Chanson douce - Prix Goncourt 2016 - Leila Slimani

Notez
Notes des internautes
(12)
10
#AvisPolars
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame. A travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c’est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l’amour et de l’éducation, des rapports de domination et d’argent, des préjugés de classe ou de culture. Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant.

Vos #AvisPolar

  • L’atelier de Litote 25 octobre 2018
    Chanson douce - Prix Goncourt 2016 - Leila Slimani

    Voilà un livre qui m’a interpellé, moi en tant que maman ayant fait garder mes enfants lorsque j’ai du reprendre le travail et surtout moi en tant qu’assistante maternelle qui accueille des petits de moins de trois ans tous les jours depuis plus de dix ans maintenant. C’est une histoire qui m’a fait réfléchir à la condition de la nounou de 2016, à celle des parents qui travaillent et ont des enfants à placer. Leïla Slimani nous conte la vie de Louise, une super nounou recrutée par un couple avec deux jeunes enfants. Très rapidement Louise prend une place qui dépasse celle de la simple nounou à l’intérieur de la famille, elle prend en charge tout le côté intendance dans la maison, le ménage, les courses, les repas, le repassage, le rangement tout devient clean à l’excès et en plus les enfants ne tardent pas à lui vouer une affection sans faille. Nous allons être alors les témoins impuissants de l’évolution délétère de la relation employeur/employée. C’est effarant jusqu’où cela va nous entraîner dans la dépendance vicieuse de l’une et des autres, nous allons arriver jusqu’au point de non retour. D’ailleurs dès le chapitre Un on sait déjà les conséquences de ce disfonctionnement, un peu comme dans les thrillers où on commence par la scène de crime dès les premières minutes. L’auteure nous emporte dans le quotidien des personnages par petites touches, insensiblement et pourtant, elle nous dévoile leur faiblesse, leur vulnérabilité et se glisse auprès de chacun jusqu’au sommet où tout explose. De nombreuses familles se reconnaitront dans ce portrait au vitriol de notre société, des couples avec enfants en bas âges, des rapports entre employeur/employée à la maison. L’écriture est un vrai plaisir à lire c’est simple, précis et un rien poétique (voir ma seconde citation), j’adore. Tout le récit n’est qu’une lente montée en puissance comme un volcan prêt à exploser, il ne nous sera épargné aucune tension, malaise, suspense et autre stress. Les personnages sont à fleur de peau, on sent que tout peu basculer d’un instant à l’autre vers un dénouement dramatique.

    Citation :

    " Pendant un instant, elle se met à croire que Louise est vraiment partie, qu’elle les a abandonnés dans cet appartement où la nuit va tomber, qu’ils sont seuls et qu’elle ne reviendra plus. L’angoisse est insupportable et Mila supplie la nounou. Elle dit : « Louise, c’est pas drôle. Où es-tu ? » L’enfant s’énerve, tape des pieds. Louise attend. Elle les regarde comme on étudie l’agonie du poisson à peine pêché, les ouïes en sang, le corps secoué de convulsions. Le poisson qui frétille sur le sol du bateau, qui tète l’air de sa bouche épuisée, le poisson qui n’a aucune chance de s’en sortir."

    "Dans son estomac vide la glace tombe en lourds flocons."

  • La bibliothèque de Céline 27 octobre 2018
    Chanson douce - Prix Goncourt 2016 - Leila Slimani

    Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d un cabinet d avocats, le couple se met à la recherche d une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu au drame.
    Lorsque j ai entendu Leila Slimani parler de son livre à la grande librairie, émission littéraire présentée par François Busnel, et dont je suis une grande fan, je me suis dit : celui là, il me le faut !!! J ai mis de côté le fait que le sujet me touchait de près( enfin pas trop non plus…)et je me suis précipitée dans une librairie.
    Il est rare qu’ un livre comble absolument toutes les attentes qu’ on puisse avoir le concernant. Rare mais pas impossible puisque ce fut le cas avec Chanson douce.
    L écriture tranchante de l auteure m a complètement séduite. La façon d aborder les relations parents-nounou, m a fait réaliser à quel point il est difficile de s entendre quand argent, hiérarchie et progéniture se mêlent. Comment être à la fois parents et employeurs tout en maintenant une certaine distance entre professionnalisme et amabilité ? Comment faire confiance à une personne que l on connaît à peine et lui laisser entre les mains son foyer, sa chair ? Bref, ce livre a suscité beaucoup d interrogations…un certain malaise aussi, bien sûr, mais si bien narré qu’il m a semblé moins tragique.
    Un roman superbe dans lequel s’alternent douceur et violence.

  • ClothildePL 6 décembre 2018
    Chanson douce - Prix Goncourt 2016 - Leila Slimani

    Tout commence avec une phrase : " le bébé est mort ". le drame est annoncé, il n’ a aucune surprise. Dès lors, un malaise palpable s’installe tout au long du livre. On connait presque tout de ce drame dès le début du livre, qui l’a fait, sur qui ? Un seul mystère pourquoi.
    J’avoue qu’à la fin du livre je n’ai pas bien saisi pourquoi. Mais un sentiment ne m’ai jamais quitté, un sentiment d’horreur, de malaise. Tout au long du roman nous pouvons suivre l’évolution d’une petite famille. Suite à une opportunité professionnelle Myriam, la maman décide de reprendre le travail. Dès lors, il est obligatoire de trouver une nounou. Après de multiple recherche, le couple a trouvé ce qui lui faut, c’est Louise, elle est parfaite. Et en effet, le changement est radical à la maison, les enfants l’adore, la maison est propre... Mais petit à petit la relation entre la nounou et Myriam mais aussi celle de Louise et des enfants va s’avérer étouffante jusqu’au moment fatidique. J’ai bien aimé cette lecture. L’auteur nous fait comprendre les événements qui vont mener à cette tragédie. Ce livre est terrifiant et également fascinant. C’est ce qui provoque chez moi ce sentiment de gêne.

  • Chris93 10 février 2019
    Chanson douce - Prix Goncourt 2016 - Leila Slimani

    Le livre s’ouvre sur une scène effroyable : un enfant mort, sa sœur qui lutte pour survivre, une femme dans le coma, une autre qui hurle.
    Et le roman est consacré à expliquer comment cette scène a pu arriver.

    Myriam, avocate et jeune mère de famille en congé parental, souhaite recommencer à travailler quand elle se rend compte qu’elle se néglige. Paul son mari, réticent au début, met en place un plan de recrutement drastique pour trouver la meilleure nounou pour garder Adam, le bébé et Mila, la petite fille.

    Et ce n’est pas une mince affaire que de trouver la perle rare ! Mais ils réussissent à embaucher Louise, une quadragénaire fluette, blonde, un peu vieux jeu avec son col Claudine et sa longue jupe.
    Et, oui, Louise est une perle : car non contente de s’occuper admirablement des enfants, elle range, nettoie, fait la cuisine.
    Mais la narration nous apprend vite que Louise est en fait obsessionnelle. Tout doit être réalisé à sa manière. Elle agit toujours avec un but bien précis. Et ça a toujours été le cas. Y compris avec sa fille Stéphanie, qu’elle a tenté d’aider à « s’élever » de sa condition sociale, mais peine perdue, et la contrariété de Louise a des accents forts violents.

    Car oui, Louise est en apparence très propre sur elle, très dévouée. Mais c’est pour mieux vous manipuler, car Louise a des projets pour vous. En fait, ce sont ses projets. Mais vous devez vous adapter à elle.
    Et Louise ne laissera rien passer. Lorsqu’elle pressent que son rôle de nounou touche à sa fin chez Myriam et Paul car les enfants ont grandi, elle met tout en œuvre pour que les parents fassent un nouveau bébé.

    Mais son plan échoue. Et l’ultime dérapage se met en place. Ultime, car l’enquête de police démontrera que Louise n’en est pas à ses premiers méfaits...

    J’ai beaucoup aimé écouter ce livre en version audio. L’écriture de Leila Slimani associée à la voix de Clotilde Coureau a créé une atmosphère sombre et douce à la fois, Louise se montrant tour à tour sous des jours différents. Au-delà de l’histoire de cette monstrueuse nounou, on constate les conflits de classe sociale, les préjugés, les risques pris aussi par une société incapable de gérer les risques psychologiques.

    On ne sort pas indemne de cette histoire qui fait froid dans le dos !

    lirelanuitoupas.wordpress.com

  • Maks 11 février 2019
    Chanson douce - Prix Goncourt 2016 - Leila Slimani

    Tout de suite après avoir lu quelques lignes on comprend, oui on comprend pourquoi Leïla Slimani à obtenu le Goncourt 2016, pourquoi la critique est unanime sur la qualité du roman, pourquoi ? Parce que c’est tellement bien écrit, un style fort pour un récit dur, j’ai ressenti l’envie de lire le livre d’un coup sans m’arrêter dès les premières pages.

    C’est également un roman difficile à classer dans une catégorie.
    Thriller ? Oui et non vu que l’ont connais très vite le dénouement et que Leïla Slimani va nous conter cette chanson douce pour sonder l’âme humaine et ses faiblesses tout du long mais qu’il s’agît de meurtres et du déclin d’une femme vers la folie.
    Littérature ? Oui sans conteste.
    Drame ? Oui mais raconté avec douceur et pudeur.

    Les personnages sont tous intéressants mais c’est surtout la nounou qui est au centre du récit, un personnage froid, calculateur et perdu dont je me souviendrais longtemps.

    Leïla Slimani à réussie avec cette Chanson douce à nous bercer tel des enfants lisants un conte macabre, et ce, avec une histoire qui fait froid dans le dos et ne vous laissera pas indifférent.
    Un livre qu’il faut avoir dans sa bibliothèque, mais attention, vous ne verrez plus les nounous comme avant !

  • AUFILDESPAGES 26 février 2019
    Chanson douce - Prix Goncourt 2016 - Leila Slimani

    Un gros coup de coeur !!!!! D’entrée de jeu le ton est donné et le drame à lieu !
    Leila Slimani ne laisse pas planer le doute et annonce direct les 2 infanticides de la Nounou. Mais justement en annonçant directement cet enfer le lecteur reste scotché et cherche à comprendre les raisons de ce drame.
    Ce livre m’a percuté et m’a psychologiquement bouleversée dans le sens ou on se sent impuissant en le lisant !
    L’atmosphère est tendu, nous avons 2 parents qui ont une vie professionnelle et qui emploient donc LA NOUNOU PARFAITE mais cette nounou va tisser sa toile autour de leur cocon familial et va vite devenir indispensable pour leur quotidien ! L’amour de la nounou pour les enfants va vite devenir étouffant et pervers. Amour, frustration, manipulation, violence & folie meutrière sont les maîtres mots de ce superbe livre !
    Vraiment je le conseille mais attention à votre sensibilité ;)

  • Lectures noires pour nuits blanches 6 mars 2019
    Chanson douce - Prix Goncourt 2016 - Leila Slimani

    "Le bébé est mort. Il a suffit de quelques secondes. Le médecin a assuré qu’il n’avait pas souffert. On l’a couché dans une housse grise et on a fait glisser la fermeture éclair sur le corps désarticulé qui flottait au milieu des jouets. La petite, elle, était encore vivante quand les secours sont arrivés. Elle s’est battue comme un fauve."

    Ainsi débute Chanson douce. Le ton est donné. La douceur n’est pas au programme de ce roman.

    Avec pareil incipit on peut supposer que le suspense non plus et pourtant. Avec cette entrée en matière, l’auteure crée une atmosphère particulière, installe une tension permanente et nous oblige à tourner les pages frénétiquement pour savoir ce qui a bien pu conduire à cette tragédie.
    La construction du roman est déroutante mais ô combien efficace. Après quelques pages, on revient en arrière, au début de l’histoire et nous voici, pauvre lecteur impuissant, à voir se dérouler l’histoire sous nos yeux jusqu’à ce dénouement fatal et inéluctable.

    Le style de l’auteure, très incisif et froid sert parfaitement le récit. Une écriture au scalpel qui nous dépeint sans concession un tableau bien sombre de notre société actuelle. On se sent voyeur, troublé mais il nous est impossible de poser le livre avant la fin. C’est très malaisant mais addictif.

    La psychologie des personnages est bien travaillée mais aurait pu être plus poussée du côté des parents.

    Malgré une histoire qui aurait dû être bouleversante, je suis restée spectatrice de ce roman. Pas d’émotions. Aucune empathie non plus pour les personnages, ni pour les parents, que j’ai trouvés antipathiques et condescendants, et encore moins pour la nounou. Un personnage complexe, difficile à cerner qui m’a mis mal à l’aise dès le départ. Impossible pour moi de lui trouver la moindre excuse ou circonstance atténuante, passé difficile ou pas. Je l’ai carrément détestée. Elle m’a beaucoup rappelé Sophie, la mère dans Hortense de Jacques Expert. Je suis restée insensible face à cette dérive vers la folie.
    Fait volontaire ou pas de l’auteure, on ne comprend pas les raisons de son acte et moi ça m’a déçue.

    J’ai malgré tout apprécié ce roman. Une bonne lecture mais qui me laisse un goût d’inachevé.

  • Des plumes et des livres 9 mars 2019
    Chanson douce - Prix Goncourt 2016 - Leila Slimani

    Chanson douce n’est pas un livre qui commence comme une douce berceuse pour aller crescendo vers son dénouement. C’est un livre où dès les premières lignes, le lecteur est le témoin privilégié d’un drame dans lequel deux enfants sont retrouvés morts par leur mère et non loin d’eux, la nounou qui a tenté de se suicider.
    Ce point de départ est d’autant plus brutal que la nounou, Louise, était décrite comme une employée modèle dont tout le monde chantait les louanges. Comme une Mary Poppins des temps modernes, elle était la nounou parfaite dont tous les parents rêvent.

    Dans ce roman, Leila Slimani retrace le parcours de cette nounou hors norme et plus spécialement les circonstances et le travail de Louise dans la famille de Myriam et Paul.

    En tant que lecteur, nous nous laissons facilement transporter dans l’histoire qui retrace parfaitement le quotidien d’une famille lambda. Nous constatons comment Louise s’immisce de plus en plus dans la vie de cette petite famille jusqu’au point où elle devient indispensable et où sa présence n’est jamais contestée.

    Cependant, même si l’histoire reste agréable à lire, quelques points négatifs m’ont frappée. Tout d’abord la présence, ou plus l’absence, des parents dans la vie de famille. Myriam était quand même mère au foyer. Comment a-t-elle pu passer de ce statut à celui de mère carriériste sans jamais se poser la moindre question ? Bien entendu, Louise a commis quelques écarts de comportement avec les enfants. Comment se fait-il que la jeune Mila n’ait jamais rien dit ? A cet âge-là, les enfants sont pourtant avides de parole !

    t surtout, ce qui m’a le plus dérangée est la fin. La fin de Chanson douce est très frustrante. Peut-être par choix d’écriture, l’auteure ne livre qu’une explication sommaire de la psychologie de Louise. Cela ne semble pourtant pas justifier le drame qui s’est déroulé dans l’appartement familial. Cela veut-il signifier qu’une tragédie n’est pas simple à analyser et que les motivations d’un tel acte peuvent rester obscures ? De plus, nous ne savons pas ce qu’est advenu de la fille de Louise, Stéphanie, alors qu’elle est évoquée plusieurs fois dans le livre.

  • aa2liiinee 15 mars 2019
    Chanson douce - Prix Goncourt 2016 - Leila Slimani

    La lecture de Chanson Douce a été déstabilisante, l’auteure arrive à nous tenir en haleine malgré que nous sommes au courant dès le premier chapitre du dénouement tragique, abandonnant tout espoir pour le lecteur ! Un premier chapitre d’ailleurs qui vous glaçe le sang, une scène d’horreur ! L’attrait de ce roman est d’essayer de comprendre comment cette nounou si parfaite arrive à comettre cet acte ?
    Une ambiance pesante et malsaine va accompagner votre lecture et ne va pas vous rassurer ! J’ai été plusieurs fois mal à l’aise face à ces personnages. J’ai apprécié ma lecture, j’aurai cependant voulu avoir une fin plus expliqué, pour arriver à comprendre Louise, mais peut-on vraiment expliquer un acte de folie ? Même si celle si est progressive et monte crescendo dans le roman. J’ai aimé le terme de "mélancolie délirante" pour qualifier Louise.
    Une lecture à découvrir, j’émet tout de même une réserve aux jeunes mamans pour la lecture de ce livre.

  • laurylit 22 mars 2019
    Chanson douce - Prix Goncourt 2016 - Leila Slimani

    Superbe lecture !! Dans ce roman la construction est différente, on a presque l’impression de débuter par la fin . En effet dès les premières lignes on découvre un terrible drame ! La question reste alors, mais comment en est-on arrivé là ? 
    L’auteure traite différents sujets comme les souffrances psychologiques, la dépendance effective ou la violence sociale .
    L’écriture est concise, les chapitres sont courts, le livre se lit très vite et bien .

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.