Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Les Cicatrices de la nuit - Alexandre Galien - James Ellroy

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

6 #AvisPolar
3 enquêteurs
l'ont vu/lu
4 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

En se faisant muter à la brigade criminelle après vingt ans de "Mondaine", le commandant Philippe Valmy espérait s’éloigner des bars et des boîtes où il restait jusqu’à l’aube, et ainsi sauver son mariage. Mais quand il découvre que la victime de sa pemière affaire de meurtre est une de ses anciennes indics, il comprend tout de suite qu’il va devoir replonger dans les eaux troubles du Paris nocturne. Pour le pire. Les cicatrices de la nuit sont de celles qui ne s’effacent pas...


Lauréat du Prix Quai des Orfèvres 2020

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur LesLibraires.fr
  • Acheter sur Emaginaire
  • Acheter sur Cultura
  • Acheter sur Rakuten

Et chez vos libraires en click & collect

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • angelita 28 décembre 2019
    Les Cicatrices de la nuit - Alexandre Galien - James Ellroy

    Présentation Les cicatrices de la nuit d’Alexandre Galien
    Il court, il court pour tenter d’empêcher un meurtre. Arrivera-t-il à temps ? Laissera-t-il vivre l’assassin ou le tuera-t-il ce qui fera que sa carrière sera entachée d’un meurtre ?

    Philippe est policier. Il a la cinquantaine. Il travaillait toutes les nuits à Paris. Mais, à sa demande, il intègre un autre service où il aura une nouvelle équipe et faire ses preuves.

    Avis Les cicatrices de la nuit d’Alexandre Galien
    Lorsque je suis allée au Festival du Livre de Marseille, début décembre, c’était pour rencontrer mes auteurs favoris. En lisant le programme, Alexandre Galien était annoncé. Ce qui m’a plu a surtout été, moi amatrice de policiers, est le fait que son roman a été primé Prix du Quai des Orfèvres 2020. Ce prix est un gage de qualité. Après avoir tourné et attendu, j’ai pu rencontrer Alexandre Galien avec qui j’ai discuté un peu. Il m’en a dit un peu plus sur lui et son roman. Dédicace faite, quelques semaines plus tard, je me plonge dans Les cicatrices de la nuit.

    Ce roman est le policier classique français par excellence. Le 36 Quai des Orfèvres n’est plus, il a déménagé mais toujours au 36. Les vieux de la vieille côtoient les plus jeunes. Philippe a passé pratiquement toute sa carrière de policier à arpenter les rues de Paris, mais surtout la nuit. Il a changé d’affectation pour plaire à sa compagne Elodie qui souhaite le voir plus souvent et avoir un enfant. Philippe est donc un bleu lorsqu’il intègre cette nouvelle équipe. Malgré son grade, il sait qu’il a tout à apprendre, à réapprendre. Et pas question de guéguerre interne. Il sait manager ses hommes et femmes et les mettra en avant lorsqu’il le faudra. Mais qu’est-ce que Philippe a à cacher, comme tous ceux qu’il côtoie dans son équipe ?

    Philippe est vite plongé dans l’horreur avec le cadavre de cette jeune fille atrocement mutilée. Et cette jeune fille, il la connaît, elle faisait partie de ses indics lorsqu’il s’occupait des nuits parisiennes. Un premier cadavre, puis deux. Il faut arrêter celui qui comment ces crimes avant qu’il ne devienne un serial killer.

    Avec son équipe, il va avancer dans son enquête, se tromper, mais aussi collaborer avec d’autres services pour enfin arriver à connaître cet homme qui tue des femmes. Surtout que pour la future dernière victime, j’ai su pratiquement dès le départ qui elle serait.

    Le métier de policier n’est pas facile, dans n’importe quel service. Philippe en est la preuve. Heures de nuit pour échapper à sa propre vie, fatigue continuelle pour traquer un meurtrier car le temps presse, même si les instances supérieures peuvent aider. Alexandre Galien nous décrit toutes ces nouvelles techniques qui permettent aux enquêteurs d’avancer mais c’est un véritable travail de fourmi pour tout recouper, comme les écoutes téléphoniques, les ordinateurs et autres, savoir où peut borner un téléphone. Mais l’humain est bien là, également, surtout lors d’un interrogatoire. Avec l’expérience mais aussi le relationnel, le policier sait à qui il a affaire. Et surtout, il apprend. Car que ce soit il y a 20, 30 ans ou maintenant, un suspect peut toujours prendre le dessus. Et est-ce qu’il va le prendre dans ce cas-là même après son arrestation, même après son procès ? Comment peut-on vivre après la mort d’un être cher, tué par les mains de quelqu’un qui semble exercer une vengeance, qui n’aura de cesse de revenir hanter jours et nuits ?

    On en apprend beaucoup sur ce qui se passe lors de ces nuits parisiennes avec sa prostitution, surtout de jeunes filles qui veulent faire ça un temps pour payer leurs études ou les objets dernier cri. Mais sont-elles en danger face à ce beau monde qui recherche le plaisir, bien souvent cruel ? Réseau de prostitution qui vient également d’autres pays. Un monde également d’indics qui renseigne la police pour ne pas avoir à être arrêté. Des policiers qui peuvent avoir leurs entrées partout ou pas .et qui doivent faire en sorte que rien ne se passe de grave à Paris ou dans d’autres villes de province

    Une enquête bien menée, qui ne souffre d’aucun temps mort avec le jargon policier bien expliqué en notes de bas de page. Le suspense est mis dès le départ entre cette urgence et ce secret qu’il doit avouer à sa femme. Les chapitres et les phrases sont très courts, donc percutants et bien ficelés. Tous les personnages sont bien décrits et le lecteur a l’impression de les connaître. Alors bravo Alexandre Galien pour ce premier roman reconnu par vos anciens pairs. Il me tarde réellement le prochain comme vous me l’avez annoncé. Un bon petit coup de coeur pour moi.

    Je remercie Alexandre Galien pour les mots échangés et la dédicace. Vivement le prochain.

  • ju_se_livre 7 janvier 2020
    Les Cicatrices de la nuit - Alexandre Galien - James Ellroy

    J’avais tellement été déçue par "Le prix du quai des orfèvres 2019" que j’ai commencé celui-ci avait quelques appréhensions. Mais mes doutes ont bien vite été balayés parce que ce policier mérite son prix.
    📖
    On découvre le commandant Valmy, qui pour faire plaisir à sa femme quitte le monde de la nuit pour rejoindre celui de la Crim. Mais quand il découvre que le cadavre sur lequel il doit enquêter est son ancienne indic, il n’a d’autres choix que de replonger dans son ancienne vie.
    📖
    Je crois que c’est la première fois que je lis un policier où leurs locaux ne se situent plus au mythique "36 quai des Orfèvres" mais rue du Bastion. On sent le vécu de l’auteur qui donne toute crédibilité à l’histoire. Une histoire prenante avec des personnages qui tiennent la route, aboutis. Les dialogues blindés du jargon des flics donnent encore plus de cachet à l’histoire. C’est rythmé comme il faut et j’ai rapidement été captivée par l’enquête.
    📖
    En bref, 2020 est un bon cru. Un policier qui se lit d’une traite et j’espère même retrouver le commandant Valmy et son équipe dans une prochaine enquête.

  • alexandra 7 mars 2020
    Les Cicatrices de la nuit - Alexandre Galien - James Ellroy

    Ce qu’il y a de bien avec ce prix c’est que si on aime les polars avec des procédures carrées et réalistes on est bien servis ! Après il faut que l’histoire soit bien et bien écrite et certaines années sont moins bonne que d’autres. Mais ce prix 2020 est un bon cru ! Il y a tout de bon dans ce polar ! On est plus Quai des orfèvres mais direction le Bastion, nouveau fief 5 étoiles de la pj parisienne du côté de la porte de Clichy. Tout y est. Une enquête efficace, des personnages crédibles à la psychologie aboutie. On est loin du cliché mais tout nous semble familier. Les répliques font mouche, le jargon flic placé à bon escient et fluide, on sait que l’auteur est flic et qu’il baigne dans cet univers mais ça ne prend jamais le pas sur l’intrigue. Certe c’est encore la Crim mais l’originalité vient du chef de groupe et de son parcours. Le commandant Valmy vient de la Mondaine et du monde de la nuit et il va devoir y replonger pour sa première enquête. Et rien ne lui sera épargné. Ni l’identité des victimes ni celle du tueur. Un très bon polar efficace qui se lit d’une traite !

  • Les lectures du lac 19 mars 2020
    Les Cicatrices de la nuit - Alexandre Galien - James Ellroy

    Diaboliquement efficace ! ---------------------------------------------------- Quand je passais dans les rayons des librairies, j’étais subjuguée par cette couverture sombre et en même temps lumineuse avec le moulin rouge. Elle n’a cessé d’attirer mon regard. Et je me suis décidée à le prendre ... ENFIN ! ---------------------------------------------------- Dès les premières pages je suis arrivée à m’attacher à cette équipe de flics. Les personnages sont hyper réalistes. L’histoire se déroule enfin au nouveau quai des orfèvres et donc au 36 rue du Bastion 👍

    Tous les termes judicaires sont expliqués au bas des pages car avec tout ce jargon on peut vite s’y perdre. ------------------------------------------------------ En résumé j’ai vraiment adoré ! Il mérite vraiment le prix du quai des orfèvres 👍 on peut même parler d’un petit coup de cœur ❤

  • fanchloua 17 août 2020
    Les Cicatrices de la nuit - Alexandre Galien - James Ellroy

    A l’instar des ouvrages d’Olivier NOREK, on sent bien que le vécu l’emporte souvent sur la fiction. En effet, le commandant VALMY a quitté la mondaine pour se consacrer au domaine judiciaire à proprement parler et il est rattrapé par son passé lorsque son ex-indic à la mondaine est assassinée. Ce polar haletant évite tous les clichés et les approximations, on sent la patte du flic chevronné qui maîtrise son sujet. L’atmosphère et les dialogues de cet ouvrage en font une oeuvre révélatrice du monde de la nuit. Je le recommande pour les puristes.

  • 1001histoires 11 novembre 2020
    Les Cicatrices de la nuit - Alexandre Galien - James Ellroy

    Alexandre Galien est fonctionnaire de police. Il a été le lauréat du Prix du Quai des Orfèvres 2020 remis chaque année par un jury de grands flics, de magistrats et de journalistes.

    Prix du Quai des Orfèvres ... mais c’en est fini du 36, quai des Orfèvres. Depuis 2017 tous les services de la police judiciaire de la préfecture de police de Paris sont regroupés au 36, rue du Bastion. C’est la première fois que j’ai visité les locaux tout neufs du Bastion, c’est la première fois que j’ai vu tous les rouages de la PJ au travail. Alexandre Galien se révèle un excellent conteur qui réussit habilement à lier harmonieusement une vision descriptive très pédagogique à des atmosphères bien retranscrites grâce à un style fluide et des mots bien choisis. Cela sent le vécu mais encore fallait-il le raconter et là bravo à l’auteur.

    Les procédures sont bien décrites, juste ce qu’il faut, depuis la constitution d’un groupe d’enquête jusqu’à l’information judiciaire. Tout y est, l’autopsie, l’ADN, l’informatique, la filature, l’interpellation, l’audition et bien sûr les indics qui sont au centre de ce récit. La machine policière est en marche, les différents services de la PJ sont tour-à-tour sollicités. L’IGPN veille, prête à intervenir à chaque dérapage. La presse doit être informée mais il faut aussi la contenir. L’auteur maîtrise parfaitement son sujet, lorsqu’il le faut des notes en bas de page expliquent le jargon des flics. Alexandre Galien laisse une large place à l’humain, des hommes et des femmes enquêtent avec leurs doutes et leurs joies avec une vie professionnelle envahissante qui souvent submerge leur vie personnelle. Le récit de l’auteur ne dérape pas dans l’excès et ne verse jamais dans l’horreur notamment dans les courts chapitres où le tueur est mis en scène, c’est alors lui le narrateur.

    Début octobre 2018, Paris, le cadavre d’une jeune femme est découvert, atrocement mutilé. Un groupe est rapidement constitué : Antoine, Jean, Hakim, Aline, Julien, avec à leur tête le commandant Philippe Valmy. Le groupe Valmy. Philippe Valmy vient de quitter la brigade de répression du proxénétisme, groupe Cabarets. Vingt cinq ans à "prendre la température" du Paris nocturne. Vingt cinq ans à fréquenter la nuit des salles bondées, bruyantes et éclairées de lumières vives. Le jour, ces mêmes salles sont désertes et sombres. Vingt cinq ans pendant lesquelles Philippe Valmy a vu sa vie personnelle disparaître. A peine arrivé à la brigade criminelle, pour le commandant Valmy, toutes les cicatrices de la nuit se rappellent à lui, car la victime il la connaît, c’est Cynthia une ex-indic la nuit. Le jour elle s’appelait Anaïs.

    Le tour du monde en ... 80 polars

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.