Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La Vie secrète des écrivains - Guillaume Musso

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

15 #AvisPolar
5 enquêteurs
l'ont vu/lu
5 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

En 1999, après avoir publié trois romans devenus cultes, le célèbre écrivain Nathan Fawles annonce qu’il arrête d’écrire et se retire à Beaumont, une île sauvage et sublime au large des côtes de la Méditerranée.

Automne 2018. Fawles n’a plus donné une seule interview depuis vingt ans. Alors que ses romans continuent de captiver les lecteurs, Mathilde Monney, une jeune journaliste suisse, débarque sur l’île, bien décidée à percer son secret.

Le même jour, un corps de femme est découvert sur une plage et l’île est bouclée par les autorités. Commence alors entre Mathilde et Nathan un dangereux face à face, où se heurtent vérités occultées et mensonges assumés, où se frôlent l’amour et la peur…

Vos #AvisPolar

  • Piùma 6 avril 2019
    La Vie secrète des écrivains - Guillaume Musso

    【💓COUP DE CŒUR💓】

    « 𝙐𝙣 𝙧𝙤𝙢𝙖𝙣 𝙘’𝙚𝙨𝙩 𝙙𝙚 𝙡’é𝙢𝙤𝙩𝙞𝙤𝙣, 𝙥𝙖𝙨 𝙙𝙚 𝙡’𝙞𝙣𝙩𝙚𝙡𝙡𝙚𝙘𝙩. 𝙈𝙖𝙞𝙨 𝙥𝙤𝙪𝙧 𝙛𝙖𝙞𝙧𝙚 𝙣𝙖î𝙩𝙧𝙚 𝙙𝙚𝙨 é𝙢𝙤𝙩𝙞𝙤𝙣𝙨, 𝙞𝙡 𝙛𝙖𝙪𝙩 𝙙’𝙖𝙗𝙤𝙧𝙙 𝙡𝙚𝙨 𝙫𝙞𝙫𝙧𝙚. »
     
    Pour ce dernier roman, Guillaume Musso a mis la barre très haute ! Après tant d’années en tant qu’écrivain le point fort de cet auteur c’est le renouvellement mais tout en gardant le même fil conducteur si je puis dire comme ça. cela fait quelques temps que je le dis mais avec ce dernier roman, l’auteur signe une œuvre singulière qui va au delà de son style habituel.

    Si le fait de se polariser lui va plutôt bien et c est encore le cas dans « La vie secrète des écrivains » où se mêlent tragédies, meurtres sanglants, deuil, ses livres se démarquent par des émotions profondes mais sans tomber dans les clichés, l’auteur sait cibler l’essentiel encore une prouesse de son talent.
    A travers une intrigue sombre et haletante c’est Avec une écriture raffinée et bienveillante que j ai eu plaisir à retrouver la plume familière de Guillaume Musso. A chaque lecture de ses ouvrages, on ressent sa présence derrière chaque ligne, chaque mot et chaque personnage, l’auteur se met en scène.

    Deux visions s’affrontent celle d’un jeune auteur en herbe, Raphaël naïf et passionné d’écriture opposé à l’ecrivain ermite en rupture avec la vie .. si Fawles ne voulait plus entendre parler de livres, lui et Raphaël vont se retrouver malgré eux en plein milieu d’un polar et d’une vengeance sanglante .. réels pour le coup. Mais ici , ce livre va au delà du polar, l’auteur nous livre une vision plus personnelle du personnage de l’écrivain, de son personnage public et c’est cela qui m’a bouleversé. Je crois que ce roman est celui qui m’a le plus parlé de tout ceux qu’il a écrit.
    Ici comme dans chaque roman, il nous parle d’amour et plus particulièrement de l’histoire d’amour entre un écrivain et son écriture, une histoire tumultueuse, passionnelle voir destructrice parfois mais je pense que cette histoire ne connaîtra jamais de fin car rompre avec l’écriture c est rompre avec soi. Le personnage de l’écrivain est indissociable avec celui de l’homme.

    Comme le dit Musso dans son roman « les écrivains maîtrisent l’art du mensonge » alors oui peut être .. mais son livre ici transpire la sincérité.

  • Happy Manda Passions 11 avril 2019
    La Vie secrète des écrivains - Guillaume Musso

    En déplaise à beaucoup, Guillaume Musso me fait passer de bons moments de lecture et cette fois encore, avec ce nouveau roman policier il nous offre une lecture addictive avec des rebondissements de qualité vers l’indicible vérité.
    Raphaël, écrivain en mal d’éditeur, décide de partir sur l’ile de Beaumont où son auteur favori Nathan Fawles s’est réfugié. Mathilde Monney journaliste est, elle aussi, à la recherche de Nathan. Ses desseins ne semblent pas aussi clairs. Nous allons être amenés à découvrir l’effroyable vérité.
    Le début de ma lecture a d’abord était interrogatif, je trouvais des incohérences, des petites erreurs par ci par là, les détracteurs de Musso avaient ils raison ? Passée la mise en place, le msytère et l’addiction s’installent, vous vous accrochez à votre roman avec force et envie.
    Au travers des enigmes qui nous sont dévoilées peu à peu le jeu de piste prend forme dans un trame cohérente, les rebondissements sont intéressants, pertinents et nombreux jusqu’au bout.
    L’imbrication de plusieurs thèmes sur une intrigue centrale, lui donne corps et force au fur et à mesure que cette dernière se déroule.

    Alors malgré quelques incohérences, dont je ne comprends pas qu’elles n’aient pas été corrigées à la relecture, Musso nous offre encore un très bon moment de lecture

  • Des plumes et des livres 20 avril 2019
    La Vie secrète des écrivains - Guillaume Musso

    Chaque année j’arrive à me persuader que je ne céderais pas et que je pourrais patienter de longs mois avant de succomber au dernier Musso. Finalement à la place des longs mois d’attente, ça a été des jours. Une semaine. C’est tout ce dont j’ai été capable de résister avant d’aller en librairie acheter La vie secrète des écrivains de Guillaume Musso.

    Pour ce nouveau roman, Guillaume Musso nous emmène sur l’île de Beaumont, où Nathan Fawles, écrivain qui s’est retiré de la scène littéraire depuis vingt ans, vit à l’écart du monde. Quelles sont les raisons qui ont poussé cet écrivain à succès à ne plus écrire une seule ligne du jour au lendemain ? Vingt ans plus tard, le mystère Fawles attise toujours la curiosité des journalistes et des fans. Justement, c’est à l’arrivée d’une journaliste un peu trop intrusive, que coïncide un meurtre sur cet île sauvage mais paisible. Y a-t-il un lien entre le retranchement de Fawles, la journaliste et le meurtre ?

    Un peu plus léger que son prédécesseur, La jeune fille et la nuit, La vie secrète des écrivains se laisse néanmoins dévorer avec le même intérêt. L’écriture de Guillaume Musso est toujours aussi fluide et agréable à lire. A l’instar de beaucoup de ses romans, une fois que l’on est plongé dans ce thriller captivant, il est difficile de reposer le roman. Véritable page turner, La vie secrète des écrivains est plein de rebondissements et de mystères. A chaque chapitre, ce sont de nouvelles hypothèses qui balaient les précédentes et qui remettent toute l’histoire en cause. A un moment, j’ai presque failli abandonner de deviner le coeur de l’intrigue tellement Guillaume Musso m’avait baladé d’hypothèse en hypothèse.

    Au-delà de l’aspect du thriller, Guillaume Musso propose, ici, une introspection du métier d’écrivain et de journaliste et par logique, le rôle du lecteur. La forme proposée est des plus savoureuses. L’intrigue est entrecoupée d’interviews de Nathan Fawles, en guise de prologue on découvre un condensé de la vie d’écrivain qu’a été cet étonnant auteur à succès.

    Sans surprise, j’ai dévoré et adoré La vie secrète des écrivains. Je pense que ma résolution d’attendre à chaque sortie peut être mise à la poubelle… En attendant le prochain roman l’année prochaine, j’ai encore du retard à rattraper du côté de cet auteur. En tout cas, La vie secrète des écrivains est un très bon roman, thriller. A lire !

  • Sangpages 21 avril 2019
    La Vie secrète des écrivains - Guillaume Musso

    Musso or not Musso ?
    La polémique va bon train et moi je m’en fiche comme de ma première chaussette parce que hé les gars, lire c’est avant tout un plaisir !
    Musso, c’est toujours le même cirque à chaque sortie. Les réseaux sociaux s’enflamment et crépitent de remarques en tout genre.
    Dire que tu lis du Musso est presque devenu une tare ou comme avouer être atteint d’une maladie. Tiens la syphilis, ça colle assez bien... Une bonne vieille maladie bien honteuse !
    Et bien moi, j’aime vivre dangereusement et je n’ai même pas peur de la Syphilis. Ouais je suis immunisée et Musso, je te le dis, je l’avoue, je suis fan de la première heure et j’ai même lu absolument TOUS ses livres. Certains ouvrages m’ont moins plu que d’autres. C’est certes tout public et je dois dire que je préférais ses écrits du début et que d’ailleurs "Et après" me fout la boule au ventre encore aujourd’hui. 16 ans après, il me poursuit encore...et je peux te raconter l’histoire quand tu veux 😁
    Et ce petit dernier, comme les autres, je l’ai lu aussi et vais même te dire...D’une traite, bouffé, dévoré. 😜
    Comme à son habitude ou presque, le personnage principal est auteur. C’est quasiment une marque de fabrique chez Musso. Il te donne toujours cette impression de porter un regard sur lui-même, mais cette fois-ci, il m’a semblé aller plus loin. J’ai perçu un regard assez ironique sur ce monde. L’impression que son expérience du milieu lui permettait maintenant de le juger, voir de le critiquer et c’est fort intéressant. Une sorte de pied de nez ou de revanche.
    L’intrigue est excellente et t’emporte sans concession. Les personnages riches et hauts en couleurs. Bref tout pour bien faire. On a beau dire mais il a l’art et la manière. C’est efficace, tout public et ça ne suinte pas l’hémoglobine juste pour en rajouter ...Que demander de plus ?
    J’ai toutefois eu une drôle d’impression tout au long de cette histoire. Les images qui me venaient à l’esprit étaient principalement celles de "La vérité sur l’affaire Harry Québert" de Joël Dicker et du coup, celles de la série et Patrick Dempsey me poursuivaient (Oh hein ? y a rien de caché là derrière 😜) Faut dire qu’il y a pas mal de similitudes.
    Quoi qu’il en soit, c’est à lire !
    Et moi ? Je continuerai encore et toujours du moment que je suis déjà contaminée, plus rien à craindre.
    Et toi ? La syphilis te fait peur ?

  • Au rayon des livres 24 avril 2019
    La Vie secrète des écrivains - Guillaume Musso

    En lisant ce nouveau Musso, une question n’a cessé de me tarauder. Bien que l’on sente que les passages concernant le monde littéraire a quelque chose de vécu, on se demande tout de même si l’auteur d’Un appartement à Paris ne met pas les points sur les i voire même, n’en profite-t-il pas pour régler certains comptes ?
    Quoi qu’il en soit, j’ai apprécié cette prise de position.
    Et depuis son dernier roman, Guillaume Musso s’éloigne petit à petit du politiquement correct, du côté un peu fleur bleue qui mêlait jusqu’à il n’y a pas si longtemps, histoire d’amour et fantastique, laissant également derrière lui l’image un peu trop lisse qu’il donnait à ses débuts mais, eh oui, il y a un mais…
    Mais l’auteur reste visiblement toujours attaché à deux types de caractères dans ses personnages : l’héroïne agaçante, fort en gueule, sans-gêne et un personnage masculin, le genre bon élève et un peu naïf.

    Maintenant l’enquête, le coeur du roman. Un peu alambiqué pour moi dans la façon d’amener le côté “polar”, même si l’on ne devine pas la suite que va prendre le roman.
    Comme beaucoup, j’ai beaucoup aimé “le petit plus” dans l’épilogue. Quand je vous dis que Musso se lâche…

    Alors concrètement, ça donne quoi ce nouveau Musso ? Fan de la première heure, il y a certes de l’évolution dans l’écriture, dans sa façon de faire passer les messages. Et en même temps, il reste trop attaché aux mêmes types de caractères, et ça, c’est dommage…

    Ca n’empêche, que ce dernier roman a été lu en une soirée, preuve que l’auteur a réussi a m’embarquer dans sa Vie secrète des écrivains.

  • Sonia Boulimique des Livres 25 avril 2019
    La Vie secrète des écrivains - Guillaume Musso

    J’avoue que chaque année, j’attends le dernier Musso avec impatience. C’est mon petit péché mignon, mon moment de déconnexion. Et le plaisir a été au rendez-vous, comme à chaque fois.

    Alors oui, j’avoue qu’il y a quelques similitudes avec « la vérité sur l’affaire Harry Québert » de Joel Dicker, mais Musso prend un virage inédit une fois le décor planté. Et heureusement, car cela commençait sérieusement à m’agacer, et j’avais l’impression de lire du réchauffé.

    Raphaël commence à travailler dans la librairie de Grégoire Audibert, à Beaumont, petite île sortant totalement de l’imaginaire de Guillaume (dommage, ça avait l’air hyper sympa !). Il va dépoussiérer cette librairie qui est encore restée à l’âge de pierre. Pour Grégoire, en effet, la littérature, c’est la « vraie », instructive, qui vous agite les neurones (donc, les thrillers, on oublie, la lecture détente, hors de question, ressortez vos vieux Soljenitsyne et autres classiques, et préparez la corde pour vous pendre à la fin !).

    Mais surtout, Raphaël a un objectif et non des moindres : tenter de rencontrer Nathan Fawles, son auteur favori, vivant reclus sur l’île depuis qu’il a décidé d’arrêter d’écrire vingt ans auparavant. Raphaël a écrit un manuscrit, et il souhaite le soumettre à Nathan. C’est pas gagné, Nathan est plutôt du genre bourru à vous accueillir à coup de chevrotines !

    Mathilde, une journaliste suisse rêve elle aussi d’approcher Nathan. Décidément, il est très convoité, cet ancien écrivain ! Elle va utiliser un stratagème implacable pour arriver à ses fins : enlever son chien ! Elle a des ressources cette jeune fille !!

    Lorsqu’un cadavre de femme est retrouvé cloué à un arbre, l’île va se transformer en no man’s land, où un huis clos va se dérouler sous les yeux avides du lecteur.

    Musso nous propose trois histoires qui s’enchevêtrent pour mieux se rejoindre à la fin. Tous les codes du thriller sont présents et parfaitement maîtrisés. Le rythme est assez soutenu, les rebondissements arrivent à pic pour maintenir l’ennui loin du lecteur.

    J’ai adoré toutes les allusions aux liens entre un auteur et ses écrits, le travail d’écrivain, l’immersion dans ce monde littéraire, entre auteurs, lecteurs, librairies et éditeurs, ainsi que les têtes de chapitres faisant honneur à des citations célèbres.

    La couverture est très jolie. L’écriture est simple et décomplexée, incisive et d’une fluidité impressionnante. La fin totalement inattendue va vous agrafer au mur, tel un papillon de décoration.

    Seul bémol : la présentation du roman version papier, avec des marges grandes comme le Grand Canyon. Du coup, j’ai préféré me rabattre sur la version numérique. 352 pages, écrites normalement, ça aurait fait beaucoup moins. Musso aurait-il du mal à tenir ses engagements et à sortir un livre par an ? Je serais d’avis d’en voir sortir un tous les deux ans mais plus long ! Je préfère toujours privilégier la qualité à la quantité, et là, j’ai l’impression que Musso est dans le raisonnement inverse, ce qui me gêne un peu.

    « Je pense que vouloir rencontrer un écrivain parce qu’on aime son livre, c’est comme vouloir rencontrer un canard parce qu’on aime le foie gras. » Bon ben voilà, je m’en fiche de rencontrer un canard, je n’aime pas le foie gras. Par contre, rencontrer un auteur, c’est autre chose !

    Un bon moment d’évasion comme seul Guillaume Musso peut m’en donner.

  • Des Livres Mon Univers 21 mai 2019
    La Vie secrète des écrivains - Guillaume Musso

    FICTION ou RÉALITÉ. VÉRITÉ ou MENSONGE.
    On ne sait plus avec Guillaume Musso .

    Un roman qui se lit très vite, en somme ça fait un bon polar dans un milieu littéraire, assez surprenant même déstabilisant. J’ ai bien aimé le style, l’ humour ainsi que la vision du monde littéraire de l’ auteur ce qui m’ a beaucoup amusée.

    "Bien sûr la fameuse "vraie littérature" il y avait toujours un moment avec les gens [...] où cette expression ou celle de "vrai écrivain" revenait sur le tapis. Or je n’ avais jamais laissé à personne le droit de me dire ce que je devais lire ou pas. Et cette façon de s’ ériger en juge pour décider ce qui était de la littérature et ce qui n’ en était pas me paraissait une prétention sans bornes."

    Je n’ ai aucun doute sur le fait que Nathan Fawles soit en réalité Guillaume Musso .

    Un petit mot quand même sur la fin et l’ épilogue où j’ ai été un peu perplexe. Je me suis vraiment mise à douter de la réalité, avec le recul, j’ ai compris pourquoi il avait fait cette fin là. Si vous voulez mieux comprendre de quoi je parle, je vous invite à découvrir par vous même cette incroyable histoire.

    Dans le monde du polar et du thriller on ne parle pas de Guillaume Musso pourtant il pourrait avoir sa place.

  • bookliseuse 30 mai 2019
    La Vie secrète des écrivains - Guillaume Musso

    Nathan Fawles, écrivain célèbre, vit depuis plusieurs années en reclus sur l’île française de Beaumont (ne cherchait pas elle sort de l’imagination de l’écrivain). Il a décidé d’arrêter d’écrire du jour au lendemain sans donner aucune explication.

    Raphaël Bataille, 24 ans diplômés d’une école de commerce rêve de faire éditer son roman. Il décide de s’installer sur l’île de Beaumont afin de se rapprocher de son idole Fawles, afin de lui demander des conseils et avis sur son premier roman. Il y trouve un petit boulot dans une librairie. Mais ce qu’il croyait simple va s’avérer très difficile, Fawles est catégorique : il ne veut rencontrer ni parler à personne !

    Le calme de l’île va cesser le jour où l’on retrouve le corps sans vie d’une jeune femme : elle a été assassinée.

    J’avoue, je ne suis pas la fan numéro 1 de Musso, mais le résumé de celui-ci me plaisait donc j’ai décidé de le lire.

    C’est vrai que Musso, ne fait pas de grande phrase, de grande description, mais en fin de compte cela me plaît assez puisque que c’est une lecture fluide, sans prise de tête, un roman qui se lit rapidement, d’une traite. Je n’ai pas trop trouvé d’intérêt au fade Raphaël, j’avais l’impression qu’il était là par hasard, même si l’auteur s’est échiné à lui donné un rôle important dans l’histoire, je n’ai pas adhéré du tout à son personnage. Par contre Nathan m’a fasciné. Au fils des pages, je n’ai cessé de me demander, mais pourquoi a t’il arrêté d’écrire ? Et quand on croit enfin avoir tout compris et bien non, l’auteur nous emmène sur d’autres pistes. La fin est surprenante, je n’ai rien vu venir, j’ai adoré !

    Pour résumé un livre qui se lit vite, facilement avec une fin géniale !

  • Lisez.du.polar 15 juillet 2019
    La Vie secrète des écrivains - Guillaume Musso

    ⭐️ Nø Chrønique ⭐️

    Aujourd’hui, je lance un concept : le "Nø chrønique".

    Je ne vous parlerai pas du livre. De toute façon, tout a été dit, le pire comme le meilleur (allez lire celle de Sangpages qui est ma préférée 😉😘).

    Je vous dirai juste que j’ai passé un très bon moment de lecture et que j’ai vraiment aimé la mise en abîme du roman (et la carte au début du roman, j’adore les cartes au début des livres ! 🏴‍☠️).
    Guillaume Musso se joue du lecteur (et de lui-même !) et prouve encore une fois son immense talent.

    Voilà je n’en dirai pas plus.
    Parce que je suis en vacances.
    Et que je fais ma feignasse.
    Je vous laisse, mon mojito m’attend 🍹
    Bisous 🖤

  • Et le Monde de Sosso 18 juillet 2019
    La Vie secrète des écrivains - Guillaume Musso

    ✒️ Si le titre et le résumé rappellent un certain autre roman, la lecture en est de même. Un écrivain à succès isolé, un jeune écrivain, une intrigue, le secret du passé... Bon, à la rigueur, pourquoi pas.
    Je l’ai terminé un peu déçue, d’autant plus que le début est très prometteur.
    L’intrigue est très réussie ; la manière de construire le roman l’est aussi... Mais...
    Autant j’ai adoré le début : les pièces du puzzle sont posés les unes après les autres, on rentre très vite dans l’intrigue en ayant envie de savoir comment tout s’emboite.... La 1ère moitié est haletante.
    Puis tout à coup, on nous livre tout sur un plateau d’argent ! Et les petites pièces semées habilement ??? Certes, il y a bien quelques retournements par la suite. Néanmoins cela m’a donné une drôle d’impression, 2 parties très distinctes dans les éléments livrés et un sentiment que la 2è partie a été trop rapide et baclée.
    ✒️ Un début haletant mais un rythme qui s’essoufle avec une mauvaise gestion de l’information.
    Déçue, surtout que l’intrigue était vraiment bien pensée !!!!

  • VALERIE FREDERICK 24 juillet 2019
    La Vie secrète des écrivains - Guillaume Musso

    Je n’avais jamais lu Guillaume Musso auparavant. Soit que les histoires proposées ne m’intéressaient pas, soit que le succès populaire d’un auteur m’éloigne de manière générale de ses écrits… Quoi qu’il en soit, cette année, j’ai eu envie de me pencher un peu plus sur le « phénomène Musso ». L’intrigue, axée sur un écrivain acariâtre à la retraite retranché dans une île où a lieu un crime mystérieux, m’a attirée, et le fait que des blogueuses littéraires adeptes de thrillers bien crus s’y intéressent a ajouté à mon envie de découvrir par moi-même de quoi était capable cet auteur habitué à la tête du « hit parade » livresque français.
    L’écrivain acariâtre, donc, se nomme Nathan Fawles. Après avoir connu un succès fulgurant, il a stoppé net toute production d’écrits et se terre depuis vingt ans sur l’île de Beaumont. Mais voilà qu’un écrivain en herbe, Raphaël, le narrateur, qui est aussi un admirateur sans borne, vient le titiller afin d’avoir un avis de sa part sur son manuscrit de débutant. Et ce n’est pas le seul ! Une journaliste, Mathilde, s’impose à lui, détenant, selon elle, un secret qui va bousculer la tranquillité du retraité. S’ajoute à ces deux casse-pieds un assassinat sadique et déroutant, et le lecteur se retrouve captivé par les remous d’une histoire intrigante en une vingtaine de pages.
    C’est sans doute là qu’est le talent de Guillaume Musso : savoir construire une intrigue en forme de puzzle dont on peine, a priori, à trouver les pièces qui pourront s’imbriquer les unes dans les autres.
    En ce qui me concerne, je regrette toutefois l’absence de réelle complexité. La résolution de l’intrigue de départ flirte avec l’invraisemblance, par souci de simplicité. Une fois lu l’épilogue dans lequel Guillaume Musso se met lui-même en abîme au cœur de son roman, j’ai regretté qu’il n’ait pas eu l’audace de jouer le jeu à fond ; de prendre effectivement lui-même la place du narrateur pour laisser planer le doute…

  • Lettres et caractères 26 juillet 2019
    La Vie secrète des écrivains - Guillaume Musso

    Premier Musso (Guillaume) que je lis : il était vraiment temps que je me fasse mon propre avis sur cet auteur aussi décrié qu’adulé.

    Auteur à succès, couronné du prix Pulitzer, Nathan Fawles décide du jour au lendemain d’arrêter d’écrire et de se retirer de toute vie mondaine sur une île au large de la Méditerranée. Personne ne sait pourquoi le talentueux Fawles a ainsi délibérément tourné le dos au succès et cette retraite subite va alimenter bien des spéculations. Jusqu’au jour où le cadavre d’une jeune femme est découvert sur l’île où séjourne l’écrivain. Au même moment, une journaliste fait irruption dans sa vie. Fawles va devoir dire adieu à sa tranquillité, le temps est venu d’affronter le passé…

    Je suis bien embêtée. Je viens de terminer mon premier Guillaume Musso en audio et je ne comprends pas. Je ne comprends ni les détracteurs farouches ni les ventes faramineuses de cet auteur.
    S’il est vrai que l’on trouve des thrillers bien mieux ficelés que La vie secrète des écrivains, on trouve surtout bien pire. Ce que j’ai particulièrement apprécié dans cette première expérience avec Musso, c’est la fluidité du récit, son dénouement particulièrement addictif et surtout le style simple et efficace. En audio, ça passe très bien ! Très franchement, après avoir lu pas mal de thrillers particulièrement mal écrits, je n’ai pas grand-chose à reprocher au style Musso et j’en suis la première étonnée tellement j’ai pu lire d’horreurs à son sujet.

    En revanche, je suis un peu déçue par le traitement assez superficiel des personnages. Il faut dire que je lis en parallèle Le chant de l’assassin de RJ Ellory alors forcément, à côté, n’importe quel autre livre me semblerait fade. Mais surtout, le lien avec le domaine de l’édition – thème qui m’avait poussée à lire ce roman – n’est qu’un prétexte à l’histoire qui, finalement s’en nourrit très peu. J’aurais aimé évoluer davantage dans les coulisses du monde de l’édition ou de la création littéraire. Il est quand même surprenant que ce domaine qui nous fascine tant donne si peu matière à des thrillers et autres fictions. A part Mentor de Lee Matthew Goldberg – que je vous recommande au passage – je n’ai pas souvenir d’avoir lu d’autres thrillers évoluant dans ce secteur.

    Ceci étant dit, d’après ce que je viens de lire, Guillaume Musso ne mérite pas tout le foin que l’on fait autour de lui, ni dans un sens, ni dans l’autre. Ce qui me conforte dans l’idée que ça serait quand même bien sympa si on laissait les lecteurs lire ce qui leur fait plaisir sans jugement de valeur. J’ai comme l’idée que nombre de ses détracteurs n’ont jamais dû ouvrir l’un de ses bouquins. Vous pensez que je me trompe ?

    Avis complet sur le blog lettres et caracteres

  • lecturesdudimanche 20 septembre 2019
    La Vie secrète des écrivains - Guillaume Musso

    Musso a autant de fans que de détracteurs. Je ne me place dans aucune des deux catégories, je ne suis qu’une lectrice qui aime ou n’aime pas une histoire… Et j’avoue que celle-ci, si elle présentait de nombreux atouts, ne m’a pas convaincue…

    On a Nathan Fawles, écrivain mythique qui a brusquement disparu de la vie publique et cessé d’écrire du jour au lendemain alors qu’il était auteur de best-sellers pour se retrancher sur une petite île peu habitée. On a Rafael, qui rêve d’être publié et souhaite, pour cela, recevoir quelques précieux conseils de l’écrivain et s’en rapproche en se faisant embaucher dans la librairie de l’île. Puis on a Mathilde, journaliste qui enfonce la porte de l’écrivain par un étrange stratagème et dont les intentions sont nébuleuses.

    Que manque-t-il à tout cela ? Un cadavre ! Pièce maîtresse pour mettre en route un engrenage implacable qui percera les secrets les plus sombres enfuis dans les chaumières de l’île…

    Toujours sur un ton léger, Musso a cette capacité de rendre le thriller accessible à un plus large public, maniant la langue et l’intrigue avec brio. Bah alors ? Qu’est-ce qui a donc cloché ?

    Le fond… Cet auteur brisé qui crache sur le milieu, qui se plaint que les lecteurs puissent confondre l’oeuvre et l’auteur, qui regrette la médiatisation et les spéculations sur sa vie… Je n’ai en aucun cas la prétention de savoir si, dans son livre, Musso, s’est amusé des clichés ou s’il nous a fait passer un coup de gueule. Mais ce que je sais, en revanche, c’est que je n’ai pas aimé ça. Je me suis sentie agressée par cette lecture, même si je suppose que ce n’était évidemment pas l’intention de l’auteur !

    Voilà pour le bémol qui a entaché ma lecture…

  • Mes Carnets Litteraires 25 septembre 2019
    La Vie secrète des écrivains - Guillaume Musso

    Comme à son habitude, Guillaume Musso nous offre ici un très bon roman à l’écriture fluide et agréable et à l’intrigue passionnante.
    Je ne sais pas si ça vient du style ou de l’histoire mais au cours de ma lecture, j’ai souvent fait le parallèle entre ce livre et ceux de Joël Dickers, auteur que j’aime beaucoup.
    L’intrigue s’accélère dans la seconde partie et le livre devient très difficile à lâcher.
    Bref, vous l’aurez compris, tous les ingrédients sont réunis pour faire un roman très réussi.
    Mais, il y a malheureusement un "mais", l’épilogue vient gâcher tout le sens du livre.
    Je me demande même si j’ai bien compris la fin tellement elle me frustre !
    C’est la deuxième fois que l’auteur me déçoit comme ça sur un épilogue.
    La raison de ce choix de fin est-elle trop subtile pour moi ou est-ce un manque d’idée ou de temps de l’auteur pour écrire un final à la hauteur du roman ? C’est à se poser la question... 🤔

  • Aude Lagandré 5 octobre 2019
    La Vie secrète des écrivains - Guillaume Musso

    Faut-il persister à coller les écrivains dans des cases ? Littérature blanche, littérature noire, littérature populaire, littérature dite noble ? Peut-on envisager que la plume d’un auteur évolue, se densifie, devienne plus pertinente, plus affûtée, plus profonde ? Doit-on forcément associer un nom à un style ou à une réputation et par ricochet systématiquement le suivre ou au contraire le fuir ? Dans une interview donnée sur RTL, Guillaume Musso affirme qu’il ne règle pas ses comptes avec ses détracteurs. En achevant son roman, je pense tout le contraire et j’ai envie de crier « Tu en as mis du temps Guillaume !!! Il était grand temps de claquer quelques beignets. »

    Ce livre est une belle occasion de parler de la littérature, de l’inspiration, de ce qui fait un écrivain, du style, de la forme et du fond. Par la bouche de certains personnages, Guillaume Musso assène des vérités bien senties qui m’ont fait sourire, et rire… jaune, ayant à l’esprit une petite phrase bien personnelle et assez assassine, bien plus directe que la plupart des siennes « prends ça dans ta gueule ! » Amis intellectuels, fans de Télérama et autres journaux écrits avec motscompliquéspourécrivainssérieux.fr, passez votre chemin, vous n’allez pas aimer ma chronique car jusqu’au bout, je défendrai la littérature sous toutes ses formes.

    Nathan Fawles, s’est retiré du monde après trois romans au succès fulgurant. Il vit retranché sur la petite île de Beaumont, comme un ermite, refusant toute interview et tout contact avec le monde depuis 20 ans. Raphaël Bataille, 24 ans, vient d’écrire un manuscrit et souhaite rencontrer Nathan pour avoir un avis éclairé sur son roman. Il accepte donc un emploi dans une librairie un peu rétrograde en espérant rencontrer son maître à penser. C’est sans compter sur le caractère impossible de ce dernier qui ne va pas s’avérer d’un abord facile et possède une vision très pessimiste (réaliste ?) de la littérature. Alors que Mathilde Monnet, journaliste, fascinée par l’auteur met elle aussi les pieds sur l’île, un corps de femme est découvert sur la plage de Tristana. Commence alors un étrange face-à-face et un besoin impérieux de vérité.

    Guillaume Musso a mis en lumière plusieurs personnages riches et intéressants sous bien des aspects.

    Il y a d’abord Nathan Fawles, l’écrivain ténébreux qui se retranche dans sa maison – prison après un début de carrière prometteur. Sa vision du métier est des plus sombres. Abîmé, il ne croit plus au pouvoir des mots, encore moins à celui des idées. « L’existence d’un écrivain est le truc le moins glamour du monde, soupira Fawles. Tu mènes une vie de zombie, solitaire et coupée des autres. Tu restes toute la journée en pyjama à t’abîmer les yeux devant un écran en bouffant de la pizza froide et en parlant à des personnages imaginaires qui finissent par te rendre fou. »

    Puis, le libraire, Grégoire Audibert qui représente la culture dans tout ce qu’elle a de plus académique, d’un peu vieillotte. « Je ne vous parle pas de divertissement, je vous parle de la vraie littérature (…) Je vous parle de lecteurs qui consacrent un temps significatif à lire des livres sérieux. » Il est le représentant de la bien-pensance, de la littérature classique et pompeuse, de celle que chacun se doit de connaître même si elle annihile à jamais toute envie de lecture.

    Face à eux, Raphaël Bataille a la foudre de sa jeunesse, une vie entière à écrire devant lui, une admiration sans bornes pour l’écriture et la littérature. Sa vision est tout à fait opposée à celle du libraire : « Le style n’est pas une fin en soi. La première qualité d’un écrivain était de savoir captiver son lecteur par une bonne histoire. »

    Guillaume Musso en profite également pour signifier sa culture littéraire à ceux qui voulaient le faire passer pour un inculte, en citant auteurs et œuvres de manière pertinente pour donner corps à son roman. Encore un joli pied de nez ! J’ai adoré sa manière fine d’égratigner les journalistes et de leur tailler un short quand il dépeint le journalisme 2.0 et qu’il déplore ceux qui font une bonne critique de votre livre sans en avoir rien compris. Quel humour !

    Par l’intermédiaire de Nathan Fawles, l’auteur démontre habilement comment la cristallisation d’un événement peut déclencher le processus de création littéraire ou, a contrario, comment un choc dans sa vie personnelle peut définitivement réduire à néant toute velléité créative. J’ai particulièrement apprécié cette confirmation d’une sensation que j’avais déjà.

    Alors, je ne voudrais pas vous faire fuir en vous laissant penser que ce roman est un édito d’autodéfense basé sur la justification permanente de son travail. C’est ma façon toute personnelle de le voir, sachant que je lis cet auteur depuis ses débuts et que je considère donc avoir une certaine légitimité dans l’analyse de l’évolution de ses idées et de son écriture. C’est un beau roman sur la littérature, sur ceux qui l’aiment, sur ceux qui la conspuent, sur ceux qui souhaitent en faire une chasse gardée, ou un chemin accessible au plus grand nombre. C’est un roman qui dit « lisez ».

    Mais c’est avant tout une fiction dont l’intrigue fonctionne à merveille et qui vous laisse médusé par une fin très réussie. Comme vous le savez maintenant, les fins ne sont pas ce que je retiens d’un livre. Je ne cesse de répéter que c’est la façon dont on y arrive qui m’intéresse. Dans le cas présent, je ne l’ai pas vu venir et Guillaume Musso a su me faire prendre des chemins de traverse et m’amener à une conclusion que je n’avais pas anticipée. Entre réflexions intelligentes et déroulé scénaristique implacable, il a tout loisir de provoquer des émotions. Comme le dit très bien son écrivain en devenir, « qui est-on pour s’ériger en juge et décider ce qui est de la littérature et ce qui n’en est pas ? » Faut-il être d’une prétention sans borne !

    Oui, la culture peut aussi être un plaisir ! Au fond, Nathan Fawles, Raphaël Bataille et Grégoire Audibert pourraient être un seul et même personnage, un amoureux de la littérature, avec ses consensus et ses contractions.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.