Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Manhattan Sunset - Roy Braverman

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

9 #AvisPolar
5 enquêteurs
l'ont vu/lu
4 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Un New York sombre et violent, avec des rues comme des canyons dans lesquels la vie se perd et la mort s’engouffre. Avec fracas parfois, comme lorsqu’elle vient saisir une petite fille, retrouvée assassinée, le corps mutilé, au milieu d’un amas d’épaves de voitures.
En équilibre précaire, accroupi tout en haut d’une pile de carrosseries déglinguées, Pfiffelmann interroge son partenaire, l’inspecteur Donnelli : « Alors, tu en dis quoi ? » Un début d’enquête somme toute normal. sauf que « Pfiff » est un fantôme, qui exige lui aussi la vérité sur les circonstances de sa mort. Comme si Donnelli n’avait pas déjà tout son soûl de crimes, d’obsessions et de vengeances. Comme si la ville ne lui avait pas déjà arraché un lourd tribut. Pourtant, une fois par an, New York lui offre aussi un instant magique, lorsque le soleil couchant symétrique et flamboyant du Manhattanhenge prend la 42e rue en parfaite enfilade. Une illumination divine, comme la révélation d’un indice éclaire un crime d’une lumière nouvelle. avant que tout, la ville comme la vie de Donnelli, ne sombre à nouveau dans la nuit.

Source : Hugo Thriller

« Un polar noir et puissant, dans une ville que l’on croit connaître mais dont Roy Braverman offre un portrait inédit, aussi tragique et attachant que ses autres personnages, aussi à l’aise dans l’humour que dans le suspense, et porté par une écriture remarquable. »

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • DesLivresEtMoi7 14 mai 2021
    Manhattan Sunset - Roy Braverman

    L’auteur nous entraîne en effet dans un New York des bas-fonds, bien loin de celui qu’on visite et qui fait rêver, pour nous offrir une intrigue à la fois sombre et violente, d’une étonnante puissance et prenante à souhait, dans laquelle on se laisse entraîner sans délai pour ne s’en libérer qu’à regret une fois la dernière page tournée.
    Si les morts sont ici légion, certains peuvent encore parler et hanter le héros – comme le lecteur – tant qu’on n’a pas compris les motivations de son meurtrier. Une idée pour le moins originale et inattendue qui m’a énormément plu et nous offrent ainsi quelques scènes surprenantes et délicieusement décalées, éclairant au passage cette intrigue furieusement noire jusque dans sa thématique, à l’instar de ce Manhattanhenge qu’on découvre et admire entre ces pages, assis nous aussi sur le toit de l’Astor…
    Mais la vraie force du roman réside incontestablement dans ses protagonistes, abîmés par la vie, cabossés par le destin, campés avec force détails et beaucoup de personnalité, étoffés en profondeur pour les doter d’un supplément d’âme auquel on ne peut résister… Ainsi en est-il évidemment de Donnelli, Pfiffelmann et Mankato… Ainsi en est-il de New York aussi, personnage à part entière sans laquelle l’histoire n’aurait décidément pas la même splendeur, la même intensité, la même saveur ni la même densité.
    Servi par une plume percutante, fluide et efficace, un style sans concession teinté d’humour – noir autant que faire se peut -, le récit n’en est que plus palpitant, plus captivant, pas forcément pour ses révélations qu’on a parfois devinées, mais bien plutôt pour l’incroyable fresque urbaine qu’il parvient à exposer… Comme si on y était…

    (Chronique complète : https://deslivresetmoi7.fr/2021/03/chroniques-2021-manhattan-sunset-de-roy-braverman.html)

  • stokely 27 avril 2021
    Manhattan Sunset - Roy Braverman

    Avec cet auteur c’est quitte ou double pour moi, ici je pensais vraiment aimé le récit comme avec la précédente trilogie Hunter/Crow et Freeman. Ici tut a très bien commencé pour moi avec le corps d’une jeune fille retrouvé dans une casse de New York.

    L’enquête est confié à l’inspecteur Donelli celui-ci est "accompagné" de Pfiffelmann qui est le fantôme d’un collègue flic décéder qui le suit partout, décidément cette année c’est la seconde lecture ou un personnage se fait suivre par un fantôme dans mes lectures.

    J’ai aimé suivre ce binôme mais également d’autres personnages comme celui d’Escobar, de Gouda, de Bleue Bite ils nt effectivement tout de même pour beaucoup d’entre eux des pseudos plutôt étrange.

    J’ai aimé la relation entre Gouda et Donnelli notamment et certaines choses évoqués sur une des victimes qui vient du passé de celui-ci.

    Cependant j’ai trouvé qu’au milieu du récit le rythme s’essouffle et je ne croyais plus tellement à ma lecture, j’ai cependant aimé l’humour amené par certains personnages et la description de la ville de New York effectué par l’auteur mais le côté enquête ne m’a pas convaincu jusqu’à la fin du récit.

  • kris_k 11 avril 2021
    Manhattan Sunset - Roy Braverman

    C’est avec Manhattan Sunset que je découvre cet auteur et je ne savais pas qu’il était connu sous le pseudo de Ian Manook.
    Bon ben moi qui voulait lire cet auteur, sans le savoir, c’est chose faite et j’en suis ravie !

    Dans cette histoire on retrouve l’inspecteur Donelli, NYPD, qui va se retrouver sur une enquête de la mort atroce d’une fillette. Chose particulière Donelli parle seule… enfin non pas vraiment, c’est juste que les autres ne voient pas qu’au fait il parle à son ancien coéquipier mort récemment.
    C’est donc avec un début un peu hors du commun que j’ai commencé ce livre, j’avoue avoir été déstabilisé au tout début, mais une fois que mon franc est tombé, j’ai vite été embarqué par cette histoire assez folle et pleine de rebondissements, surtout la fin.
    J’ai casi lu ce livre d’une traite, avec des chapitres courts, une écriture facile on a ici une histoire qui se laisse lire facilement et en plus on y retrouve une touche d’humour, qui m’a fait rire à certains moments. (mon mari se demandait quoi lol)
    Les personnages sont assez attachants, surtout Donelli, on se lie facilement à lui et puis son coéquipier qui ne le lâche pas font que certaines scènes sont assez drôles.

    En conclusion un très chouette livre, que j’ai beaucoup aimé lire et ou j’ai passé un bon moment, et une mention spéciale pour la belle couverture que j’aime beaucoup ainsi que le titre, c’est d’ailleurs ces deux qui m’ont donné envie de lire ce livre !

    Merci à #NetGalley et #HugoThriller pour cette chouette découverte ainsi que leur confiance !
    #ManhattanSunset

  • angelita 27 mars 2021
    Manhattan Sunset - Roy Braverman

    Manhattan Sunset de Roy Braverman, présentation
    Une petite fille de 10 – 12 ans est retrouvée morte dans une casse automobile. Est-ce une tournante entre ados avec alcool et violences ?

    Le coéquipier de Donnelly est mort trois semaines plus tôt. Son esprit le hante et ils échangent énormément.

    Mankato est la nouvelle équipière de Donnelly.

    Avis Manhattan Sunset de Roy Braverman

    2021 sera l’année Roy Braverman – Ian Manook avec deux ou trois romans en parution. Ça y est, déjà un de lu. Depuis ma découverte de la trilogie Yeruldegger, je ne rate aucun des romans de cet auteur. J’adhère aux histoires avec plus ou moins de succès mais dans l’ensemble, je ne trouve rien à redire. Ici, c’est le cas. Roy Braverman nous emmène à New York, théâtre de nombreux romans lus dernièrement pour ma part. Nous avons toujours chez les auteurs et les personnages un véritable amour pour cette grande ville. Mais à chaque fois, je découvre des éléments de New York grâce aux visites effectuées par les auteurs.

    Pas d’ennui dans ce roman, je dois l’avouer même si ce n’est pas un véritable coup de coeur. Je me suis un peu perdue dans certains personnages, c’est-à-dire noms et emplois. Il a fallu que j’arrive vraiment vers la fin pour m’y faire.

    Nous avons un flic du NYPD, Donnelly, dont le coéquipier est mort il y a trois semaines. Est-ce la faute de Donnelly ou de son coéquipier qui n’a pas attendu Donnelly ? En tous les cas, Donnelly va avoir affaire à son fantôme. Quelques scènes rocambolesques, quelques scènes qui prêtent à sourire, également, quelques scènes qui permettent à Donnelly d’avancer dans ses enquêtes et aussi quelques scènes tendres. Enquêtes au pluriel, oui, car il y en a deux, la découverte du corps d’une petite fille profondément mutilée et le décès de l’ex femme de Donnelly. D’un côté des Lituaniens bien installés, une véritable mafia et de l’autre côté une vengeance qui se révèle personnelle. Pour cette dernière, le lecteur s’en doute pratiquement dès le début. Lorsque Roy Braverman laisse un indice quant à l’auteur de cette vengeance, j’ai compris très vite qui cela pourrait être. D’autres lecteurs l’ont peut-être vu venir avant mais pas moi. Trafic d’être humains, trafic d’enfants, décès non expliqués, meurtres, beaucoup pensent passer par les mailles du filet en émigrant aux Etats-Unis, mais la vengeance peut être implacable.

    Donnelly a donc maintenant une nouvelle coéquipière qui le recadre très vite car Donnelly est tout de même macho et ses paroles ne sont pas toujours bien reçues. Il n’y a pas qu’elle qui le recadre. En tous les cas, il en a bien besoin, même s’il s’en moque un peu. Son caractère est connu de tous. Il n’a jamais évolué professionnellement suite au décès d’un de ses collègues. Quand il a quelque chose à dire, il le fait.

    Toujours le style Roy Braverman – Ian Manook dont les titres de chaque chapitre constituent les derniers mots du chapitre en cours. J’ai beaucoup aimé l’enquête car avec des enquêteurs aussi opiniâtres, qui se complètent, plus le fantôme, ils ne se laissent vraiment pas faire même si le FBI est là. Comment tenter de faire taire la vérité quand la petite fille n’est plus ? Cela me fait penser à la disparition de la petite Maddy, en Espagne, qui n’a jamais été retrouvée. J’espère que rien ne lui est arrivé comme le raconte Roy Braverman. Nous avons également pas mal d’humour malgré cette histoire qui peut se révéler difficile pour ceux qui l’ont vécue.

    Je remercie Françoise Manoukian, l’épouse de Roy Braverman – Ian Manook, pour toutes les news qu’elle donne sur son compte IG.

  • Maks 27 mars 2021
    Manhattan Sunset - Roy Braverman

    Déjà nous commençons avec une magnifique couverture qui donne envie de lire ce thriller, je vous laisse apprécier, en tout cas moi je l’adore et elle représente bien l’ambiance du récit !

    Roy Braverman (alias Ian Manook) nous propose ici une histoire entre thriller et polar, il y a des morts, de l’action mais aussi une double enquête menée par un inspecteur du NYPD alcoolique et blasé suite à la mort de son dernier partenaire, qu’il voit en fantôme tout en sachant que c’est entièrement dans sa tête, il parle seul et se fiche bien qu’on l’entende s’engueuler avec son collègue mort.

    L’enquête va mener sur la mort du collègue en question dont "Donnelli" est en parti responsable par négligence mais pas que.

    Une seconde enquête est menée sur le meurtre atroce d’une jeune fille retrouvée défigurée et inidentifiable.

    La mafia lituanienne est de la partie et les deux enquêtes s’entrecroisent sans que cela soit déstabilisant pour le lecteur.

    L’écriture est bonne, comme dans la trilogie de Roy Braverman "Hunter, Crow, Freeman", c’est précis, sans détours et l’humour est présent sans être graveleux.

    Les personnages m’ont vraiment plus même s’ils ne sont pas forcément très originaux, ils ont un pouvoir emphatique sur le lecteur.

    Nous sommes sur un bon roman en plein cœur de New-York qui plaira à un large public.

    https://unbouquinsinonrien.blogspot.com/2021/03/manhattan-sunset-roy-braverman.html

  • reb_books 23 mars 2021
    Manhattan Sunset - Roy Braverman

    L’inspecteur Donnelli et sa collègue Mankato enquêtent sur la mort très brutale d’une gamine, retrouvée dans une casse automobile. En parallèle, d’autres crimes semblent être liés de près à l’inspecteur qui va chercher à comprendre…

    Le récit s’ouvre sur la découverte du corps d’une enfant, atrocement mutilée. J’avoue avoir eu du mal au début, je ne suis pourtant pas très sensible mais la dureté de cette première scène de crime donne le ton. Après la lecture de plusieurs polars nordiques calmes où on ne voit pas l’ombre d’une arme à feu, Manhattan Sunset nous plonge dans un tout autre univers. Je me suis sentie comme dans une série américaine , les flics dégainent à tout bout de champ, une nécessité dans certains coins de la ville où sévissent les pires ordures, les clans, les mafias de tous pays, le tout concentré dans une zone très restreinte. Je pense que c’est malheureusement une réalité bien présente pour les flics de grandes villes des Etats-Unis.

    L’ambiance sombre est un peu sauvée par les personnages attachants et le côté fantastique avec le fantôme de Pfiffelman, le dernier co-équipier de Donnelli qui le hante et provoque des situations parfois cocasses. J’ai aussi aimé retourner à New York au travers des pages, cette ville indescriptible qui m’avait fascinée : belle, gigantesque, imposante, vibrante, grouillante, intrigante. L’auteur en parle très bien, entre fascination et déchéance et évoque notamment le Manhattanhenge, ce moment où le soleil, deux fois par an, se couche parfaitement aligné sur la 42ème rue, un petit moment de magie dans cet jungle de béton.

    Pour en revenir au récit, ne vous attendez pas à des miracles, l’histoire est sombre, très dure, les gens tombent comme des mouches sous les tirs. J’ai trouvé malheureusement la fin un peu confuse, je ne sais pas si j’ai tout compris, les alliances et liens entre la mafia russe, les Lituaniens, FBI, MI-6 et les flics du NYPD m’ont un peu perdue.

    En résumé, un polar addictif, prenant, très bien écrit mais un peu trop sombre à mon goût

  • ju_se_livre 6 mars 2021
    Manhattan Sunset - Roy Braverman

    Après la trilogie comprenant Hunter, Crow et l’excellentissime Freeman, Roy Braverman est enfin de retour pour mon plus grand plaisir.

    Et c’est un coup de cœur.

    Je ne sais comment exprimer toute mon admiration face à la plume de cet auteur. C’est à la fois particulier, poétique, complètement immersif et unique. Sans oublier toutes les petites touches humoristiques qui font sourire.

    Côté intrigue, totalement accro. Je l’ai dévoré. Mais ça c’est l’effet Roy Braverman. Si vous avez décidé de commencer ce livre, prévoyez du temps ou alors bon courage pour le reposer ! Tout s’enchaîne toujours à la perfection. Il arrive dès les premières pages à me projeter dans l’histoire ne me laissant plus qu’un seul et unique objectif : arriver à la fin.

    Et que dire des personnages ? Attachants, touchants aux personnalités diverses mais qui ne laissent pas indifférent.

    En bref, un vrai polar comme je les aime. Puissant, entraînant. Je vous recommande fortement de faire la connaissance de l’inspecteur Donnelli, d’entrer dans le monde de Roy Braverman qui sait si bien nous dépeindre cette violence sans manquer d’humour. Et c’est ça que j’aime chez lui.

  • Sharon 14 février 2021
    Manhattan Sunset - Roy Braverman

    Il en est des romans policiers comme des plats que l’on reçoit au restaurant. le nom et le descriptif vous ont plu, et une fois que vous le dégustez, vous vous rendez compte que ce livre n’était pas fait pour vous.
    Ce que j’ai aimé ? La présence fantomatique de Pfiffelmann, le coéquipier décédé de l’inspecteur Donnelli, l’inspecteur qui n’arrive jamais à temps, ou presque jamais. J’ai aimé ses interventions, lui qui n’a (presque) plus rien à perdre, puisqu’il a déjà perdu la vie, lui qui tente de se faire comprendre de Donnelli, qui a fort à faire avec les enquêtes en cours, et celles qu’on ne veut surtout pas qu’il suive. La justice ? Elle ne semble plus vraiment au programme, remplacée par les luttes de pouvoir entre différents services, entre la volonté de préserver des intérêts autre que ceux de la vérité – ne parlons même pas des parents éplorés qui ne sauront jamais ce qui est arrivé à leur enfant.
    Ce que je n’ai pas aimé ? L’extrême violence. Les situations sanglantes, tragiques, dramatiques, s’enchaînent, sans que jamais l’espoir ne soit au bout du chemin, ou au bout de la nuit. La résilience ? Elle n’est pas envisagée. Vivre avec l’absence, vivre avec la douleur ne semble pas non plus possible. Manhattan sunset décrit un monde où aucune issue un tant soit peu positive ne semble possible.
    Manhattan sunset – un roman à réserver à un public averti.

  • loeilnoir 8 février 2021
    Manhattan Sunset - Roy Braverman

    Je découvre Manhattan Sunset de Roy Braverman alias Ian Manook grâce aux Editions Hugo Thriller via Net Galley que je remercie au passage pour cette lecture. J’avais beaucoup apprécié la nouvelle La fille aux allumettes parue dans le recueil Storia, et je m’étais alors promis de découvrir plus amplement l’auteur dans ses romans. Je suis ravie de ma découverte, Manhattan Sunset est un roman noir intense, émouvant et drôle. Pourtant le fond du récit est sordide : tout commence par la découverte dans une casse-auto du cadavre en partie brûlé et déchiqueté par des chiens d’une fillette… La scène se passe à New York (pas celui des touristes, ou alors il ne faut vraiment pas avoir de bol !). L’inspecteur Donnelli chargé de l’enquête se rend sur les lieux, accompagné de son surprenant collègue Pfiffelmann, qui le suit partout. Normal, me direz-vous pour un binôme de policiers ? A y regarder de plus près, non, car le dénommé Pfiffelmann est mort en service trois semaines plus tôt…

    Le seul policier schizophrène auquel je puis faire référence s’appelle Franck Sharko… L’inspecteur Donnelli le vaut bien et je vous assure que les dialogues qui découlent de l’étonnante relation qu’il entretient avec son collègue fantôme sont extrêmement drôles, parfois touchants, et entraînent le lecteur dans l’intégralité du récit. L’enquête ou plutôt la double enquête, d’une part le meurtre de cette jeune fille et de l’autre les circonstances non élucidées de la mort de Pfiffelmann, passent même en arrière plan, tant les personnages y compris secondaires sont truculents et font tout le charme de ce roman. C’est en tout cas l’impression que j’ai eu durant ma lecture, bien que le sujet de fond – le trafic d’enfant- soit passionnant et bien traité. L’écriture est frénétique, donnant l’impression d’aimanter nos doigt pour qu’ils restent scellés au livre ! Un moment de répit, de magie, dans cette enquête lorsque les personnages admirent le « Manhattanhenge », l’alignement parfait du soleil couchant avec certaines rues de Manhattan, évènement à ne pas rater qui arrive deux fois par an…

    J’ai donc aimé l’originalité de ce roman, dans lequel évoluent des personnages drôles et attachants, ainsi que l’écriture addictive de l’auteur, dont je me ferai un plaisir de lire les autres romans…

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.