Ainsi fleurit le mal - Julia Heaberlin

Notez
Notes des internautes
5
#AvisPolars
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Tessa est pour tous une " Marguerite ". Elle a été baptisée ainsi par les journalistes après avoir été retrouvée amnésique, sur un tas d’ossements humains et au côté d’un cadavre, dans une fosse jonchée de milliers de marguerites jaunes aux yeux noirs. Elle est l’unique survivante d’un tueur en série identifié, jugé et condamné par la justice du Texas. Dix-huit ans plus tard, Tessa est une mère de famille accomplie et épanouie. Jusqu’à ce qu’elle découvre, la veille de l’exécution de l’assassin, un parterre de ces mêmes marguerites repiquées sous ses fenêtres. Voyant vaciller sa tranquillité et ses certitudes, Tessa n’a alors d’autre choix que de rejoindre le camp de la défense, pour que la vérité soit faite, pour que le cauchemar ne recommence pas.

Vos #AvisPolar

  • Au rayon des livres 18 mai 2018
    Ainsi fleurit le mal - Julia Heaberlin

    C’est au côté du cadavre d’une étudiante et de tout un tas d’os que Tessa Cartwright a été retrouvée dans un champs en friche, jonché de marguerites jaunes aux yeux noirs.
    L’unique rescapée alors aveugle et amnésique, victime d’un serial killer, a 18 ans plus tard repris une vie normale. Enfin presque…

    Mère de famille élevant seule sa fille adolescente, elle entend toujours les voix des victimes, celles des autres “marguerites”.

    Terrell Darcy Goodwin le coupable, est dans le couloir de la mort ; mais à quelques jours de son anniversaire, Tessa découvre un matin que des marguerites jaunes aux yeux noirs ont été planté sous sa fenêtre. Le doute s’installe…

    Et si le véritable meurtrier était toujours en liberté et pourquoi venir la narguer près de 20 ans plus tard ?

    A chaque chapitre, on alterne entre les flash-backs des séances de psy de l’époque à trois mois de l’ouverture du procès, et le quotidien de Tessa qui tente de protéger sa fille. La fin de chacun d’entre eux se termine sur un cliffhanger, faisant ainsi de ce roman un page-turner redoutablement efficace. Impossible donc de refermer ce livre avant de l’avoir terminé.

    Certains pourront trouver l’écriture manquant un peu de rythme mais l’auteure fait durer le suspens, ce qui rend justement la lecture haletante, presque addictive.

    Sur fond de peine capitale où traumatisme psychique, manipulation mentale allant même jusqu’à la folie, pardon mais aussi amitié, se mêlent dans ce roman psychologique qui peut sur certains points, rappeler “Tout n’est pas perdu” (de Wendy Walker) mais avec une fin beaucoup plus aboutie, surprenante et inattendue.

  • Sharon 22 février 2019
    Ainsi fleurit le mal - Julia Heaberlin

    Ainsi fleurit le mal est un roman que j’ai eu beaucoup de mal à lâcher avant de l’avoir terminé, un roman policier que je ne peux que recommander. Mais pour quelles raisons ?

    La narration ? Nous sommes à la fois dans le présent, le moment où Tessa se souvient et s’engage pour que celui qui est considéré comme un tueur en sérieux soit gracié, et le passé, qui détermine ce que Tessa est devenue : son agression, sa survie quasi-miraculeuse, sa préparation au procès et sa thérapie (qui n’est pas la première) pour surmonter ce qui lui est arrivé. Les deux narrations, qui alternent jusqu’à un certain point, sont toutes deux parfaitement linéaires et faciles à identifier – jeux temporels, oui, lecteurs perdus, non.

    Les personnages ? Il faut dire que Tessa est attachante par sa combattivité, sa volonté de ne pas oublier ce qu’elle croit, même si on (son psy, notamment) essaie de la ramener vers davantage de rationalité. Tessa n’oublie pas les Marguerite, ces compagnes d’infortune. Leur redonner ce dont elles ont été privées – leur identité – est important pour elles, pour leur famille, pour Tessa. Rétablir la vérité également.

    L’ambiguïté des personnages ? Tessie (la jeune Tessa) a grandi dans un univers digne des contes de fée, un univers dans lequel ses grands-parents n’avaient pas peur de lui raconter des histoires un peu sanglantes, très cruelles, loin de l’univers littéraire aseptisé dans lequel grandissent les petits américains. Lydia, sa meilleure amie, participe aussi à cette composante, si proche, puis si lointaine. Elle est l’héroïne implicite de l’histoire.

    La charge contre la peine de mort ? Bien sûr, de France, on peut ne pas se sentir concerné, puisque la peine de mort est abolie. Cependant, ce que j’ai apprécié est que les avocats qui ne comptent ni leur temps ni leur peine pour que vivent leurs clients ne se préoccupent pas de leur culpabilité – pas seulement. Il est facile de prendre fait et cause pour un innocent injustement condamné. Il l’est beaucoup moins quand il est coupable, sans doute aucun.

    Les choix narratifs ? L’auteur a choisi de passer certaines scènes sous silence – des scènes attendues, sans doute, par certains lecteurs, telles que le procès. Elle a préféré privilégier les conséquences de ses scènes sur les personnages, et surtout sur Tessa.

  • Killing79 22 février 2019
    Ainsi fleurit le mal - Julia Heaberlin

    Le titre mystérieux « Ainsi fleurit le mal » et la magnifique couverture de l’ouvrage, parsemée de marguerites jaunes, me promettaient un bon moment de frisson.

    Dès les premières pages, l’écriture simple fonctionne et on se retrouve dans l’histoire. Les éléments de l’intrigue sont présentés très rapidement et on est tout de suite au fait de la problématique. Pour faire avancer les évènements, Julia Heaberlin alterne dans sa narration entre deux moments importants : Le passé qui raconte les jours juste après le drame et le présent qui dévoile les répercussions vingt ans après.

    Je me suis lancé avec envie, attiré par cette quête de la vérité. Malheureusement, j‘ai vite été chagriné par quelques faiblesses. Tout d’abord, j’ai trouvé le texte parfois un peu confus. Ça n’altérait pas l’histoire mais je me sentais parfois un peu perdu, surtout avec tous les lieux qui se succédaient. De plus, l’encéphalogramme de l’action reste constamment plat et le suspense ne monte jamais. Je tournais les pages gentiment sans me sentir ni oppressé ni stressé. Pour compenser cette monotonie, l’auteur aurait pu apporter une dimension machiavélique plus marquante, qui nous aurait pris aux tripes. Mais là non plus, les évènements violents de l’époque ne sont pas développés et il ne se passe pas grand-chose de dérangeant dans les faits actuels. Sur le thème choisi, le manque de tension et de méchanceté est un réel handicap pour un livre qui se veut être un thriller psychologique.

    C’est donc un polar dont l’intrigue est passionnante mais le traitement un peu moins. A mon goût, le roman a trop de pages (moi qui me plains toujours que les livres sont trop courts !), car elles ne servent pas à approfondir les personnages ou l’histoire, mais simplement à faire du volume. Le récit se retrouve donc un peu longuet et répétitif par moments.

    Après tous ces éléments, vous devez penser que je n’ai pas aimé, mais vous avez tort ! J’ai apprécié cette lecture conventionnelle avec son scénario bien pensé et sa fin originale. Il s’agit en plus de mon premier contact avec l’auteur, donc je suis indulgent. Je mets quelques espoirs dans les doigts de Julia Heaberlin qui détient, à n’en pas douter, un réel potentiel pour s’imposer… en corrigeant certaines choses.

  • Des plumes et des livres 9 mars 2019
    Ainsi fleurit le mal - Julia Heaberlin

    Tout au long du roman, les chapitres alternent le présent et le passé. Le présent avec Tessa, et le passé avec Tessie. Nous sommes d’emblée plongés dans la tête de Tessa. Les questions s’accumulent au fil des pages, j’ai été comme absorbée par ce roman. Au fil des chapitres, l’histoire prend une tournure de plus en plus sombre.

    J’ai été absorbée, hypnotisée par le plume de Julia Heaberlin. A la lecture de ce thriller, nous n’avons pas le temps de nous ennuyer, les révélations / rebondissements arrivent toujours à point nommé pour relancer l’intérêt de sa lecture. De plus, avant d’obtenir des réponses, le lecteur a le temps d’émettre lui-même des hypothèses, de se questionner sur les événements qui viennent d’être décrits.

    Evidemment, nous lisons le livre du point de vue de Tessa / Tessie, nous nous attachons à elle et à son histoire ; mais l’auteure ne nous tient pas en haleine uniquement avec les événements vécus par Tessie, il y a aussi le sort de Terrell Darcy Goodwin qui attend dans le couloir de la mort. Au fil de la lecture, on se demande si son sort est bouclé ou si sa condamnation allait être annulée…

    Les personnages et leur complexité sont bien travaillée par Julia Heaberlin. J’ai trouvé dans ce livre de quoi m’évader, mais aussi pour réfléchir, émettre des hypothèses, me questionner. Un très bon thriller qui n’attend qu’à être découvert !

  • Ju lit les Mots 11 mars 2019
    Ainsi fleurit le mal - Julia Heaberlin

    Un livre dont la lecture au départ m’a dérouté ! Pour arriver au final à être un vrai coup de coeur ❤

    Même si l’intrigue est lente à se mettre en place, ce qui pour moi était déstabilisant, l’auteur manie avec art l’alternance des époques et sait faire monter en nous le désir de connaître la fin avec avidité !

    La plume est simple mais addictive, le choix de l’alternance des deux « personnalités-époques » de notre héroïne ne donne que plus d’ambiguïté au personnage et aux évènements. L’auteur brouille les pistes avec talent et virtuosité.

    Il y a un avant l’événement qui fera basculer une vie et un après.

    Les sentiments sont très forts et bien transcrits du coup on vit les angoisses et surtout la révolte de cette ado marquée dans sa chaire et son esprit par ce qu’elle a vécu et nécessairement l’adulte qu’elle est a été marquée. Son attitude est au départ fuyante mais plus on avance dans la lecture plus Tessa grandit pour s’épanouir et en fin de compte réaliser à quel point elle a laissé sa vie lui échapper et cet évènement devenir prégnant dans son quotidien.

    A vouloir sauver une personne elle se sauvera elle-même et reprendra les rênes de sa vie.

    Un roman d’une grande psychologie avec beaucoup d’espoir malgré la noirceur de certains personnages qui, au détriment d’autrui se construisent sur la faiblesse des autres sans se soucier du mal qu’ils font, tout persuadés qu’ils n’ont fait que rendre service.

    L’auteur brouille les pistes à plusieurs reprises.

    « Que disait cette citation de Poe que Lydia aimait tant ? » j’ai sombré dans une folie ponctuée de longues périodes d’horrible lucidité »

    Si vous pensez trouver la clé de cette histoire machiavélique rapidement détrompez – vous !

    Au final vous finirez comme moi ! La bouche grande ouverte de stupeur avec un grand « merde alors » !

    On ne peut finir ce livre sans être sur « le cul », bein oui c’est le cas de le dire, ainsi fleurit le mal est un titre plein de bons sens et une vérité assénée avec brio avec un style très rythmé grâce à l’alternance des époques.

    Avec ce livre, l’auteur pose la question de la peine de mort aux États-unis et à sa légitimité et surtout se pose la question de la fragilité des témoins au moment du procès. Ainsi Tessa qui témoigne n’a que 17 ans, comment s’est construit son témoignage, comment se joue la vie d’une personne coupable ou non.

    « Tout ce temps je me suis protégée,et jusqu’ici tout va bien.Je suis heureuse maintenant et plus la gamine que j’étais à seize ans. »

    Dans ce roman, c’est aussi un peu le me culpa du Texas, État où les erreurs judiciaires sont les plus nombreuses et où les couloirs de la mort regorgent de prisonniers.

    La question de la peine de mort est largement évoquée, avec en toile fond une vérité, et ce malgré leurs actes, l’humanité des hommes et des femmes qui ne sont plus du tout les mêmes après des années dans ces couloirs de la mort.

    Se pose alors la légitimité de leur exécution et surtout la légitimité de la peine de mort.

    Un livre qui ne pourra vous laisser indifférent par son histoire, sa trame et les interrogations qu’il soulève. Ce n’est pas seulement une enquête avec une ambiance tendue, avec des rebondissements, mais une histoire dans laquelle la psychologie des personnages est très bien construite grâce à un puzzle bien complexe monté par l’auteur.

    « J’inspire profondément. En espérant que d’autres mères, plus normales, soient parfois traversées de pensées tout aussi incontrôlées que les miennes quant à la sécurité de leurs enfants. »

    Pour vivre ce roman, il vous faudra prendre le temps de savourer chaque ligne pour apprécier à sa juste valeur ce très bon thriller psychologique.

    « Ce que ce passage dans cette tombe m’a appris de plus précieux ? À relativiser. »

    Plusieurs questions seront sûrement posées lors de la rencontre dans les locaux de Babelio qui risquent de donner un nouvel angle à cette lecture que je vous recommande fortement.

    Un auteur à découvrir et à suivre.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.