Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Haiku noir - Michel Lecocq

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

9 #AvisPolar
3 enquêteurs
l'ont vu/lu
4 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

WAUTERS N’A PAS TUÉ POUR PREUVE LA GRANGE ROUTE 97

Une lettre anonyme pousse John Connolly, capitaine de police aguerri, à rouvrir une affaire classée. Et si Tom Wauters, condamné à la perpétuité, était innocent du crime horrible dont on l’accuse ?

John fait appel à une pointure pour l’aider dans son enquête : Franck Tcheraghastshian, un comportementaliste de génie, dépressif et accroc aux médocs.
Un choix critiquable que personne ne comprend.

Mais Franck se prend au jeu et se lance sur les traces du tueur.

Obsédé par cette affaire, sourd à tous les signaux d’alerte, il suit un chemin pavé de sang. Et réveille des monstres tapis dans l’ombre...

Un thriller noir brillamment construit !

Source : Alter Real Editions

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • flo83 23 mai 2022
    Haiku noir - Michel Lecocq

    Un thriller noir avec une belle intrigue et une enquête tordue mais difficile à lire. Un style d’écriture compliqué et parfois lourd, avec un vocabulaire très riche, on s’y perd facilement et on a du mal à différencier les personnages. Ce n’est pas un livre pour moi un peu déçu dommage.

  • isa b 22 mai 2022
    Haiku noir - Michel Lecocq

    Merci Bepolar pour cette opportunité ; c’est un plaisir de découvrir de nouveaux auteurs grâce aux Opérations Club.

    Ce qu’on peut d’emblée dire, c’est que l’auteur, Michel Lecocq, a une connaissance de la langue française impressionnante et utilise un vocabulaire soutenu, notamment au cours de la première partie du roman.
    Mais malheureusement, probablement trop soutenu pour moi. J’ai dû consulter bon nombre de définitions pour comprendre l’intégralité du texte, ce qui m’a fait décrocher de la lecture à plusieurs reprises.
    De plus, le choix de 3 prénoms très proches (Tom, Toby, Tony) crée quelques amalgames à certains moments.

    Malgré ces quelques difficultés, c’est un roman à découvrir !

  • TRISTAF 13 mai 2022
    Haiku noir - Michel Lecocq

    Merci à Bepolar de m’avoir accepter dans sa communauté. Je me suis mis au thriller récemment et HAIKU NOIR est mon quatrième roman. J’avoue avoir été déçu par deux des trois livres que j’ai lu avant et dans lesquels j’ai trouvé que l’écriture était pas assez travaillé (sans faire compliqué, on peut faire) et je suis tombé en vacances sur ce bouquin que l’auteur dédicaçait. Bon, au départ, c’était juste comme ça, j’avais rien à lire. J’y croyais pas . Au final je reste sur le cul, pour ma part.

    D’abord l’écriture. C’est vraiment bien. une préférence d’ailleurs pour la première partie plus aboutie. C’est simplement beau. Pas compliqué loin de là. Suite aux précédentes critiques, j’ai vite fait compter les mots qui auraient pu accrocher. J’en ai compté 11 dont 3 pour lesquels à la limite, le dico est nécessaire. Bon, perso, pas de quoi perdre le fil. Franchement rien que le 1er chapitre, ça dépote.

    Enfin l’histoire. Elle va avec l’écriture. Je parle du premier chapitre, rien que là, on sent que le gars en prison, il est vraiment au fond du trou, agressé par des barbares. abandonné même par sa mère. Tout le monde est mort. Il peut franchement partir en sucette et donc en poussière, en tout cas son matelas. Donc, c’est nickel. L’histoire est d’ailleurs assez simple puisque finalement il s’agit de suivre la vie de plusieurs personnes torturées suite à la ré-ouverture d’une enquête bâclée et suite à une deuxième enquête terminée plus lointaine qui a laissé des traces profondes. On comprend très vite en moins de 5/6 chapitres qu’on va assister à une sorte de règlement de compte, je sais pas comment on dit, mais en gros c’est ça sauf qu’évidemment, il y a un problème plus grave lié à ces fameux Haïkus, d’où le titre du livre et le final surprenant.

    C’est une belle histoire et un beau jeu de piste. Il y a quelques longueurs sur 2/3 chapitres spécifiques mais bon, c’est un roman axé psychologie des personnages qui va bon train, je trouve . C’est agréable à lire et le final est beau. ça vaut 4 étoiles. j’en mets cinq pour le coup de pouce et pour le bon moment passé.

  • SophiaJarion 9 mai 2022
    Haiku noir - Michel Lecocq

    Merci à Bepolar et aux éditions Alter Real pour l’envoi du livre.

    Malheureusement, je suis passée à côté du roman. Le style de l’auteur a été pour moi un obstacle insurmontable. Alors il faut dire ce qui est, l’auteur maîtrise le français et a un vocabulaire très fourni ! Certaines phrases sont même poétiques. Mais le niveau de langue trop soutenu (pour moi) m’a sortie de l’histoire et m’a empêchée de m’attacher aux personnages. A partir de ce moment-là, le rythme est cassé (c’est pour moi un ingrédient indispensable d’un bon polar).

    Nous suivons Franck, qui cherche à savoir si Tom, emprisonné depuis 3 ans, est vraiment coupable des crimes dont il est accusé. Dans de nombreux passages, l’auteur évoque un drame antérieur de la vie de Franck. Malheureusement, j’ai eu beaucoup de mal à raccrocher les wagons avec l’enquête actuelle et j’ai parfois eu la sensation d’avoir raté un épisode.

    Je pense évidemment qu’il y a un public pour ce roman et loin de moi l’idée de dire qu’il est mauvais. Je n’ai tout simplement pas aimé, je ne fais clairement pas partie du lectorat ciblé.

  • Maverick Danielswiez 9 mai 2022
    Haiku noir - Michel Lecocq

    Tout d’abord, j’aimerai remercier Bepolar pour avoir eu l’occasion de lire ce livre, ma foi, très étrange En effet, chaque année, je tombe sur un livre coup de coeur et son antagoniste, un livre que je vais pas aimer. Malheureusement, Haïku noir fait parti de cette deuxième partie.

    J’ai eu du mal à m’accrocher au personnage, malgré le fait que c’est monsieur tout le monde, avec ses démons, la dépression et l’alcool, et aimant de la bonne musique. Mais il manque une identité au personnage. Malgré cela, je tiens à mettre à l’honneur le vendeur de disque, chapitre 8, qui m’a fait sourire car c’est clairement comme ça que je me représente quelqu’un qui vends des vinyles/disques.

    Le style d’écriture est lourde, avec des descriptions à tout va et la langue française qui est soutenu. Il m’a fallu un dictionnaire pour 2/3 mots, alors que j’ai l’habitude de lire… Puis les descriptions d’une demi-page pour juste un évènement, un lieu, un personnage… Je suis pas très fan de cela.

    Je met quand même deux étoiles car déjà, je pense que ce livre peut trouver son public et surtout, j’aime pas mettre une étoile.. Car on est pas face à une honte littéraire, mais plutôt à un livre dont le public est précis. Malheureusement, je fais pas partie de ce dit public.

    (J’ai pas réussi à le finir, malheureusement, j’ai lu une 80aine de pages, mais plus, je pouvais plus, tellement j’arrivais pas à rentrer dans l’histoire.. Mais j’ai espoir que d’autre personnes liront ce livre et l’apprécieront à sa juste valeur !)

  • Rewina 4 mai 2022
    Haiku noir - Michel Lecocq

    Merci à #bepolar et à #Alterreal pour m’avoir offert ce livre.

    Voici un roman qui n’est pas facile d’accès.
    C’est le style alambiqué et quelquefois lourd qui m’a perdue. Les descriptions sont assez précises avec un vocabulaire très riche. A plusieurs reprises j’ai dû consulter le dictionnaire. Le style noie l’histoire et j’ai eu du mal à s’attacher aux personnage. On ne sait pas où se situe précisément l’histoire a priori aux USA. Les références permanentes sur une ancienne affaire m’ont fait aller vérifier si il n’y avait pas un tome précédent.
    Les personnages sont tous ambigus à souhait et bien dépressifs (bon il y a de quoi !).
    L’enquête policière est tordue à souhait. Quand au prologue, je ne l’ai compris qu’en le relisant à la fin du livre.

  • redblack 23 avril 2022
    Haiku noir - Michel Lecocq

    intense et un style

    dépouillé bravo

  • redblack 23 avril 2022
    Haiku noir - Michel Lecocq

    intense et un style

    dépouillé bravo

  • redblack 23 avril 2022
    Haiku noir - Michel Lecocq

    intense et un style dépouillé bravo

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.