Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

L’inspecteur Sadorski libère Paris - Romain Slocombe

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
2 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Été 1944 : Sadorski a passé huit mois en prison. L’administration le libère en échange d’un rapport sur le transfert de l’ex-ministre Georges Mandel, otage des nazis, qui va être tué sous ses yeux. Crime ordonné par la SS ou par la Milice ? Peu après, un inconnu blessé est enlevé par des flics allemands en civil. L’inspecteur met ses adjoints sur l’affaire et l’un d’eux est abattu à son tour.
Dans un bar tenu par des truands, Sadorski rencontre un jeune milicien qui semble être un pervers sexuel. Ce personnage va le mener à la plus terrifiante « Gestapo française » opérant dans ces dernières semaines avant la Libération…

« Un très grand personnage de salaud qui nous pousse à une immense compassion pour ses victimes. » Pierre Lemaitre, Dictionnaire amoureux du polar, Plon, 2020

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • SIGPRO2022 26 janvier 2022
    L’inspecteur Sadorski libère Paris - Romain Slocombe

    L’inspecteur Sadorski libère Paris de Romain Slocombe

    Nous retrouvons l’Inspecteur Principal Adjoint Sadorski à la 11e division, cellule 9 en prison à la Santé. Bien qu’il est déjà connu cette univers carcéral en 1942 à la prison de l’Alexanderplatz à Berlin, il n’arrive pas à se faire « à ses relents bien à elle, mélange, d’urine de tabac froid, de pieds crasseux, de colique et de soupe aux choux, le tout parfumé de Crésyl pour la désinfection. » Son identité est réduite aux cinq chiffres de son matricule.Il n’est plus un policier mais un numéro d’écrou du même genre attribué aux terroristes ( les résistants) qu’à des criminels de droit commun, voleur, assassin, violeur et j’en passe. Chaque journée passe toute semblable. Sadorski, pleure tous les jours, il pense à Yvette son épouse, à Julie qui vit toujours cachée dans leur appartement quai des célestins, ou elle élève son petit Bernard. Son bébé né ce vendredi 12 novembre 1943, la date même de son arrestation par les SS, qui lors de la visite domiciliaire ont tout gobé. « Mme Sadorski venait d’accoucher et la petite brune alitée était une nièce de province malade. » Le comble de cette arrestation est que l’on soupçonne l’inspecteur principal adjoint, le chasseur de juifs, d’appartenir à la dissidence gaulliste, malgré l’intervention de Me Mollet-Viéville qui clame l’innocence de son client comme étant le plus loyal des serviteurs de l’État français. Lui qui n’a rien à se reprocher est accusé « à tort par une gamine, hystérique, affabulatrice, une faussaire, une allumeuse... bref une petite garce... »
    Bref, « si la Gestapo a fait écrouer Mlle Perret elle aussi c’est qu’ils ont bien cru a ses aveux , ses présumés complices étant partis pour l’Allemagne . »
    Comment L’IPA Sadorski va t-il se sortir de ce trou et revoir Yvette, Julie est surtout le petit Bernard, son fils.
    L’opportunité lui est donnée par le directeur même de la prison qui le libère en échange d’un rapport sur le transfert de l’ex-ministre Georges Mandel, otage des nazis de sa prison jusqu’au camp des Brosses. Lors de ce transfert réalisé par d’anciens truands devenus Miliciens Gestapistes Georges Mandel est tué au Saut du loup en , sous les yeux de Sadorski. Qui a ordonné ce crime, les SS , ? La Milice ? Ses supérieurs veulent tout savoir. L’inspecteur Sadorski, met alors ses adjoints sur l’affaire. L’un d’eux , s’approchant trop près des commanditaires, y perdra sa vie.
    Sur les côtes Normandes, le débarquement a eu lieu, la bataille fait rage dans les campagnes, la Bretagne se libère les américains et leurs alliés, progressent vers Paris.
    L’on sent bien que l’IPA Sadorski se pose beaucoup de question. Comment se positionner vis à vis des Allemands, des Miliciens qui sont toujours dans la capitale, des membres de la résistance de plus en plus présents, de ses collègues qui viennent de se fédérer sous l’appellation Honneur de la Police, comme résistants .
    Tout le monde doit choisir son camp et cela ne va pas être simple, c’est le moins que je puis en dire.
    La description de ses derniers jours avant la libération de Paris par Romain Slocombe est le fruit d’un travail de compilation de textes inombrables. Il suffira de se référer au paragraphe des sources pour s’en rendre compte. Dans ce livre, rien ne nous est épargné en terme de violences, de tortures, de trahison, de lâcheté.
    Dans ces heures sombres les massacres sont l’ordre du jour. Ceux des résistants clamant qu’il leur faut tuer chacun un boche, les miliciens qui torturent dans les hôtel des résistants débusqués avec le concours de la police, avant de les remettent, lorsqu’ils sont encore en vie, à la Gestapo s’ils ne sont pas massacrés et jetés en fosse commune ou dans les bois.
    Il ne faut pas non plus oublier les actions préparatoires à la libération : les attaques des casernements et tout lieux ou les Allemands avaient fait leurs quartiers. Sadorski joue sur les deux tableaux avec les autorités Allemandes, et avec les miliciens. Une rencontre dans un bar tenu par des truands un jeune milicien pervers sexuel va l’entraîner vers des personnages les plus ignobles de la Gestapo française.
    Là une nouvelle fois, Léon Sadorski va se montrer une nouvelle fois dans son plus beau rôle celui d’un salaud, rançonnant la famille Perret et leur faisant croire qu’avec quelques millions de francs, il empécherait la déportation de leur fille. Tout ne se passera pas là non plus comme il l’avait envisagé étant enlevé, séquestré . Il subira lui aussi des actes de tortures et de barbarie de la part d’une bande sous les ordres de Fiedrich Berger, avant de devenir l’un des leurs pour des opérations violentes dans un Paris livré à la guerre civile
    Craignant pour sa peau Sadorski va se surpasser en terme de dénonciations, comme voleur sans foi ni loi, comme profiteur, participant aux exactions, tout en commençant à recueillir des témoignages qui pourraient le servir lorsque l’on commencera a lui demander des comptes sur son comportement dans cette période et à la tête de son service de la 3e section des Renseignements généraux , rayon juif.
    Dans ce Paris a feu et à sang, il est temps de changer de camp. Sadorski, de chasseur de têtes devient petit a petit un résistant arborant la croix de lorraine en brassard . Un résistant de la dernière heure. Va-t-il changer de costume aussi rapidement comme il l’espérait.Le maquillage et sa fausse moustache sauront-elle suffisante pour se créer une nouvelle virginité. Ses anciennes victimes, ne vont-elles pas tout révéler, se venger à cette heure des règlements de compte.
    Que devient Yvette, Julie, le petit Bernard ? Alors que l’on tond et violent les femmes ayant fricoté avec les Allemands, que l’on cogne sur ceux et celles qui n’ont eu que le malheur de se retrouver là au mauvais moment au mauvais endroit, ou l’on tue pour se venger, lorsque l’on est suspecté de connivence avec l’Ennemi d’ aujourd’hui le collaborateur d’hier , ou tout simplement parce que l’on a pas la bonne couleur de peau ou que l’on est un étranger, donc, un traite à la patrie renaissante. Et pendant tout ce temps, le parisien court après la nourriture vendue au marché noir, se retrouve dans des bars louches, ou profite des rayons du soleil et se baigne dans la seine alors que les avions survolent les toits et que les DCA s’affolent.
    Sadorski, va-t-il une nouvelle fois s’en tirer dans ce jeu ou les rôles de collabo et de résistants sont devenues interchangeables ! Je ne vous le révélerai pas. Non, la guerre, n ’est pas belle . Oui, Sadorski est un salaud ! Ce qui nous pousse à une immense compassion pour ses victimes , comme l’écrit Pierre Lemaitre et dont je souscris à ce propos. La libération de Paris, ce n’est pas que cette image de cette femme qui est embrassée par un GI dans Paris, c’est aussi beaucoup de sang et de larmes. Ce sont des hommes et des femmes qui auront fait dans cette période trouble des choix que l’histoire a jugé . L’inspecteur Sadorski libère Paris ce n’est pas un roman comme un autre ; il transcrit des situations qui ont existé qui nous interrogent aujourd’hui, sur ce que nous aurions fait dans de pareilles circonstances, sur notre éventuel comportement.

    Avec un souci permanent de retracer au mieux les jours sombres qui virent Paris libéré, Romain Slocombe nous offre une nouvelle fois un roman magistral, la libération comme vous ne l’avez jamais lue, c’est ce roman que je vous invite à découvrir. Bien à vous.

  • jeanmid 16 octobre 2021
    L’inspecteur Sadorski libère Paris - Romain Slocombe

    Si nous ne connaissez pas encore l’Inspecteur Principal Adjoint Sadorski voici en quelques mots ses principaux traits de caractère : un fond de perversité, un zeste de cruauté et un profil de champion de l’affabulation. En somme un salaud qui profite de cette période si particulière pour exercer ses talents aux Renseignements Généraux de la Préfecture de Police de Paris et débusquer le moindre juif qui se cache tentant d’échapper à la déportation vers les camps. C’est pourtant bien une jeune fille juive qu’il dissimule chez lui en toute illégalité, une jeune femme qu’il ne se contente pas d’héberger sous le même toit que sa femme Yvette mais qu’il a violé et engrossé. de cet acte forcé est né un petit Bernard, un fils dont il est parvenu à cacher la paternité à son épouse, le faisant passer pour celui d’un jeune résistant qu’il a lui-même tué d’une balle de revolver.
    Dans ce nouvel épisode, qui sent la fin de règne pour les occupants allemands et leurs complices miliciens, l’IPA Sadorski n’a pas dit ses derniers mots ni commis ses derniers méfaits même si on le découvre au début de roman, emprisonné . Saura-t-il saisir à temps l ’opportunité de retourner sa veste au bon moment pour se transformer en résistant tout neuf, avec un beau brassard tricolore alors que résonne déjà les canons des alliés à l’ouest de Paris ? Saura-t-il rebondir une dernière fois pour tenter de sauver sa peau compte tenu du nombre de morts qu’il a sur la conscience ? Vous le découvrirez dans ce roman saisissant et plein de rebondissements.

    Une nouvelle fois, Romain Slocombe nous plonge dans notre histoire, cette période grise de l’occupation même si un vent de liberté et de renouveau flotte de plus en fortement au gré des pages.
    On retrouve notre « cher Sadorski » aux griffes de l’administration pénitentiaire avant d’en sortir grâce une nouvelle funeste mission.
    Mais Sado n’est plus l’ombre que lui-même, subissant plus les événements qu’ayant prise sur eux.
    On découvre un Paris gagné par la chaleur et la moiteur de l’été mais qui semble aussi gagné par une nouvelle ferveur, alors que les occupants et leurs sympathisants font leurs valises et prennent la route de l’est .Une atmosphère de tension et à la fois de premiers relâchements, parfaitement décrite par l’auteur qui nous fait vivre ces moments comme « si on y était » grâce à force de petits détails scrupuleusement et minutieusement rassemblés. Sadorski est nos yeux et nos oreilles, notre témoin privilégié des changements qui sont dans l’air et dans les rues.
    Comme toujours, l’auteur mêle habilement faits réels et romancés, faisant de l’IPA un acteur plus qu’un personnage de son récit .
    C’est par moment dur, parfois révoltant mais aussi terriblement émouvant comme ces quelques jours qui ont fait basculer la France dans une nouvelle ère de liberté mais aussi de représailles contre les responsables supposés ou réels de leur oppression.
    Une livre assurément à ne pas louper pour cette rentrée .

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.