Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Hamish Macbeth 1 - Qui prend la mouche

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Vos #AvisPolar

  • Sharon 24 avril 2019
    Hamish Macbeth 1 - Qui prend la mouche

    Tout d’abord, il est difficile de résister à la tentation de dresser un parallèle entre Hamish MacBeth, héros de M.C. Beaton apparu en 1995 et Agatha Raisin, dont traduction de la dix-septième aventure paraîtra bientôt . Je vais donc tacher de vous parler simplement de Hamish. Il est un personnage rare, parce qu’il en faut beaucoup pour lui faire perdre son calme. D’ailleurs, je ne suis même pas sûre qu’il soit capable de perdre son calme, de s’énerver, de cracher des jurons à droite et à gauche, non. Par contre, Il est capable de dire posément ce qu’il pense à quelqu’un, et tant pis si son propos est particulièrement vache. La peur de perdre son poste à cause de son franc-parler ? Il ne connait pas, puisque je ne suis pas sûre que beaucoup de policiers aient envie de s’enterrer au beau milieu des Highlands - par contre, fermer ce petit poste isolé, pourquoi pas ?
    Non loin de là, se trouve une école de pêche à la mouche, dont les propriétaires John et Heather accueillent de nouveaux stagiaires. Le moins que l’on puisse dire c’est que l’amour de la pêche réunit des personnes pour le moins disparate, dont une a vite fait de se mettre tout le monde à dos : Lady Janes Winters. J’aimerai bien vous dire que je lui trouve des circonstances atténuantes, c’est faux. Cependant, je dois dire qu’elle tire sa force du fait que tous ou presque ont des choses à cacher - ou plutôt des choses qu’ils n’assument pas, contrairement à Hamish. En lisant ses propos, je n’ai rêvé que d’une chose : que tous se liguent contre elle et l’envoient dans les bruyères de la lande. Ce n’est pas vraiment ce qui va se passer, mais c’est ainsi que va débuter l’enquête, quand le cadavre de lady Jane est retrouvé.
    Nous sommes dans les années 90, ou plutôt, nous sommes dans les années Tchatcher. Même au fin fond des Highlands, les différences entre les classes sociales sont très marquées, alors quand s’ajoute en plus un portefeuille bien garnie, il devient impossible, impensable, de nouer une relation, ou d’envisager d’en nouer une à moins d’être rêveur(se). Il est plus facile d’enquêter, ou presque, à condition de rester à l’écoute de ce que l’on ne vous dit pas vraiment.
    Dernier point : ne ratez pas les superbes descriptions des Highlands.

  • La bibliothèque de Céline 26 avril 2019
    Hamish Macbeth 1 - Qui prend la mouche

    Aussitôt acheté, aussitôt dévoré ! Il n’y a pas à dire : MC Beaton a le don de me faire oublier tous mes tracas du quotidien. Une fois plongée dans ses livres, plus rien ne compte ! Je suis ailleurs. Si avec sa très célèbre Agatha Raisin, je me plongeais avec délectation dans la campagne anglaise des Costwolds, avec Hamish Macbeth, j’ai voyagé au cœur des Highlands, une région sauvage de l’Ecosse que j’aimerais tant découvrir ! Depuis mon salon, à première vue, l’endroit à l’air plutôt agréable. Si bien sûr, on fait abstraction des…meurtres ! Et encore, cela ne fait-il pas partie du décor ?!

    Très fan de la série des Agatha Raisin, je me devais de découvrir la série des Hamish Macbeth tout juste traduite en français alors que ce premier tome a été écrit dans les années 90. Au style, je me disais bien que ce livre devait quelque peu dater, puis, lorsqu’un des personnages a fait référence à Margaret Thatcher, je me suis renseignée sur la date à laquelle il a été écrit. Pourquoi avoir attendu si longtemps pour l’avoir traduit en français ??

    Après la lecture du premier tome, je dirais que celui-ci m’a fait le même effet que le premier tome de la série des Agatha Raisin : La quiche fatale. Je l’avais apprécié mais je n’étais pas non plus totalement conquise. Pourtant, des éléments faisaient que je voulais connaître la suite. Dans Qui prend la mouche, mon ressenti est exactement le même. Si j’ai trouvé certaines longueurs au livre, qui n’est pourtant pas très épais, beaucoup d’éléments font que j’ai apprécié ma lecture et que je meurs d’envie de retourner à la librairie acheter le tome 2 que j’avais laissé sur l’étagère parce que…on ne sait jamais, m’étais-je dit sur le moment… ;-)

    Hamish Macbeth est un personnage très intéressant. Sous ses airs de policier fainéant dépourvu de toute ambition, cet homme est extrêmement intelligent et perspicace. Il se concentre juste sur ce qui l’intéresse, voilà tout. N’en déplaise aux personnes médisantes. Son petit côté pingre apporte un certain humour à sa personnalité dépeinte comme plutôt classique mais très attirante. Le protagoniste a l’air plein de ressources et je suis certaine que l’auteure nous les fera découvrir avec finesse et brio au fil des tomes d’une série qui compte plus de trente volumes. Finesse, voilà un mot qui va bien au personnage. Car si Agatha Raisin, bien que je l’adore, était tout sauf fine, Hamish Macbeth est à l’opposé de ma quiqua déjantée préférée. Bien que, tout comme elle, il recherche l’amour et semble engagée dans une non relation tout aussi compliquée que celle d’Agatha et James…

    Vous l’aurez compris, cette lecture est une belle découverte et certainement le début d’une série que je vais suivre de près. Seul petit bémol, ou pas (cela dépend des goûts mais en tout cas je l’ai ressenti comme tel), le crime et sa résolution tardent à venir dans l’histoire. Sans doute une façon pour l’auteure de poser les jalons de cette longue série.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.