Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La Descente - Tim Johnston

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

3 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Elle s’appelait Caitlin. Elle avait dix-huit ans quand elle a disparu. Le ciel est d’un bleu pâle, quelques nuages blancs glissent sur les sommets. Une beauté à couper le souffle. Une véritable carte postale. Les Rocheuses ont envoûté les Courtland, qui y passent leurs vacances d’été tant attendues. Un matin, Caitlin et son jeune frère, Sean, partent pour un jogging sur les petites routes bordées de sapins. Sean sera le seul à en revenir. La famille bascule dans le cauchemar. Entraîné dans un tourbillon d’effroi et de culpabilité, le père de Caitlin s’installe dans la région pour aider les enquêteurs. Mais les semaines deviennent des mois et Caitlin reste introuvable. A quel moment décide-t-on d’interrompre les recherches pour un proche ? A quel moment une fille cesse-t-elle de se battre pour rester envie ?

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • IsaVP 2 septembre 2020
    La Descente - Tim Johnston

    POIGNANT
    Une histoire saisissante, dans les paysages grandioses des Rocheuses, tout en pudeur et en émotion, qui m’a fait vibrer du début à la fin.
    On assiste au déchirement d’une famille frappée par l’enlèvement de la fille aînée, qu’aucune enquête, malgré des mois de recherche, n’arrive à retrouver. Des destins qui se séparent, portant en eux la douleur, les regrets et malgré tout, l’espoir. Chacun subit sa détresse de son côté et l’on suit ces personnages qui continuent à vivre, changés à jamais par le traumatisme de cette disparition.
    Sans jamais de violence, ni d’effusion de sang, malgré le sordide de l’histoire, Tim Johnston alterne passé et présent, dans un style très maîtrisé, sachant passer de l’horreur de la captivité à la beauté de la nature, d’un trait de plume. La douleur est là, le mal aussi, et c’est avec beaucoup de finesse que l’auteur nous fait partager les sentiments et la vie « d’après » de chacun.
    Un superbe roman qui a la classe des plus grands.

  • Mes petits plaisirs à moi 6 octobre 2019
    La Descente - Tim Johnston

    Un polar du renoncement

    Pour vous l’avouer, j’ai failli abandonner ce roman au bout de 100 pages et puis, n’aimant pas laisser une lecture en rade (ben, oui, en cela, je ne suis pas le précepte de Pennac), je me suis forcé et j’ai eu raison.

    A la lecture du roman, j’ai fini par comprendre que ce livre nécessitait de la part du lecteur de multiples renoncements. Je m’explique : l’intrigue commence comme un polar classique. On pressent l’enlèvement d’une jeune fille, Caitlin, alors qu’elle pratique la course à pied en compagnie de son jeune frère, Sean alias Dudley. Il est important de constater que l’on n’assiste pas à cet enlèvement. Il y a une sorte de blanc concernant cet épisode. On sait juste que Sean est retrouvé blessé et en piteux état. Le tout occupe une vingtaine de pages et s’intitule « La vie d’avant ». Et c’est là que le premier renoncement doit s’opérer chez le lecteur (ce qui ne fut pas le cas chez moi).

    A la suite de ce premier chapitre, on s’attend à une enquête menée tambour-battant. Et pourtant rien ne se passe. La deuxième partie du roman s’intitule « La vie d’après » (environ 470 pages). Et effectivement, elle débute un an après l’épisode de l’enlèvement. Les recherches sont au point mort, pour ne pas dire abandonnées. Grant, le père, s’est installé dans le Colorado sous prétexte de poursuivre les recherches mais il semble totalement amorphe, incapable de réagir. Il observe les choses, les événements, les gens. Il constate mais n’agit plus. Son épouse, Angela, est, elle, rentrée dans la maison familiale où elle tente de continuer à vivre entre ses souvenirs, son mariage en lambeaux et l’espoir de retrouver Caitlin, seul moyen qu’elle a trouvé pour ne pas sombrer. Quant à Sean, sa culpabilité est telle qu’il perd pied et fuit constamment tout ce qui pourrait le rattacher au souvenir de Caitlin. En gros, pendant 350 pages, l’enquête est totalement passée sous silence. On est simplement les témoins de la lente descente aux Enfers des trois membres de la famille. La seule chose qui ne nous fait pas oublier Caitlin, ce sont les chapitres en italiques levant le mystère sur l’enlèvement de la jeune fille et sur la suite des événements pour elle.

    Au moment où l’on finit par accepter ce choix du romancier, nouveau rebondissement. L’enquête repart à toute vitesse et ne s’arrête plus jusqu’à la fin. Le lecteur doit donc à nouveau s’adapter et accepter de repartir sur un mode de polar classique. C’est assez perturbant, je dois l’avouer, mais au final, quand on se laisse faire, cela finit par passer tout seul, d’autant que la dernière partie (environ 120 pages) est très bien fichue et repose principalement sur un personnage totalement inattendu dans un tel rôle. Comme quoi la rédemption existerait bien.

    Je fais donc mon mea culpa. Alors que j’étais parti sur un a priori extrêmement négatif (intrigue abandonnée, passages qui traînent en longueur…), je finis finalement avec un avis assez positif sur ce roman qui perturbe le schéma classique du polar, tout en lui apportant une dimension humaine assez novatrice pour moi. La psychologie de la famille de Grant est pleine d’enseignement sur ce que l’on doit vivre lorsque l’on se retrouve confronté à un événement aussi dramatique.

    Je vous recommande donc ce roman à condition, toutefois, que vous acceptiez de vous laisser porter par l’auteur sans résistance aucune. Sans cela, la déception sera bel et bien au rendez-vous.

  • Louison Lit 30 juillet 2018
    La Descente - Tim Johnston

    Pourriez-vous imaginez un cadre plus beau que celui des rocheuses dans le Colorado, ses immensités, ses montagnes, ses aigles royaux… ses prédateurs sexuels ? Voilà pour l’image d’Epinal mais ce qui va se jouer dans ces montagnes est une toute autre histoire, celle de la famille Courtland. Les parents Grant et Angela et son frère Dean ont accompagné Caitlin en altitude afin qu’elle puisse encore améliorer ses performances de coureuse. Ainsi tôt le matin avec son frère Sean, ils quittent le motel pour faire un footing dans les montagnes. Seul Sean en reviendra blessé, Caitlin a été enlevé alors, Grant le père, décide de rester sur place pour poursuivre les recherches le temps qu’il faudra dès lors c’est toute la cellule familiale qui explose.
    C’est un thriller à multiples facettes qui débute. On aurait pu penser qu’il s’agissait du kidnapping d’une adolescente mais cela va bien au-delà lorsque Caitlin n’est pas retrouvée. On assiste alors à la transformation d’une famille incapable de poursuivre sa vie d’avant, incapable de renoncer à la rechercher. Arrive ensuite toutes les descriptions sur ce qu’endure cette jeune fille et son adaptation pour rester en vie. L’auteur a choisi de nous asséner un grand coup derrière la tête dès le début et puis de laisser tout cela prendre de l’ampleur lentement mais surement jusqu’à arriver à nous couper le souffle. On navigue entre brutalité absolue et moments de grâce déchirants tout cela exprimé par des points de vue différents.
    L’écriture de Tim Johnston est forte et sa façon de nous parler des montagnes est parfaite pour nous faire comprendre à quel point il est ardu de rechercher la jeune fille dans l’immensité des Rocheuses. Il a un côté très Natural Writing, un talent certain pour nous faire ressentir le froid et la neige. Les personnages sont bien construits et ils ont tous une forte individualité, chacun va prendre un choix de vie différent, leur imperfection, leur vulnérabilité tout est savamment dosé et cela les rend attachants. On sait peut de chose sur le kidnappeur, personnage sombre, capable du pire. L’auteur nous propose une réflexion sur les choses mauvaises dont est capable l’être humain, on a tous en mémoire des cas divers de disparition d’enfants certains sont retrouvés d’autres jamais. Il y a aussi un personnage que je n’ai vraiment pas aimé dans ce livre jusqu’à la fin où il agit et c’est comme une sorte de rédemption qui m’a beaucoup ému. Bonne lecture.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.