Trois raisons de lire… De Force, de Karine Giebel

« (…) Lorsque j’arrive devant la porte de mon ancienne chambre, ma main hésite à tourner la poignée. Je respire longuement avant d’entrer. En allumant la lumière, je reste bouche bée. Pièce vide, tout a disparu. Il ne reste qu’un tabouret au centre de la pièce. J’essuie mes larmes, je m’approche. Sur le tabouret, une enveloppe. Sur l’enveloppe, mon prénom écrit en lettres capitales. Deux feuilles. Écrites il y a trois mois. Son testament, ses dernières volontés. Je voulais savoir. Maintenant, je sais. Et ma douleur n’a plus aucune limite. La haine. Voilà l’héritage qu’elle me laisse. »

1) Pour l’auteure, experte du genre noir
Karine Giébel a été deux fois lauréate du prix marseillais du Polar : en 2005 pour son premier roman Terminus Elicius (Vie du rail), et en 2012 pour Juste une ombre (Fleuve Éditions), également prix Polar francophone à Cognac. Les Morsures de l’ombre (Fleuve Éditions, 2007), son troisième roman, a reçu le prix Intramuros, le prix SNCF du polar et le prix Derrière les murs. Meurtres pour rédemption (Fleuve Éditions, 2010) est considéré comme un chef-d’œuvre du roman noir.

2) Pour son intrigue…
… insondable jusqu’aux toutes dernières pages du livre. Ce n’est qu’à la fin de ce pavé de plus de 500 pages - dans son grand format - que l’incipit trouve enfin son écho, permettant au lecteur de recouper l’intrigue principale.

3) Pour le personnage de Luc
Sombre, énigmatique, le jeune homme de 26 ans parvient à imprimer son rythme, son style singulier et ses obsessions mystérieuses dans le huis clos qui lui sert de décor.

S.A.

Galerie photos

spip-bandeau
spip-slider

Votre commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?