Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Trouble passager - David Coulon

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

8 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Le monde se divise en deux catégories : bourreau et victime. Tu es l’un et l’autre, l’un puis l’autre.

Rémi Hutchinson est écrivain, un livre qui a plus ou moins bien marché, depuis il tente d’écrire LE best-seller.
Pas facile lorsque l’on se remet de la disparition de sa fille...
Il met le doigt dans un engrenage et tombe dans un piège. Il est séquestré par une gamine victime d’un pédophile, et devenue bourreau. Bourreau qui l’accuse.
Pourquoi lui ? Pourquoi le prendre pour un tel monstre ?
Rémi est absorbé dans une spirale infernale, arrivera-t-il à s’en sortir ?

Vos #AvisPolar

  • Ophé Lit 14 avril 2019
    Trouble passager - David Coulon

    Tout le monde est innocent.
    Crois-moi.
    Tout le monde.
    Pas de coupables.
    Pas de gentils et de méchants.
    Seulement des victimes et des bourreaux.
    Des victimes et des bourreaux. Seulement cela.
    Souviens-toi de n’importe quel moment de ta vie. Un moment gai. Un moment triste. Une rencontre amoureuse.
    Tu as toujours été victime. Ou bourreau.

    Chronique d’un trouble… passager

    Rémi est écrivain. Enfin écrivain est un grand mot. Son premier roman est un flop et il tente en vain d’en écrire un second. Mais difficile de se concentrer sur l’écriture alors que Mélissa, sa fille, a disparu… Au cours d’une soirée, un trouble passager, un rendez-vous accepté. Une adolescente. Il ne fait rien de mal. Ils discutent littérature. Pourtant, ce trouble va l’emmener en enfer…

    Si vous avez déjà croisé David Coulon , vous avez sans doute déjà remarqué son côté nonchalant, limite je m’en foutiste. Il aime à prendre en photo son genou et à se donner une image de mec cool et détendu. L’homme l’est, cool et détendu, mais alors ses écrits…

    Dans Trouble Passager, David Coulon harponne son lecteur dès les premières lignes et nous livre un roman angoissant, impossible à lâcher et sombre à souhait.

    Victime. Bourreau. Dans ce thriller palpitant, il nous entraîne dans la folie de Rémi. Enfermé par des adolescentes, il est victime alors qu’elles le pensent bourreau. Enfermement. Sarabande de masques. Nous sommes tous le bourreau. Nous sommes tous la victime. Je blesse, je suis bourreau. Je souffre, je suis victime. Un slow où nous changeons de rôle. Un slow ? Non, un tango… Un tango infernal. Bourreau. Victime. Quel rôle endossons-nous ?

    Au fil d’une écriture hachée, et des nombreuses répétitions qui rythment son récit, David Coulon nous séquestre dans un roman puissant. Impossible de quitter cette cave. Victime. Bourreau. Comment ne pas comprendre la douleur de ces adolescentes. Comment ne pas comprendre la peur de Rémi ? Elles étaient victimes, elles sont devenues bourreaux. Deux termes qui sont répétés régulièrement et qui renforce le message mais aussi la douleur, la tension, l’angoisse.

    Alors que certains auteurs se perdent en descriptions, David Coulon se concentre sur l’essentiel : les émotions. Cette lecture m’a parfois donné la nausée. Certaines images ont fait grimper mon palpitant d’angoisse. L’intrigue est juste… wahou… Quoique vous imaginiez, vous vous trompez.

    Les quelques personnages sont puissants pour les principaux, tout en justesse pour les secondaires. Ils sont chargés en émotion et nous transportent dans leur univers.

    Victime. Bourreau. Un thème largement brossé. Aucune fioriture, aucun passage de trop. David Coulon va à l’essentiel est, putain, que c’est bon !

    Trouble passager est un thriller angoissant mais surtout diablement intelligent ! Un roman noir, rythmé, qui interpelle. Questionne. J’ai été bourreau. J’ai été victime. Et vous ? Quel rôle jouez-vous ?

  • Happy Manda Passions 17 avril 2019
    Trouble passager - David Coulon

    Ce roman de David Coulon ne m’a pas donné qu’un trouble passager ! C’est du lourd car l’angoisse et la peur sont bien là et vous torturent de l’intérieur. Le style vous percute par des vagues ou il se fait saccadé vous faisant pénétrer dans l’esprit du "héros". Vous ressentez sa peur et surtout la perte de l’espoir qui l’envahi peu à peu.

    Nous sommes soit victime soit bourreau, et Rémi écrivain de son actif, va devenir une victime bien à part. Séquestré par une jeune fille qui l’accuse d’etre un pervers. Bien décidé à détruire sa vie, son ame et son corps, elle n’éprouve aucune sorte d’empathie. Ancienne victime elle devient bourreau. Mais jusqu’ou ira t’elle et Rémi jusqu’ou sera t’il capable d’aller ?

    un thriller qui va vous saisir aux tripes, des hauts le coeur parfois même. C’est dur mais vous etes accrochés vous cherchez la lumière.

    Vous aimez les angoisses, la peur, les retournements de cerveau préparez vous et plongez dans ce roman, vous n’en sortirez probablement pas indemne parce que c’est fort c’est bien écrit et ça joue avec vos propres peurs.

    alors etes vous un bourreau ou une victime ?

    https://happymandapassions.blogspot.com/2019/04/trouble-passager-david-coulon.html

  • Au fil des Pages 6 mai 2019
    Trouble passager - David Coulon

    ARRETEZ TOUT et LISEZ ce putain de bouquin !!! Je lance un grand cri du cœur car je le termine et waouu quelle claque je viens de me manger !!! Un gros gros kifffffff ….
    L’auteur t’embarque direct avec une entrée en matière qui suscite direct l’intérêt " Tu veux qu’on s’occupe de toi ? Sois une victime. Tu veux obtenir quelque chose de quelqu’un ? Sois un bourreau. "
    c’est un vrai page turner se met en place il est IMPOSSIBLE de le lâcher sans avoir le mot final.
    Un ton incisif, des phrases courtes mais tranchantes, des mots sur des maux ...Mais purée où va-t-il chercher tout cela ! Il faut bien sur direct adhérer au style de l’auteur (qui peut être particulier pour certains) et à sa folie car il n’y va pas par 4 chemins, ici il met le doigt là où ça fait mal … très mal... Il dénonce les PEDOPHILES … Les pédos comme ils sont nommés ici.
    Un Moment d’égarement pour Rémi Hutchinson un écrivain déchu, un homme au bout du rouleau dont la fille a disparu il y a 5ans, dont le couple est au bord du gouffre et qui survit tant bien que mal ; Il suffit d’un moment d’attention à son égard pour qu’il se rende à un RDV d’une gamine de 15 ans … Il suffit d’un moment d’inattention, il suffit d’un rien pour qu’il devienne Victime … et elle bourreau … mais est-elle vraiment le bourreau de sa victime … est ce que les rôles peuvent s’inverser … trop tard … la cave se referme et Rémi est pris au piège … lui victime … elle bourreau … et nous voilà avec notre bonhomme pommé qui chute directement en ENFER … et dans sa chute va déterrer de nombreux cadavres.
    Aucune fioriture, aucun mot de trop, aucun chichi NON là vous sombrez dans les ténèbres d’un huis clos hyper bien ficelé avec une incision à vif qui vous laissera croyez-moi de nombreuses séquelles !

  • jeanmid 28 mai 2019
    Trouble passager - David Coulon

    David Coulon n’est pas un romancier de la demi mesure quand il s’agit d’ausculter la noirceur humaine . Un conseil aux esprits sensibles : lancez-vous au plus vite dans une bonne série ( si cela existe) de la collection Harlequin - ou un bon « feel good book » - avant de vous attaquer à ce roman !

    « Trouble Passager » est un nouveau caillou qui nous mène tout droit au chemin de l’horreur et je suis sans doute en dessous de la vérité en disant cela . Il bouscule les genres . Les codes . le bourreau et la victime . La victime qui devient bourreau et vice versa dans un perpétuel jeu de rôle macabre . Plutôt un jeu de massacre oui !

    Plantons le décor : Normandie de nos jours . Rémi Hutchinson est un écrivain qui se cherche après avoir commis un livre de genre dirons-nous et sa femme , Lucie , est prof . Ils ont un fils , Gaspard . La famille a quitté Le Havre pour retrouver le calme de la campagne et surtout pour oublier ….la disparition de leur fille , Melissa, il y a cinq ans . le seul témoignage fiable fait mention d’une voiture bleue dans laquelle elle serait montée de son plein gré …avant de disparaitre purement et simplement de la circulation sans laisser aucune trace , traces que le lieutenant Bloquin a tentées de retrouver inlassablement . En vain . le déménagement a permis aux Hutchinson de prendre un nouveau départ même si la libido de Rémi ressemble plus à un encéphalogramme plat . Car on ne comble pas aisément l’absence , l’absence de Mélissa et la culpabilité de n’avoir rien pu faire pour la sauver . Alors lorsque , lors d’une soirée de fin d’année entre professeurs , une jeune adolescente s’approche de Rémi qu’elle séduit par sa fraicheur et son innocence une étincelle jaillit . Comme un moment d’égarement . Comme une pulsion impossible à canaliser qui va l’amener dans une forêt . Vers sa perdition .

    On avait défailli avec, « Je serai le dernier homme… » le précédent roman de l’auteur . On succombe totalement avec celui-ci . Une histoire hallucinée et hallucinante dans laquelle on plonge aveuglément comme son principal personnage . Mais attention danger . La vengeance va frapper . Vous connaissez la loi du talion ? Eh bien elle existe encore aujourd’hui . Car l’imagination dans l’art des tortures est sans limite . Mais la question que tout le monde se pose pendant une bonne partie du livre c’est : pourquoi ? Pourquoi lui ? N’y-a-t-il p as erreur de personne ? Pourquoi le sort s’acharne -t-il sur lui alors qu’il doit déjà vivre avec l’injustice de la disparition de sa jeune fille qui pourrait être une adolescente aujourd’hui si elle était encore en vie .
    Un style acéré qui percute via des phrases courtes . Une angoisse permanente . Une tension insupportable comme les actes que certains ont pu commettre et pour lesquels la justice reprend ses droits : les victimes deviennent bourreaux.
    Un roman glaçant , troublant , dérangeant comme l’insondable perversité de l’âme humaine .

  • Yannick Provost 28 mai 2019
    Trouble passager - David Coulon

    De ce roman noir profond, je ne dirais que quelques mots en guise d’accroche. Rémi Hutchinson est écrivain. Il se remet de la disparition de sa fille dans sa Normandie. Il est séquestré. Dans le monde de Rémi, il n’y a que deux catégories d’individus : bourreau et victime. On est tantôt l’un, tantôt l’autre.
    J’avais été estomaqué avec Je Serais le Dernier Homme, je suis subjugué par Trouble Passager. Pourtant, le thème m’est pénible. Sans doute ce que je redoute le plus, ce que j’abhorre, la pédophilie.
    Mais l’écriture singulière m’a captivé dès le premier chapitre. David distille un vrai rythme à son roman. Le lecteur se trouve pétri d’angoisse. Le style claque. Il est brut. Fait de phrases courtes, hachées, parfois répétitives. Un objectif, aller à l’essentiel, rendre la douleur palpable. Immerger le lecteur dans cette histoire sans lui donner la possibilité d’en sortir. Fait est que cela fonctionne, il s’avale avec une aisance remarquable malgré sa dureté.
    Car ce roman noir est dur mais parfaitement maitrisé. C’est un drame oppressant et glauque à souhait.
    Mais ne te trompe pas, charmant lecteur(trice) de cette chronique (merci) s’il est, ici, traité sans fausse pudeur, il l’est sans voyeurisme. Non l’essentiel est ailleurs. Il faut brosse les sentiments de ces victimes et de ces bourreaux. Les souvenirs étouffés, refoulés au tréfonds des cerveaux, la culpabilité enfouie mais suintante, l’absence des uns, la perversité des autres.
    Lire Trouble Passager, c’est offrir une oreille à la naissance d’une émotion. Le lecteur est bousculé. Absolument pas ménagé.
    Ma copine Aude (Audebouquine) parlait de tornade dans sa chronique. C’est bien cela. Il y a un bref avant, puis la violence d’un premier passage, l’accalmie de l’œil du cyclone, suivi d’un nouveau déchainement de violence, pour enfin après, émerger, hagard dans un champ de ruine, où deux mots tournent en boucle dans l’esprit de celui qui ferme cet ouvrage une fois fini. Victime et bourreau.
    C’est un roman juste dans son équilibre. Pas de voyeurisme. Certes, la violence verbale gifle. Elle assène avec des mots simples une histoire qui dérange et heurte le lecteur jusqu’à la fin. Pourtant, rien ne semble être écrit au hasard. C’est sans fioriture et remarquablement diabolique. Cela s’avale en une nuit mais se digère bien plus longuement.
    David sous ses dehors sympa, décontracté, bordé d’humour cinglant, est un vrai psychologue. Avec une poignée de personnages – pas besoin d’en avoir pléthore lorsqu’ils sont forts – il assène un roman aussi terrible que la thématique l’exige.
    Bref, un roman noir à lire.

  • Sangpages 9 juillet 2019
    Trouble passager - David Coulon

    Sarcasme, ironie, pertinence font de ce récit quelque chose d’inclassable, de perturbant, mais surtout un vrai chef d’œuvre !
    As-tu déjà été victime ou peut-être bourreau ? As-tu déjà réfléchi, analysé tes actes pour savoir de quel côté tu te plaçais à certains moments bien précis de ta vie ?
    Peut-être ou sûrement, as-tu été les deux à la fois ou l’un après l’autre en fonction des étapes de ta vie ou des circonstances ? Que ce n’est, bien souvent, qu’une question de perception...
    C’est clairement ce que David te démontre au travers de l’histoire de Rémi, comme 2 + 2 font 4 (oui oui j’ai contrôlé avec la calculette 😜).
    Une histoire, qui te laissera à coup sûr une bonne dose de réflexion.
    Un récit brutal et surtout inhabituel. Des rôles échangés comme on change un pull ou un slip. Des rôles échangés pour mettre en exergue toute une cinématique.
    Est-ce que pour devenir bourreau, il faut avoir été victime ?
    Est-ce que de la perversion naît la perversion ?
    Le style est pointu, acéré. La plume tranche, coupe les phrases, les mots qui vont ainsi se mettre à tourner dans ta tête.
    Ta tête va chavirer, se retrouver sans dessus dessous.
    Sous les perversités, l’horreur et l’immondice.
    Un monde ni tout blanc, ni tout noir.
    Noir encore et encore, sans répit, jusqu’à la nausée.
    De la nausée au vomissement, jusqu’à l’envie de hurler.
    Hurler pour tout arrêter et pourtant continuer encore et encore, sans pouvoir sortir.
    Sortir de cette emprise. Comme hypnotisé. Totalement obnubilé par les mots.
    Les mots, les phrases. Par une histoire, par une réalité.
    Sans cesser de te demander, comme une ritournelle : suis-je victime ou bourreau ?
    C’est puissant, c’est fort, ce n’est clairement pas à mettre entre toutes les mains. C’est une lecture difficile...dure...perverse…. Mais putain que c’est brillant !
    T’es pas prêt pour le final, je te le dis de suite et tu l’as compris, vais pas m’étaler plus, c’est même pas une recommandation que je te donne, c’est presque une obligation de découverte !
    Mon trouble à moi après cette lecture ne sera clairement pas passager...

  • Lectures noires pour nuits blanches 20 juillet 2019
    Trouble passager - David Coulon

    "Le monde se divise en deux catégories.
    Bourreau et victime.
    Et tu es l’un et l’autre.
    L’un puis l’autre.
    Dans tout ce que tu fais de ta fichue vie."

    Victime ou bourreau ? C’est sur cette thématique que David Coulon base son livre. Sur le rôle que l’on joue chacun son tour. Sur le questionnement que l’on ne peut s’empêcher de faire, suis-je victime ou bourreau ? Cette question va vous troubler. Ce livre va vous troubler à plus d’un titre.

    "Tu veux que l’on s’occupe de toi ? Sois une victime. Tu veux obtenir quelque chose de quelqu’un ? Sois un bourreau. "

    Vous serez troublés par les sujets abordés, forts, durs, violents, délicats. Brillamment traités par l’auteur, sans voyeurisme, sans fioriture, il va à l’essentiel. Une construction intelligente et maîtrisée. Une intrigue diaboliquement menée pour mieux nous déstabiliser, nous troubler.

    Vous serez troublés par le style, acéré, percutant, tranchant. L’auteur nous fustige de phrases courtes, parfois un seul mot, de répétitions, encore et encore. Ca frappe, ça claque ! Des mots accrocheurs qui vous harponnent et font monter la tension en l’angoisse. C’est rythmé, intense. Inutile de fuir, vous êtes pris au piège de ce roman terriblement addictif et glauque à souhait. Vous allez plonger dans les tréfonds de l’âme humaine, dans ce qu’elle a de plus noir et pervers.

    Vous serez troublés par le dénouement, glaçant, dérangeant, diabolique.

    A la lecture de ce livre vous serez troublés, c’est certain, et ce ne sera pas que passager.

    J’ai eu beaucoup de plaisir à découvrir cet auteur. Un style singulier, un roman qui sort de l’ordinaire, à suivre.
    Tentés ? A vos risques et périls...

  • Aude Lagandré 5 octobre 2019
    Trouble passager - David Coulon

    Il y a un écrivain qui se promène en toute liberté, et qu’on laisse s’infiltrer dans nos esprits en toute quiétude…. Il avait déjà frappé récemment avec « Je serai le dernier homme », il récidive avec « Trouble Passager », un titre inoffensif qui ne laisse rien présager de ce qui nous attend. C’est un peu du genre, il se baladait en chantant lalala et tout à coup, il te fiche son poing dans la figure. Rémi Hutchinson, ancien prof, écrivain un peu spécial (titre de son roman : L’invasion des crapauds des profondeurs – ça vous donne une idée) vit à Yvetot, Normandie. Il est marié avec Lucie, prof elle aussi. Ils ont fui la région du Havre pour une raison indéterminée. Dès le départ du roman, quelque chose ne tourne pas rond. Ma fille dirait qu’il a un « bad karma », on est très loin de la vérité….

    Je réitère mes warnings : ne lisez pas la 4e de couverture !! Je ne l’ai pas lue, je ne savais pas de quoi parlait le roman et quel bonheur d’en découvrir la thématique au fil de la lecture.

    David Coulon c’est d’abord un style vraiment singulier dans l’écriture. J’ai envie de la comparer à la formation d’une tornade : d’abord une base large, angoissante, qui avance lentement. Puis, un tourbillon se forme grâce aux répétitions de plus en plus nombreuses, de retours à la ligne, parfois simplement pour quelques mots. Enfin un vent agité, porté par une voix interne, en italique, qui martèle ses mauvaises pensées, et rappelle son vécu. Tout cela prend de la vitesse, tourne, ramasse poussières et débris, présent et passé, mélange, vrille, grossit pour exploser dans un final qui laisse le lecteur exsangue. Le spectre du drame qui plane tout au long du roman ne trouve sa résolution qu’en toute fin de récit dans quelques pages qui révèlent toute l’horreur de la situation. Et là, le lecteur referme le livre en hurlant des grossièretés.

    « Souviens-toi de n’importe quel moment de ta vie. Un moment gai. Un moment triste. Une situation de travail. Une rencontre amoureuse. Tu as toujours été victime. Ou bourreau. Rien d’autre. Tu as souffert, ou fait souffrir. L’un ou l’autre.(…) Le monde se divise en deux catégories. Bourreau et victime. Et tu es l’un et l’autre. L’un puis l’autre. »

    Ces deux mots, victime et bourreau sont le centre névralgique du roman. L’histoire tourne autour d’eux. À quel moment est-on l’un ou l’autre ? Quand on a été victime, devient-on bourreau ? David Coulon déroule son intrigue en prenant appui sur ces deux mots-là et il parvient à obtenir un résultat qui va dépasser toutes vos certitudes. Comme dans « Je serai le dernier homme », il y a toujours cette notion d’être au mauvais endroit au mauvais moment, ou de prendre la mauvaise décision, délibérément, alors que l’on sait pertinemment que ce n’est pas la chose à faire, mais sans pouvoir s’en empêcher. C’est comme ça qu’il ferre le lecteur. En le mettant dans la confidence, en le plaçant du côté du raisonnable, en livrant, en italique, les circonvolutions cérébrales d’un être humain déchiré entre son bon et son mauvais génie. Il faut deux secondes pour que la vie de Rémy bascule, d’un côté ou de l’autre, et c’est suspendu à cette réalité-là, que le lecteur navigue.

    Tout part d’un trouble passager. Une petite once de désir, même pas un début d’érection, trois fois rien. Un corps qui se réveille comme après un long sommeil, une idée banale qui traverse l’esprit.

    L’auteur met en lumière ce besoin de l’homme de se mettre en danger pour faire naître une émotion, parvenir à en ressentir juste une infinitésimale trace, quand les drames de sa vie l’ont rendu léthargique et anesthésié. Rajoutez à cela une bonne dose de culpabilité, la douleur de l’absence, les secrets de l’adolescence et vous obtenez un cocktail détonnant à la sauce Coulon.

    Rares sont les romans où, lorsque vous avez terminé, vous avez envie de recommencer. Juste pour prendre conscience des mots, être sûr que tout était bien là, mais que vous n’avez pas su ou voulu voir, que l’auteur ne vous a pas berné. L’intrigue est diabolique, le dénouement pervers, la dernière idée provoque la chair de poule.

    Ce roman est un immense coup de cœur et une véritable réussite ! Âmes sensibles, prenez garde à vos nuits 😉

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.