Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Haine noire- Patrick Caujolle

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

1er mai. Quand le jeune lieutenant Victor Rey reçoit l’appel d’un archéologue lui signalant une effraction sur un chantier de fouilles, il se dit que le moment est venu pour lui de faire ses preuves sur le terrain. Même si ce n’est pas l’affaire du siècle, elle n’en est pas moins inhabituelle : une sépulture de pestiférés, un cadavre envolé, des ossements saccagés et, détail pour le moins troublant, l’orbite gauche de chaque crâne a été transpercée d’un petit pieu. Rituel malsain ? Satanistes givrés ? C’est, semble-t-il, la première piste à suivre. 9 mai. Céline Verger, commandant de police à la Crim’, est appelée pour une découverte on ne peut plus surprenante : une tête, dans une poubelle ; dans l’orbite gauche, un petit pieu. Que signifie cet étrange stigmate ? Et à qui appartient cette tête ? Deux flics, deux destins, deux enquêtes parallèles. Jusqu’à l’accumulation de coïncidences qui n’en sont peut-être pas...

Vos #AvisPolar

  • L’atelier de Litote 23 octobre 2018
    Haine noire- Patrick Caujolle

    Victor Rey jeune flic, est appelé par un archéologue pour une sombre affaire de saccage et de vol de corps datant de la dernière épidémie de peste à paris en 1348. Comme sa hiérarchie ne manifeste aucun intérêt à des squelettes datant de plusieurs siècles, Victor décide de s’investir plus avant et de suivre cette piste plutôt inhabituelle. Peu après le cadavre d’une femme décapitée qui est retrouvée flottant dans la Seine, alors que sa tête apparaît dans les poubelles d’un restaurant parisien. Céline Verger la quarantaine commandant à la crim’ est prend en charge le dossier. Deux pistes se dessinent et vont vraisemblablement se rejoindre au vue des nombreuses coïncidences notamment un pieu venant transpercer l’orbite gauche de tous les cadavres.
    Je suis toujours preneuse lorsque l’auteur vient de la Police Judiciaire, c’est vraiment un plus en matière de réalisme tant dans les situations que dans les dialogues. Du coup cela fait vivre une expérience inédite aux lecteurs, c’est comme si on y était. Haine noire ne fait pas défaut et Patrick Caujolle nous livre ici, un polar enlevé, rythmé. En lisant la quatrième de couverture je pensais que nous allions partir du côté de l’archéologie et des réseaux satanismes, avec une petit côté paranormal, à la Sire Cédric mais non, rapidement nous sommes embarqués dans quelque chose de bien plus terre à terre et correspondant bien à notre époque que je vous laisse découvrir. Les deux personnages principaux sont attachants, Victor avec ses références à son paternel et Céline avec son billard qui remplace vie de famille, compagnons et amis.
    J’ai apprécié le style de l’auteur, très professionnel et je n’ai eu aucune peine à imaginer la manière dont un policier se doit de rédiger ses rapports de police, c’est bref, concis sans fioriture. Même si j’ai trouvé des expressions qui sont peu communes pour le commun des mortels et que j’ai eu du mal à comprendre, une petite note en bas de page aurait été un plus. La façon dont Victor parle lors d’une course poursuite était jubilatoire. (Voir citation) et la solitude de Céline est fort bien rendue. Un roman surprenant et une quête vers la résolution de l’intrigue qui ne m’ont pas permis de lever le nez de mon livre. Bonne lecture.

  • polacrit 14 juillet 2019
    Haine noire- Patrick Caujolle

    Paris. Boulevard Sébastopol. Fouilles dans le cadre de l’agrandissement d’une supérette. Chantier vandalisé. Quelques squelettes démembrés, répartis çà et là. Cadavre d’un jeune noble mort de la peste en 1348 a disparu de son sarcophage de plomb. Qui est l’auteur de ce saccage alors que seul le gérant du supermarché et les collègues de l’INRAP étaient au courant des fouilles menées par Guibaut ? Victor Rey, jeune policier tout frais sorti de l’école de police, enquête, mais sa hiérarchie ne se préoccupe guère de cadavres datant de plusieurs siècles. Victor dispose d’une semaine pour boucler son enquête.
    Dans le même temps, le cadavre d’une femme sans tête est repêché dans la Seine par la Fluv, tandis que sa tête est retrouvée dans la poubelle d’un restaurant du 1er arrondissement. Quel est le lien entre ces deux affaires en apparence complètement différentes, sinon que l’orbite gauche de chaque corps a été transpercée d’un petit pieu en bois ?
    Le + : ce que j’ai particulièrement apprécié dans ce roman est le souci de réalisme, marque de fabrique de l’auteur dont on sent la volonté de s’appuyer sur une expérience professionnelle encore bien présente à son esprit. Le résultat : une intrigue bien ancrée dans la réalité ; ça sent le vécu, comme qui dirait !!
    Petit bémol : le vocabulaire et les expressions propres aux policiers pas toujours transparent ; un petit index aurait été salutaire aux néophytes...
    Patrick Caujolle propose ici un roman brut de décoffrage, une vision de notre société sans concession, écharpant au passage les politiciens et les grands pontes de la police, les paumés, les satanistes, les profiteurs de tout acabit, les escrocs et ceux qui courent après le fric. Une lumière dans ces ténèbres : la foi du flic, jeune ou vieux, qui croit en sa mission, pas le chevalier qui combat les monstres épée à la main, mais le professionnel opiniâtre, comme le jeune Victor, qui suit son instinct et ira jusqu’au bout de sa quête de vérité et de justice.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.