Délivrance - Jussi Adler-Olsen

Notez
Notes des internautes
4
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Il a glacé le sang de milliers de lecteurs et s’est imposé en deux romans comme un maître du polar nordique : couronné par les plus grands Prix scandinaves, le Danois Jussi Adler-Olsen secoue à nouveau le paysage du thriller…

La chasse haletante et presque désespérée lancée par le cynique inspecteur Carl Mørck et son fidèle assistant Assad derrière un tueur que rien ne semble pouvoir arrêter ne le dispense pas de jeter au passage un regard acerbe et troublant sur la société danoise.

Au fin fond de l’Écosse, une bouteille ancienne en verre poli est longtemps restée sur le rebord d’une fenêtre. Personne ne l’avait remarquée, pas plus que le message qu’elle contenait. Un message qui commence par le mot Hjœlp, "au secours," en danois, écrits en lettres de sang…

Envoyée par la police anglaise à Copenhague, la mystérieuse missive atterrit entre les mains de Mørck et de son équipe. Son déchiffrage révèle qu’elle provient de deux garçons qui auraient été kidnappés dix ans plus tôt. Chose étrange : leur disparition n’a jamais été signalée…

Vos avis

  • krys 9 avril 2018
    Délivrance - Jussi Adler-Olsen

    j ai adoré les 3 tomes ...surtout ne pas penser trouver une telle qualité avec la série tv qui est une hérésie
    j ai hâte de lire les autres roman de cet auteur en attente dans ma bibliothèque

  • dévoreuse2polar 11 avril 2018
    Délivrance - Jussi Adler-Olsen

    Je suis fan de cette série. Les personnages sont mystérieux, à vif et terriblement attachants. J’adorerai boire une tasse de café d’Assad et pouvoir dire à Carl que ça sert à rien de râler :) C’est une écriture riche, pleine d’émotion, de frissons et le dénouement final ne nous livre ses secrets qu’en dernières pages. Je ne me lasse pas de ces personnages et on est obligé d’attendre la suite avec impatience quand tant de part d’ombres existent encore autour de ces protagonistes. Et pour ma part, j’ai apprécié les films même si jamais rien ne vaudra l’écriture de Jussi Adler-Olsen.

  • 1001histoires 11 avril 2018
    Délivrance - Jussi Adler-Olsen

    Publié en 2009 sous le titre original de "Flaskepost fra P." ( France 2013 ).

    Une bouteille à la mer lancée dix ans auparavant a traversé la Mer du Nord depuis le Danemark jusqu’en Ecosse. Elle échoue sur le bureau de Carl Mørck du Département V. Le message qu’elle contient est un appel à l’aide de trois adolescents. Leur disparition n’a jamais été déclarée par leurs familles, des membres d’une communauté religieuse où les disparitions n’ont jamais cessé. Le tueur en série est donc toujours en activité.

    Le département V engage alors une longue course-poursuite et une enquête passionnante dans l’univers sombre des sectes. Le récit est un peu long mais heureusement entrecoupé d’agréables diversions distillées grâce à Rose la secrétaire punky qui nous présente sa soeur, Assad cuisinier plus énigmatique que jamais et Carl Mørck toujours aussi râleur et au grand coeur lorsqu’il recueille son ami Hardy tétraplégique.

    C’est le tome 3 des enquêtes du Département V.

  • universpolars 24 novembre 2018
    Délivrance - Jussi Adler-Olsen

    "Délivrance" est le 3ème roman du danois Jussi Adler-Olsen traduit en français aux éditions Albin Michel. Les deux premiers, à savoir "Miséricorde" et "Profanation", ont suscité un intérêt non négligeable.

    Cette fois-ci, l’auteur nous emmène dans le monde méconnu des sectes, en mettant en place une intrigue diabolique et sadique. Par cet ouvrage, il nous ouvre les portes sur ces communautés étranges qu’on ne peut comprendre. Des familles - adeptes -, ici, qui jouent le rôle de victimes.

    Une grande partie de la problématique de l’enquête résidera sur ce point-là ; les membres de sectes vivent en vase clos et ne parlent pas "aux autres", même en étant en grande difficulté.

    Comme dans "Miséricorde", l’auteur nous présente deux prises de vue différentes qui s’alternent au gré des chapitres ; ici, celle de l’enquête et celle qui nous fait suivre un prédateur. Cela nous permet d’avancer dans l’enquête de police en cours et en même temps de nous mettre dans la peau de celui qui tente justement de ne laisser aucune trace et de larguer les enquêteurs.

    Jussi Adler-Olsen lance également "une bouteille à la mer" pour démarrer son récit.

    Deux enfants - deux frères - sont retenus contre leurs grés dans une sorte de cabane, au bord l’eau, entravés et bâillonnés. L’aîné, avec le peu d’énergie qui lui reste, exploite l’ultime chance d’être retrouvés un jour ; il lance in extremis une bouteille à la mer par l’interstice de la paroi de la cabane. A l’intérieur, un message écrit avec son sang, un appel à l’aide.

    Une bouteille qui va être repêchée et qui va être longtemps, très longtemps oubliée sur le rebord d’une fenêtre dans ... un commissariat à Wick, en Ecosse.

    Parallèlement, nous découvrons une famille ; si on peut l’appeler comme ça. Composée d’une femme seule, abandonnée par un mari qui est sans cesse en voyage professionnel, une profession dont elle ignore tout. Un mari présent tout de même quelques fois, soit pour la frapper, soit pour la baiser. Il y a aussi un enfant, leur enfant.

    Mais cet homme, qui a visiblement une double vie, semble être un prédateur particulièrement dangereux, qui prend un soin sans précédent pour choisir ses victimes, ses terrains de chasse, avec un timing et une patience hors norme. Ses victimes sont principalement des familles issues de sectes, comme les Témoins de Jéhovah, pour ne donner qu’un exemple. Des gens un peu naïfs, peut-être... Ce prédateur manipulateur va choisir une famille avec cinq enfants pour exécuter son plan. Son tripe, ce sont les enlèvements d’enfants. Pourquoi ?

    Ce grand manipulateur très prévoyant commettra tout de même des erreurs, c’est inévitable. Son épouse, très souvent seule à la maison, va découvrir certaines choses sur lui en fouillant un peu dans ses affaires, respectivement dans son passé. Ce qu’elle va découvrir va dépasser tout ce qu’elle aurait pu penser. Son mari, visiblement, a établi un plan depuis bien longtemps.

    Un piège va lui être tendu, mais étonnamment pas par la police, ni par son épouse...

    Nous avons également le bonheur de retrouver Carl Morck, du département V, un nouveau département qui s’occupe de poursuivre de vieilles affaires qui n’ont jamais abouties. En plein remue-ménage suite à des problèmes de poussières d’amiante dans les sous-sols du bâtiment de police - emplacement de son bureau ! -, Carl Morck va s’occuper de cette bouteille jetée à la mer, qu’il ne prend pas vraiment au sérieux.

    Par contre, une affaire d’incendie qui n’a jamais été résolue capte un peu plus son attention, surtout lorsque l’affaire semble tourner en crime dissimulé. Trois autres incendies, provoquant à chaque fois un mort, ont également eu lieu récemment. Visiblement sans point commun ; quoi que...

    Concernant la bouteille retrouvée, après quelques expertises, l’affaire ressemblera de moins en moins à une plaisanterie et deviendra même prioritaire. L’appel au secours a été écrit il y aurait plus de dix ans et l’écriture semble provenir d’un enfant.

    Voila pour l’histoire !

    L’ambiance au sein de la brigade criminelle est franchement succulente ; j’irais même jusqu’à prétendre que cela me fait penser parfois à du Camilleri à la sauce hollandaise... euh pardon, danoise. C’est plein de finesse dans les interactions, les dialogues - de sourd parfois ! - sortent vraiment du même moule que l’écrivain sicilien. Le téléphoniste chez Camilleri me fait assez penser à Hassan, ici dans les bureaux de la criminelle de Copenhague. Etant un grand adepte de l’ambiance sicilienne de Camilleri, je ne peux qu’apprécier celle-ci, similaire, quoiqu’un peu moins méditerranéenne !

    A contrario, l’ambiance entre cet homme prédateur et son épouse soumise est absolument oppressante et dérangeante. L’auteur est arrivé à tendre entre ces deux personnages un câble qui est prêt à rompre à chaque secondes qui passe. On retient alors son souffle et on attend que cela passe. C’est assez violent, c’est le moins que je puisse dire.

    L’auteur nous démontre de quelles manières un être humain peut virer à la noirceur, à la folie totale. Nous pouvons en suivre le processus depuis l’enfance, une enfance qui s’est déroulée un sein d’une famille intégriste, dirigée par un père violent, ne jurant que par Dieu. Un homme respecté par la communauté mais pas tant respectable avec sa femme, ses enfants, qui en subissent les débordements.

    Soit, Jussi Adler-Olsen nous démontre à quel point une secte peut mettre à mal une famille.

    "Quand tu parles, on dirait qu’on égorge un cochon, lui dit son père, alors qu’ils passaient à table dans la cuisine. D’ailleurs, c’est à cela que tu ressembles. A un porc. Regarde-toi dans la glace. Regarde comme tes traits sont laids et grossiers. Colle ton horrible groin sous tes aisselles et sens comme tu pues. Va te laver, créature répugnante." Page 279

    Plusieurs pièces se mettent en place petit à petit et d’une manière intéressante. L’auteur nous présente plusieurs scènes qui, au bout d’un moment, se joignent les unes aux autres pour n’en former plus qu’une ; et celle-ci n’est pas forcément réjouissante.

    Bonne lecture.

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.