Prix SNCF du polar : Grossir le ciel, de Franck Bouysse

Galerie photos

spip-bandeau
spip-slider
  • murielb34 8 mars 2018
    Prix SNCF du polar : Grossir le ciel, de Franck Bouysse

    Ce roman avait tout pour me déplaire : court, lent, avec peu de personnages, se déroulant en milieu rural. Et pourtant …

    Et pourtant il a suffi de quelques pages pour que je me retrouve embarquée dans l’histoire de ce paysan isolé dans les Cévennes, vivant chichement de sa ferme. Un paysan solitaire qui ne s’intéresse qu’à ses terres, ses animaux, qui n’a de lien avec personne excepté son voisin (un autre paysan solitaire comme lui, taciturne comme lui, juste un peu plus âgé), et son chien (qu’il semble aimer bien plus que la plupart des humains) . Un paysan qui connait par cœur les moindres bruits et traces de son coin de montagne, et qui un jour va être surpris, par un bruit différent, des traces qui sortent de l’ordinaire. Ces petites choses vont titiller sa curiosité et le faire sortir d’un quotidien bien organisé, plutôt terne, mais qui jusqu’ici semblait lui convenir.

    Voici le point de départ d’un récit, qui, comme un puzzle dont les pièces s’assemblent lentement pour former une image précise, va petit à petit dévoiler les non-dits, faire revenir en surface les souvenirs plus ou moins enfouis. Ce puzzle va nous dévoiler des vies durant lesquelles la violence côtoie le silence, et le sordide les plus beaux des sentiments. Et tout comme ces puzzles que nous assemblons sans disposer du modèle, à l’aveugle, c’est seulement avec les toutes dernières pièces, les toutes dernières pages, que nous pourrons découvrir l’image finale, comprendre l’histoire dans sa totalité.

    Derrière la brutalité des faits décrits, ce roman se révèle finalement d’une incroyable finesse. Il laisse lentement apparaitre les différents éléments qui constituent sa trame, sans changement de rythme, sans accélération ni réels rebondissements, mais par touches successives, détails après détails. Nous sommes vraiment très loin d’un page turner, et pourtant il réussit à accrocher et vous emmener avec lui, car vous tenez à comprendre le pourquoi du comment, les tenants et aboutissants de tout ceci. Comme Gus, vous allez vous interroger, piétiner, faire du sur place, croire que… , et ce jusqu’au dénouement.

    La plume de l’auteur apporte aussi beaucoup. Elle est très particulière, assez unique, maniant les mots avec une justesse étonnante. Les expressions et tournures de phrases, qui paraissent de prime abord particulièrement bruts et sans fards, sont en fait choisies avec soin pour nous décrire les relations entre les personnages, et bien nous faire comprendre la vision qu’ils ont du monde et de leur vie. Une plume à part, qui peut déranger, déstabiliser, repousser ou vous prendre au piège de son étrangeté, ce qui fut mon cas.

    Vous l’avez compris, j’ai adoré ce roman sombre et sobre, que je vous recommande donc vivement !

Votre commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.