Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

L’important c’est d’aimer : de l’esbroufe et Romy

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

0 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Un jeune photographe reporter Servais Mont rencontre sur un plateau de tournage Nadine Chevalier, une actrice ratée contrainte, pour survivre, de tourner dans des films pornographiques. Immédiatement séduit, Servais Mont se rend chez elle pour faire une série de photos. La jeune femme est mariée à Jacques, un être fragile, à la fois drôle et amer, qui fuit les réalités de la vie. Très attirés l’un vers l’autre, Nadine et Servais se revoient. Ce dernier décide d’aider Nadine à son insu. Il veut commanditer une pièce de théâtre dans laquelle elle aura enfin un rôle digne de son talent...

Que reste-t-il du troisième long métrage d’Andrzej Żuławski, son premier grand succès commercial ? Bien sûr, l’interprétation hantée de Romy Schneider, qui lui vaudra le César de la meilleur actrice en 1976. Mais au-delà, comme les effets d’un spectacle pyrotechnique, la fumée s’est depuis longtemps dissipée et l’on regarde ces scènes outrancières destinées à des performances d’acteurs et d’actrices avec un agacement croissant. Que vaut la crise, lorsque quasiment chaque scène est une crise ? Que vaut le climax lorsque quasiment chaque séquence postule à la palme de l’emphase ? L’histoire d’une comédienne sur le déclin, contrainte de tourner dans des films pornographiques, devrait focaliser notre attention pourtant détournée par des invraisemblances, une volonté d’organiser le chaos surréaliste aux fins de choquer le bourgeois ou l’amuser. On laisse à chacun le soin de trancher.
Dès les premiers sauts de Jacques, prototype du clown triste, prêt à tout pour se divertir, on sent qu’un fossé nous séparera du destin tragique de ces fantoches exaspérants qui gesticulent, vocifèrent, font les malins. Que nous disent ces personnages marginaux, paumés, atrabilaires, théâtraux ? Rien de plus que ce qu’ils sont dans une démonstration permanente, ivres de leurs mots et de leurs effets, tandis que la caméra tournoie, zoome ou tremble à leur côté.
A ce jeu, l’excentrique Klaus Kinski est certainement le plus fort et Romy Schneider elle-même finit par se conformer à une hystérique dramaturgie, tapageusement soutenue par la musique de Georges Delerue, qui fixera pour longtemps la manière Zulawski, metteur en scène de ses propres intentions radicales, cinéaste performatif à défaut d’être performant. Mis sur orbite par cet objet artistique faussement lunaire, le réalisateur fera le spectacle pour un temps, avant de lasser le public…

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En DVD ou Blu-Ray

Galerie photos

spip-slider
spip-bandeau

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.