Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Maléfices -Maxime Chattam

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

4 #AvisPolar
7 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

À Portland, Oregon, plus aucun habitant de la ville ne se couche sans avoir inspecté au préalable son lit : depuis quelques semaines, un tueur en série s’immisce dans le domicile de ses futures victimes et y introduit des espèces d’araignées parmi les plus dangereuses au monde. Dans le même temps, des cadavres de femmes momifiés et emprisonnés dans des toiles d’araignée géantes sont découvertes dans les forêts alentour. Les victimes sont vidées de leurs organes, comme aspirées. Les rumeurs les plus folles se propagent. Annabel O’Donnell, la détective new yorkaise, et Joshua Brolin, le célèbre profiler, rejoignent l’enquête aux côtés du FBI. Quel est ce monstre que l’on surnomme Arachné et dont les empreintes digitales sont celles des personnes disparues ? Comment fait-il pour s’introduire chez ses victimes sans jamais être vu, sans effraction, et pour enlever ses victimes à la barbe des familles endormies ? Très vite, la rumeur enfle dans tout Portland : et si Arachné n’était pas humain ?

Vos #AvisPolar

  • Loudiebouhlis 26 février 2019
    Maléfices -Maxime Chattam

    Un an après avoir lu le second tome de la trilogie du mal, je boucle la saga en dévorant littéralement Maléfices, le dernier tome. Et quelle lecture. Pour changer, j’ai décidé de dévorer ce dernier opus en livre audio et je dois reconnaître que le plaisir était entier. 

    C’est toujours un excellent moment de lecture quand j’ouvre un livre de Maxime Chattam. Je sais ce que vous allez dire.. Encore une fan invétérée. Je ne sais pas si je suis fan mais je sais que je ne suis pas déçu de lui jusque là.

    Cette fois, Maxime Chattam s’attaque à la phobie d’un bon nombre de gens dans le monde, les araignées. Et je ne déroge pas à la règle, celle-ci m’angoisse cependant j’ai suffisamment la tête sur les épaules pour ne pas avoir psychoté durant ma lecture. 

    2002, Oregon. Un homme est retrouvé mort avec une expression de terreur imprimé sur ses traits. Celui-ci n’est autre que Fleitcher Salhindro, le frère de Larry Salhindro l’ancien collègue du Joshua Brolin. Les disparitions inquiétantes se multiplient, les victimes se retrouvent enveloppés dans un cocon de soie d’araignées. Petit à petit, le bruit d’une présence d’araignées venimeuses se répand en ville et sème la frayeur parmi les habitants. Alors qu’Annabel rend visite à Joshua, les deux comparses se retrouve à la tête de l’enquête comme au bon vieux temps...

    « Sommes-nous aveugles et hypocrites pour oublier que l’essence même de ce que nous sommes tous est bestiale ? Manger, dormir, se reproduire...et tuer pour survivre, s’il le faut. Pour protéger ses petits. L’aurait-on oublié ? La société nous a appris à cacher cet aspect primaire sous des couches de vernis, mais au fond, tout au fond, nous sommes encore ces mêmes bêtes, comme toutes celles qui arpentent cette foutue planète, peut-être que ce qui nous différencie d’elles, c’est notre capacité à nous fabriquer ces vernis. »

    Ce tome-ci donne un nouveau souffle à la saga. L’auteur ne se repose pas sur ses laurier et ça se voit. Comme toujours, on est tout de suite immerger dans l’histoire. Immerger à part entière. Plus que lecteur, on se retrouve être le troisième enquêteur qui manquait au binôme. C’est tellement bien construit qu’on est tenu en haleine du début à la fin, allant de désillusions en désillusions alors qu’on pensait dure comme fer que nos hypothèses étaient les bonnes. 

    A près de 700 pages, il ne manque rien au tome clôturant la trilogie du mal. Le coeur lourd de quitter Joshua Brolin, on en prend malgré tout beaucoup de plaisir à voir ce personnage grandir au fil des tomes, encore plus dans celui-ci. C’est une forme de résurrection pour notre personnage fétiche, ce qui n’a pas manqué de ravir mon coeur de fan absolue de ce personnage.

    Triste de quitter mon personnage favoris de tous les temps, la trilogie du mal s’inscrit pour moi comme la saga thriller à lire absolument. 

  • lireencore93420 2 juillet 2019
    Maléfices -Maxime Chattam

    Josh s’apprête à rejoindre Annabel a New York pour des vacances, mais Larry Salhindro, viens voir Josh, il vient de perdre son frère, il as besoin de son ami, donc il annule son voyage, et Larry se débrouille pour qu’Annabel vienne aider Josh sur l’enquête.
    Plusieurs femmes sont retrouvées mortes, totalement vidées de leurs organes, et emmitouflées dans un cocon d’araignées, le duo Josh-Annabel ainsi que Larry et l’équipe du commissariat, s’occupe de cette investigation si particulière, est ce qu’ils arriveront à démêler le vrai du faux ?
    8e livre de cet auteur, et j’avoue que je sors de cette lecture complétement chamboulée.
    Le gros point fort de ce livre est comme tous les autres opus que j’ai pu lire de cet auteur, les descriptions très détaillées des scènes de crimes et surtout des autopsies, ou on a vraiment l’impression d’être sur les lieux avec eux. Mais sur celui-là, le trait est vraiment accentué sur la précision, qu’on ne peut être complétement imbriquée par la trame de l’histoire.
    De plus, on est complétement baladé, je pense que 4 ou 5 fois, on croit savoir qui est le coupable, et bouleversement, on revient à la case départ.
    Le super profiler qui est Josh, est perdu, bouleversé, est souvent mis en danger, la complicité du duo Josh-Annabel est mise en avant.
    C’est vraiment mon préféré de cette saga et un énorme coup de cœur, car on sent le héros principal, Josh, complétement, désemparé, et jusqu’aux dernières pages, on croit comprendre qui est derrière cette affaire, et non retournement de situation.
    La personne qui tue toutes ses femmes est très habile, elle emmène l’équipe d’enquêteurs chevronnées sur de fausses pistes, et cela pendant 638 pages.
    De plus il est question de ces petites bêtes que j’affectionne tant : les araignées, j’ai appris encore énormément de choses, et c’est toujours salvateur dans un thriller, d’apprendre de nouvelles choses, avec cet auteur, on a souvent l’habitude, car ces publications, sont extrêmement documentées.
    C’est avec un peu de mélancolie, qu’on referme cette incroyable trilogie, sur 3 tomes, j’ai eu deux coups de cœur, Josh est vraiment un personnage étonnant, ses analyses sont extrêmement précises, il se mets vraiment dans la peau du tueur, c’est fascinant à lire, j’espère qu’il aura à un moment un autre tome, avec ce protagoniste.
    Quant à Annabel, j’ai également beaucoup apprécié ce personnage qui est très complexe, et surtout qui évolue vraiment au contact de Josh, c’est la particularité de cet auteur incroyable, qui aime faire évoluer ses protagonistes, je pense aussi à Ludivine, qu’on retrouvera bientôt, on s’attache à ses compagnons de routes.

  • cathy13600 10 juillet 2019
    Maléfices -Maxime Chattam

    Lors de ma dernière publication qui portait sur « In Tenebris », je m’étais engagée à lire immédiatement « Maléfices », troisième et ultime épisode de la Trilogie du Mal publié originalement en 2004 par les Editions Michel Lafon. Chose promise, chose due puisque c’est avec plaisir que je vous retrouve aujourd’hui pour vous en parler et tant qu’à y être, pourquoi ne pas vous donner envie de vous lancer à votre tour.
    Je continue ou plutôt nous continuons @lireencore93420 et moi-même notre long voyage au sein des écrits de cet auteur de polars contemporains français. En sélectionnant ce titre, nous avons opté une fois encore pour une escale dans la ville de Portland située près du confluent du fleuve Columbia et de la rivière Willamette, au pied du sommet enneigé de Mount Hood, lieu de résidence de Joshua, notre cher détective privé. Pourquoi un tel choix ? Tout simplement, parce qu’après s’être immergées avec délectation dans un abyme d’horreurs, d’infamie et de sanglant dans le tome précédent, nous étions impatientes de suivre à nouveau le binôme O’Donnel-Brolin.
    Certains passages faisant allusion aux deux dernières enquêtes, je vous recommande à nouveau de commencer dans l’ordre établi même si les trois bouquins peuvent se lire indépendamment les uns des autres. Vous comprendrez ainsi aisément l’évolution des différents acteurs. Votre lecture n’en sera que meilleure.
    Plus je lis Maxime Chattam, plus j’exige beaucoup de lui. Je dois admettre que ce dernier a été à la hauteur de mes espérances. Je conclus ce saisissant et troublant triptyque en ressortant pleinement satisfaite car cet opus, tout en n’ayant pas le charme morbide du sensationnel, glaçant et inoubliable « In Tenebris », est de qualité, d’une élaboration scénaristique élevée et mérite de figurer en seconde position. Il m’a seulement manqué le côté extrêmement gore de son prédécesseur.
    A travers cette intrigue « arthropode », nous plongeons au coeur d’une des phobies les plus répandues. Nous escaladons progressivement mais sûrement le sentier de la peur. Cette peur si enveloppante, parcourue d’oscillations, cette terreur pure du tueur prêt à frapper à tout moment, à tout coin de page. C’est enivrant, beau à vivre ou paralysant suivant le ressenti de chacun. Arachnophobes, s’abstenir !
    Dès l’entame, par un prologue horripilant, énigmatique, bizarroïde, le ton est donné : la terreur sera, bel et bien, notre compagne de lecture.
    La susnommée se prolonge ensuite de manière fulgurante. C’est d’abord un employé de l’environnement qui est retrouvé mort, le visage horrifié. Aucune trace du meurtrier… Une ombre inquiétante rôde dans les forêts de l’Oregon, là où se passent parfois des choses dont nul homme ne devrait rien savoir.
    Dans le même temps, des femmes disparaissent en pleine nuit, pendant le sommeil de leur époux. Pas de trace d’effraction dans les maisons... Et puis se répand une épidémie singulière, du jamais vu : les foyers de la commune sont envahis par des araignées aux piqûres mortelles. Les victimes s’accumulent et la psychose s’intensifie. Les rumeurs les plus folles se propagent…
    Et s’il n’y avait qu’une seule et même personne derrière tout cela ?
    Un être pas comme les autres.
    Peu à peu, on commence à murmurer le pire... Et s’il n’était pas humain ?
    Joshua Brolin et Annabel O’Donnel s’immiscent dans l’investigation. L’ex-profiler du FBI et l’inspectrice new-yorkaise vont entrer dans la toile et faire face à l’impensable. Une nouvelle génération d’assassin. Quelle est-elle ? Quelle est ou quelles sont ses méthodes ? Quelles sont ses motivations ? Après quoi court-elle ? Des démons ? un esprit maléfique ? le prince des ténèbres ?
    Vous voulez des réponses ? Rejoignez nos deux héros. Surmontez vos craintes, vos affres, la folie ambiante, le génie du mal, pour tenter de défaire, en étroite collaboration, cet incroyable imbroglio. de longues plages d’angoisse sont à portée de mains ou de…livre.
    Ce bouquin moins sombre, moins ignoble est toutefois terrifiant et savamment construit.
    Nous avons peut-être perdu en noirceur mais nous avons gagné en confusion. L’aventure qui nous est proposée est on ne peut plus complexe. Dans un vortex de tension, le romancier nous entraîne dans une enquête déroutante où s’entremêle une succession d’actions, de mystères, de découvertes, de fausses pistes, de présumés coupables, d’incertitudes pour aboutir à une chute surprenante. Il nous embrouille, nous fait douter avec maestria jusqu’au bout.
    Sous couvert d’une course-poursuite avec un criminel ingénieux, averti, intelligent, prudent, atteint d’une grave folie meurtrière, M.C. aborde l’arachnophobie, sujet sensible et terrorisant par excellence. Comme de coutume, ce dernier a pris soin de se documenter en amont. Son travail de recherche et de concertation transpire tout au long des pages. J’ai beaucoup appris sur ces insectes qui ne sont pas des monstres et je ne peux que l’en remercier.
    Il a accouché d’un scénario structuré à merveille, basé sur une conception destinée à le rendre plausible. Les éléments sont tellement cohérents, les homicides décrits avec une justesse inégalable que nous nous prenons à rêver que ce ne soit jamais réel
    Les personnages, apparus pour la plupart dans les deux récents ouvrages, sont toujours aussi consciencieux, professionnels et charismatiques. Ils sont attachants, Nous éprouvons de l’affection et, au fil de notre avancée, nous ne pouvons que nous inquiéter pour eux. L’auteur les dépeint finement. Ils ne sont pas parfaits. Ce sont avant tout des êtres humains avec leurs qualités, leurs défauts, leurs faiblesses.
    J’ai particulièrement apprécié de retrouver Larry Salhindro. J’ai incontestablement un faible pour cet individu, fidèle en amitié, qui n’hésite pas à s’impliquer malgré les soucis.
    Brolin, toujours aussi tenace, aussi pointilleux, est confronté à ses doutes, ses limites dans cette affaire alambiquée. Face à sa partenaire, il se dévoile peu à peu.
    Annabel, en femme courage, est d’une crédibilité à toute épreuve. Son dévouement, son dynamisme, son abnégation font sa force et lui valent le respect de tous.
    A ma plus grande joie, ces deux individus coopèrent derechef. A la fougue, au côté intrépide de l’inspectrice de police s’oppose le pragmatisme, le sang-froid du détective. Leur entente, leur complémentarité en fait un duo efficace et redoutable qui donne du crédit à cette histoire. L’évolution de leur relation est intéressante et va dans le bon sens.
    Est-il besoin de préciser que les araignées, ces chères petites bêtes à huit pattes, tiennent un rôle essentiel dans ce récit maléfique. Des espèces connues, d’autres plus rares, des peu agressives, des venimeuses vous tiendront compagnie de la première à la dernière page. Frissons garantis !
    Style direct, sans fioritures. Grâce à des chapitres courts, fluides, entraînants et se terminant invariablement par un cliffhanger, nous lisons avec avidité, en souhaitant connaître au plus tôt le dénouement.
    J’ai particulièrement apprécié la fin ouverte qui laisse place à notre imagination.
    En bref, roman dans la lignée de ce à quoi l’écrivain nous habitue d’ordinaire. A savoir, un récit très visuel, au rythme trépidant, entremêlant twists et descriptions détaillées des passages abominables. Sans oublier une montée en puissance du suspens et un dénouement inattendu.
    Si cette oeuvre de fiction, richement documentée pour coller au mieux de la réalité, privilégie moins les scènes de torture, les actes sanglants, elle n’en ai pas moins un page-turner que j’ai eu du mal à abandonner. Grâce à une inventivité débordante et un sens inné de conteur, Maxime tisse sa toile sur le lecteur, l’emprisonne et le conduit avec facilité dans un univers sombre de serial killers des plus redoutables.
    A acquérir ? : Absolument. Ma préférence allant à « In Tenebris », il n’en demeure pas moins vrai que « Maléfices » se dévore sans difficulté aucune. Il y a tout dans cet écrit qui fait la genèse d’un bon thriller psychologique.
    Si comme moi, vous êtes passionnés par les histoires de ce genre, alors vous ne pourrez qu’aimer, être fascinés par celui-ci et plus généralement par la trilogie du mal qui est une réussite. Chapeau bas ! Monsieur Chattam.

  • Amandine Bouquine 22 octobre 2019
    Maléfices -Maxime Chattam

    “ Maléfices ” est pour moi le meilleur de la trilogie du mal.
    En tant que arachnophobe, j’avais peur de plonger dans le monde de nos amis à huit pattes. L’auteur à pour moi réussi à faire des araignées quelque chose d’absolument passionnant !Je ressors de ma lecture complètement fasciné par ses bestioles, malgré quelques frissons...🕷️
    .
    L’histoire est encore une fois complètement dingue. Chattam nous à encore sorti de son imagination un tueur fou à souhait ! Les personnages évoluent, et sont de plus en plus intéressants. Joshua Brolin, a pris de la force de caractère depuis le premier, l’enquête n’en ai que mieux, avec du suspense à chaque pages, des suspects à la pelle, c’est truffé de rebondissements et croyez moi, vous serez surpris jusqu’à la fin !.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.