Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Disparaître - Mathieu Menegaux

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

6 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Une jeune femme se défenestre dans le quartier des Abbesses, à Paris. À des kilomètres de là, sur la côte d’Azur, la mer rejette la dépouille d’un homme impossible à identifier. Quel lien peut donc unir ces deux décès ? Plongeon dans l’univers impitoyable d’une prestigieuse banque d’affaires et enquête policière minutieuse seront nécessaires pour renouer les fils de ces deux affaires, dont émergeront pêle-mêle désillusions amoureuses, intransigeance du monde du travail et impossibilité de disparaître sans laisser de traces.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Bill 30 septembre 2022
    Disparaître - Mathieu Menegaux

    Une jeune fille se défenestre dans le XVIIIème arrondissement parisien.
    Le cadavre d’un noyé, nu, est découvert sur la plage de Saint Jean Cap Ferrat. Pas d’empreintes digitales, le bout des doigts semble avoir été brûlé, pas de cheveux, pas de poils. Aucune identification possible.
    Une jeune fille brillante issue d’une famille modeste, excellente élève, réussit brillamment des études d’ingénieurs, y privilégiant l’étude et le cursus à l’étranger à la socialisation dont elle n’a pas les codes. Elle intégre le top du top des cabinets conseils en fusion-acquisition, et y consacre toutes ses heures jusqu’à ...
    Un policier nouvellement nommé dans le sud, refuse de laisser son noyé sans identité, et passe son temps à chercher ses traces. Des caméras de surveillance l’ont aperçu se dévêtant avant de se mettre à nager vers le large. Un suicide, donc pas de matière à enquêter ... Alors le policier passe son passe son temps à chercher des traces, à remonter le détail des journées qui ont précédé la mise à l’eau, et d’un infime détail il retrouvera l’identité, et le puzzle sera reconstitué.
    Un roman court et puissant où d’une écriture factuelle, mais avec de l’amitié et un soupçon de tendresse, Mathieu Menegaux dresse le portrait de deux êtres qui n’auraient jamais dû s’aimer et dont l’histoire d’amour n’aurait jamais pu durer.
    Un roman qui m’a pris aux tripes, tout comme les précédents romans de l’auteur qui me sont passés entre les mains. Je suis en train de chercher ceux que je n’ai pas encore lus ...
    A suivre ...

  • Aude Lagandré 17 avril 2022
    Disparaître - Mathieu Menegaux

    Disparaître… Partir en douce, s’évanouir, s’évaporer, s’envoler, s’éclipser, se volatiliser. Disparaître… S’éteindre, succomber, périr, trépasser, décéder, perdre la vie, trouver la mort, mourir. Paris, une jeune femme met fin à ses jours. Saint-Jean Cap Ferrat, un homme est retrouvé noyé, totalement défiguré, le bout des doigts brûlés. Chacun à leur façon, ils ont décidé de disparaître. Pourquoi ? Ces deux affaires sont-elles liées ? « Qu’est-ce qui peut bien pousser quelqu’un à souhaiter disparaître de la surface de la terre ? »

    Comme dans chacun de ses romans précédents, Mathieu Menegaux aborde toujours une thématique sociétale. Ne vous y trompez pas, Disparaître est une conséquence désirée d’un mal de notre société : l’auto-destruction programmée de l’être humain corvéable à merci dans un univers professionnel 2.0. Quand le travail finit par définir qui nous sommes, « Disparaître, c’est réussir », Paul Eluard. L’épanouissement personnel est une donnée toute relative dans un monde professionnel fait de concurrence et d’exigences. L’embrigadement de masse en est son essence, martelé dès le plus jeune âge pour celui qui rêve de réussir. « (…) ces jeunes gens qui n’auront de cesse que de se fixer les objectifs les plus ambitieux et de n’être jamais satisfaits d’avoir franchi un échelon, alors qu’il y a un autre défi à relever, une autre promotion à aller chercher, un autre prix d’excellence à glaner. » Sous couvert de prendre soin de ses salariés, l’entreprise se targue de privilégier le Work Life balance. Obligée de se prémunir de toute « catastrophe naturelle » directement liée à ceux qui seraient dans l’incapacité de s’adapter, l’entreprise prêche une réalité dont elle s’est éloignée.

    Ce roman est l’histoire d’une rencontre entre un « homme en titane », et une jeune fille en fleurs. L’histoire aussi de certitudes qui tombent. L’histoire d’opposés qui s’attirent quand l’un met en lumière les failles de l’autre. Une démonstration habile et réaliste de méthodes mensongères et destructrices qui démolissent de l’intérieur, une annihilation de l’être humain par le travail, une déshumanisation programmée de ce « hamster » qui avance dans sa roue, sans regarder ni à gauche, ni à droite, happé par le temps et les échéances, qui ne prend plus le temps de penser. Disparaître peut alors sonner comme une conséquence logique et nécessaire à une situation impossible à gérer, à un mal être profond et lancinant qui détruit tout sur son passage, de l’estime de soi, à l’illusion d’avoir pris le bon chemin. « Effacer sa vie. Réussir sa sortie. »

    Quand la finalité de l’homme consistait il y a peu de temps encore, au besoin irrépressible de laisser une marque, une trace de son passage, un témoignage, le nouvel homme 2.0 souhaite lui simplement disparaître. Mû par cette sensation omniprésente de « se sentir en insécurité permanente », l’homme qui pense devient inapte à vivre dans cette société où chaque pas renvoie aux mots rentabilité et productivité.

    Ce roman devrait être reconnu d’utilité publique. Si l’on se disait encore la vérité dans ce monde où chaque parole est un énorme mensonge… Où les intérêts personnels ne sont pas ceux de l’entreprise… Où les émotions n’ont plus aucune place… Où « la quête d’excellence ne peut justifier une telle pression. » Pour cela, il faudrait prendre le temps de respirer, de pouvoir et de vouloir s’offrir un temps d’introspection, d’accepter une autre vie. « (…) en France, on a le droit de se suicider et tout adulte a le droit constitutionnel de disparaître. » et parfois c’est le seul choix…

    Je crois aux rencontres. Je crois que parfois des êtres sortis de nulle part vous montrent le chemin. Je crois que certains romans tombent volontairement entre vos mains pour de bonnes raisons. Je crois que ce roman est de ceux-ci. Mathieu Menegaux vous montre le rouleau compresseur qu’est l’entreprise et les effets du mauvais paramétrage humain. Édifiant et tellement juste.

  • Bill 14 avril 2022
    Disparaître - Mathieu Menegaux

    Une jeune fille se défenestre dans le XVIIIème arrondissement parisien.

    Le cadavre d’un noyé, nu, est découvert sur la plage de Saint Jean Cap Ferrat. Pas d’empreintes digitales, le bout des doigts semble avoir été brûlé, pas de cheveux, pas de poils. Aucune identification possible.

    Une jeune fille brillante issue d’une famille modeste, excellente élève, réussit brillamment des études d’ingénieurs, y privilégiant l’étude et le cursus à l’étranger à la socialisation dont elle n’a pas les codes. Elle intégre le top du top des cabinets conseils en fusion-acquisition, et y consacre toutes ses heures jusqu’à ... 

    Un policier nouvellement nommé dans le sud, refuse de laisser son noyé sans identité, et passe son temps à chercher ses traces. Des caméras de surveillance l’ont aperçu se dévêtant avant de se mettre à nager vers le large. Un suicide, donc pas de matière à enquêter ... Alors le policier passe son passe son temps à chercher des traces, à remonter le détail des journées qui ont précédé la mise à l’eau, et d’un infime détail il retrouvera l’identité, et le puzzle sera reconstitué.

    Un roman court et puissant où d’une écriture factuelle, mais avec de l’amitié et un soupçon de tendresse, Mathieu Menegaux dresse le portrait de deux êtres qui n’auraient jamais dû s’aimer et dont l’histoire d’amour n’aurait jamais pu durer. 

    Un roman qui m’a pris aux tripes, tout comme les précédents romans de l’auteur qui me sont passés entre les mains. Je suis en train de chercher ceux que je n’ai pas encore lus ...

    A suivre ... 

  • Musemania 13 décembre 2021
    Disparaître - Mathieu Menegaux

    Je connaissais, bien entendu, l’auteur Mathieu Menegaux de nom et de réputation mais je n’avais jamais parcouru l’un de ses livres. C’est enfin chose faite et cette immersion ne sera sans aucun doute pas la dernière tellement j’ai dévoré ce livre, « Disparaître ».

    De drames, Mathieu Menegaux parvient à en faire ressortir quelque chose de « beau ». Au travers des sentiments qu’il nous fait ressentir pour ses personnages, on avance avec eux dans le récit, on tremble pour eux, on pleure pour eux.

    Les chapitres alternent entre une histoire à Paris et une à Nice. Comment vont-elles se rejoindre ? C’est par toute la magie de la plume de l’auteur que deux destins funestes sont étroitement liés.

    A la fois poignante et dramatique, cette histoire sonne tellement vraie qu’on a l’impression qu’on pourrait la lire dans le quotidien du lendemain. Pour cette justesse, j’ai tellement apprécié la façon dont a eu l’auteur de la traiter.

    Même si à certains égards, le lecteur se dit qu’il en connait déjà le dénouement, on ne peut échapper de retenir son souffle et refouler son impatience jusqu’au final tragique, efficace et en retenue.

    Certainement pas ma dernière lecture de cet auteur. A suivre…

  • booksandmartini 8 juin 2021
    Disparaître - Mathieu Menegaux

    Bon on a pas le thriller de l’année ici, je ne vais pas vous mentir. Je ne connaissais pas cet auteur, peut être que je n’aurais pas du commencer par celui là.

    Paris, un suicide. Nice. Un noyé. Oui, déjà aucun lien apparent ou même flagrant entre ces 2 affaires. Et bizarre à la fin elles s’emboîtent, enfin elles se retrouvent et l’affaire est devinable au milieu du roman. Malgré tout on reste, là, à avaler les pages.

    Parce que « Disparaître » c’est aussi ça, être pris entre ces lignes, sans en être lâché. Alors que la fin est évidente et quelque peu discutable. L’auteur nous offre une fin « ouverte » (merci @point.alaligne pour cette conversation) concernant l’un des protagonistes de l’histoire.

    Ce que je retiens surtout de ce roman, c’est le titre. Et Mathieu Menegaux nous démontre, à quel point de nos jours, disparaître n’est pas aussi facile que d’écrire ces 11 lettres.

  • stokely 25 mars 2021
    Disparaître - Mathieu Menegaux

    J’aime beaucoup les livres de Mathieu Menegaux, c’est donc sans aucune crainte que je me suis mise à lire celui-ci, le sujet m’intéressant de plus fortement.

    Cependant dès les premières pages je suis un petit peu déstabilisé, je m’attendais à lire un récit sur des personnes disparues mais au premier sens du terme, c’est à dire aux personnes refaisant leurs vies sans laisser de traces.

    Cependant ici dès les premières pages concernant la défenestration d’une jeune femme et le corps d’un homme retrouvé sur une place leur fin ne laisse aucun doute.

    Nous commençons donc ce récit par le final pour remonter le fil de leurs existences, je dois avouer avoir une nette préférence pour le récit ou nous suivons l’enquête sur la personne noyé. Celui-ci n’ayant en plus plus d’empreintes digitales ce qui rend l’identification dès plus difficile.

    La seconde partie concernant une jeune recrue de la société Richter & Co m’a beaucoup moins intéressé cela est long, beaucoup détaillé moins passionnant.

    Ce qui à mes yeux à alourdi le récit qui pourtant est court, pour ma part la fin est réussi mais la note globale étant à mes yeux de 3.5/5 dû au récit poussif concernant la jeune femme.

    Je suivrai cependant toujours avec grand plaisir cet auteur.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.