Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Seule la haine - David Ruiz Martin

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

3 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Elliot est intelligent. Elliot est sensible. Elliot a quinze ans aujourd’hui. Elliot a tout pour être heureux. Mais Elliot a vécu un drame. Elliot est dévasté. Elliot cherche des réponses... ... alors Elliot s’est pointé avec un flingue chargé. Persuadé que Larry Barney, psychanalyste spécialisé dans les troubles de l’adolescence, est responsable du suicide de son frère, Elliot, quinze ans, se présente armé dans son cabinet. Séquestré, Larry n’a d’autre choix que de laisser le jeune homme lui relater les derniers mois. Mais très vite, c’est l’escalade de l’horreur : Larry est jeté dans un monde qui le dépasse, aux frontières de l’abject et de l’inhumanité. Au fil du récit, tandis que les détails se succèdent, une seule idée l’obsède : celle de s’en sortir, à tout prix...

Vos #AvisPolar

  • Mes évasions livresques 11 mars 2020
    Seule la haine - David Ruiz Martin

    Premier rendez-vous avec l’auteur David Ruiz Martin, et ce rendez-vous est malheureusement manqué...

    Avec Seule la haine, l’auteur plonge le lecteur dans un thriller psychologique malsain et anxiogène, ce que j’apprécie habituellement.
    Malheureusement, j’ai trouvé à ce roman trop de longueurs malgré que ce soit un roman assez court (moins de 250 pages).

    Toute la partie huis clos m’a plu, bien que le récit fut parfois un peu confus, mais dès qu’on sort du huis clos, j’ai trouvé le récit ennuyeux.

    L’exercice du huis-clos en lui-même est intéressant, le côté manipulateur aussi mais j’ai eu du mal à croire qu’un enfant de 15 ans arrive à faire douter un psy de tout, même de ce qu’il est sensé connaître le mieux.

    L’auteur a cependant une plume intéressante mais je pense que son récit aurait été bien plus efficace au format nouvelle car dès qu’on était plus dans le huis clos, j’ai ressenti comme un récit étiré inutilement.

    De bonnes idées mais trop confuses pour moi, j’ai vu que d’autres blogueuses avaient vraiment beaucoup aimé ce livre alors je vous laisse vous faire votre propre avis.

  • jeanmid 24 avril 2020
    Seule la haine - David Ruiz Martin

    Vive le polar suisse !
    Après Marc , Nicolas et Florian voici le quatrième larron . Et un sacré numéro autant vous le dire tout de suite ! Avec « Seule la Haine » il met la barre très haut , nous offrant une plongée en apnée dans son univers diabolique .Impossible de ne pas être embarqué par cette histoire incroyable où la tension est palpable à chaque instant ( pour les personnages comme pour le lecteur .
    Un roman en forme de (quasi ) huit-clos entre un adolescent de quinze ans surdoué et un psychanalyste réputé . Une terrible confrontation entre Elliott , un garçon très intelligent mais hypersensible , qui souffre de la disparition de son demi-frère - Simon qui s’est suicidé il y a peu - et Larry chez qui Simon était justement suivi . Pour Elliott il n’y a pas de doute possible : si Simon s’est suicidé c’est la faute du Doc qui n’a pas su le soigner correctement . Alors l’ado a bien l’intention de se venger : un pistolet pointé sur Larry il va alors le forcer à écouter son histoire : une histoire à peine croyable mettant en scène deux adolescents , qu’il surnomme Brad et Sam . Deux monstres , capables du pire et d’actes si horribles que l’entendement ne peut associer ces crimes à ces si jeunes enfants …Des heures durant Larry va alors subir les paroles d’Elliott , les photos à l’appui de ses dires et avec lui , disparaitre peu à peu dans un abime infernal .

    J’ai été frappé par la qualité de construction du scénario et la puissance des mots déployés par l’auteur dans ce roman . Je ne vous cache pas m’être senti « présent » dans cette pièce à écouter les paroles d’Elliott , ressentir les souffrances du Doc comme si un mal-être avait pénétré mon esprit . David Ruiz Martin réalise un exercice de style parfaitement réussi parvenant à fouiller nos inconscients collectifs , à l’épreuve de la douleur psychologique . Un livre dur , angoissant et d’une noirceur absolu qui révèle au grand jour une sacrée plume .
    J’attend , comme vous l’imaginez , avec une grande impatience sa prochaine oeuvre .

  • universpolars 10 juin 2020
    Seule la haine - David Ruiz Martin

    Mais quel puissant récit ! Profond ! Imaginez un pré-ado entrer dans le cabinet d’un psychanalyste, un gamin considérant le praticien comme étant responsable du suicide de son frère. Imaginez que ce jeune est armé d’un flingue et qu’il veut en découdre avec cet homme. Bon, arrêtez d’imaginer, car c’est ce que vous allez vivre ici !

    Ce gamin, c’est Elliot, et il est loin d’être idiot. Il va peut-être même vous dégoûter d’être un adulte. Les diatribes de ce môme, dès les premières pages, nous font rentrer la tête dans les épaules. Sur le fond, ses propos ont du sens, c’est pertinent et éclairé. Sur la forme, c’est une autre histoire.

    Bienvenue dans ce huis-clos qui a pour cadre un cabinet de psy et comme acteurs un jeune intrépide rempli de haine et un homme doté d’une bonne faculté analytique ! La violence contre la raison, quoi que ...

    C’est tendu, très tendu. Le style qu’utilise l’auteur n’aide pas vraiment à faire baisser cette tension. Un froid clinique, s’échappant de chaque page tournée, nous glace le sang. Cette ambiguïté et cette incertitude qui nous sont envoyées à la face sont peut-être bien la cause de tout ceci. Même les silences nous perforent les tympans !

    On écoute, toujours plus attentivement. Et on comprend. On compatit puis, la bouche bée et les yeux écarquillés, on pose un genou à terre. Je ne vous en dirai pas plus. Il faut être là pour entendre. Ça claque, ça résonne, ça te cogne contre les tempes. Plusieurs entités fortes et charismatiques prendront alors vie dans ce cabinet : les mots. Lourds de sens, lourds de conséquence.

    L’auteur, avec cet assaut verbal, cette mise à nue, ces confidences, appuie là où ça vous brise le cœur. Le mal-être, la haine ou encore l’incompréhension vont s’avérer être ici des éléments-clé. Mais pas seulement.

    David Ruiz Martin, avec ce récit d’une impressionnante noirceur, nous aspire dans un gouffre débordant de cruauté et nous implique, malgré nous, dans une spirale sans fin menant à une totale perversion. Ce récit est une prise d’otage de l’âme ! Ce rythme, cette densité (!!) m’ont achevé.

    Je ne vais pas vous en dire plus. Cette histoire - ce combat ! - vous fera certainement réfléchir. D’un point de vue psychologique, c’est lourd ! La manipulation mentale pourrait-elle être irrémédiable, irréversible ? Lisez !

    Bonne lecture.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.