Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Dans la gueule de l’ours - James A. McLaughlin

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Criminel en cavale, Rice Moore trouve refuge dans une réserve des Appalaches, au fin fond de la Virginie. Employé comme garde forestier, il cherche à se faire oublier du puissant cartel de drogues mexicain qu’il a trahi. Mais la découverte de la carcasse d’un ours abattu vient chambouler son quotidien : s’agit-il d’un acte isolé ou d’un braconnage organisé ? L’affaire prend une tout autre tournure quand de nouveaux ours sont retrouvés morts. Alors que la police ouvre une enquête, Rice décide de faire équipe avec Sara Birkeland, une scientifique qui a occupé le poste de garde forestier avant lui. Ensemble, ils mettent au point un plan pour piéger les coupables. Un plan qui risque bien d’exposer le passé de Rice.

Vos #AvisPolar

  • Musemania 25 janvier 2020
    Dans la gueule de l’ours - James A. McLaughlin

    Mentionné sur la quatrième de couverture, l’auteur a reçu le Prix Edgar Allan Poe du Premier Roman. En lisant cela, je me suis dit que j’allais passer un très bon moment de lecture. Mais, je dois vous l’écrire tout de suite, ma lecture a parfois été un peu laborieuse et mitigée. Pourquoi, me demandez-vous ? Je vous explique tout ça dans les quelques lignes à venir mais attention, tout n’est pas négatif pour autant comme ces quelques mots pourraient le laisser supposer….

    Avant tout, c’était une totale découverte pour la maison d’édition : “Rue de l’Echiquier” . En m’informant un peu sur Internet, j’ai découvert qu’il s’agit d’une maison d’édition indépendante, spécialisée dans l’écologie et dans tous les sujets qui s’y rapportent tels le changement climatique ou l’engagement citoyen. Vu la concurrence féroce qui règne entre les grandes « enseignes », j’ai trouvé que c’était une bonne initiative de la part du magazine Elle et de l’équipe organisateurs du Grand Prix des Lectrices de mettre en lumière ce genre de maison d’édition.

    Pourquoi j’ai évoqué en guise d’introduction, une lecture un peu difficile ? C’est que, en plus de compter presque 500 pages, le bouquin est très dense et comporte beaucoup de descriptions de l’atmosphère et de l’environnement. Ce n’est pas que je sois réfractaire à toute forme de descriptions ou de plantage de décors. Mais où le bât blesse, c’est qu’elles sont trop nombreuses à mon goût et qu’elles prennent parfois trop d’espace vis-à-vis de l’intrigue principale. C’est ainsi que je me suis surprise, plusieurs fois, à lire certaines pages en diagonale, tant elles me paraissaient sans fin.

    Premier livre de l’auteur, il a été salué par la critique américaine et c’est clairement mérité. La qualité du style d’écriture est indéniable et l’auteur, James A. McLaughlin, maîtrise à la fois son art et son sujet. Après avoir voyagé dans les Appalaches, par ma lecture de « Sugar Run » de Mesha Maren (chez Gallmeister), déjà dans le cadre de la sélection mensuelle pour le jury auquel je fais partie, c’était là en quelque sorte un retour aux sources, même si les deux auteurs me les ont dépeintes de manière diamétralement opposée.

    Lu dans le cadre du Grand Prix des Lectrices Elle 2020, dans la catégorie « Polar », de la sélection pour le mois de mars.

  • Kirzy 22 février 2020
    Dans la gueule de l’ours - James A. McLaughlin

    Quand on lit beaucoup et encore beaucoup de romans dans la catégorie thriller / policier, on a souvent l’impression de lire la même chose, ultra calibré et stéréotypé pour passer un bon moment dopé aux rebondissements et au final, ne garder qu’un souvenir quelque peu flou de ce moment de lecture. Point de cela avec ce premier roman passionnant et original qui jouent des codes du thriller pour les faire mijoter à sa sauce éco-thriller. Cela peut déstabiliser voire ennuyer, moi cela m’a littéralement captivée.

    Forcément, cela passe par un le personnage principal fort et fascinant. Rice Moore est gardien de la réserve privée de Turk Mountain dans les montagnes du Sud-Ouest de la Virginie. Il retrouve des carcasses d’ours dépecées, affreusement mutilées, les pattes coupées, la vésicule biliaire enlevée. Lui, l’étranger venue d’Arizona est déterminé à protéger farouchement son territoire. Lui qui vivait en mode autarcique et misanthrope va être obligé de sortir de sa tanière, forcé à interagir avec des montagnards rugueux et hostiles à tout discours écologiste les privant de ce qu’ils estiment être leur droit ancestral de chasser.

    Ce personnage est très intéressant car à la psychologie très complexe, empli de contradictions. On découvre petit à petit ( lors de passages qui changent de police d’écriture, effort de lisibilité très bien joué par la maison d’édition ) son passé tumultueux et violent d’homme en fuite vivant sous pseudo mais ayant une vraie ligne morale qui dirige sa vie pour peut-être atteindre une forme de rédemption. Ce iatus entre passé louche et présent juste incarnant une cause écologique légitime est puissamment utilisé comme un ressort essentiel du récit.

    Dans La Gueule de l’ours est en bien plus qu’un thriller même si les cent dernières pages sont haletantes à souhait, le passé et le présent de Rice Moore se confondant au point de le menacer. La conclusion est superbe. Mais ce roman est avant tout un roman atmosphérique aux confins du genre Nature writing que j’apprécie tant. Les chapitres centraux où Rice semble fusionner avec la nature des Appalaches dans une ambiance quasi hallucinatoire sont remarquables. Lorsqu’il revêt son costume de ghillie ( une tenue de camouflage parfaite tissée d’herbes et de branchages, jusqu’à son odeur âpre ) pour traquer les braconniers d’ours, Rice s’ensauvage, semble se détourner de l’humanité pour mieux embrasser la nature, ce qui fait ressortir en lui cette violence venue d’un passé qu’il pensait avoir mis derrière lui. C’est brillant. le titre original " Bearskin" ( " peau d’ours" ) en garde cette force.

    Un thriller écologique beau et immersif, riche en caractère avec ce choix de s’emparer d’un angle mort du thriller : le commerce illégal d’animaux sauvages et de leurs organes, qui a quasi décimé l’ours de Chine en une vingtaine d’années pour se reporter sur l’ours américain.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.