Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Le corbeau d’Oxford - Faith Martin

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

6 #AvisPolar
3 enquêteurs
l'ont vu/lu
2 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Oxford, 1960. Lorsque Sir Marcus Deering, un riche industriel de la région, reçoit plusieurs lettres de menace anonymes, il prend le parti de ne pas s’en inquiéter.
Mais bientôt, un meurtre est commis, et les meilleurs éléments de la police d’Oxford sont mobilisés.
La toute jeune policière Trudy Loveday rêverait de participer à une affaire aussi importante, mais ses supérieurs coupent rapidement court à ses ambitions. Écartée de l’enquête et chargée d’assister le brillant mais peu amène Dr Clement Ryder, médecin légiste, sur une affaire classée, elle se retrouve pourtant très vite au cœur d’une énigme qui pourrait bien la mener sur la piste du mystérieux corbeau d’Oxford…

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur LesLibraires.fr
  • Acheter sur Emaginaire
  • Acheter sur Cultura
  • Acheter sur Rakuten

Galerie photos

Vos #AvisPolar

  • Mes petits plaisirs à moi 7 novembre 2019
    Le corbeau d’Oxford - Faith Martin

    Un polar campagnard qui tient parfaitement la route

    Alors, je confirme : les fans de Julia Chapman ( Rendez-vous avec le crime ) vont s’y retrouver avec cette nouvelle série policière car on y retrouve pas mal d’ingrédients communs. Certes, il faut oublier l’atmosphère « petit village où tout le monde se connaît » puisque les aventures de Loveday et Ryder se déroulent dans la région d’Oxford. Mais pour le reste, un binôme d’enquêteurs plongés dans une affaire qui frappe une riche famille de la région et qui fait resurgir certains fantômes du passé, ça doit vous dire déjà quelque chose.

    On doit reconnaître que l’intrigue n’est pas forcément d’une très grande originalité mais elle a le mérite de tenir bon jusqu’au bout, dévoilant une fin non pas surprenante mais parfaitement cohérente avec le reste de l’histoire. Une chose est sûre : Faith Martin nous propose ici un roman qui se révèle particulièrement agréable à lire. On ne s’ennuie pas un seul instant et les 300 pages peuvent s’avaler sans difficultés en quelques heures. Et l’autre intérêt de cette histoire (qui n’est sans doute pas le moindre), c’est qu’au final, l’auteur réussit à nous donner envie de découvrir la suite des aventures de ce duo qui sort un peu des clous et qui donne avant tout sa saveur à cette série en train de naître.

    En effet, on apprécie l’association improbable entre Loveday et Clement. Trudy Loveday est une jeunette (même pas 20 ans) qui, démarrant sa carrière en tant que policière, se retrouve abonnée aux affaires de pickpockets voire d’exhibitionnistes. Quand je vous dirai qu’en plus, nous sommes dans les années 60 et qu’elle est la seule femme du commissariat, vous comprendrez le peu d’estime que lui portent notamment la plupart de ses collègues et supérieurs. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le capitaine Jennings voit dans l’arrivée, un beau matin, du Dr Clement Ryder alias le vautour, l’occasion de se débarrasser de cet agent du beau sexe, histoire de lui rappeler, une nouvelle fois, sa supériorité de mâle. Mais il va s’en mordre les doigt car c’est l’inverse qui va se produire. En effet, cette association forcée se transforme rapidement en une sorte d’apprentissage basé sur une respect et une confiance mutuels. Ryder décèle rapidement chez Trudy cette intelligence et cette détermination qu’aucun de ses collègues hommes n’ont jamais pu démontrer. Faith Martin se sert alors de cette enquête pour transformer ce polar en sorte de roman d’initiation ou d’apprentissage où le vieux coroner, dont la vaillance intellectuelle mais aussi physique se fendille de jour en jour, va chercher à former sa nouvelle recrue avec la patience bienveillante d’un père vis-à-vis de sa progéniture. Chose intéressante à constater, c’est que Trudy a toujours ses parents mais qu’à aucun moment, dans le roman, on ne voit apparaître physiquement le personnage de son père. Une façon d’officialiser cette relation fille/père de substitution ? Une chose est certaine : c’est que le duo parviendra à ses fins, en associant ses talents et la fin du roman nous confirme que l’on n’est pas près de voir ces deux-là se séparer, en tout cas, telle n’est pas l’intention du vautour !

    Au final, un roman policier à découvrir qui voit surtout son intérêt dans la naissance d’un binôme d’enquêteurs attachants. Pour ma part, j’attends avec impatience la sortie du deuxième volet des aventures de Loveday et Ryder prévue pour le mois de mai prochain.

  • bookliseuse 14 novembre 2019
    Le corbeau d’Oxford - Faith Martin

    Une enquête de Loveday & Ryder – Tome 1

    1960, Oxford – Sir Marcus Deering, riche homme d’affaire reçoit depuis plusieurs semaines des lettres anonymes de menaces. Mais, lors de la réception de la dernière lettre, menaçant son fils de mort, il décide, d’aller porter plainte à la police. Malgré cela, le meurtre de Jonathan McGillicuddy est assassiné. Pourquoi lui et pas le fils de Sir Marcus ?

    Le Docteur Clément Ryder, coroner, doit enquêter sur une affaire classée, la mort étrange d’une jeune femme de 21 ans, il y a 5 ans. Il y a voit un lien avec le meurtre de Jonathan. Pour mener à bien cette enquête, il a besoin d’être assisté d’un policier. Le Chef de la police y voit l’occasion de se “débarrasser” de la toute jeune stagiaire, Trudy Loveday, fraîchement sortie de l’école de policer, en effet il ne voit pas d’un bon oeil l’intégration dans sa brigade d’une femme, que dira la population s’il lui arrive quelques chose ?

    Quelle belle découverte que ce roman, qui est le mélange parfait du duo Sherlock-Holmes/Watson et Hercule Poirot. Le suspens est maintenu jusqu’au bout, les personnages principaux, Loveday et Ryder sont complètement à l’opposé, elle enjouée, pleine de vie, rêve d’une brillante carrière dans la police, lui ancien brillant cardiologue, cachant, tant bien que mal, la maladie qui le rouge, est un être taciturne qui parle très peu et observe beaucoup.

    La fin est inimaginable, on est horrifié de découvrir de quoi est capable un cerveau malade.

  • ju_se_livre 23 novembre 2019
    Le corbeau d’Oxford - Faith Martin

    J’ai été conquise par ce livre à l’ambiance "so british". Le contexte, les personnages, l’enquête rondement menée m’ont tout de suite fait penser à un Agatha Christie. La relève de la reine du crime est assurée !
    📖
    Le duo d’enquêteurs fonctionne parfaitement. D’un côté on retrouve la jeune policière pleine d’ambition qui souhaite faire ses preuves mais que l’on cantonne surtout aux tâches peu reluisantes et de l’autre, on a le Dr Ryder, brillant, d’une grande autorité mais peu apprécié. Un duo classique avec des caractères opposés mais qui se complètent et en font des personnages attachants.
    📖
    L’enquête est très bien ficelée. La plume de l’auteure est vraiment agréable, fluide et je ne me suis pas ennuyée tout au long des 300 pages. Au contraire, j’ai comme un goût de trop peu et j’ai hâte de pouvoir lire la prochaine enquête de Loveday et Rider.

  • L’atelier de Litote 4 décembre 2019
    Le corbeau d’Oxford - Faith Martin

    Connaissez- vous ce courant appelé le « Cosy crime » ? Si vous avez aimez les enquêtes de Miss Marple ou encore celles de Sherlock Holmes vous en avez déjà lu sans le savoir. Nous allons suivre les débuts d’une jeune policière de 19 ans, Trudy Loveday, elle a le charme de la jeunesse, l’intelligence et de l’ambition. Elle va former un duo improbable avec un personnage qui a bien plus d’expérience qu’elle. Le Dr Clément Ryder ancien chirurgien reconverti dans la noble profession de Coroner. Beaucoup plus âgé qu’elle, il a mauvais caractère, de l’expérience à revendre et le souvenir de nombreux cas anciens en mémoire. En fait il a tout d’un pygmalion si ce premier tome devait être celui d’une série. L’enquête en elle-même va donc regrouper deux intrigues qui pourraient avoir des choses en commun. J’ai trouvé cette jeune femme pleine de vie et d’entrain rafraîchissante et courageuse aussi car elle évolue dans les années 60 dans un commissariat encore très misogyne. D’ailleurs, ils forment un couple que tout semble opposer, un peu à l’écart des autres enquêteurs. Ils formeront contre toute attente une bonne équipe. L’auteur à une plume parfaitement adaptée à cette époque un brin rétro. On part sur une intrigue intra familiale avec des non-dits, des secrets de famille, bref bien des cachotteries qui finissent par éclabousser le présent d’un crime affreux. Je me suis laissé prendre par ce policier aux accents British qui lui donnent une certaine classe mais aussi un rythme progressif et une belle montée en tension. Les révélations et autres twists même s’ils n’ont pas été si surprenants que cela sont bien amenés ils restent crédibles. On sent que ce duo fonctionne à merveille, il serait dommage de s’arrêter en si bon chemin, j’espère avoir rapidement une suite afin de retrouver ces personnages attachants. Bonne lecture.
    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2019/12/04/37711957.html

  • bonne_heure_litteraire 21 mars 2020
    Le corbeau d’Oxford - Faith Martin

    Voici une enquête résolue avec ce duo atypique que forme Trudy Loveday et le Dr Ryder.
    .
    Un parfait #cozymystery 𝑺𝒐 𝒃𝒓𝒊𝒕𝒊𝒔𝒉 🇬🇧 au coeur d’Oxford en 1960. Une ambiance qui m’a fait penser à une enquête à la Hercule Poirot.
    .
    J’ai beaucoup aimé ce thriller qui s’avère diffèrent de ce que j’ai pour habitude de lire car nous ne sommes pas dans l’angoisse, la peur, le gore etc...
    .
    C’est assez contradictoire mais malgré l’histoire, on se sent dans une ambiance calme et chaleureuse et ce roman est parfait pour un moment détente autour d’une bonne tasse de thé.☕👌
    .
    Il semblerait que d’autres tomes doivent paraitre donc vivement la sortie du suivant

  • Clémence Bernard Delpy 31 mai 2020
    Le corbeau d’Oxford - Faith Martin

    J’ai repéré le corbeau d’Oxford dans le catalogue de fin d’année des éditions Harper Collins ; une couverture plutôt originale, bien qu’un peu kitsch, et un résumé qui m’a vraiment bien appâtée. Me voici donc plongée dans l’Angleterre des années 60 aux côtés d’une jeune stagiaire policière et d’un coroner au caractère bien trempé. L’enquête met un peu de temps à se mettre en place ; les personnages au coeur de l’hôtel de police sont nombreux et les noms ne sont pas simples à retenir, l’introduction se fait tout en douceur. Mais la mention « Une enquête de Loveday & Ryder » sur la couverture laisse supposer d’autres enquêtes partagées.
    J’ai beaucoup aimé l’ambiance vieille époque véhiculée dans le roman, on a un peu l’impression de se retrouver dans une enquête de Jessica Fletcher. Trudy Loveday, de par son jeune âge et son sexe (c’est une fille la pauvre), est confrontée à des difficultés d’intégration au sein de la police : on ne veut pas d’elle et elle est consignée à des tâches administratives essentiellement. Dans sa famille, sa décision de devenir policière est également incomprise et elle doit se battre pour pouvoir faire ce qu’elle a choisi : une carrière dans la police plutôt qu’un mariage et des enfants.
    Ses collègues sont vraiment de beaux spécimens de misogynie, niant par principe ses capacités sous prétexte qu’elle est une femme. L’un d’entre eux se détache pourtant, même s’il ne fait pas d’effort pour l’intégrer et la proposer sur des affaites plus sérieuses. J’ai apprécié son caractère tout feu tout flamme, l’optimisme de sa jeunesse et son ambition ; quelque peu agacée par les efforts qu’elle doit fournir pour obtenir ce que l’on donne sans problème à ses collègues masculins, mais cela n’a fait que souligner sa détermination.
    Clement Ryder est un homme puissant, intelligent et intransigeant lorsqu’il est question de justice. Ancien chirurgien reconverti en coroner, il a su rebondir lorsqu’il a su qu’il était atteint de la maladie de Parkinson, abandonnant sa brillante carrière pour entreprendre des études de droit. Tout comme Trudy, il sait se donner les moyens. Pourtant, cette maladie le hante et il entend repousser au maximum l’heure de l’annoncer.
    Deux personnages très différents qui se complètent parfaitement et forment un duo aussi atypique qu’attachant. Lorsque son responsable assigne Trudy à l’assistance du coroner pour travailler sur un ancien dossier, cette dernière est ravie d’échapper aux tâches administratives ; même si elle aurait préféré travailler sur l’enquête pour meurtre qui occupe ses collègues. Contre toute attente, Ryder étant plutôt honni au sein des forces de l’ordre, une belle complicité nait entre eux. le coroner a décidé de rouvrir un vieux dossier et il n’est alors plus question, pour les nouveaux partenaires, que de faire connaitre la vérité. Ryder va ainsi découvrir en Trudy ce que ses collègues se refusent de voir.
    Même si le corbeau d’Oxford peut paraitre un peu caricatural par certains côtés : la misogynie vis-à-vis de Trudy, la grande intelligence de Ryder face à la bêtise de la police… j’ai vraiment passé un bon moment, appréciant de me retrouver dans cette région d’Angleterre et de tenter de démêler la pelote en même temps que les deux investigateurs. Si j’ai compris un peu avant la révélation finale de quoi retournait réellement le vieux dossier, l’identité du corbeau est demeuré un mystère.
    La plume de Faith Martin est vraiment très agréable et je retrouverai avec plaisir d’autres enquêtes de ce duo atypique.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.