Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Dégradation - Benjamin Myers

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

4 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Au plus profond de l’hiver, dans la lande rugueuse et désolée du nord de l’Angleterre, une jeune fille disparaît. Deux hommes la recherchent : le détective James Brindle, solitaire, taciturne, obsessionnel, et Roddy Mace, ex-journaliste des tabloïds fuyant son passé de débauche à Londres. Ils ne tardent pas à dénicher le suspect idéal : Steven Rutter, terrifiant personnage, plus proche de la bête sauvage que de l’homme, qui vit retiré dans une ferme isolée et rumine de sombres secrets. Mais il n’est pas le seul, et ce qui s’annonçait comme un banal fait divers va bientôt basculer dans l’horreur, à mesure que Brindle et Mace plongent dans les coulisses insoupçonnées de la vie du hameau.

Benjamin Myers est né à Durham en 1976 et vit aujourd’hui dans la campagne du Yorkshire, dont il a fait le décor de prédilection de ses romans. Ancien journaliste spécialisé en musique, il est l’auteur d’une œuvre déjà conséquente, à paraître aux éditions du Seuil. Dégradation est son premier livre traduit en France.

Traduit de l’anglais par Isabelle Maillet

« Noir, rural, décadent et dépravé.

En contrepoint aux horreurs absolues qu’il décrit dans toute leur violence graphique, Myers donne vie au paysage avec un aplomb lyrique et une maîtrise narrative qui emportent tout. »

Val McDermid, The Guardian


Voir en ligne : Présentation du livre par Le Seuil

Vos #AvisPolar

  • LeCarnetdeJessica 21 septembre 2019
    Dégradation - Benjamin Myers

    En ouvrant ce roman, préparez-vous à prendre un uppercut en pleine poire. Je m’attendais à une petite enquête pépère dans la campagne anglaise, mais j’étais complètement à côté de la plaque. À des kilomètres en fait. Pourtant, je croyais être une lectrice avisée niveau violences, meurtres, tortures, etc., mais Benjamin Myers m’a vite, très vite, détrompée.

    Dégradation, c’est l’histoire d’un village tranquille au cœur de la campagne des Dales. Tranquille jusqu’à la disparition de la fille d’un propriétaire terrien de la lande. Une ado qui venait passer Noël avec papa et maman, mais qui ne rentrera jamais de sa petite balade à travers champs. Oui, la nature est majestueuse et impitoyable.

    Ce livre est un mélange d’enquête, de souvenirs destructeurs et de secrets inavouables. C’est le genre de thriller qui met en lumière la noirceur la plus extrême de l’être humain. Parce qu’on peut bien essayer de se rassurer en se disant qu’il ne s’agit que d’une fiction, il y a tout de même un fond de vérité. Une vérité glaçante : l’exclusion sociale bousille.

    Profanation, désespoir et dépravation, c’est une lecture éprouvante, dérangeante.

    Ce malaise ne m’empêche pas de reconnaître l’immense talent de Benjamin Myers. J’avais le cœur au bord des lèvres et la tête remplie d’images abominables, pourtant j’ai continué à lire. J’avais envie de le foutre à la poubelle et de regarder un épisode des bisounours, mais l’attraction du sordide était trop forte. Alors j’ai continué à suivre ce rythme étouffant et effréné.

    Inconfortable, oppressant et qui glace le sang, Dégradation m’a complètement prise au dépourvu. L’écriture déstabilisante et incisive m’a captivée, le fond m’a terrifiée et la fin, volontairement ouverte, m’a achevée. Je ne sais pas si c’est un coup de cœur ou si l’auteur deviendra ma bête noire littéraire. Ma seule certitude : Dégradation est un diamant brut du roman noir.

  • Komboloi 21 septembre 2019
    Dégradation - Benjamin Myers

    Avec "Dégradation", Benjamin Myers nous livre un roman policier très correct.

    Ce polar, assez classique dans sa construction, réussit néanmoins à installer une ambiance campagnarde glauque et prenante. L’auteur maîtrise son enquête de bout en bout. Maîtrise que l’on retrouve également dans le développement des protagonistes même si on retrouve des codes utilisés très (trop) fréquemment dans ce genre littéraire.

    Pas une grande originalité, pas de grande nouveauté mais c’est correctement écrit et très efficace, il faut le reconnaître. Ce livre n’est bien sur pas exempt de défauts, quelques longueurs à signaler qui viennent apporter de réelles ruptures dans le récit avec des changements de rythme un peu étrange, un style d’écriture particulier sans virgules qui finalement n’apporte pas grand chose...Bref, pas parfait en résumé.

    Il n’en reste pas moins que l’ambiance est là, que j’ai pris du plaisir à découvrir cet inspecteur à la mentalité particulière et que j’ai trouvé l’écriture agréable à lire et très fluide.

    Si je devais résumer tout ça, je dirai que ce n’est pas un polar incontournable mais qu’il reste très efficace et assez prenant. A voir, si les romans qui vont suivre vont gagner en maturité car ça pourrait devenir très intéressant.

  • Sylvie Belgrand 6 octobre 2019
    Dégradation - Benjamin Myers

    La quasi absence de ponctuation donne l’impression d’être en prise directe dans le cerveau de l’auteur, et de regarder défiler ses idées, ses pensées. Ça donne un rythme très particulier, qui peut déstabiliser, mais pour ma part, je m’y suis faite très vite. J’ai même trouvé ça original et intéressant.
    D’autant que l’histoire est particulièrement glauque, et que les personnages, bons ou mauvais, ont tous quelque chose qui va de "légèrement barré " à "franchement flippant ".
    À lire donc si vous avez envie de sortir des sentiers battus.

    #Dégradation #BenjaminMyers #polar #thriller

    Le quatrième de couverture :

    Au plus profond de l’hiver, dans la lande rugueuse et désolée du nord de l’Angleterre, une jeune fille disparaît. Deux hommes la recherchent : le détective James Brindle, solitaire, taciturne, obsessionnel, et Roddy Mace, ex-journaliste des tabloïds fuyant son passé de débauche à Londres. Ils ne tardent pas à dénicher le suspect idéal : Steven Rutter, terrifiant personnage, plus proche de la bête sauvage que de l’homme, qui vit retiré dans une ferme isolée et rumine de sombres secrets. Mais il n’est pas le seul, et ce qui s’annonçait comme un banal fait divers va bientôt basculer dans l’horreur, à mesure que Brindle et Mace plongent dans les coulisses insoupçonnées de la vie du hameau.

  • Lisez.du.polar 13 octobre 2019
    Dégradation - Benjamin Myers

    ⭐️ Chrønique ⭐️

    Jamais polar n’aura aussi bien porté son titre !
    Une histoire construite autour de deux parties.
    La première "Hiver" met en place l’intrigue (vite élucidée : mais enfin pourquoi dévoiler aussi vite l’assassin ?), les personnages (très - trop ? - atypiques) et le décor : la lande glaciale et énigmatique des Yorkshire Dales (pour moi, le gros point fort du roman).
    Et puis la seconde partie "Printemps" où tout se dégrade  : l’enquête bouclée au rythme des révélations soudaines et impromptues des protagonistes, la relation entre Brindle et Mace qui tourne en rond, s’essouffle, s’étiole et n’aboutit à rien. Un épilogue sans saveur. Le processus de dégradation est arrivé au bout des 400 pages.

    Que dire de la ponctuation ? ou plutôt son absence ? je me suis interrogée sur le travail de traduction (pour lequel j’ai un profond respect) mais dont la responsable était visiblement fâchée avec les virgules et les signes de dialogue. Et si au début je trouvais que ça donnait de la nervosité au texte, à la longue ça m’a rendu la lecture pénible.

    Dégradation, découvert et lu dans le cadre du Prix du Meilleur Polar 2019 des Editions Points n’aura pas su obtenir mes faveurs.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.