Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La femme en vert, de Roy William Neill

Sherlock Holmes : les 20 meilleurs films et séries

La femme en vert, de Roy William Neill
Avec : Basil Rathbone, Nigel Bruce, Hillary Brooke, Henry Daniell
Année : 1945

Le pitch

Alors que Holmes et Watson s’escriment autour d’une série de meurtres inexpliqués et a priori sans liens, un suspect potentiel est retrouvé assassiné. L’enquête mène alors le duo auprès d’une association d’hypnotiseurs et à la rencontre d’une jeune femme magnétique et attirante. Et si l’auteur des crimes n’était autre que le pernicieux professeur Moriarty, lui que l’on croyait pourtant avoir été exécuté à Montevideo ?

Pourquoi c’est un incontournable…

Septième long-métrage tourné par le cinéaste Roy William Neill (sur les onze Sherlock Holmes qu’il réalisa pour la Universal Pictures), "La femme en vert" (1945) est certainement son œuvre la plus réputée tout en étant celle dont on se souvient le mieux. C’est sans doute que l’intrigue et sa série de meurtres s’inspire considérablement des assassinats commis par Jack l’éventreur. Tout Scotland Yard échoue dans ce contexte à élucider ou comprendre quoi que ce soit, excepté le mirifique enquêteur. Mention spéciale pour les superbes séquences d’hypnose et scènes de déductions fourmillantes d’inventivité où Sherlock Holmes exalte un génie face auquel l’empoté Watson se retrouve systématiquement désemparé – facilité d’écriture qui amuse sans toutefois échapper au stéréotype. À noter trois autres films presque aussi réussis de Roy William Neill mettant en scène Sherlock Holmes : "Sherlock Holmes et l’arme secrète" (1943), "Le train de la mort" (1946) et "La Clef" (1946).

Ce que le film nous dit de Sherlock Holmes

Même derrière le cliché qu’il incarne avec emphase (costume, hauteur et dédain stratosphériques), le Sherlock Holmes campé par Basil Rathbone réussit une prouesse : se faire l’archéologue des faux-semblants de l’âme humaine. Sans jamais éluder le fait qu’il demeure, comme chacun et peut-être plus qu’aucun autre, perméable au Mal, il s’en fait le miroir ou le révélateur. Un peu comme Batman-Bruce Wayne face au Joker dans le "The Dark Knight" de Christopher Nolan.

Galerie photos

Votre #AvisPolar

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.