Parasite - Arnaud Codeville

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

5 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Au cœur de la forêt de Raismes, près de Valenciennes, quatre adolescents repèrent un monastère en ruine. Ils y découvrent une crypte condamnée, où résonnent encore les pratiques d’un culte païen.
Ils ne sont pas seuls.
Tapie dans l’ombre, une menace les guette…

Vos #AvisPolar

  • Valerie Dufourd 18 janvier 2019
    Parasite - Arnaud Codeville

    Parasite… un parasite est un organisme qui s’infiltre en vous. Il vit à vos dépens et met votre organisme en danger, l’affaiblissant, le pompant, modifiant l’être que vous êtes pour se nourrir et user de vous.
    Quoi de plus terrifiant qu’être à la merci d’un hôte indésirable ? quoi de plus terrible qu’être livré à ce parasite ?
    4 jeunes adolescents enfourchent leur bicyclette pour vivre les derniers instants de leurs vacances d’été. 1982 … J’avais 16 ans en 1982 et même si j’étais alors plus âgée que ces mômes, je me souviens très bien de mes préoccupations 2 ans plus tôt. Partir à vélo explorer les forêts environnantes, faire les 400 coups avec mes potes, nous foutre la trouille, penser avoir découvert le Graal au détour d’un chemin sous la forme d’une vieille ruine que nous pensions être les premiers à explorer, fumer en cachette croyant nos parents assez stupides pour ne pas s’en apercevoir et nous croire immortels… surtout nous croire immortels, et bêtement nous croire immortels.
    Quand j’ai découvert les premières pages de Parasite, j’ai été immédiatement projetée dans les années 80 auprès de gamins qui auraient pu être mes amis, qui ressemblaient à s’y méprendre à mes amis. Et c’est troublant. Arnaud Codeville nous livre là une peinture extrêmement réaliste de ces années-là. On a tous croisé et fréquenté des Alexandre, Samuel, Chloé et Ben ; mieux on a tous de ces petits en nous. Leur univers n’est ni caricatural ni banal il est juste le reflet de la réalité. L’auteur aborde leur vie comme un portrait de la société minière des années post 30 glorieuses et ce portrait est douloureux car il nous renvoie à des heures difficiles dans le Nord de la France. Arnaud Codeville profite de son récit pour aborder des questions plus profondes comme la situation dans les bassins houillers qui terminent leur histoire après déjà 20 ans de crise. Il parle d’alcoolisme, de chômage, de violences familiales, de décès. Ces gosses en ont déjà bien bavé avant de faire la rencontre de leur vie. Et cette rencontre va bouleverser leurs jeunes existences déjà bien malmenées.
    J’avais un jour dit que ce que j’aime chez un auteur c’est sa capacité à me raconter son histoire en provoquant chez moi des ah, des oh, des rires, des larmes, de l’inquiétude voire de la peur et surtout du wiiiiz. Bref de me surprendre ! Ce roman a provoqué tout ça chez moi.
    Les personnages ont une épaisseur qui est déroutante. Ils sont toujours vrais et ont cette étonnante capacité qu’ont les adolescents à garder leur âme de mômes à l’approche de l’âge adulte. Vous savez, cette incroyable aptitude à rire malgré les pires situations, ce don qu’on perd en gagnant du poil au menton. En outre, le style très visuel, très cinématographique d’Arnaud Codeville permet à ce récit d’offrir des accents de véracité troublants, très propices à la peur. La plume de l’auteur prend de l’assurance et cela pour notre plus grand plaisir. Plus sûre mais aussi plus fine elle progresse de roman en roman et ce que j’avais perçu avec la tour de sélénite qui se confirmait avec 1974 éclate dans Parasite.

    Un parasite n’est jamais bienveillant, il est dangereux pour son hôte. Peut-être est-il déjà en vous ?
    Je ne peux que vous souhaiter de ne pas sortir indemne de cette lecture et qu’elle vous accompagne au-delà du sentiment de peur sur un continent qui porte le nom de Terreur.

  • Céline T. 18 janvier 2019
    Parasite - Arnaud Codeville

    Lu parasite de Arnaud Codeville :
    Après « La tour Sélénite » et « 1974 » que j’ai adorés, je l’attendais ce 3e opus … Alors voici mon avis de lectrice :
    D’abord, un bref retour sur l’histoire :
    Une bande de gamins dans une forêt du Nord de la France, ils y découvrent ce qu’ils n’auraient pas dû et tout s’enchaîne très vite jusqu’à le regretter dans le futur. Voilà, ça y est vous êtes dans le monde horrifique de l’auteur, celui qui nous colle des frissons, celui nous fait vibrer et qui vous parasite l’esprit tant que vous n’avez pas terminé la dernière page. C’est cela, « Parasite »
    Ce qui est étonnant, c’est à la vitesse où nous nous attachons aux personnages, aux lieux et à cette atmosphère. Une plume qui s’affûte, qui s’aiguise, il n’écrit pas pour vous raconter une histoire, il écrit pour que vous la viviez. Je pourrais parler pendant des heures de Ben, Alexandre, Chloé et Samuel et de ce côté relationnel que l’auteur a su développer en profondeur avec des mots et des actions parfois percutantes .Et quand vient le mot de la fin, c’est avec un regret non dissimulé que je les aie quittés.
    Une histoire horrifique, certes, mais pas que. L’auteur joue avec vous, il peut vous coller des sueurs froides, la chair de poule, le palpitant et à tout instant, l’histoire peut prendre un virage à 360 degrés pour vous toucher en pleine balle émotionnellement…
    Il n’a pas oublié que pour créer une tension de terreur, il faut savoir jouer avec les sentiments du lecteur et il le fait remarquablement bien. Tout, absolument tout, se fait au niveau des ressentis. Je retiendrai cet ascenseur émotionnel durant toute ma lecture et au fil des pages. Je vais même vous avouer que j’ai dû le reposer des fois pour souffler.
    Je suis tombée tête baissée dans son roman, une histoire qui m’a fait replonger également dans mes films d’horreur que je regardais dans les années 80 en me rongeant les ongles... Une écriture très visuelle, un mélange de présent et de passé sur une chronologie parfaite qui se percute de plein fouet pour faire un final magistral.
    Arnaud Codeville en signant ce 3e opus démontre une nouvelle fois, pour moi qu’il reste un de mes auteurs préférés dans sa catégorie, l’attente a été longue… Mais je veux bien attendre 2 ans entre chaque livre pour qu’il me fasse vibrer de nouveau. J’ai adoré 1974 et il a été mon coup de cœur 2016… Aujourd’hui parasite est sans conteste aussi un coup de cœur.
    Bref, tout y est, une histoire originale, des personnages complets, une ambiance et une atmosphère qui se percutent, une plume qui transporte le lecteur. C’est tout ce que j’attends d’un bon livre !

  • Ophé Lit 18 janvier 2019
    Parasite - Arnaud Codeville

    Avec ce troisième roman Arnaud Codeville frappe fort ! Sa plume s’est encore étoffée, son style a mûri et exit les maladresses.

    Chronique de la maturité

    Dans Parasite, il nous livre des personnages attachants, plus complexes et mieux construits que dans ses deux premiers romans.Docteur ès ambiance horrifique, il nous balade entre deux époques, et bien malin celui qui peut deviner dans laquelle il emporte le lecteur en début de chaque chapitre… Il joue et se joue de nous en n’allant jamais où on l’attend jusqu’à un final qui m’a laissée scotchée.Portées par un style très cinématographique, c’est sous un plaid et avec un thé que j’ai suivi les aventures de ces quatre adolescents. Je savais que j’allais frissonner, regarder au dessus de mon épaule pour m’assurer que j’étais bien seule tant il était certain que j’allais vivre l’histoire… C’est la Arnaud Touch, cette capacité à nous plonger dans les années 80 ou 90, à générer de l’angoisse et à nous faire vivre la lecture.Au delà de l’ambiance, Arnaud m’a touché avec certains passages : il évoque la perte d’un être cher, les violences intra-familiales, le chômage, l’alcoolisme… Mais rend aussi un bel hommage aux gueules noires, à son nord natal et à l’amitié. Il a mis beaucoup d’émotions entre les lignes et une sensibilité que je n’avais pas perçu dans ses romans précédents.

    Une nouvelle évolution donc avec ce troisième roman qui confirme le talent de ce jeune auteur et sa place au sein du genre horrifique.
    Difficile d’en dire davantage sur ce roman. Il n’est pas dans mes habitudes de spoiler une lecture au risque d’en gâcher la découverte.Arnaud a fait le choix d’une quatrième de couverture très courte et mystérieuse et je respecte cette volonté de l’auteur.

    Il ne me reste qu’à vous conseiller de suivre ces quatre adolescents au cœur de la forêt de Raisme pour découvrir avec eux ce monastère et les secrets qu’il recèle…. En vous souhaitant de bons frissons !

  • lesmotsdelau 19 janvier 2019
    Parasite - Arnaud Codeville

    Enfin le troisième roman de l’auteur ! On était nombreux à l’attendre et on peut dire que notre patience a été récompensée, car voici venu un beau bébé de 410 pages tout prêt à être dévoré. À moins que ce ne soit l’inverse, méfiez-vous ! Les ténèbres ne sont jamais bien loin.

    Été 1982, nous sommes près de Valenciennes, la chaleur étouffante et la sécheresse rendent difficile les activités pendant cette période de vacances scolaires. Un groupe de quatre adolescents se donnent rendez-vous en bordure de forêt afin d’aller se balader sur les sentiers.
    Les quatre amis, pour tuer le temps, décident de partir à la recherche d’un ancien bunker allemand bien connu de la région. Mais en chemin, après avoir gravi une montée bien escarpée ils observent en contrebas, enfoui entre les arbres et les feuilles, un vieux monastère en ruine.
    Changeant leur plan à la dernière minute, ils vont aller explorer ces vieilles pierres et découvrir bien malgré eux ce que la nature tentait de dissimuler.
    N’écoutant que leurs envies de découverte et leurs soifs d’aventure, ils vont profaner un lieu condamné et libérer un mal très puissant. Dès lors, leur vie sera changée à jamais.
    Leur simple et banale promenade en forêt va tourner au drame entraînant le chaos, une déferlante d’horreur qui n’épargnera personne.

    J’ai découvert cet auteur avec son premier livre « La tour de sélénite » puis j’ai enchaîné avec son second qui a pour titre « 1974 ». Le genre horrifique me plaît beaucoup, et je sais qu’un livre d’Arnaud Codeville finit toujours droit dans le mille. Ses deux premiers ouvrages m’avaient totalement séduite et vous allez me dire est-ce le cas aussi pour « Parasite » ? Eh bien oui ! C’est le tiercé gagnant qui confirme ce que je savais déjà sur cet auteur.
    Le fantastique et l’horrifique se côtoient de près pour délivrer un récit qui va vous faire frissonner. Surement après cette lecture, en allant vous coucher, vous vérifierez plus d’une fois dans votre maison si toutes les portes de vos pièces sont fermées comme elles sont supposées l’être.
    Si vous regardez par votre fenêtre la nuit afin d’admirer votre magnifique jardin sous le doux reflet d’un réverbère, vous pourriez avoir certaines visions, qui vous donneraient aussitôt envie de déménager. Cette peur qui prend possession de vous une fois que la nuit est tombée ne va pas se tarir à la lecture de ce roman, au contraire, vous allez ouvrir grand la porte aux démons et à ce qui se cache dans l’obscurité.
    Si l’envie également vous prenait, juste pour rire, d’essayer les voies du paranormal, ce livre vous ferait passer l’envie de le faire. Le jeu pourrait bien se retourner contre vous et faire de votre vie un enfer. Vous l’aurez bien compris, la terreur à l’état pur va faire partie intégrante de cette histoire, la mort rôde partout et si vous n’êtes pas vigilant elle vous emportera bien vite pour le repos éternel.

    Nous allons suivre deux histoires en parallèle centrées sur la vie du personnage principal qui est Ben. Un Ben adolescent accompagné de ses trois meilleurs amis et un Ben trentenaire, papa d’un jeune garçon. Entre les deux époques, c’est l’inconnu, le flou total, le néant, on ne sait rien ! C’est frustrant, car on va vouloir à tout prix savoir ce qu’il s’est passé afin de pouvoir combler l’espace de ces années qui séparent ces deux histoires. Car des choses vous pensez bien qu’il va s’en passer ! Mais quel sera le lien entre les deux ?
    Plusieurs scènes très réalistes vont retenir votre attention, entre fantômes, démons, secrets, ce livre sait tenir en haleine le lecteur. Un épilogue réussi, qui vient apporter toutes les réponses qu’on attend de cette histoire tout en y mettant un beau point final.

    Mon conseil : Attendez le soir ! Installez-vous confortablement et lisez ce livre avec le minimum de lumière possible, pour vous plonger ainsi dans des conditions optimales et savourer au mieux cette lecture.
    Vous allez sûrement être à l’affût du moindre bruit dans votre maison et vous ne regarderez plus les gens qui vous entourent de la même façon.
    Vous laisserez-vous à nouveau tenter par vos envies d’évasions bucoliques quand celles-ci vous feront vivre un véritable cauchemar ?
    Entre épouvante et atrocité, vous vous retrouverez bien impuissant. Attention ! Quoi que vous trouviez en chemin, cela vous suivra jusqu’à chez vous …

  • nathf 7 février 2019
    Parasite - Arnaud Codeville

    Forêt de Raismes - Nord de la France - Quatre adolescents se promènent à vélo, en forêt quand ils découvrent un monastère en ruine.
    Curieux et intrépides, ils décident de s’y aventurer.
    Ce qu’ils vont découvrir va bouleverser leur vie à tout jamais.....
    Les amateurs de terreur et fantastique connaissent Arnaud Codeville.
    Il revient en force avec ce troisième opus qui, selon moi, est le plus abouti.
    Avec un petit air de " ça " de Stephen King, il nous balade des années 80 à nos jours avec ce groupe de copains qui risquent de regretter leur découverte.
    L’auteur se dévoile plus que jamais en mettant à l’honneur sa région et en ajoutant une bonne dose d’émotions moins présentes dans ses précédents romans.
    Le style est fluide et à ce point cinématographique que vous risquez de sursauter au moindre bruit.....mais c’est le but du jeu.
    Je ne peux malheureusement pas parler de certains faits sans spoiler, mais sachez que le final m’a abasourdie.
    Même si j’ai beaucoup apprécié ses récits antérieurs, je n’étais pas allée jusqu’à accorder 5 étoiles. Cette fois, Arnaud Codeville les obtient haut la main.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.