Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Mato Grosso - Ian Manook

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Mato Grosso. Une odeur sauvage de terre trop riche et d’humus brun. La beauté vénéneuse de la jungle dans laquelle on s’enfonce jusqu’à s’y noyer. La violence du ciel et la moiteur des nuits. L’amour qui rend fou et la mort… incontournable.
Est-ce pour faire la paix avec lui-même que Haret, écrivain bourlingueur, est revenu après un exil de trente ans ? Est-ce parce qu’il a le sentiment que c’est la dernière fois ?
Dans un Brésil luxuriant jusqu’à l’étouffement, peuplé d’aventuriers, de trafiquants et de flics corrompus, le nouveau roman de l’auteur de Yeruldegger nous ensorcelle et nous prend à la gorge.

Vos #AvisPolar

  • 1001histoires 6 février 2019
    Mato Grosso - Ian Manook

    "Mato Grosso" est un roman écrit par Ian MANOOK et publié en 2017 chez Albin Michel. L’auteur nous a déjà offert une courte incursion dans le Pantanal avant un "Retour à Biarritz".

    Le Pantanal dans le Mato Grosso est une région qui compte tout particulièrement parmi les nombreux souvenirs de voyages de Ian Manook. "Je suis devenu fou de ce pays". Ce roman fourmille de souvenirs personnels illustrant une fiction habile sur fond d’hommage à Stefan Zweig.

    Avril 2006, l’écrivain Jacques Haret retrouve le Brésil trente ans après un premier séjour. Il se rend à Petrópolis non loin de Rio, dans la maison où Stefen Zweig et son épouse ont choisi de mourir. Dans cette maison Antônio Figueiras l’attend, ils se sont connus trente ans avant. Que s’est-il passé en 1976 dans le Mato Grosso ? Jacques Haret / Ian Manook l’a raconté dans un récit intitulé "Un roman brésilien".

    Le Mato Grosso en 1976 : "un reste de dictature, une censure d’Etat avec des indicateurs et des mouchards partout ... C’est un peu le Far-West, tout le monde est armé ... Les indiens ont été décimés". On y commet aussi des crimes d’honneur. Le Pantanal est un immense marais dans le Mato Grosso. La nature y est belle et sauvage. Ian Manook trouve les mots pour que le lecteur puisse aimer à son tour une flore luxuriante et colorée, la faune aussi discrète que dangereuse. Dans ce marais l’air y est poisseux et malodorant mais envoûtant.

    En mars et avril 1976, le Pantanal a connu une inondation historique. Jacques Haret se joint à une expédition montée par un journaliste qui souhaite profiter des eaux qui recouvrent tout pour suivre le tracé de la future route Transpantanaire. Le fleuve Paraguay, en crue, emmène les voyageurs en pirogue vers la frontière avec la Bolivie.

    L’expédition part de Cuiabá où Jacques rencontre Angèle, Everaldo da Souza et Santana inspecteur de la Police fédérale. Suivront trente jours de pirogue. Trente jour pour découvrir cette contrée et l’aimer jusqu’à en devenir fou. Jacques va aussi aimer Angèle jusqu’à en devenir fou, jusqu’à commettre un crime d’honneur. C’est ce crime que Ian Manook a déjà mis en scène dans la nouvelle "Retour à Biarritz".

    La lecture du livre relatant les évênements de 1976 alterne avec les conversations de 2006 entre Jacques Haret et Antônio Figueiras. L’auteur du "Roman brésilien" a-t-il modifié la réalité ? Quelle est la liberté d’un auteur ? Quels artifices peut-il utiliser ? Qu’est ce que la vérité d’un auteur ?

    Ian Manook nous offre un roman très personnel. C’est un récit dans lequel il parle de la nature qui l’a fasciné, paroles spontanées où se mêlent mots savants d’un naturaliste et phrases simples qui viennent du fond du coeur. Il ajoute à ce témoignage une fiction très noire avec une fin tragique, c’est la liberté de l’auteur et Ian Manook réussit magnifiquement cette alchimie. "Mato Grosso" est un récit à apprécier, lentement, en se laissant imprégner des odeurs et des bruits de la jungle découverts depuis une pirogue glissant langoureusement sur l’eau.

    http://romans-policiers-des-cinq-continents.over-blog.com/2018/08/mato-grosso-auteur-ian-manook.html

  • Kirzy 29 avril 2019
    Mato Grosso - Ian Manook

    Je suis triste de ne pouvoir dire du bien de ce roman. J’ai adoré la trilogie Yeruldelgger et trouvé passionnant de me plonger dans un roman qui s’éloigne de ce qui a fait le succès de son auteur.
    Je suis perplexe. J’ai failli moultes fois lâcher ce livre et pourtant l’intrigue est excellente, portée par une structure narrative de mise en abyme peu explorée dans le roman noir : 2006 voit le retour d’un écrivain au Brésil, rattrapé par un meurtre qu’il a commis 30 ans auparavant ; 1976 le temps de son roman dans lequel il raconte son crime.
    Tout tombe à plat alors que tout aurait du être poisseux et archi tendu. Les dialogues de ce pokeur menteur sonnent complètement faux. Restent quelques belles pages sur la jungle amazonienne et sa faune.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.