Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Tu turas le roi - Sandrone Dazieri

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

4 #AvisPolar
3 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Une seule règle à retenir : le roi gagne à tous les coups.

Voilà quinze mois que Dante Torre, l’Homme du Silo, a été enlevé. Quinze mois que Colomba Caselli vit retirée du monde dans une petite ferme perdue dans la région italienne des Marches. Mais, après une violente tempête de neige, Colomba découvre un adolescent autiste, Tommy, dans la remise de son jardin. Il est traumatisé et couvert de sang, ses parents ont été assassinés. Pour la police locale, cela ne fait aucun doute : c’est lui le coupable. Entraînée malgré elle dans l’enquête, l’ancienne commissaire de police découvre des liens entre cette affaire et la disparition de Dante et, peut-être, un moyen de retrouver ce dernier.

Pendant ce temps, un mystérieux « Roi de Deniers » agit dans l’ombre…

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Selene Raconte 11 avril 2021
    Tu turas le roi - Sandrone Dazieri

    Et voilà, je termine avec ce tome la trilogie tout simplement géniale de Sandrone Dazieri.
    Depuis l’enlèvement de Dante à la fin du 2nd tome, Colomba a jeté l’éponge. Elle se terre dans un chalet de montagne, a quitté la police.
    De Dante, on a quelques « nouvelles » à travers des chapitres dont in ne sait pas bien s’il s’agit de souvenirs, de réalité ou de simples cauchemars.
    Colomba va se retrouver, un peu malgré elle, mêlée au double assassinat d’un couple en trouvant leur fils autiste caché, paniqué, dans sa remise.
    Dans ce dernier tome, on va vraiment tout savoir : les motivations du père, la relation existant entre Giltiné et les victimes de ce grand malade, comment tout ceci s’organise, tout (ou presque) va trouver son explication. D’ailleurs, l’un des aspects de cette histoire a vraiment été difficile à avaler.

    Au bout du 3ème livre, je me fais toujours autant avoir par l’auteur ! Le moins qu’on puisse dire, c’est que je n’ai vraiment pas vu venir tout ce que l’on découvre dans la dernière partie du roman.

    Pourtant, j’aurais dû me méfier, mais non, je me suis faite avoir comme une bleue.
    Le duo Colomba/Dante va être rapidement réuni (comme vous vous en doutez sûrement) mais leur collaboration m’a parue plus tendue depuis que Dante ne cache plus les sentiments que lui inspirent Colomba, surtout que cette dernière est un vrai porc-epic dès que l’on aborde ce sujet.
    Bizarrement, malgré son caractère de cochon, j’ai bien aimé le carabinier Lupo. Il a l’air d’un bouseux arriéré du fin fond de sa campagne italienne, mais il ne manque pas de flair, même s’il pourrait faire des efforts de diplomatie.
    Encore plus bizarrement, malgré tout ce qu’il a pu faire, j’ai conservé une affection particulière pour Léo (oui, je sais, honte sur moi).
    En tout cas, malgré les nombreuses ramifications de toute cette histoire, l’auteur a une parfaite maîtrise de son récit et ne nous perd jamais dans ses explications.
    La fin est assez ouverte, certaines questions (relativement peu) restent sans réponses, mais je ne sais pas si j’aurais vraiment envie de savoir la vérité sur ces sujets-là.
    J’ai vraiment adoré cette trilogie dont chaque tome a été un coup de cœur et j’ai été vraiment inspirée d’attendre la sortie du tome 3 pour lire les deux dernier tomes peu de temps l’un après l’autre parce que je crois bien que je n’aurais pas supporté le final du tome 2 si j’avais eu à attendre deux ans pour découvrir cette fin littéralement explosive.

  • A vos livres 22 mars 2020
    Tu turas le roi - Sandrone Dazieri

    Et voilà ! La trilogie se clôture avec brio sur ce troisième et dernier opus. C’est avec un brin de tristesse que j’écris mon avis car il est bien difficile de quitter notre duo Colomba/Dante. A mon goût, ce sont réellement ces deux personnages principaux qui ont fait la force de l’histoire, et ce, depuis le tout début. Ils ont donné vie à un terrible thriller, peuplé de morts, de complots et de secrets dont le voile est enfin tombé dans ce livre.

    Il est vrai qu’à la fin du second tome, Sandrone Dazieri nous avait fait l’honneur de terminer avec l’enlèvement de Dante, ce qui m’avait pratiquement fait hurler de frustration. Forcément, il incombe à Colomba Caselli de nous introduire dans ce dernier opus, non sans difficulté puisqu’elle s’est terrée dans une vieille ferme et retirée du monde, quinze mois après l’attentat de Venise. Dépitée de n’avoir pu sauver (ni retrouver) Dante et ayant démissionné de la Police, elle erre comme une loque dans la campagne italienne. Mais les cartes n’ont pas toutes été jouées et le « Roi de Deniers » tend ses fils pour que ses marionnettes se remettent en selle.

    Un roman construit et mené à la baguette pour nous offrir une incroyable conclusion. Une lecture sans temps mort et qui dévoile astucieusement une bonne part de ce qui nous avait échappé jusqu’alors. Mais pas tout ! Je soupçonne l’auteur d’avoir laissé une trappe ouverte, de façon tout à fait intentionnelle. (Personnellement, j’espère que ça ne permettra pas la naissance d’un quatrième tome « commercial », je serais assez déçue). Par contre, je vous conseille d’avoir en tête les deux anciens tomes car même si l’auteur tente de nous en rappeler les grandes lignes, j’ai eu quelques « absences », notamment en ce qui concerne « Le Père », premier tome que j’avais finalement lu il y a déjà quatre ans !

    Sur ce, je vous souhaite une belle découverte et une lecture aussi passionnante que fut la mienne !
    https://avoslivreschroniques.com/tu-tueras-le-roi-sandrone-dazieri/

  • Encore Un Livre 7 août 2019
    Tu turas le roi - Sandrone Dazieri

    Deux ans d’attente, voici l’ultime enquête sur les traces du Roi de Deniers, le temps de quelques pages on se replonge dans les derniers événements de Tu tueras l’Ange qui m’avait laissée pantoise, rappelons-le.
    À l’instar des précédents romans, ce pavé de 600 pages ne manque pas d’entrain, ni de mystères bien entretenus, les questions sont nombreuses depuis Tu tueras le Père, l’auteur ménage le suspens… Imaginez donc deux secondes, l’attente et la patience dont je dois faire preuve depuis deux ans ainsi que le risque de perdre les éléments essentiels dans ce dédale, mais les subtils détails en piqûre de rappel sont bien présents, l’intrigue originale tient la route est brillamment portée par ses personnages emblématiques.
    Evidemment je ne vais pas pouvoir parler de l’enquête avec ses diverses et denses ramifications depuis Tu tueras le Père, je risque de spoiler les futurs lecteurs car l’histoire se poursuit et prend de l’ampleur à chaque roman, l’auteur prend plaisir à garder certaines cartes sous le coude, à lire absolument dans l’ordre ou vous risquez d’avoir de sérieux problèmes. Vous êtes prévenus :p

    Sandrone Dazieri ne laisse en aucun cas à l’écart la clarté d’un propos, même si je pourrais reprocher un certain manque de développement vers la toute fin, les aspects sombres et historiques de l’Italie abordés avec pudeur laissent deviner la sensibilité profonde qu’a voulu faire passer cet auteur talentueux dans cette histoire.
    Je n’ose imaginer ce que pourrait donner cette trilogie si elle était portée à l’écran un jour.

    Je ressors avec la satisfaction d’avoir eu entre les mains un dernier opus complet, certes dense, où parfois les noms des personnages italiens qui se ressemblent, se confondent, mais une œuvre divertissante qui prend sa source dans la mémoire historique de l’Italie, cette trilogie est à mon modeste avis un bijou littéraire qui se déguste sans modération.

  • Saveur Littéraire 26 juillet 2019
    Tu turas le roi - Sandrone Dazieri

    J’avais découvert avec un immense plaisir une nouvelle plume talentueuse dans le monde des thrillers à vous en décoiffer, à savoir l’auteur italien Sandrone Dazieri avec Tu tueras le Père. Puis, je m’étais jetée sans sommation sur Tu tueras l’Ange et étais encore plus tombée amoureuse du duo Dante Torre et Colomba Caselli. Avec Tu tueras le Roi, l’histoire d’amour a viré au dévouement éternel ! Une trilogie délicieuse qui nous balade d’Italie à d’autres pays, de villes italiennes en ruines dissimulant des secrets d’État. C’est donc aujourd’hui qu’on va clôturer ensemble la trilogie dont j’attendais impatiemment la fin. Prêt(e)s ?

    Sandrone Dazieri sait nous plonger directement dans l’ambiance. Pour ceux et celles qui ont attrapé le wagon Torre – Colomba en cours de route, le premier chapitre est une redite du dernier chapitre du deuxième tome. On reprend ensuite comme si nous n’avions pas quitté Colomba, en mauvaise posture, sauf que quelques mois se sont quand même passés. Dante a disparu, kidnappé par Leo, un homme qui prétend être son frère, et nous voilà laissés à l’abandon avec Colomba qui se remet de ses blessures. C’est sans compter l’arrivée de l’élément perturbateur, celui qui va tout changer : Tommy.

    V’là qu’on se replonge à nouveau dans le passé, aux côtés de Colomba, Esposito, Alberti et le p’tit nouveau de la bande avec qui l’on apprend à faire connaissance ; qu’on croit chiant et chieur au début mais qui se révèle finalement un atout et une mine d’or, à savoir Lupo. Et puis, la question n’est pas tant de savoir où se trouve Dante que qui lui veut du mal depuis tout ce temps ?

    Les chapitres s’enchaînent à une vitesse terrible, les pages défilent en apportant avec elles leur lot de révélations, de questionnements et de sourires tout bêtes devant l’humour des personnages qu’on savoure. Un réel plaisir de retrouver cette fine équipe qui se bat contre quelque chose de plus gros qu’elle.

    Beh, ne nous mentons pas. Sandrone Dazieri pourrait faire concurrence au créateur du Trône de Fer, avec toutes les morts qui s’entassent à la pelle. Des innocents, des fripouilles, des anonymes ou des misérables qu’on aurait bien voulu étrangler nous-mêmes, tout le monde risque d’y passer. Et je peux vous le dire : ça fait mal, on a peur à chaque instant que les chouchous finissent dans une tombe. Certaines morts brutales ou imprévues nous scotchent à la page, il y a de la violence mais aussi de l’espoir. Et surtout, de quoi soulever l’estomac devant une intrigue plus complexe, vraiment plus infiniment complexe que ce que l’on pensait.

    Tout cela part d’un double meurtre qui oblige un gamin autiste à se déplacer jusqu’à Colomba, retirée de la vie policière depuis les événements de Venise. Et voilà qu’à partir de ces deux meurtres, elle est impliquée dans une bataille qui oppose Dante à ses détraqueurs. N’importe qui peut devenir votre ennemi, désormais. Conclusion aussi délicieuse que le reste de la trilogie, et une fin plausible, que demander de plus ? Bluffés devant le coup de théâtre, bluffés devant l’intensité de certains passages. L’auteur arrive décidément bien à nous manipuler, nous lecteurs, mais aussi les personnages.

    Alors, qu’en est-il de Tu tueras le Roi ? Roman dévoré en moins de deux jours, qui aborde des thèmes actuels mais aussi nous force à plonger dans des pans dérangeants et sombres de l’Histoire. Un duo toujours aussi beau et touchant, celui que forment Dante et Colomba. Une équipe qui les suit à côté et qu’on ne peut qu’aimer, en particulier les habituels ; les fameux Alberti, Esposito et le ‘tit nouveau de Lupo. Certaines questions ne trouveront pas de réponses ; on s’en doutait un peu mais c’est le choix de l’auteur. Bref, on repart sur un coup de cœur, ENCORE. Une trilogie qui se clôt comme il faut et qui, tout au long des pages, a réussi à faire référence à certains personnages que nous n’avons pas revu depuis longtemps, Rovere ou Santiago pour ne citer qu’eux, par exemple. Un plaisir également de retrouver les enfants du Silo, dont on voit l’évolution depuis leur séquestration horrible orchestrée par le Père.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.