PRIX SNCF DU POLAR : trois raisons d’aimer chacun des livres de la sélection.

Cette année encore, il est difficile de deviner qui sera le vainqueur de la catégorie roman du PRIX SNCF DU POLAR. Voici trois raisons d’aimer chacun des nominés.

911 - Shannon BURKE
1- Parce que l’intrigue se déroule dans les quartiers difficiles de New York. La grosse pomme est le cadre idéal pour un polar. C’est une ville qui attire chaque année des millions de touristes et qui a servi de cadre à de nombreux romans fameux comme Manhattan Marilyn de Philippe Laguerre, Le grenier des enfers de Preston Child, La promesse des ténèbres de Maxime Chattam, Les Anges de New York de R. J. Ellory ou bien encore le méconnu Nocturnes de Laurent Fétis. On a pris un énorme plaisir à replonger dans ce cadre si loin et si familier.

2- Parce que c’est un roman qui ne s’oublie pas. Avec 911, on est dans le quotidien des ambulanciers des quartiers difficiles de New York, et ce quotidien est loin d’être rose. C’est un choc pour nous comme pour le héros. La misère, la violence et la mort sont le lot de ceux qui se dévouent dans ces quartiers. Le roman leur rend hommage et donne à réfléchir.

3- Parce que le héros va vous marquer. Lui aussi va prendre la réalité en pleine face. Au départ trop gentil, trop empathique avec les gens qu’il vient aider, il va devoir apprendre à rester à distance, au risque de se perdre. C’est un roman dur, un roman vrai, un de ceux qui sont autant des récits que des révélateurs de la réalité.

Grossir le ciel - Franck Bouysse
1-Pour son cadre d’abord. Grossir le ciel, c’est une plongée dans les Cévennes, une région aussi belle que sauvage, dans un petit village hors du temps. Quand l’impossible survient, ce cadre pastoral explose entre les tensions, les mensonges et les contre-vérités. Avec ce décor, il prouve s’il en était encore besoin que le polar est à l’aise partout, dans les villes comme dans les campagnes. L’âme noire du monde ne se mesure pas à la densité de la population...

2-Pour son intrigue ensuite. Franck Bouysse tisse sa toile progressivement, enroulant les fils d’une histoire qui semble simple et qui pourtant est forte et riche. C’est un tour de force presque poétique par moment. Et les Cévennes n’y sont pas pour rien.

3-Pour ses personnages enfin. Gus et Abel sont deux paysans dont les fermes sont très proches. Mais leur amitié est mise à mal par la disparition de l’abbé Pierre. Franck Bouysse ne juge pas, il se content d’explorer les méandres de leurs relations et de leurs réactions. Et à aucun moment il ne sombre dans la caricature. Ses héros sont vrais, et c’est ce qui rend le roman puissant.

Gravesend - William Boyle
1-Un polar qui démonte, un peu, les idées reçues. Son héros, Conway, cherche à sa sortie de prison à venger son frère, tué 16 ans plus tôt. Et ce gros dur se moque bien de l’homosexualité du disparu. Ce n’est pas une circonstance atténuante puisque c’était même la raison du harcèlement d’une bande de voyous à son encontre. La vengeance entre malfrats se moque bien des préférences sexuelles pour une fois. Tant mieux.

2-Un polar qui a son propre rythme. Tantôt trépidant, tantôt plus calme, William Boyle nous mène totalement en bateau, rythmant son intrigue au fil des scènes d’action ou des moments de découverte de ce Brooklyn pauvre dans lequel les nationalités se mélangent. Et au moment où l’on suit tranquillement l’histoire, il nous réveille avec un moment choc...

3-Un polar qui est un premier roman. Avec Gravesend, William Boyle a publié en 2013 ce qui est pour le moment son seul roman. Il a simplement écrit un recueil de nouvelles mais pas plus. Autant dire qu’il ne faut pas rater ce titre. Et vous pourrez dire plus tard que vous suivez l’auteur depuis ses débuts...

Les Arpenteurs - Kim Zupan
1-Parce que c’est l’histoire d’une amitié. D’un côté John, 77 ans, qui attend son procès dans une prison du Montana. De l’autre, Val, l’adjoint du shérif qui chaque nuit va discuter avec le malfrat. Flic et voyou se parlent, se confient, se réconfortent. Evidemment il y a aussi un peu de manipulation, de manœuvres pour obtenir quelque chose. Mais il y a aussi deux êtres que tout sépare et qui pourtant, sont plus proches que prévus.

2-Parce que l’on connait l’assassin dès le départ (John) mais qu’on dévore pourtant les chapitres. Les Arpenteurs est la preuve qu’un polar n’est pas nécessairement une série de scènes d’action jusqu’à ce que le meurtrier soit arrêté. Ici c’est beaucoup plus fin, bien plus savoureux. Pas mal pour un premier roman.

3-Parce que c’est la nuit que tout se passe. Val ne rejoint John qu’après le coucher du soleil, lorsque le silence s’abat sur la prison et que les heures s’allongent dans la pénombre. C’est le moment parfait pour toutes les confidences et les souvenirs. Et le plus hanté n’est pas forcément celui que l’on croit.

Pur - Antoine Chainas
1-Parce que le scénario est prenant. Alors qu’un sniper prend pour cible sur l’autoroute des immigrés, le véhicule de Patrick a un accident de la route dans lequel il perd sa femme. Pourtant tous les deux sont blancs. A-t-il été victime du sniper et pourquoi ? Ou bien d’arabes comme il le pense et le dit ? Un roman saisissant et étonnant.

2-Parce qu’il parle de racisme. Ils ne sont pas si nombreux les polars qui abordent le sujet de front malgré une actualité brûlante. Il le fait de manière forte, mettant les lecteurs face à leur envie de sécurité. D’ailleurs il est question de repli sur soi et de bonnes intentions.

3-Parce que c’est un polar matinée d’anticipation. En décalant légèrement son intrigue dans un monde proche du notre, Antoine Chainas utilise un procédé bien connu des romanciers de science-fiction : grossir certains traits de notre société pour mieux les mettre en question. Ici c’est parfaitement maîtrisé. Cette réalité n’est pas tout à fait la notre, elle en est très proche et cela n’en est que plus flippant. C’est parfaitement réalisé et grandiose.

Galerie photos

Votre commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?