Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Macbeth - Jo Nesbø

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

4 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
2 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Dans une ville industrielle ravagée par la pauvreté et le crime, le nouveau préfet de police Duncan incarne l’espoir du changement. Aidé de Macbeth, le commandant de la Garde, l’unité d’intervention d’élite, il compte débarrasser la ville de ses fléaux, au premier rang desquels figure Hécate, puissant baron de la drogue. Mais c’est ne faire aucun cas des vieilles rancoeurs ou des jalousies personnelles, et des ambitions individuelles... qu’attise Lady, patronne du casino Inverness et ambitieuse maîtresse de Macbeth. Pourquoi ce dernier se contenterait-il de miettes quand il pourrait prendre la place de Duncan ? Elle invite alors le préfet et d’éminents politiques à une soirée organisée dans son casino. Une soirée où il faudra tout miser sur le rouge ou le noir. La loyauté ou le pouvoir. La nuit ou le sang. Mondialement reconnu pour sa série "Harry Hole", Jo Nesbø est considéré comme le chef de file du thriller scandinave. Avec Macbeth, il revisite le chef-d’oeuvre de Shakespeare dans un roman fiévreux et crépusculaire.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur Cultura

Vos #AvisPolar

  • Saveur Littéraire 11 avril 2021
    Macbeth - Jo Nesbø

    Très bien, je l’avoue. Je n’ai pas encore lu le Macbeth de William Shakespeare. Au moins, on ne pourra pas m’accuser de comparer consciemment ou non l’œuvre originale à cette réécriture moderne ! Jo Nesbø nous propose pour cette fois un roman tout à fait indépendant, qui n’a rien à voir avec sa série sur Harry Hole. Macbeth, réécriture moderne d’une tragédie shakespearienne, à la façon scandinave, qui dit mieux ?

    Après une première lecture de l’auteur sur un autre de ses romans, me voici partie sur ses traces, mal m’en prit… parce que cette expérience fut décevante et frustrante. Voilà, c’est dit. Comme dans presque tous les polars scandinaves, l’auteur prend son temps pour développer son décor, le décrire et nous le rendre aussi réaliste que possible, avec son ambiance industrielle et envahie par les substances illicites et dangereuses, les gangs qui se disputent une ville fichue, et la corruption omniprésente des institutions qui dirigent ce bout de bêton en proie à la criminalité. Un décor et un contexte admirablement mis en avant dès le premier chapitre, et qui annonce la couleur. Une belle écriture, vivace et maîtrisée, certes.

    Tragédie à venir, effusions de sang et trahisons dans le sillage des forces de police. Malgré le côté tranchant des mots sur une ville gangrénée, le bouillon ne prend pas, parce qu’après 100 pages de contexte, de présentation des personnages et de langage doux entre amoureux, on ne sait même pas si on a envie d’aller plus loin ; on sait juste qu’à ce rythme, l’abandon n’est pas loin. La promesse d’une tension inégalable et d’une tragédie à venir est bien loin, malgré quelques alliances qui se forgent petit à petit. Jo Nesbø tente de reproduire un langage amoureux et châtié en hommage à l’œuvre qu’il réécrit aux temps modernes, et ce qui fonctionne chez d’autres plumes s’effondre entre ses mains.

    Ce Macbeth-là ne prend pas, emprisonné sous des efforts qui n’aboutissent pas. Macbeth et Lady, par exemple, des amants qui se parlent sur un ton théâtral, et dont on finit par se moquer parce que ça manque de réalisme et de naturel. Réécrire dans une époque moderne, oui, mais dans ce cas, réécrire jusqu’au bout, avec un langage plus courant, moins naïf et dégoulinant de bons sentiments. Le langage irrite, le langage alourdit le peu d’action. Réalisme et cohérence ne sont pas au rendez-vous, pas plus que l’étincelle de la tragédie promise. Les enjeux sont là, évidemment, mais ils sont trop loin, trop dissimulés sous une brume de beaux mots pour être accessibles. Les personnages défilent aussi mollement que l’intrigue, qu’ils vivent ou qu’ils meurent m’indiffère hélas. Bah, que la main du destin s’occupe d’eux, ils ne sont qu’encre et papier, une redite moderne qui a semble-t-il du mal à s’affranchir de l’œuvre originale.

    C’est donc un abandon total empreint de frustration et de déception qui clôt cette aventure longue et plus tragique que polar. Au bout de 327 pages, j’ai déclaré forfait, et je vais vous expliquer ce qui a déclenché cette décision irréversible. Cette fichue scène de mièvrerie, bon sang. Le type trompant sa femme qui doit passer quelques jours avec elle, se rend compte qu’il l’aime encore d’un amour tendre et sincère, rompt avec sa maîtresse qui est aussi sa collègue, et dépose les armes devant celle-ci parce que Madame refuse de se faire larguer et se met en tenue toute aguicheuse pour le faire craquer une dernière fois, le tout en l’abreuvant de paroles accusatoires alors qu’elle chiale, pas pleure, mais chiale. Et vous savez ce qu’il fait ? Lisez, ne comptez pas sur moi pour vous le dire. Presque 330 pages pour abandonner sur ce passage imbuvable.

    Bref. Le Macbeth de Jo Nesbø tente de reprendre les codes shakespeariens sur un terrain moderne et échoue malheureusement à rendre le tout digeste et crédible, malgré une très bonne volonté et du courage, un peu d’audace, aussi. Ce n’est tout de même pas rien d’adapter une œuvre à une autre époque, et on doit au moins reconnaître cette prise de risque à un auteur qui tente de sortir de sa zone de confort. Ce qui n’a pas fonctionné pour moi saura peut-être vous convenir, alors si vous doutez, je vous donne la réponse tout de suite : laissez-vous tenter malgré mon avis. Ne prenez pas le risque de manquer un coup de cœur à cause d’un avis un poil grincheux. Quant à moi, je ne lâche pas l’auteur, le coup de foudre n’aura pas pu se faire ici, voilà tout !

    Par respect pour le travail de l’auteur, je ne mets pas de note.

    (https://saveurlitteraire.wordpress.com/2021/04/11/141-macbeth-jo-nesbo/)

  • Sylvie Belgrand 8 septembre 2020
    Macbeth - Jo Nesbø

    Shakespeare était un génie. Macbeth est intemporel. Après avoir lu cette adaptation, je ne suis pas loin de penser que Jo Nesbø est lui-même un génie.

    Il a su garder l’essence du drame pour en faire un thriller bien noir, rythmé, plein de sens et de questionnements.

    Une belle réussite !

    #Macbeth #JoNesbø #SérieNoire #Gallimard #Polar #thriller #lecture #livres #chroniques

    Le quatrième de couverture :

    Dans une ville industrielle ravagée par la pauvreté et le crime, le nouveau préfet de police Duncan incarne l’espoir du changement. Aidé de Macbeth, le commandant de la Garde, l’unité d’élite d’intervention, il compte débarrasser la ville de ses fléaux, au premier rang desquels figure Hécate, puissant baron de la drogue. Mais c’est ne faire aucun cas des vieilles rancœurs ou des jalousies personnelles, et des ambitions individuelles… qu’attise Lady, patronne du casino Inverness et ambitieuse maîtresse de Macbeth. Pourquoi ce dernier se contenterait-il de miettes quand il pourrait prendre la place de Duncan ? Elle invite alors le préfet et d’éminents politiques à une soirée organisée dans son casino. Une soirée où il faudra tout miser sur le rouge ou le noir. La loyauté ou le pouvoir. La nuit ou le sang. Mondialement reconnu pour sa série "Harry Hole", Jo Nesbø est considéré comme le chef de file du thriller scandinave. Avec Macbeth, il revisite le chef-d’œuvre de Shakespeare dans un thriller fiévreux et crépusculaire.

  • genli 13 juillet 2020
    Macbeth - Jo Nesbø

    Le livre s’ouvre sur le voyage d’une goutte de pluie et l’on finira par le parcours d’une autre goutte de cette pluie récurrente sur la ville portuaire qui sert de décor au roman. Une ville industrielle à l’agonie où règnent chômage, pauvreté, corruption, lutte violente entre deux gangs de dealers de drogue, concurrence acharnée entre deux casinos...
    Entre les deux gouttes de pluie se déroule une sombre histoire fortement inspirée de la tragédie de Shakespeare, dans laquelle le héros, Macbeth, un flic adulé par ses pairs, chaleureux, exemplaire et droit, malgré un lourd passé de junkie, finit par se laisser gagner par la soif du pouvoir, poussé par l’ambition de sa femme, Lady, à la tête du casino huppé de la ville, et aussi par le désir de nettoyer la ville de toutes ses tares.
    Mais cette ambition réveillera ses vieux démons et il tombera dans les mêmes ornières que ses prédécesseurs, semant chaos et meurtres sur son chemin, reniant ce à quoi il a longtemps cru.
    Tout cela est écrit dans un rythme fiévreux, où se mêlent scènes réalistes très sanglantes et rêves hallucinatoires, où combattent les sentiments les plus puissants :amour et haine, volonté et remords,bien et mal...
    Un livre qui aurait pu s’appeler "Splendeur et décadence". 685 pages de plaisir malgré la noirceur et le pessimisme du propos.
    Un grand Nesbo. L’auteur est au sommet de son talent.

  • nane 15 février 2019
    Macbeth - Jo Nesbø

    TRES TRES déçue par ce livre,on se croirait dans un mauvais film américain,600 pages d inepties,il faut se ressaisir,J hésiterai pour le prochain !!😤😤😤😭😭

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.