Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Fin de siècle - Sébastien Gendron

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

4 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

2024, Bassin Méditerranéen : une femme est sauvagement assassinée dans sa villa de Cap Martin. Armel et Jonathan Koestler, ses voisins, n’ont rien entendu. Et eux, dans leur villa de luxe, quelqu’un les aurait-il entendus crier ? De toute façon, ils ne savaient rien de cette voisine, ne l’ont jamais vue. Ce drame est la goutte d’eau qui fait déborder... le vase clos où Armel végète luxueusement et dans lequel son couple s’étiole. Pour résister à cette décrépitude morale, les Koestler s’enfuient. Et rapidement, ils buttent contre le bétonnage de la côte. A perte de vue, des immeubles de standing... Depuis une dizaine d’années, les ultra-riches se sont concentrés là, le seul endroit où ne sévissent pas les mégalodons, ces requins géants revenus, de façon inexplicable, du fond des âges et des océans. A Gibraltar et à Port Saïd, on a construit deux herses immenses. Depuis, le bassin est clos, sans danger. Alors que le reste du monde tente de survivre, ici, c’est luxe, calme et volupté pour une grosse poignée de privilégiés étalés de Perpignan à Haïfa, de Chypre à Melilla. Mais voilà ! L’entreprise publique qui gérait les herses vient d’être vendue à un fonds de pension canadien. L’entretien laisse à désirer, la grille de Gibraltar vient de céder, le carnage se profile.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • jeanmid 20 janvier 2021
    Fin de siècle - Sébastien Gendron

    Quand Sébastien Gendron revisite les Dents de la Mer, c’est du brutal comme dirait l’autre .
    C’est même carrément déjanté . J’ai bien quelques hypothèses qui puissent expliquer ce mélange entre polar et dystopie , cette prose foutraque et ce ton décalé ( pour être gentil ) .
    Cette allégorie écologiste pourrait en effet n’être que le fruit de quelques excès de planteurs surdosés en rhum , d’un visionnage en replay de la fonte de la banquise en Antarctique , d’une lecture ad nauseam d’un papier sur la Principauté de Monaco dans Jours de France et j’en passe .Car l’histoire que nous conte avec sensibilité et tendresse est du genre trash et sanguinaire . Imaginez un peu : des mégalodons passant de l’état de fossiles à l’état de monstres sanguinaires affamés . Eh oui depuis le temps qu’ils dorment au fond des fosses marines ( quelques millions d’années au bas mot ) ..ils ont carrément la dalle ! Leur taille qui fait passer les requins actuels pour de vulgaires sardines de Marseille , leur permet d’avaler tout ce qui se trouve sur leur passage surtout quand ça sent la chair fraîche humaine …
    Pour se protéger les hommes n’ont pas d’autre choix que de se protéger de ces infâmes prédateurs en construisant de gigantesques herses en béton dont une relie l’Espagne au Maroc et une autre qui est construite à l’entrée du Canal de Suez en Égypte . La Méditerranée peut enfin afficher fièrement le label ZBSF ( Zone Big Shark Free ) attirant ainsi les milliardaires qui peuvent sans crainte ancrer leur yachts devant leurs somptueuses villa de la Côte d’Azur . Des villas où le gotha international se retrouve , qui , un peintre cannibalisant des chefs-d’oeuvre pour le revendre trois fois le prix ,qui ,des financiers , des sportifs ou des chanteuses à succès . Bon pour les dernières il faut quand même éviter de se faire trucider bêtement car on n’ est pas à l’abri d’un psychopathe armé d’un couteau .
    Le seul hic à tout ça c’est que la fameuse herse n’est pas si infranchissable que ça et bien des joyeux navigateurs en goguette vont l’apprendre à leur dépend …
    Mais je ne vous ai pas tout dit : figurez-vous qu’en plus , nos pauvres personnages - en tout cas les survivants du carnage- vont se prendre de plein fouet une faille spatio-temporelle dans la gueule . Sans doute une bouteille de whisky après les planteurs …. Je ne sais pas ..mais il y en a qui vont prendre cher comme un des flics qui traîne dans le coin , acoquiné avec un ancien agent du FBI que les ricains nous ont balancé . Et pour terminer le bloody mary déjà entamé , je vous le donne en mille…. l’auteur nous achève avec un des protagonistes qui tente de battre un record complètement dément : sauter dans le vide depuis la mésosphère , c’est à dire , à 88 kilomètres au-dessus du plancher des vaches . Eh oui, on comble l’ennui comme on peut !
    Bon en tout cas je me serai bien marré à lire ces 230 pages , pour la symbolique, je passe .

  • Matbaum 30 juin 2020
    Fin de siècle - Sébastien Gendron

    L’enquêteur débutant oublie de noter tous les indices et, pire, revient sur la scène du crime....

  • Matbaum 30 juin 2020
    Fin de siècle - Sébastien Gendron

    Un roman noir et très drôle en même temps, qui rappelle une grande époque ou, dans les films, Bernard Blier avait sa sulfateuse qui faisait "pof". Mais un roman sérieux aussi qui pose de vraies questions quant à notre gestion des ressources, aux inégalités riches/gens normaux et à notre petitesse au moindre sursaut de la nature... ici, les mégalodons qui sont de retour. A lire avec le recul de l’humour noir.
    #FinDeSiècle #SébastienGendron #SérieNoire #Gallimard #Polar #thriller #lecture #livres #chroniques #humournoir #bernardblier

  • Sylvie Belgrand 15 mars 2020
    Fin de siècle - Sébastien Gendron

    Complètement barré mais excellent !
    Sébastien Gendron réussit l’exploit de nous faire rire d’une humanité qui est pourtant à pleurer dans un monde qui part totalement en vrille.
    Attention : deuxième, voire troisième ou quatrième degré :)
    À mon avis, une lecture indispensable, pour retrouver le sourire et la distance nécessaire pour ne pas crever de désespoir devant notre monde.

    #FinDeSiècle #SébastienGendron #SérieNoire #Gallimard #Polar #thriller #lecture #livres #chroniques

    Le quatrième de couverture :

    2024, Bassin méditerranéen : depuis une dizaine d’années, les ultra-riches se sont concentrés là, le seul endroit où ne sévissent pas les mégalodons, ces requins géants revenus, de façon inexplicable, du fond des âges et des océans. À Gibraltar et à Port Saïd, on a construit deux herses immenses. Depuis, le bassin est clos, sans danger. Alors que le reste du monde tente de survivre, ici, c’est luxe, calme et volupté pour une grosse poignée de privilégiés. Mais voilà ! l’entreprise publique qui gérait les herses vient d’être vendue à un fonds de pension canadien. L’entretien laisse à désirer, la grille de Gibraltar vient de céder, le carnage se profile...

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.