La mort nomade - Ian Manook

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Usé par des années de lutte stérile contre le crime, l incorruptible commissaire Yeruldelgger a quitté la police d Oulan-Bator. Plantant sa yourte dans les immensités du désert de Gobi, il a décidé de renouer avec les traditions de ses ancêtres. Mais sa retraite sera de courte durée. Deux étranges cavalières vont le plonger bien malgré lui dans une aventure sanglante qui les dépasse tous. Eventrée par les pelleteuses des multinationales, spoliée par les affairistes, ruinée par la corruption, la Mongolie des nomades et des chamanes semble avoir vendu son âme au diable !

Vos #AvisPolar

  • 1001histoires 12 avril 2017
    La mort nomade - Ian Manook

    La mort nomade
    Je m’en doutais. Plus rien ne sera comme avant. Je l’avais écrit suite à la lecture des "Temps sauvages" ( voir ici http://romans-policiers-des-cinq-continents.over-blog.com/2016/10/les-temps-sauvages-auteur-ian-manook.html ). Quatre mois ont passé. Yeruldellger a quitté la police pour se retirer dans la steppe, non loin du désert de Gobi, près des contreforts de l’Altaï. Il souhaite "y méditer à l’abri du chaos d’Oulan-Bator, y apaiser ses colères, et y trouver le pardon de tous ses crimes". Ce troisième opus de ce qui est désormais une trilogie incontournable est paru début octobre 2016 chez Albin Michel. Quatre mois ont passé ... avant que je puisse obtenir une dédicace.

    Dans sa solitude notre ex-flic est très vite rattrapé par la violence. Il y a tout d’abord la découverte de quatre cadavres, alignés et piétinés par des chevaux au grand galop. C’est un supplice réservé aux traîtres. Les traditions nomades n’ont pas complètement disparues en Mongolie ! Puis des rencontres improbables vont entraîner Yeruldelgger vers des aventures incroyables : il croise des ninjas chercheurs d’or, un scientifique qui depuis la Mongolie observe l’Inde bouger, une lieutenant de police un peu hystérique, un sympathique gamin effronté, une bourgeoise nomade à la recherche de sa fille disparue.

    Ce récit est un puzzle où se mêlent aventures et chevauchées des plus distrayantes, des enquêtes dépaysantes à Perth en Australie, à New York et au Québec, des leçons de géologie instructives et inquiétantes et des témoignages révoltants sur le pillage d’un pays. Ce pays, la Mongolie bien sûr, a été pour moi le personnage central de ce roman ( dans le tome 2 de la série, c’était Oyun et bien sûr dans le tome 1, il s’agissait de Yeruldelgger ).

    La plupart des personnages sont nouveaux. Mais le lecteur retrouve avec nostalgie, Solongo très esseulée à Oulan-Bator et un enquêteur bien impuissant, Bekter de la Police des Polices mongole. J’ai également croisé avec plaisir Zarzavadjian lors d’une visite hilarante des jardins de l’Hôtel Matignon. L’humour est très présent dans ce roman sans pour autant occulter le tragique. Est-ce qu’une petite troupe hétéroclite mêlant quelques cavaliers, des artistes et leur vieux van et un snipper réussiront à sauver la Mongolie des ambitions destructrices des multinationales qui se disputent jusqu’à l’eau ?

    Un éco-warrior peut-il devenir un nouveau Gengis Khan ? Une grève sera-t-elle suffisante pour sauver la Mongolie ? "Le but de la mort nomade, c’est d’oublier le mort et jusqu’à l’endroit même où on l’a laissé. Pour ne vivre qu’avec son esprit, toujours, partout, où qu’on soit". Désormais l’esprit protecteur de Delgger Khan veille sur la Mongolie, partout dans la steppe, dans chaque grain de sable.

    http://romans-policiers-des-cinq-continents.over-blog.com/2017/03/la-mort-nomade-auteur-ian-manook.html

  • universpolars 24 novembre 2018
    La mort nomade - Ian Manook

    Voici donc le 3ème tome de la trilogie « Yeruldelgger », ce flic mongol au caractère bien trempé, épris de justice, respectueux, mais évoluant au final selon ses propres méthodes ! Un flic aussi droit et juste que haineux et envahi par la vengeance, lorsqu’il s’agit de défendre les plus faibles, respectivement de faire tomber les plus forts et les plus « intouchables ». Pour le qualifier en un seul mot : intègre.

    Les deux premiers tomes m’ont vraiment charmé - totalement ! - par leur environnement, la Mongolie. Je vous parle de ce pays dans mes précédentes chroniques : « Yeruldelgger » et « Les temps sauvages ».

    L’environnement et l’atmosphère de ce pays me charment toujours autant dans ce 3ème volet. Mais ce qui a vraiment retenu toute mon attention - ma tension ! - cette fois-ci, c’est le rythme qui règne en maître dans ce bouquin. La trame est prenante, l’allure accélère sans cesse et l’auteur nous serre la nuque sans ménagement pour nous pousser en avant. Paradoxalement, nous vivons la Mongolie à son propre rythme, avec sérénité.

    Ici, quelques paramètres non négligeables vont un peu changer par rapport aux autres tomes : Yeruldelgger n’est plus flic et s’est permis une petite retraite - dans les deux sens du terme - dans le désert.

    Mais celle-ci sera de courte durée, car une femme viendra le solliciter pour retrouver sa fille disparue ou enlevée. Comme une affaire n’arrive jamais seule, une autre femme arrivera également au galop vers sa yourte pour un autre genre de sollicitation : son homme s’est fait descendre et sa yourte a été brûlée. Visiblement, les auteurs recherchaient quelque chose de bien précis.

    Ah oui, et il y a encore ce petit gamin de 10 ans, assez insolent, qui viendra frapper à sa yourte. Lui, il a trouvé un charnier rempli de cadavres d’une nature assez particulière.

    C’est vers des croyances, des légendes ou même vers certains rituels propres à la Mongolie qu’il faudra se pencher pour pouvoir obtenir quelques réponses liées à cette intrigue. Mais aussi sur l’exploitation de la nature, ses entrailles, ce qu’elles regorgent et ce qu’elles peuvent rapporter. Un conflit d’intérêt est assuré !

    Nous allons découvrir ici la face pourrie de l’Homme, son côté merdique qui émerge lorsque son museau détecte un fumet qui peut le conduire vers le pouvoir et l’argent. Des hommes pourris, influents, au pouvoir quasi illimité que nous croiserons dans cette histoire. Le problème, c’est qu’ils vont également croiser Yeruldelgger qui, lui, ne recule devant rien, surtout pas devant un amas de pourriture.

    Des exécutions punitives à travers le monde, dirigées contre une cible bien précise, vont alerter et faire bouger pas mal de monde, surtout en « haut lieu ». Ma foi, quand on est pourri jusqu’à la moelle, il faut en assumer les conséquences.

    Corruption, élimination des problèmes, léchages de culs, grosses transactions ou encore de troubles alliances (politiques, financières et industrielles) : nous sommes face à une organisation de puissante envergure qui a décidé de pomper la Mongolie jusqu’à la dernière goutte de sang. La vie de ce pays, déjà bien menacée, est désormais en sursis.

    Niveau corruption, nous allons atteindre des sommets, jusqu’à nous faire vomir tout notre dégoût face à cette saloperie d’injustice. L’auteur nous plonge dans cet état à tel point que nous oublierons presque qu’il s’agit d’une fiction. Résultat : la haine nous gagne et nous bouffe jusqu’au bout, morceaux par morceaux.

    Pas mal d’éléments recueillis à travers le monde vont converger vers une seule et même femme : une mante religieuse puissante, vicieuse, dangereuse et sans état d’âme.

    La planète entière va avoir le regard dirigé vers ce pays de l’Asie, vers une Mongolie qui tente de se défendre, qui essaye de rester en vie et qui cherche désespérément à garder ses traditions ancestrales. Un beau combat qui demandera beaucoup d’énergie et qui fera couler beaucoup de sang.

    Le dénouement, pour moi, reste une triste réalité, à savoir que je quitte définitivement tous ces personnages. Quant à eux, leur périple n’est de loin pas terminé. Dans leur vie, tout continue, comme pour nous...

    Bonne lecture.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.