Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Sous terre - James Delargy

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

1 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Comme beaucoup de familles, les Maguire rêvent de quitter la ville pour un retour à la nature. Kallayee semble être l’endroit idéal : abandonné depuis longtemps, l’ancien village minier promet d’être calme, paisible.
Sous l’écrasante chaleur du désert australien, leurs espoirs se dissipent. Des lumières la nuit, des grondements lointains, des traces de pneus dans la poussière… Autant d’indices qui leur font comprendre qu’ils ne sont pas seuls.
Depuis Noël, voilà dix jours que personne ne peut les contacter. La famille a disparu. Emmaline Taylor de la police criminelle mène l’enquête, mais, pour pouvoir les retrouver, elle doit d’abord comprendre quelles raisons les ont poussés à se réfugier dans un endroit si reculé. Et elle doit faire vite : la maison saccagée et le sol taché de sang laissent craindre le pire…

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Musemania 11 février 2022
    Sous terre - James Delargy

    James Delargy est d’origine irlandaise. Pourtant, grand voyageur, il a choisi l’Australie comme décor à ses deux premiers romans : « Victime 55 » et « Sous terre ».

    « Victime 55 » , son premier thriller m’avait laissé un sentiment un brin mitigée. Pour mieux resituer les choses, je vous invite à retrouver ma chronique de l’époque, en ligne sur mon blog.

    Comme je ne suis pas rancunière en matière de littérature (et rien qu’en matière de littérature devrai-je dire d’ailleurs ;), je me suis laissée tentée de découvrir son second roman : « Sous terre ». Vraisemblablement, j’ai très bien fait !

    Thriller haletant, le temps caniculaire australien vous donnera des sueurs froides. Encore une fois, même si l’intrigue se déroule en Australie, on est très loin des plages de sables fins, des eaux turquoises et des grandes métropoles modernes. L’histoire se situe dans un petit village abandonné après la ruée vers l’or, au fin fond du désert, à des heures de voiture de toute civilisation.

    Pourtant, c’est le lieu choisi par la famille Maguire pour prendre un nouveau départ. Malgré des bâtiments en ruine et pas âme qui vive à des kilomètres à la ronde, les parents Lorcan et Naiyana y déposent leurs valises, avec leur jeune fils Dylan, quelque temps avant Noël.

    Après cette fête, ils disparaissent et personne n’arrive à les joindre. Est alors dépêchée sur place, EmmaLine Taylor de la police criminelle afin de mener l’enquête sur cette disparition mystérieuse.

    Les chapitres sont très courts et chacun est consacré à la vision d’un personnage en particulier, tout en avançant bien dans l’intrigue. Alors que j’avais trouvé de nombreuses longueurs dans « Victime 55 », je ne me suis pas ennuyée un seul instant dans « Sous terre » ! Plein de questions entourent la disparition de la famille Maguire et en tant que lecteur, on ne veut qu’une chose, avancer dans le récit afin de démêler le vrai du faux.

    Les griefs observés dans le premier roman ont bien été retravaillés par l’auteur, les faisant se dissiper comme neige au soleil. La traduction très fluide permet une lisibilité aisée et agréable.

    J’ai pris beaucoup de plaisir à cette lecture et me tarde de confirmer (ou non, ce que je n’espère pas) le talent de conteur de James Delargy dans son troisième roman.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.