Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

D’autres viendront - Richard Boidin

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

1 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

2023, La Haye, Cour pénale internationale.
Trois Africains sont accusés de crimes contre l’humanité. Ils sont complices d’un médecin afro-américain considéré comme l’auteur d’un document sulfureux – le Manifeste pour la vie – proposant au monde entier un projet écologique d’une radicalité inédite. Poussée par son instinct, une femme, Hélène Morel, qui a vu son petit-fils métis, Julien, disparaître au cœur de l’Afrique, assiste au procès. Julien Morel, employé par les Nations Unies, a reçu cinq mois plus tôt d’un certain Joseph Klein une photo qui l’a attiré au cœur de la forêt équatoriale en lui donnant l’espoir de revoir vivantes sa mère et sa sœur alors qu’elles ont été déclarées victimes du génocide rwandais. Le procès et la disparition de Julien deviennent une seule et même affaire.
Au fil des semaines, Hélène se rapproche d’un des prévenus, Djany, une femme congolaise qui a connu son petit-fils. Cette dernière lui révèle le lent et périlleux trajet de Julien le long du fleuve Congo. Récit qui pourrait entraîner un bouleversement majeur du procès... Qui est le véritable auteur du Manifeste pour la vie qui a provoqué ces violences extrêmes ? Quel est le rôle de Julien dans ce projet insensé dont un des volets est de chasser tous les étrangers d’Afrique, en commençant par les Occidentaux ?

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur LesLibraires.fr
  • Acheter sur Emaginaire
  • Acheter sur Cultura
  • Acheter sur Rakuten

Vos #AvisPolar

  • Musemania 28 novembre 2019
    D’autres viendront - Richard Boidin

    Le récit est celui d’une « enquête » menée par Hélène. Le petit-fils de cette dernière a disparu au coeur du Congo, où il était parti sur les traces de sa mère qu’il croyait morte depuis le génocide du Rwanda de 1994. Le procès devant la Cour pénale internationale de La Haye de trois individus pouvant être en lien avec cette disparition s’ouvre pour des faits de complicité auprès d’un mouvement écologiste radical. Hélène trouvera en la personne du président de cette juridiction, Leonidas, une aide précieuse pour faire la lumière sur cette disparition.

    Plusieurs particularités émanent de ce roman, difficilement classable. Pourquoi tout catégoriser ? Disons, que si je devais le classer, je le mettrais entre le thriller judiciaire et le roman noir.

    Tout d’abord, l’histoire se déroule dans le futur, certes court puisqu’on est en 2023 mais quand même. Je ne suis pas habituée dans mes lectures habituelles de trouver ce genre d’éléments. Attention qui dit futur ne dit pas un futur éloigné de ce que nous connaissons actuellement. C’est juste un choix de l’auteur de ne pas placer son histoire à l’heure actuelle. Pas de robot, d’innovations technologiques ou de voitures volantes dans ce récit.

    Ensuite, le décor est planté à la fois à Cour pénale internationale et au coeur de l’Afrique. Ayant étudié le droit et de plus m’étant spécialisée dans le droit international, retrouver des éléments étudiés lors de mes études était assez agréable. En effet, mon mémoire portait sur la présomption d’innocence devant les juridictions internationales en matière de crimes internationaux. Le thème de ce livre est parfait pour moi, qui reste attachée à ces matières en m’y intéressant encore beaucoup, malgré que mon diplôme date de plusieurs années maintenant.

    L’Afrique n’est pas souvent abordée dans mes lectures, terre pourtant si riche mais aussi si souvent violentée par de nombreuses guerres et génocides. L’auteur, Richard Boidin, a été directeur des Archives diplomatiques et toujours diplomate en poste au Zimbabwe et Malawi depuis 2016. Son amour pour ce continent se ressent à son écriture, dont les descriptions sont fortes mais si sensibles. Il est difficile de passer à côté du fait que Richard Boidin connaît et maitrise parfaitement son sujet. Il tire du fleuve Congo un personnage à part entière, présent tout du long, s’insinuant au fil des pages.

    Les personnages sont savamment construits et les thèmes abordés sont radicalement actuels. Richard Boidin a fait le choix d’un style narratif particulier puisque ce qui s’est passé pour Julien est relaté par Djany, l’une des accusées au procès et est ensuite transmis par Hélène, sa grand-mère, au juge Leonidas. Cela pourrait en dérouter plus d’un.

    La petite déception pour moi est la fin de ce livre, que j’ai considérée comme assez ouverte. Vous devez le savoir, je ne suis pas une grande amatrice de ce genre de final. Bien entendu, je ne pourrai pas considérer une lecture comme mauvaise, juste pour ce détail qui est tout à fait personnel pour moi. Il ne reste donc plus à vous en faire votre propre avis.

    Je remercie les éditions Presses de la Cité et Babelio pour l’envoi de ce livre.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.