Le Silence des Aveux - Amélie De Lima

Notez
Notes des internautes
2
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Votre note
Notes des internautes

Vos avis

  • Root 30 juin 2018
    Le Silence des Aveux - Amélie De Lima

    Ce n’est pas le genre d’affaire sur laquelle on rêve de se pencher : 16 ans à peine, scalpée à coups de ciseaux, elle gisait près du canal en position fœtale. Le dernier repli sur soi dont son corps peut témoigner. Le commissaire Véronique De Smet n’a pourtant pas le choix, quelqu’un doit s’y coller.

    Sur le divan d’Elise Louvage, Benjamin Morel confesse devoir se débarrasser de ses vieux démons. Son dossier médical est long comme le bras. Jusqu’où la psy devra-t-elle s’impliquer pour lui venir en aide ?

    Ça a l’air assez simple comme ça : un meurtre, une flic, un détraqué… Mais ça n’est pas simple du tout ! Parce qu’un deuxième meurtre ne tarde pas à suivre. Un serial killer, à Lille ? C’est ce qu’indique le modus operandi. Peut-on se fier aux apparences ? Elles sont parfois plus que trompeuses. De Smet n’est pas la flic bien dans ses pompes qu’on pourrait croire. Si elle ne se donne pas le droit à l’erreur dans sa vie professionnelle, sa vie privée est plus chaotique. Élise, elle, a fort à faire avec ses propres démons, qui n’ont rien à envier à ceux de ses patients. La ville est sous la neige, et vous risquez de ne pas voir où mettez les pieds.

    D’une voix à l’autre, ce roman se construit doucement, sans jamais trop en dire. Amélie De Lima a pris la liberté de mettre un peu de son Nord natal dans la bouche de ses personnages, et ça fait du bien. On fouille les esprits jusqu’à avoir l’impression qu’ils ne pourront rien nous cacher, encore moins nous tromper. Dès le départ s’instaure une espèce de proximité presque gênante où chacun lève le voile sur son côté sombre au cours de moments d’introspection et de dialogues si réalistes qu’ils en sont troublants. Personne n’est épargné, encore moins le lecteur, car faute de piste réellement exploitable, l’enquête se veut de plus en plus éprouvante pour tous ceux qui y sont mêlés.

    Le dénouement surprend et convainc, vous tournez quelques pages en arrière, un indice qui vous aurait échappé ? L’auteur les a semés à sa guise, pour vous emmener exactement là où elle le voulait… ce qui semble être sa marque de fabrique (je vous conseille Voix nocturnes paru en février). Le Silence des aveux est un premier roman « avec les maladresses d’un premier roman », mais qui révèle le potentiel d’une plume noire, sèche, rentre-dedans. L’authenticité au service de l’horreur humaine. Efficace.

  • Les Lectures de Maud 11 juillet 2018
    Le Silence des Aveux - Amélie De Lima

    n découvre deux personnages Véronique, la commissaire et son amie Elise, psychiatre. Ces profils sont similaires, des personnages en souffrance perpétuelle. Elles doivent faire face à leur passé pour avancer. Comment font-elles pour assumer, ou pas, leur activité professionnelle et leur vie personnelle et sentimentale, quelles sont leurs manières de gérer les situations, très différentes pour chacune.
    Une enquête qui va nous emmener aux plus profonds de la souffrance physique et psychologique. Le meurtrier semble agir en tout impunité laissant ses victimes toujours au même endroit et à la vue de tous. Les tourments et la détresse sont au centre de ce livre.
    Pour arriver à la résolution de cette enquête, l’auteur va nous montrer que les apparences sont parfois trompeuses, j’ai été très agréablement surprise par la fin, totalement imprévisible et inattendue. Les personnages en sortiront-ils indemnes ?
    Je remercie l’auteur pour sa confiance.

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.