas la vie ? Et elle nous montre également qu’il peut y avoir du bon dans chacun d’entre nous, une belle leçon sur les comportements humains.

    Ce roman n’est certes pas le meilleur roman de l’auteur que j’ai lu mais j’ai quand même passé un bon moment livresque sans m’ennuyer et c’est ce qu’il faut en retenir. A défaut d’être un excellent thriller à dévorer, Satan était un ange reste un bon roman à découvrir.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.