Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Atmore, Alabama - Alexandre Civico

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

3 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Lorsqu’il atterrit en Floride, il sait exactement où sa voiture de location doit le mener : Atmore, bourgade paumée au fi n fond de l’Alabama. Il s’installe chez l’habitant, instaure un semblant de routine et rencontre une jeune Mexicaine désespérée. Un lien naît entre lui, l’étranger que l’on devine ravagé par la douleur, et cette fille à la dérive, noyée dans la drogue. Que vient chercher ce Français au royaume des rednecks, de l’ennui et des armes à feu ? Rien ne paraît l’intéresser sinon la prison, à l’écart de la ville, autour de laquelle il ne peut s’empêcher d’aller rôder…
Porté par une écriture affûtée à la poésie sèche, parfois tendre, ce roman de la chute, noir, dense, invoque dans un même surgissement le décor d’une Amérique qui s’est perdue et le saccage intérieur d’un homme qui ne sait plus comment vivre.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur Cultura

Vos #AvisPolar

  • emilie77400 26 février 2021
    Atmore, Alabama - Alexandre Civico

    J’avais de grandes espérances, je lis peu de romans noirs et celui-ci avait été chaudement recommandé par une booktubeuse que j’apprécie, alors j’ai tenté l’aventure.
    Hélas, tous les goûts sont dans la nature et ce livre n’a pas satisfait les miens.
    On y découvre un homme endeuillé, meurtri, qui semble effectuer un voyage vers une destination dont il ne semble pas vouloir revenir... L’histoire se passe à Atmore, ville de l’Amérique profonde, avec tous ses travers : racisme, drogue, prostitution... le raffinement n’est vraiment pas au programme.
    Notre héro semble obnubilé par la prison locale...on s’attend à quelque chose de grand, à une montée en puissance et puis... et puis... on se dit "tout ça pour ça ?".

  • Alex-Mot-à-Mots 4 décembre 2020
    Atmore, Alabama - Alexandre Civico

    Que vient chercher ce Français au royaume des rednecks, de l’ennui et des armes à feu ? Rien ne paraît l’intéresser sinon la prison, à l’écart de la ville, autour de laquelle il ne peut s’empêcher d’aller rôder…

    Et c’est là mon bémol pour cette lecture : je n’ai pas compris pourquoi il tenait absolument à entrer à l’intérieur.

    Je n’ai pas compris non plus pourquoi il cherchait absolument à se fair emal pour se sentir exister. Il y a d’autres moyeuns, à mon avis. Ou bien il ne sait pas comment exprimer sa douleur autrement qu’en se faisant du mal.

    Ceci dit, le roman m’a transporté en Alabama, pays des rednecks : tout est immense et plein de poussière ; les jours s’étirent interminablement.

    Parfois, en italique, nous lisons l’histoire du narrateur quand il était encore prof à Paris.

    On boit beaucoup de cafés et de bières, on mange beaucoup de donuts, les maisons sont délabrés et les hommes prêts à cogner.

    Dépaysant.

    Quelques citations :

    Ils (les politiciens) ont des gens pour ça. Pour avoir mal à leur place. Alors ils ne peuvent pas savoir ce qui est vrai. La réalité. Le réel, c’est quand on se cogne. (p.65)

    Tu vois, l’Amérique est là, dans le simulacre. Tous ces gens voient la copie mais ce n’est pas la copie. Ils veulent que ça soit la réalité alors c’est la réalité. Ils ferment leurs petits yeux et prient pour que ça soit vrai. (p.74)

    L’image que je retiendrai :

    Celle des champs de coton en fleurs.

    https://alexmotamots.fr/atmore-alabama-alexandre-civico/

  • IsaVP 11 octobre 2020
    Atmore, Alabama - Alexandre Civico

    A 48 ans, il décide de faire le trajet depuis Paris jusqu’à Atmore aux Etats-Unis. Pourtant il n’y a pas grand-chose dans cette petite ville d’Alabama, des champs de coton, un casino, une réserve d’indiens CREEKS et le pénitencier d’Holman. Et c’est cette prison qui a l’air d’être la seule raison de sa venue ici, et en particulier un détenu, enfermé dans le couloir de la mort.
    Une quête destructrice que n’empêcheront pas les femmes hors du commun qu’il rencontrera, Eve la prostituée droguée, Mae la mère d’un condamné et Betty la serveuse.
    Car rien ne pourra le sauver, lui qui au fond, se sent déjà mort depuis longtemps.
    Au fil de la fête populaire locale, l’histoire va s’éclaircir, mêlant le passé de cet inconnu aux instants d’insouciance des festivités.
    Un roman très sombre, qu’illuminent pourtant ces trois femmes, où l’on se sent envahir par la noirceur sans fond du personnage.
    On y retrouve l’ambiance pesante des villes rurales du Sud et l’écriture d’Alexandre CIVICO, à la fois nerveuse et poétique, s’inscrit bien dans la veine de la littérature américaine contemporaine.
    Un roman poignant et un grand auteur.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.