Texto - Dmitry Glukhovsky

Notez
Notes des internautes
8
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Il est des gens qui laissent une trace derrière eux, et il y a ceux dont il ne reste rien.

Le smartphone sait tout de nous : notre quotidien, nos vices, nos amours, nos espoirs, nos secrets inavouables. Mon smartphone est moi. Si quelqu’un s’en empare, il devient moi aux yeux de tous. Le temps que l’imposture soit découverte, il est trop tard. Pour tout le monde.

Haletant, sombre, émouvant et engagé, le nouveau roman d’un des prodiges de la nouvelle génération d’écrivains russes.

Pour aller plus loin

Vos avis

  • bookliseuse 3 janvier 2019
    Texto - Dmitry Glukhovsky

    Ilya, 27 ans, rentre à Moscou après 7 ans passé dans un camp pénitentiaire en Sibérie.

    Victime d’un complot de la part d’un policier véreux, promis à un brillant avenir, il a tout perdu, n’a pas fini ses études de littératures et sa petite amie l’a quitté durant son incarcération. Il n’a pourtant pas de désir de vengeance. Il souhaite juste retrouver sa mère, et recommencer une nouvelle vie.

    Mais tout change quand il découvre que sa mère est décédée 2 jours avant sa libération.

    Il décide de retrouver Piotr Yurievitcj Khazine, le policier qui l’a fait incarcérer injustement. Pendant qu’il croupissait en prison, le policier vivait tranquillement montant allègrement les échelons de la hiérarchie en affichant sa réussite sociale en public sur les réseaux sociaux.

    En s’emparant de son téléphone, Ilya découvre une grande partie de sa vie, sa relation amoureuse avec Nina, ses trafics, les relations qu’il entretenait avec ses amis, collègues et ses parents. Il rentre peu à peu dans la vie de Piotr, vit sa vie par procuration comme s’il rattrapait les 7 années qu’il a perdues en prison. On se demande comment quelqu’un d’un minimum intelligent peut accumuler autant de données personnelles dans un si petit objet facile à dérober.

    Un livre noir, avec un personnage principal qui sombre dans la noirceur juste parce-qu’il était au mauvais endroit au mauvais moment et que par amour il était prêt à affronter toutes les injustices. Cet homme avait tout pour être heureux. Ce livre m’a glacé d"effroi, choqué, en effet à tout moment chacun de nous peut tout perdre juste car il aura fait un mauvais choix, aura était au mauvais endroit, aura rencontré la mauvaise personne...

    Un livre qui ne vous laissera pas indifférent, vous plongeant tête la première dans un Moscou sombre, ou la corruption règne en toute impunité, et où l’argent, la drogue et la violence détruisent tout sur leur passage !

  • unevietoutesimple 4 janvier 2019
    Texto - Dmitry Glukhovsky

    J’ai tout d’abord été attirée par la couverture dont je trouve le visuel très mystérieux, et puis j’ai lu le sujet du roman qui m’a intriguée.

    Je n’ai pas accroché tout de suite, j’ai eu besoin d’un petit temps d’adaptation que ce soit au niveau des noms (les noms russes sont difficiles à lire et à retenir) qu’en ce qui concerne l’histoire car je me demandais où cela allait me mener. Et puis tout à coup, j’ai été happée par l’histoire au point d’avoir du mal à lâcher le livre.

    Je ne vais pas entrer dans les détails de l’intrigue car je trouve qu’il est difficile d’en parler sans trop en dévoiler (et bookliseuse l’a très bien fait dans son avis) alors je vais plutôt me centrer sur mon ressenti.

    Pour faire court, on suit Ilya qui sort de prison. Les choses ne se déroulent pas comme il s’attendait et il tombe sur le policier à qui il doit son arrestation 7 ans plus tôt. Il le tue et s’empare de son smartphone. A partir de là, il va se faire passer pour cet homme à travers les messages envoyés via le smartphone.

    Au fur et à mesure que j’avançais dans l’histoire, je ne me suis plus sentie comme une lectrice, j’étais à côté d’Ilya, à lire les textos par dessus son épaule. Je me suis prise au jeu de cette certaine forme de voyeurisme. Je voulais en découvrir plus sur Khazine (le policier), sur ce qu’il était vraiment au-delà de ce qu’Ilya pouvait penser de lui.

    Je voulais savoir comment Ilya allait sortir du pétrin dans lequel il s’était fourré parce que dans toute cette histoire, celui-ci joue avec le feu. Allait-il finir par se brûler ? Et si oui, jusqu’à quel point ? J’ai souvent eu peur pour lui, j’avais envie de lui dire qu’il était (trop) imprudent, de couper le GPS, qu’il devait tout arrêter avant qu’il ne soit trop tard...

    Cette histoire est vraiment prenante et différente de ce que j’ai pu lire jusqu’à présent et c’est ce qui fait sa force. Dmitry Glukhosvky a su y mêler suspense et émotions, tout comme il a su titiller le côté voyeur qui sommeille en nous. C’est vraiment une très belle surprise et même un coup de cœur inattendu en ce qui me concerne.

  • Sonia Boulimique des Livres 5 janvier 2019
    Texto - Dmitry Glukhovsky

    Avec ce roman, nous plongeons dans la Russie actuelle, nous découvrons Moscou, ville étonnante, colorée, bigarrée, tellement discordante et hétéroclite que chacun y trouve sa place.

    Ilya va devenir notre guide touristique, enfin, pas si touristique que cela. Disons plutôt que nous allons le suivre dans ses péripéties, et quelles péripéties !!

    Ilya sort de prison après avoir purgé sa peine pour trafic de drogue. N’ayant aucun endroit où aller, il retourne naturellement chez sa mère. Or celle-ci est morte d’un infarctus deux jours auparavant.

    Ilya a passé 7 ans dans la zone, cette prison qui l’a forgé, mais qui l’a également détruit. Car il est innocent. En effet, c’est suite à une altercation avec Piotr Khazine (Pétia) qu’il a été arrêté. La mort de sa mère va le faire basculer définitivement du côté obscur.

    Sa vengeance va prendre une tournure inédite. Avec la vodka comme seule amie, dans cet appartement ouvert aux 4 vents, il va se réfugier dans le téléphone portable de Pétia, dissolver peu à peu sa vie dans celle de sa victime, avec comme objectif final trouver suffisamment d’argent pour offrir de belles obsèques à sa mère. Progressivement, le rêve va devenir réalité, la frontière entre le chasseur, la proie, va devenir de plus en plus ténue. Mais il va s’engluer dans une toile d’araignée sans espoir de retour en arrière.

    Son interaction avec les proches de Pétia est terrifiante. Avec de simples SMS il va changer le cours de leur vie.

    Le lecteur se prend au jeu de cette immersion dans la vie de Pétia, de rassembler toutes les pièces du puzzle, avec l’aide du contenu du téléphone. Et c’est un véritable casse-tête, car Pétia n’est pas aussi honnête que tout le laissait penser. Ilya va lever le voile sur cette personnalité d’apparence banale mais au final d’une telle noirceur.

    La trame est diaboliquement bien construite. Et novatrice. Où comment faire passer un téléphone mobile pour personnage principal. J’ai trouvé cela très pertinent. Et horriblement addictif. J’avais envie de me substituer à Ilya pour fouiller le téléphone de Pétia.

    Ce livre est une claque car il nous plonge dans autre chose. C’est différent de tout ce que j’ai pu lire jusqu’à présent. L’atmosphère nous oppresse, on se descendrait bien une petite vodka dans le gosier pour nous aider. Pétia m’a accaparé l’esprit durant ces heures de lecture.

    Sans filtres ni tabou, ce roman nous fait réfléchir. Sur la place des mobiles dans notre vie, tout d’abord, mais aussi sur les choix que nous sommes amenés à faire tout au long de notre vie, ou encore sur la béquille que peut être notre "vie virtuelle". Ilya n’essaie-t-il pas d’ailleurs de trouver ce qui lui manque à travers la vie de Pétia ? Et à votre avis, est-ce plus facile de tuer que de pardonner ?

    Un voyage inédit au milieu de l’hiver moscovite et au plus profond de la noirceur humaine, enrobé du paradoxe de la vie virtuelle que tout le monde se construit, reflet de notre société. Voilà ce que nous propose Dmitry. Je ne peux que vous le conseiller ! Et croyez-moi, vous ne regarderez plus jamais votre portable de la même manière !!

  • universpolars 8 janvier 2019
    Texto - Dmitry Glukhovsky

    Récit atypique et plutôt pertinent !

    L’auteur nous emmène dans un Moscou accueillant et austère à la fois, beau et repoussant, ou encore libre et restrictif : cette ville est un vrai paradoxe à elle toute seule. Ce qui n’est par contre pas négociable, c’est ce froid qui vous glace les doigts rien qu’en tournant les pages !

    Ce froid, qui s’engouffrera jusqu’au fond de vos entrailles, ne proviendra pas que de la météo.

    L’injustice, qui nous éclate à la gueule au début de cette histoire, ne se négociera pas non plus. Cet élément sera le point de départ d’une glissante descente aux enfers d’un homme libre, physiquement, mais totalement asphyxié par la situation.

    Libre, Ilya - le personnage principal - l’est depuis peu, après sept ans d’incarcération. Moscou et ses environs redeviennent sa terre, mais plus comme avant, évidemment. Les choses ont changé, les circonstances ne sont plus les mêmes, certaines personnes non plus. Ilya a perdu plus que sa liberté.

    C’est au son métallique des convois ferroviaires et à l’odeur de crasse et de pisse de la capitale que nous le suivons, jusqu’au dernier métro, jusqu’au dernier train qui le ramènera chez lui, à Lobnia, la banlieue de Moscou.

    Ilya a retrouvé la liberté mais, en contrepartie - comme s’il devait toujours y en avoir une ! -, il a absolument tout perdu. Un acte désespéré et totalement non assumé va le forcer à prendre des décisions tout autant désespérées. De toute manière, il n’a plus rien à perdre.

    L’auteur russe nous enfouit avec moult détails dans cet environnement particulier qu’est la Russie, en particulier Moscou. Tout semble parfois figé dans le temps - sauf la neige qui tombe -, à l’image de l’architecture, encore une fois, très austère. L’écho de la guerre résonne encore un peu dans ces dédales de bétons et de briques que nous empruntons.

    Le pessimisme prédomine dans ce récit noir, tragique et dur. L’auteur, avec une écriture maîtrisée et riche, nous parachute sur un chemin accidenté et difficile. Il ne le sera pas forcément pour nous, lecteurs, mais bien pour cet homme que nous suivons avec grande curiosité. Un chemin, finalement, qui aboutira sur une multitude d’embranchements.

    Le titre, « texto », va évidemment prendre tout son sens, l’exploitation d’un portable devenant le nerf de ce récit. Cette pratique intrusive va diriger l’histoire vers une direction incertaine, hasardeuse et plutôt dangereuse, avec des conséquences irrémédiables. S’immiscer dans la vie des gens peut engendrer des séquelles surprenantes. Un smartphone peut en dire beaucoup plus sur une personne que la personne elle-même, surtout si en plus elle est morte !

    C’est de cette manière très particulière et plutôt surprenante que nous allons découvrir les protagonistes de ce récit. C’est de cette manière fascinante mais aussi piquante et émouvante que nous allons approcher et côtoyer certains univers, à savoir celui de ripoux peu scrupuleux, œuvrant à grands coups de magouilles, mêlant bakchichs et corruptions, mais aussi - et surtout ! - celui de relations intimes ou encore familiaux.

    Un téléphone portable va devenir plus qu’un confident, même beaucoup plus.

    L’auteur captera le lecteur avec des conversations, des photos ou des vidéos d’un portable. Nous prendrons franchement conscience que cet appareil, qui ne nous quitte plus pour la plupart, contient plus que notre vie : il emmagasine bien plus que ça, jusqu’à notre âme !

    Un IPhone va donc devenir un « élément d’enquête » puissant et pertinent, mais pas seulement. Ilya va vivre une vie « par procuration virtuelle », s’y enfouir, s’y identifier et peut-être même modifier le cours des choses. Ce côté-là du récit est touchant et, encore une fois, très pertinent.

    Tour au long de cette histoire, nous nous sentirons terriblement seuls, car nous absorberons la solitude d’Ilya. Ce personnage, qui vous sera fidèle jusqu’à la dernière page, qui vous exprimera tout, qui extériorisera toutes ses pensées, va prendre une grande place dans votre âme de lecteur.

    L’auteur, par les pensées de cet homme, par ses réflexions profondes et souvent très justes, nous révélera l’existence de valeurs fondamentales capitales ! Notamment le sens parfois étrange de la justice, les priorités de la vie, le respect de la mort, la valeur de la liberté ou encore le manque cruel de logique dans ce monde ! Et peut-être même l’amour.

    Ce récit est l’histoire de destins que l’on pense pouvoir changer. À juste titre, ou pas.

    Bonne lecture.

  • Les lectures de Maryline 14 janvier 2019
    Texto - Dmitry Glukhovsky

    Quand on m’a proposé ce roman, j’ai accepté tout de suite car le synopsis est vraiment très alléchant. A l’heure actuelle, nos téléphones sont si importants qu’ils sont notre vie, qu’ils nous reflètent bien souvent. Alors que se passe-t’il si quelqu’un nous le vole et se l’approprie ? Il devient nous aux yeux de tout le monde...

    Ilya sort de prison après 7 années d’enfermement. On comprend assez rapidement qu’il n’était pas coupable de ce dont on l’accusait alors on attend de savoir ce qu’il s’est réellement passé ce jour-là. Et quand on l’apprend, on se prend d’affection direct pour ce jeune homme à qui la vie souriait mais qui se retrouve aujourd’hui ex-taulard. De plus, pas de chance, en rentrant chez lui, sa vie bascule en apprenant que sa mère vient tout juste de mourir. Ilya devient fou ! Il décide donc, comme il n’a plus rien à perdre, de retrouver celui à cause de qui tout cela est arrivé : Petia. Mais sa vie va basculer lorsqu’il va le tuer et lui voler son portable. A partir de là, Ilya va devenir Petia, il va lire et découvrir ce qu’était sa vie, qui il était vraiment et va correspondre avec ceux qui appellent ou envoient des messages sur ce portable. Mais jusqu’où va-t’il pouvoir aller et combien de temps ?

    Je n’ai pas beaucoup adhéré à cette histoire assez abracadabrante. Ok, je comprends qu’Ilya ait voulu se venger et qu’il ait sombré dans la folie avec ce portable mais comment est-ce possible que personne ne se rende compte de rien. Plus personne ne voit Petia, aucune nouvelle (à part des SMS) mais je trouve bizarre que personne ne s’inquiète plus que ça. Bref, l’intrigue est un peu bancale pour moi, surtout à l’heure actuelle avec toutes les fonctionnalités possibles pour tracer un portable.

    Concernant l’histoire, revivre la vie d’un homme comme Petia à travers son portable, c’est plutôt sympa, on apprend à le connaitre grâce aux SMS, aux mails, aux vidéos qu’il envoyait et recevait avant sa mort et qu’Ilya découvre au fur et à mesure des heures qui s’écoulent. Mais c’est un peu monotone je trouve mais très intrusif !

    Ilya va devenir complètement dépendant de ce nouvel objet. Mais ne va-t’il pas aller trop loin ? L’histoire ne s’étend que sur quelques jours seulement mais pourtant si intenses ! Attendez-vous à plonger dans la noirceur des hommes...

  • lireencore93420 16 janvier 2019
    Texto - Dmitry Glukhovsky

    Ilya est emprisonné pour 7 ans pour une mauvaise rencontre dans une boîte et ou un policier l’as piégée,

    A sa sortie, il veut se venger, il va faire plus que ca, Il va influencer les décisions de ses proches en prenant sa place grâce à des texto

    J’ai vraiment adorer, c’est bien construit, beaucoup de suspens, des rebondissements à profusion.

    Et ça nous fait réfléchir on as toute notre vie dans ces outils technologiques, quand on le perds, on nous les volent, ils pourraient nous arriver la même chose.

    Merci à BE Polar pour cette lecture vraiment enthousiasmante

  • Valérie 20 janvier 2019
    Texto - Dmitry Glukhovsky

    Lire Dmitry Glukhovsky était pour moi une première.
    Après un démarrage plutôt fastidieux,je me suis attachée au jeune Ilya. Il n’a pas eu la vie facile : incarcération injustifiée, décès de sa mère...
    Son impulsivité le pousse à commettre l’irréparable.
    Malgré son intelligence, il va accumuler les erreurs. On a envie de lui crier de jeter ce téléphone qui ne lui appartient pas !!! ...de faire attention à lui...d’enfin prendre soin de lui au lieu de vivre par procuration la vie de son bourreau.
    Un bon thriller sur la Russie d’aujourd’hui que je recommande vivement !!

  • Les Lectures de Maud 21 janvier 2019
    Texto - Dmitry Glukhovsky

    Un roman noir qui me paraissait au vue de la quatrième de couverture, très intéressant. Pourtant, je n’ai pas été transporté aux côté d’Ilya pendant ses quelques jours. En effet, on assiste à sa sortie de prison, à la découverte du décès de sa mère ; qui va faire basculer sa vie une fois de plus. Pourtant aucune émotion ne m’a inspiré ce personnage et le faite de continuer à faire vivre son mort… La prolifération de retranscription de sms, mail, vidéo, contenue dans ce téléphone ont alourdi la lecture.
    Le thème qui m’avait pourtant intrigué n’a pas fait mouche. On retrouve l’atmosphère d’un froid hivernal en Russie, d’un froid dans la vie d’Ilya ; mais je n’y ai rien trouvé ni d’attachant. Passant la majeure partie de la lecture dans la tête du personnage principal entre ses allusions au passé, sa mère, et sa vie avec Véra, transmet une sensation d’étouffement. Ce retour à la vie qui aurait dû sonner le glas de la fin d’une mauvaise période, ne va au contraire, que l’enfoncer d’avantage. De réflexions en mauvais choix, ce personnage ne va pas réussir à sortir de son enfermement.
    Je ne connaissais pas l’auteur avant cette lecture, cette dernière fût laborieuse (peut être dû à la traduction). Un manque de rythme significatif car beaucoup de scènes très passives, de lectures de message. Ce livre n’était sûrement pas pour moi, il le sera peut-être pour vous. Tout ce que j’ai écrit n’engage que mon ressenti et mes pensées.

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.