Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Cédric Sire : Vindicta en avant-première - 9 mars

Galerie photos

spip-bandeau
Metropolis
  • kirzy 12 avril 2019
    Cédric Sire : Vindicta en avant-première - 9 mars

    Dès les premiers chapitres, ce thriller m’a obsédé, 4 jours à dévorer ses quasi 600 pages. Ma première pensée du matin était pour Vindicta ( tant pis gosse et Chéri ) , ma dernière avant de sombrer dans les bras de Morphée.

    Ça démarre fort avec une citation avec en exergue un extrait de « Vengeance is mine » d’Alice Cooper ( feat. Slash, siouplaît ) : « Tout ce que je veux – la vengeance. Tout ce dont j’ai besoin – la vengeance. Pardonner est divin mais la vengeance m’appartient ».

    Une histoire de vengeance, donc, à partir d’un braquo foiré, en fait, plutôt une avalanche de châtiments qui va s’abattre en mode dies irae !

    Accordage en mi bémol, un village afghan ravagé, cordes souples pour gagner dans les graves, le braquo se prépare et c’est parti, phrasé roots à 3 doigts, montées et descentes de gamme sans s’arracher la pulpe de l’annulaire, faut du suspense ...
    La tension monte, addictive.
    Cédric Sire rebande son arc et nous offre un psychopathe juste génial. Quel personnage hallucinant aux confins de la folie et de la légende urbaine, un concept à lui tout seul qui revisite complètement ce type de personnage qui hante thrillers et polars. Pas qu’un gros taré en plus, mais un être que sa désespérance rend sublimement terrifiant en le poussant à commettre l’insupportable.
    Autant dire que c’est hardcore quand il se lâche mais cette violence déchaînée est bien dosée, les passages restent supportables ( ou alors j’ai la couenne bien épaisse, possible aussi ).

    Et puis, c’ est tellement bien écrit ! Une prose ciselée, ultra précise, qui maintient le palpitant au taquet avec notamment de nombreux retours à la ligne. Très visuelle aussi mais avec classe, sans démonstration inutile.

    Le dernier quart se poursuit sur un tempo démentiel, les trois trajectoires des personnages principaux se croisent dans une unité espace- temps qui fait frémir lorsque tu comprends que cette rencontre va advenir. Cette fois, l’auteur nous propose bien une partition à s’arracher la pulpe des doigts jusqu’à l’os. Je suis à bout de souffle lorsqu’il assène le twist ultime ( que je n’ai absolument pas vu venir, alors que d’habitude je ne suis pas mauvaise à ce petit jeu ), le king twist !

    Le livre se clôt sur une citation des Misérables. Ouvrir avec du Alice Cooper et refermer sur sur Hugo, le genre de grands écarts que j’adore !!!

    Le talent de Cédric Sire crève les pages. C’est le thriller parfait comme je n’en avais pas lu depuis longtemps sur un rythme infernal . Jubilatoire, addictif, intense, intelligemment construit. Enorme coup de coeur, ou plutôt coup de foudre !

Votre #AvisPolar

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?