Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Les filles qui mentent - Eva Björg Ægisdóttir

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

23 #AvisPolar
3 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Les filles qui mentent ne s’en sortent jamais.

Sauf peut-être en Islande.

Elma, ancienne inspectrice de la brigade criminelle de Reykjavík, pensait mener une vie paisible à Akranes, un petit village au nord de la capitale. Mais en Islande, la beauté des paysages dissimule souvent une réalité bien plus sombre.

Quand le corps d’une femme est retrouvé dans un champ de lave, Elma et son équipe se retrouvent chargés de l’enquête. Cela fait sept mois que cette mère célibataire a disparu, ne laissant qu’un simple mot d’excuses sur la table de la cuisine. Entre cruauté adolescente, préjugés de petite ville et mensonges d’enfants qui portent les péchés de leurs parents, c’est le début d’une longue suite de secrets dissimulés par les brumes du passé qu’Elma se charge de découvrir.

Jamais les contrées froides et changeantes de l’Islande n’avaient abrité de révélations aussi troublantes.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Mousquetaire11 1er juillet 2022
    Les filles qui mentent - Eva Björg Ægisdóttir

    Il est une heure du matin lorsque je referme "les filles qui mentent"... Encore un ouvrage tellement prenant que l’on ne peut pas s’arrêter avant d’avoir lu les dernières lignes...

    Dans le deuxième roman d’Eva Björg Ægisdottir, nous retrouvons Alma qui, avec son équipe, va devoir mener une enquête après la découverte du corps sans vie d’une jeune mère célibataire disparu depuis plusieurs mois. Alors que tout le monde pensait que Maríanna avait mis fin à ses jours, cette théorie s’effondre rapidement après la découverte par les enquêteurs de la dépouille cachée dans un champ de lave.

    Pour quelles raisons cette femme un peu en marge de la société et ayant des difficultés à élever son enfant aurait pu être assassinée ? Est-ce que sa fille Hekla avec qui elle entretenait des relations assez tendues ne cache-t-elle pas certains secrets qui pourraient avec un lien avec cette disparition ? Alda va se retrouver confronter à de nombreuses interrogations qui la mènera à une multitude de pistes à suivre...

    Grâce à des chapitres courts alternant l’avancée de l’enquête et des souvenirs choisis retraçant les difficultés auxquelles a fait face la jeune mère célibataire, on découvre un récit assez dynamique et addictif.

    Je tiens à remercier Les Éditions de La Martinière et Netgalley France car je me suis régalée avec cet ouvrage. Je tiens à féliciter cette jeune autrice qui a su me balader tout le long de cette lecture et aborder un sujet encore tabou concernant les difficultés à devenir mère et à créer un lien affectif. Mère de trois enfants, Eva Björg Ægisdottir a su se servir de son expérience personnelle dans l’écriture de ce roman. C’est pour cela que j’ai trouvé qu’il découle de la plume de l’autrice une certaine sensibilité maternelle.

    Vous le comprendrez, "Les filles qui mentent" est un excellent polar islandais et je pense que nous allons entendre parler longtemps d’Eva Björg Ægisdottir...

  • Emysbook 14 juin 2022
    Les filles qui mentent - Eva Björg Ægisdóttir

    Dans ce roman qui nous propulse en Islande : on se retrouve face à un corps retrouvé en plein champs de lave. Le corps d’une femme disparu depuis quelques mois. Mais comment retrouver la trace du meurtrier quand le temps passe ?

    On va alors suivre au travers d’une enquête son passé, sa famille et tous les secrets qui tournent autour de cette mystérieuse disparition.

    J’ai beaucoup aimé entrer dans la psychologie des personnes et découvrir comment chacun a joué son rôle. Comment chaque personnage et psychologiquement instable. C’est avec beaucoup de force que l’auteure nous dresse dès profils détruit, froid et sans aucun sentiment mis à part l’indifférence..

    On se rend compte qu’il y a beaucoup de mensonges dans cette histoire, beaucoup de choses qui nous dépasse. La question qui m’est tout de suite venue c’est : peut-on vivre dans le mensonge constamment ?

  • Valérie Varalda 7 juin 2022
    Les filles qui mentent - Eva Björg Ægisdóttir

    Quelle joie de découvrir la plume de Eva Björg Ægisdottir.

    Une première pour moi mais pas pour cette auteure que je relirai avec plaisir.
    J’ai été transportée en Islande où un corps a été découvert. Il s’agit de Marianna, disparue il y a quelques mois. On pensait à un suicide mais pas du tout. Avec la découverte de son corps, on constate qu’il s’agit d’un meurtre.
    Elma va donc enquêter avec ses partenaires pour découvrir ce qu’il s’est passé.

    Un livre entraînant, une enquête rondement menée. J’ai été induite en erreur une grande partie du livre et c’est ce que j’aime.
    Avant que l’auteure ne me révèle une partie du mensonge, je n’y avais pas pensé une seconde et pourtant, ça se tient extrêmement bien.

    L’écriture est fluide et tout m’a semblé cohérent.
    J’aime beaucoup les auteurs nordiques et elle ne déroge pas à la règle.
    Une auteure que je vais continuer à suivre et à découvrir.

    Je conseille ce livre si vous voulez être dépaysé.

  • succulentes_decouvertes 6 juin 2022
    Les filles qui mentent - Eva Björg Ægisdóttir

    Un polar islandais très agréable à lire, offrant une perspective intéressante sur la spirale du mensonge.

    Eva Björg Ægisdóttir propose une histoire de filles, ces filles qui mentent, dont parfois le petit mensonge devient trop grand pour elles, et qui finissent par y croire elles-même.

    C’est un roman policier comme je les aime, pas sanguinolent. Eva Björg Ægisdóttir joue avec la psychologie de ses personnages, tout en finesse. L’autrice livre des portraits croisés de femmes, de jeunes filles devenues mères et de leurs propres filles. Des femmes dont la maternité n’est pas toujours choisie. L’histoire de chacune se dévoile petit à petit, les fêlures et les blessures du passé éclairent d’un jour nouveau le profil de chacune. Les transitions entre les pensées de chacune sont bien faites et l’enquête est bien ficelée. J’ai eu beau me creuser la tête, je n’ai rien vu venir.

    Ce que j’aime dans les polars islandais, c’est cette plongée dans une culture assez éloignée de la mienne. Les noms de personnages sont parfois imprononçables. L’autrice en profite d’ailleurs pour rappeler la construction du nom de famille en Islande : il est composé du prénom du père suivi de -son (« fils de ») ou -dóttir (« fille de »). Cela montre l’importance très forte de la filiation en Islande et un enfant né de père inconnu aura le prénom de sa mère dans son nom de famille, affichant sa singularité aux yeux de tous.

    La rigueur des paysages n’est pas en reste, et les champs de laves islandais sont toujours aussi pratiques pour se débarrasser d’un corps…

    Le personnage d’Elma est récurrent, son prénom est d’ailleurs le titre du premier roman de l’autrice. Je n’ai pas lu le premier tome, mais cela ne m’a pas posé de problème de compréhension. Cela me donne surtout envie de le découvrir et d’en savoir plus sur la passé d’Elma.

    Merci aux éditions de La Martinière et à BePolar pour cette lecture.

  • Va.lérie 6 juin 2022
    Les filles qui mentent - Eva Björg Ægisdóttir

    Un grand merci à BePolar et aux éditions La Martinière, qui m’ont permis de découvrir ce roman d’Eva Bjorg Aegisdottir.
    Les filles qui mentent ne s’en sortent jamais.Sauf peut-être en Islande…
    Elma est une ancienne inspectrice de la brigade criminelle de Reykjavik, qui est venue s’installer à Akranes, un petit village, afin de mener une vie plus paisible.
    Quand le corps d’une femme, ayant disparu depuis 7 mois est retrouvé dans une grotte, c’est Elma et son équipe qui sont chargés de l’affaire. L’enquête qui avait conclu à un suicide sept mois plus tôt, est réouverte. Mais il est difficile après tous ces mois de faire appel aux souvenirs des témoins. Il faut reconstituer la journée de la disparition de la jeune femme, les fausses pistes, les secrets et les mensonges s’entremêlent.
    Les chapitres alternent entre l’enquête et le l’étrange récit d’une femme écrit sur plusieurs années.
    Le rythme lent au début, avec la présentation des principaux acteurs, s’accélère dans la deuxième partie du polar qui nous réserve de belles surprises.
    Le dénouement m’a un peu laissé sur ma faim, mais j’ai apprécié ce polar et je pense même lire la première enquête d’Elma.
    Bonne lecture à tous.

  • Lamarcheusequilit 6 juin 2022
    Les filles qui mentent - Eva Björg Ægisdóttir

    J’ai adoré ce livre. J’avais lu le précédent tome, Elma, et j’avais plutôt apprécié. Celui-ci est meilleur.

    Elma, le personnage principal a évolué, même si elle a toujours son côté "torturé", elle s’ouvre plus. La psychologie du personnage est plus travaillée.

    Le truc en plus vient de la construction de l’histoire. Elle est réellement recherchée et on imagine tout au long de la lecture ce qui va se produire sauf que la fin est surprenante. Le thème de la maternité, grossesse et relation mère-fille y est abordé de façon multiple.
    Parfois, en lisant , j’ai une impression de déjà-vu. Pas du tout avec celui-ci.

    J’attends la suite avec impatience.

  • LES LECTURES DE KATHY 5 juin 2022
    Les filles qui mentent - Eva Björg Ægisdóttir

    Il s’agit du premier polar nordique que je lis et j’ai adoré !!

    C’était complètement addictif, impossible de lâcher le roman avant de connaître le dénouement.

    J’ai adoré l’écriture de Eva Björg Ægisdóttir que j’ai trouvé très fluide.

    Je tiens à préciser qu’il s’agit du second roman de l’autrice mais personnellement je n’ai pas trouvé qu’il soit nécessaire de les lire dans l’ordre. Il n’y a aucun problème de compréhension sur l’enquête du moins.

    Il y a peut être (certainement même) une évolution de l’inspectrice Elma du tome 1 au tome 2 mais ça n’empêche en rien d’apprécier sa lecture.

    Nous allons suivre l’inspectrice Elma et son équipe sur une nouvelle enquête lorsque le corps d’une femme est découvert dans un champ de lave.

    Les chapitres s’alternent entre l’enquête et le récit d’une jeune femme devenue mère et pour qui le lien maternel avec son enfant est loin d’être évident et inné. On suit aussi bien l’évolution de l’enquête que l’évolution de la relation complexe mère-enfant. On sait qu’il y a un lien entre les deux mais personnellement je n’ai absolument pas vu la fin venir.

    Une très belle découverte ❤️

    Et une autrice que je vais suivre de près c’est une certitude.

  • Marion Reichling 4 juin 2022
    Les filles qui mentent - Eva Björg Ægisdóttir

    Il s’agissait ici de ma première lecture de "polar scandinave ". J’ai découvert qu’il s’agissait en fait de la suite d’" Elma" mais je n’ai pas été gêné dans ma lecture de ne pas avoir lu ce premier opus...

    Le pitch de départ est assez classique : la découverte du corps d’une femme disparue quelques mois plus tôt. Un duo d’enquêteurs, dont la fameuse " Elma" est diligenté pour cette affaire.

    Le cadre est dépaysant, on se sent plongé dans un véritable décor islandais. Les personnages, leur noirceur, leurs failles sont bien travaillés. On se laisse porter jusqu’au twist final.

    L’alternance passé/ présent est judicieuse car elle donne un peu plus de rythme même si pour moi, il y’a quand même des longueurs...

    En bref : un polar sombre agréable à lire même si je n’ai pas eu de coup de coeur.
    Je lirai sans doute "Elma" plus tard.

  • Martypopy 3 juin 2022
    Les filles qui mentent - Eva Björg Ægisdóttir

    Un matin le corps d’une jeune femme est retrouvé dans une crevasse d’un champ de lave.

    Elma, jeune policière, va être chargée de cette enquête avec son collègue Sævar et leur chef Hördur. Après autopsie du corps, il s’avère que c’est celui de Marianna dont la disparition avait été signalée 7,mois auparavant et classée sans suite. Or, après examen du corps elle aurait été sauvagement assassinée.

    L’instruction va donc être reprise depuis le début et Elma et Sævar vont devoir reconstituer la journée du 4 mai, jour de la disparition de Marianna. Ils vont interroger sa fille Hekla et découvrir que les relations mère-fille ont toujours été très compliquées, Marianna élevant seule sa fille et ayant un comportement souvent irresponsable envers elle.

    Cette enquête va s’avérer très complexe, nos deux policiers vont se trouver confrontés à des secrets, des traumatismes et des mensonges qui ne seront pas faciles à démêler.

    J’ai beaucoup aimé ce polar islandais qui se déroule en deux temps. Une partie où l’on retrouve l’enquête entrecoupée par une sorte de journal sur 10 ans, d’une mère qui vient d’accoucher d’un enfant dont apparemment elle ne voulait pas.

    Ce livre est très bien écrit, la plume de l’autrice nous emmène dans une histoire haletante, passionnante où les mensonges vont s’accumuler.

  • Killing79 2 juin 2022
    Les filles qui mentent - Eva Björg Ægisdóttir

    Comme son nom imprononçable le laisse deviner, Eva Björg Aegisdottir est une nouvelle autrice venue d’Islande. Sous l’impulsion d’Arnaldur Indridason, puis de Ragnar Jonasson, les polars de cette république arrivent depuis quelques années sur notre territoire, avec une certaine réussite. Avec ce livre, j’avais hâte de voir s’il fallait ajouter une nouvelle référence dans le genre.

    Le deuxième volume des aventures d’Elma (je n’ai pas lu le premier) déplace l’héroïne dans un endroit calme où elle pensait être tranquille. Mais lorsque l’on retrouve un cadavre isolé, les sombres affaires la rattrapent.

    Le récit alterne entre l’enquête proprement dite et les souvenirs d’une narratrice anonyme qui nous raconte année après année l’évolution de la relation avec sa fille. On sent que ces passages sont importants mais l’autrice nous laisse dans le brouillard.

    Malgré la présence d’un crime, le suspense est plutôt psychologique. Il est entretenu principalement par le comportement des protagonistes féminines. Au fil des interrogatoires, les femmes de ce drame se révèlent être emplies de secrets. « Les filles qui mentent » porte donc très bien son titre parce que l’ensemble du mystère repose sur l’ambiguïté de leurs témoignages.

    Tout est alors réuni pour réaliser un sans-faute. Seulement, au centre du roman, les évènements se mettent tourner en rond. Les enquêteurs ne cessent de répéter les éléments en leur possession. Ils ressassent leurs analyses et leurs réflexions. Ce passage traîne un peu en longueur.

    Heureusement, les deux parties de l’histoire se rejoignent sur la fin. Et là, le roman passe la seconde, l’engrenage se met en route, pour finir en apothéose. Le moment de latence est oublié et la résolution de l’énigme se dévoile avec ses révélations surprenantes et sa morale effrontée. Un dénouement vraiment réussi !

    L’Islande a bien des ressources littéraires dans le thriller et Eva Björg Aegisdottir en est une nouvelle preuve ! A suivre !

    https://leslivresdek79.wordpress.com/2022/06/02/762-eva-bjorg-aegisdottir-les-filles-qui-mentent/

  • Nourriture livresque 1er juin 2022
    Les filles qui mentent - Eva Björg Ægisdóttir

    Ce livre s’ouvre sur l’histoire d’une femme qui vient d’accoucher, mais qui ne semble pas bien le vivre. Elle ressent du jugement de la part des soignants, elle qui ne parvient pas à créer un lien avec ce petit être qui ne lui ressemble en rien.
    Puis nous entrons dans la vie d’Elma, une ancienne inspectrice de la brigade criminelle de Reykjavik, qui est venue s’installer dans un petit village, afin de mener une vie plus paisible. Ses rapports avec sa sœur ne sont pas simples, et le fantôme de son ex-conjoint, qui s’est suicidé, plane toujours au-dessus de sa tête.
    C’est alors que le corps d’une femme est retrouvé dans un champ de lave. C’est son collègue Saevar, qui le lui apprend. Ils commencent alors à émettre des hypothèses. Les disparitions n’étant pas si nombreuses dans le coin, ils repensent à celle d’une mère célibataire, qui n’avait laissé qu’un petit mot d’excuse à sa fille. Suicide ou meurtre ? L’enquête commence. Et même si très vite l’hypothèse la plus vraisemblable est celle du meurtre, il ne va pas être simple de dénouer tous les fils liés du passé pour atteindre la vérité.

    Le récit s’alterne entre celui d’une mère et de sa fille, et l’enquête (entremêlée avec la vie personnelle d’Elma). Mais qui est-elle ? On se doute que ça a un lien avec l’enquête, mais difficile de savoir avec certitude de qui il s’agit. Personnellement, je me suis plantée. Haha !

    J’ai trouvé ce polar vraiment bien construit, et le mystère difficile à élucider.
    Une histoire entre rapports mère-fille compliqué, grossesse non désirée et précoce, mensonges aux conséquences incontrôlables et passé inavouable.
    Le rythme est assez lent, mais ne m’a pas fait décrocher ; j’ai seulement moins dévoré le livre que pour d’autres polars ou thrillers. Et le dénouement est on ne peut plus réussi !

    Une très bonne lecture.
    Et j’ai bien envie de lire "Elma", même si cela ne m’a pas été nécessaire pour apprécier cette suite.

  • Sonnaere 30 mai 2022
    Les filles qui mentent - Eva Björg Ægisdóttir

    Merci à Bepolar et aux éditions de La Martinière pour ce livre.

    Disparue depuis sept mois, Marianna est retrouvée dans une grotte du volcan Grabrok en Islande. A sa disparition il était probable qu’elle se soit suicidée. Mais la découverte de son corps révèle des traces de coups, il ne peut donc s’agir que d’un meurtre.
    Elma et Saevar, enquêteurs à la police d’Akranes reprennent l’enquête.
    En parallèle à l’enquête, nous suivons le parcours d’une jeune mère et de sa fille. Elles sont seules et ont une relation des plus compliquée, entre elles et avec les autres.

    Une fois assimilé les noms de personnages je me suis très vite plongée dans l’histoire. Les filles qui mentent est le deuxième livre de Eva Björg Ægisdóttir. Je n’ai pas lu le premier qui a pour titre « Elma » mais il est très facile de suivre cette intrigue sans l’avoir lu. Quelques faits nous sont révélés qui nous permettent de situer le personnage.
    Les femmes, et leurs relations avec la maternité, non désirée ou refusée, est le thème sous-jacent de ce roman.

    J’aime beaucoup la façon dont le lien entre l’enquête et le parcours de la jeune mère et sa fille est amené et démêle petit à petit les fils entre les deux histoires.

    Je vais lire son premier roman et suivre cette autrice dans ses prochains livres.

  • Sylvain V 27 mai 2022
    Les filles qui mentent - Eva Björg Ægisdóttir

    C’est un roman construit de manière assez classique avec des chapitres narrant l’enquête menée par l’enquêtrice Elma entrecoupés de chapitres où une narratrice précise peu à peu son histoire nous permettant de comprendre au fur a mesure ce qui a pu se passer même si on tombe de haut lorsqu’on découvre son identité qu’on pensait connaitre.
    Ce roman est bien ficelé, un peu sage à mon gout et on a du mal à s’attacher aux personnages dont la psychologie est traitée de manière assez superficielle. Le final est un peu décevant malgré les explications sur la machination.
    Bref c’est un livre qui donne la part belle aux menteuses mais on reste sur une sensation de malaise à la fin.

  • emy8909 26 mai 2022
    Les filles qui mentent - Eva Björg Ægisdóttir

    • Les filles qui mentent • Eva Björg Ægisdottir •

    Elma, ancienne inspectrice de la brigade criminelle de Reykjavik, se retrouve chargée d’une enquête avec son équipe après la découverte d’un corps dans un champs de lave.

    Ce corps s’avère être celui d’une mère célibataire qui a été déclarée disparue depuis 7 mois.
    Cette enquête va se révéler compliquée après autant de temps de passé et sans aucuns indices.

    Les chapitres s’alternent entre l’enquête et la vie d’une mère célibataire tombée enceinte jeune, on y découvre son évolution ainsi que celle de sa fille avec le temps.

    J’ai adoré le personnage de Elma, battante et cabossé de par son métier. J’aurais adoré découvrir le premier livre de cette auteure qui parle de Elma.

    Le suspens est présent, les révélations se font petit à petit, même si j’étais bien loin de la vérité.
    L’auteure nous plonge dans l’univers précoce des ados, dans les secrets parfois difficile à garder, mais aussi dans le jugement des autres qui est bien souvent néfaste et surtout basé sur des ont dit.

    Bref c’était une très belle découverte pour ma part, j’ai adoré

  • maelou 24 mai 2022
    Les filles qui mentent - Eva Björg Ægisdóttir

    Ce thriller islandais est incroyablement bien ficelé. La construction repose sur un, puis deux, puis trois puis une conspiration de mensonges élaborés par des femmes. Nous, lecteurs, pensons connaître la vérité. Et pourtant !
    Avec talent et un style littéraire fluide, Eva Björg Ægisdóttir dévoile peu à peu des pans entiers de la vie de la coupable, de la victime, de l’enquêtrice. Nous avons accès aux emplois du temps, aux pensées les plus intimes, aux secrets cachés, aux confidences et à tous les indices. Ce faisceau de données permet de comprendre le mobile et les circonstances du crime. Et pourtant !
    Jusqu’à ce roman, je pensais que les mensonges nuisent toujours à ceux qui les émettent. Et pourtant !
    Je recommande ce roman policier glaçant.

    L’histoire :
    Quand le corps d’une femme est retrouvé dans un champ de lave, Elma et son équipe se retrouvent chargés de l’enquête. Cela fait sept mois que cette mère célibataire a disparu, ne laissant qu’un simple mot d’excuses sur la table de la cuisine. Entre cruauté adolescente, préjugés de petite ville et mensonges d’enfants qui portent les péchés de leurs parents, c’est le début d’une longue suite de secrets dissimulés par les brumes du passé qu’Elma se charge de découvrir.

  • Sazbook72 20 mai 2022
    Les filles qui mentent - Eva Björg Ægisdóttir

    ✒ Quand vous ouvrez ce livre, vous êtes plongé dans une intrigue digne d’un polar dont seuls les nordiques ont le secret 🤔🤔
    Eva Björg nous embarque dans une intrigue dense, intense ou le mur des apparences va s’effriter à chaque avancée de l’enquête.
    Les personnages se cachent derrière leurs apparences quelques secrets inavouables, tel un fil qui dépasse d’une pelote de laine dès que l’on tire dessus. La pelote se déroule et tout ce met place.
    Le roman alterne la tenue d’un journal sur plusieurs années (non non je vous dirais pas qui c’est il faudra le lire 😜😜) et lé déroulement de l’enquête. Cette manière de traiter l’histoire ne gâche pas l’énigme en soi mais elle joue un rôle de conclusion de résolution de l’intrigue pour le lecteur. Il est à la fois enquêteur et spectateur 🤗🤗
    IL faut un certain temps pour que les choses se mettent en place, les personnages avec la difficulté de retenir les noms islandais et leurs situation dans l’histoire. Après quelques pages, cette petite contrainte laisse place à une intrigue qui tient ses promesses. La psychologie joue une part importante dans l’histoire, on essaye pas de coller les preuves aux suspects mais déceler les anomalies et trouver les preuves de suspicion puis d’inculpation qui pourrait en découler.
    Les enquêteurs (Elma & Saevar) ont une bonne dose d’empathie avec leurs défauts et qualités de gens normaux pas de superflic sans âme ni reproche enquêtant tel des robocop !!!
    Vous pouvez lire ce T2 sans avoir lu le 1er de l’autrice, une chouette découverte grâce aux éditions de la Martinière (je suis partant s’il cherche un lecteur pour commenter d’autres polars de leurs catalogues😉😯).
    4ème de couverture :
    On découvre près du volcan de Bifröst le corps de Marianna Thorsdottir, disparu depuis plusieurs mois. Le commissariat d’Akranes dont l’enquêtrice Elma en fait partie sur quoi elle a pût passer lors de l’enquête de disparition.
    Marianna avait déjà fugué et laissé sa fille Hekla seule, les services sociaux avait placé un temps l’enfant dans une famille d’accueil et depuis peu Hekla était revenu vivre chez sa mère. Tout se complique quand les différents protagonistes cachent des éléments de cette de disparition. Une belle pelote de laine à démêler !!!!

  • DUPREZ 17 mai 2022
    Les filles qui mentent - Eva Björg Ægisdóttir

    {{}}merci de m avir fait parvenir ce polar de eva djorg aegisdottir. Vivre en islande est compliquée pour les islandais encore plus quand on est policiére comme Elma qui a un cadavre dans son secteur . Son équipe va tenter de remonter le fil de l histoire de marianna. On ne peut quitter le livre sans penser a l intrigue, aux enfants implqiu"s dans l enquete,
    je trouve interessant la façon dont l auteure aborde l intrigue, on est suspendu au dénouement qui surprendra nul doute le lecteur,
    c est mon premier roman que je lis de la romanciere , masi je vais la surveiller de pres pour ses autres livres
    merci encore
    kenavo

  • Didier-Laurent 11 mai 2022
    Les filles qui mentent - Eva Björg Ægisdóttir

    je n’ai pas lu le tome 1 "Elma" ce qui ne m’a nullement dérangée .
    Les personnages sont attachants et l’Islande nous dépayse .J’ai eu un peu de mal avec les prénoms compliqués Islandais, pour visionner les personnages .
    Le récit alterne entre passé et présent ce que j’apprécie en général, quoi que dans ce roman, il m’a fallu du temps pour identifier la narratrice, j’étais partie sur une fausse piste ! Un petit manque de réalisme pour certains points .
    Bien longuet et peu de suspense au final ,néanmoins j’ai apprécié .

  • L’atelier de Litote 29 avril 2022
    Les filles qui mentent - Eva Björg Ægisdóttir

    Disparue depuis sept mois, on ne s’attendait lus à retrouver le corps de cette mère célibataire. C’est Elma qui va se voir charger de l’enquête sur le corps trouvé en piteux état dans un champ de lave islandais. Seul un mot a été retrouvé sur la table de la cuisine faisant penser à un suicide mais aujourd’hui, les preuves scientifiques racontent une autre histoire. Le mystère autour du meurtre s’épaissit et devient de plus en plus complexe alors que les témoins se font rares, ont des souvenirs imprécis et ne disent pas toujours la vérité.
    Parallèlement à l’enquête on va suivre la narration d’une jeune accouchée en maternité qui semble avoir du mal à se connecter avec son bébé. On va ainsi osciller entre passé et présent. Les chapitres mettant en scène la mère isolée et sa petite fille « différente » m’ont touché, les anecdotes racontées , sont bouleversante de réalisme. On se doute bien que les chapitres passé et présent vont s’aligner à un moment. Un thriller qui explore les pistes de la maternité, des liens familiaux distendus eu encore des erreurs de jeunesse et des traumatismes qui peuvent avoir des répercutions bien des années plus tard.
    Je n’ai pas toujours trouvé facile ma lecture, bien souvent on ne sait pas de qui on est en train de lire l’histoire, c’est un peu perturbant si surtout comme moi tu pars avec une idée en tête et que finalement ce n’était pas la bonne. Cela oblige à revoir tout ce que tu pensais acquis, bref une technique qui m’a laissé plutôt frustrée. Peu d’action ou de retournement, pas beaucoup de suspense, un rythme lent, tout se joue dans la psychologie des personnages et là, il y a de quoi faire. Bonne lecture. http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2022/04/29/39414739.html

  • Rose 20 avril 2022
    Les filles qui mentent - Eva Björg Ægisdóttir

    Pour moi, c’est une lecture mitigée avec ce roman.

    Notez que je n’ai pas lu le tome 1. Malgré cela, je n’ai eu aucun souci de compréhension, et je me suis attachée à Elma, la policière principale. Donc je n’ai pas senti de manque sur la construction de ce personnage récurrent. C’est même un personnage que j’ai beaucoup apprécié pour son côté très humain et ancré dans la réalité.

    Côté ambiance, on est en Islande et c’est génial de découvrir ce pays à travers les polars islandais. Avec l’autrice Eva Björg Ægisdóttir c’est encore une belle réussite et un vrai plaisir.

    Ensuite, j’ai trouvé l’enquête intéressante avec des sujets abordés délicats et une approche originale.

    Un des points qui m’a gênée, c’est la lenteur de progression de l’intrigue. Pourtant, j’aime le rythme lent caractéristique du polar islandais. Du coup, pour moi, le roman était simplement un peu trop long pour un tel rythme.

    Mon autre souci, c’est la construction avec une double temporalité. En soi, je n’ai pas de soucis avec la technique, mais plutôt avec la réalisation. C’est en effet les flashbacks qui ont fait que je n’ai pas réussi à m’attacher aux victimes... Dommage là aussi, mais j’espère que cela vous parlera plus à vous.

    😱 Trouillomètre - Même pas peur. À part une scène un peu glauque et un petit côté pesant, je n’ai pas eu de mal à le lire en soirée. Si vous êtes très sensible, attention à vous tout de même 😊

    Merci aux éditions de La Martinière et à NetGalley pour ce service presse. numérique

  • loeilnoir 20 avril 2022
    Les filles qui mentent - Eva Björg Ægisdóttir

    Le premier tome de cette nouvelle série islandaise, simplement intitulé Elma, du nom de l’héroïne, n’est pas essentiel à la lecture de ce second tome ( que je n’ai d’ailleurs pas lu).

    Le corps d’une mère célibataire disparue sept mois plus tôt est retrouvé dans un champ de lave, près du village d’Akranes situé au nord de la capitale islandaise. Elma, une ancienne inspectrice de la brigade criminelle de Reykjavik, et son coéquipier Saevar sont chargés de l’enquête. Marianna, la victime, avait laissé un message d’excuse à sa fille Hekla avant de disparaitre. Tout laissait présager le suicide de cette femme en difficulté, l’affaire avait d’ailleurs été classée sans suite. La voilà qui réapparait assassinée, l’enquête est donc relancée mais difficile sept mois après de faire appel à la mémoire de potentiels témoins. A commencer par la jeune Hekla, une adolescente rebelle avec sa mère mais qui trouvait semble t-il l’équilibre auprès d’une famille d’accueil chez qui elle allait un week-end sur deux. Elle se sentait tellement bien chez eux qu’elle aurait assurément préféré y vivre quotidiennement. De là à la soupçonner d’avoir commis le pire ?

    Le but des enquêteurs pour remonter jusqu’au tueur sera donc de reconstituer la journée de la disparition de la victime en faisant appel aux témoignages et en interrogeant divers protagonistes. Les fausses pistes s’enchainent, les secrets et mensonges se dévoilent. Le roman alterne entre des chapitres consacrés à l’enquête et d’autres où nous découvrons le journal intime d’une femme, écrit sur plusieurs années, qui se confie sur l’étrangeté de son enfant.

    A la fin de ma lecture, que j’ai trouvé passionnante, je ne peux m’empêcher de me questionner sur certains points qui m’ont semblé manquer de réalisme. Sans spoiler, l’un des personnages va, d’employée de bureau dans un cabinet juridique, devenir une célèbre présentatrice de journal télévisé ! Peut-être est-ce possible en Islande, mais ça me parait un peu gros. Il me semble également peu crédible qu’une fillette quasiment autiste devienne une ado populaire et appréciée… Certains personnages sont transparents comme le mari de Margret, dont on attend une réaction, ou encore les parents de Marianna, qui tout comme ceux de Margret, réagissent bizarrement à ce qui leur arrive. Quelques éléments tirés par les cheveux me laissent donc un goût d’inachevé, toutefois la lecture était passionnante, fluide et rythmée, et cette enquête menée par un duo de policiers charismatiques, fort agréable à suivre.

    Je remercie les Editions de La Martinière via #Netgalley pour cette lecture.

  • Sylvie Belgrand 15 avril 2022
    Les filles qui mentent - Eva Björg Ægisdóttir

    Je suis décidément immergée dans une vague de polars nordiques depuis quelques semaines, mais je ne m’en plains pas, loin de là. Encore une fois, avec " Les filles qui mentent ", je découvre un excellent roman. L’auteure parvient à nous maintenir dans le doute tout au long d’une narration particulièrement bien construite. Chaque personnage possède une grande part de mystère, ce qui les rend tous très intéressants. Impossible de deviner qui est qui et qui a fait quoi avant les dernières pages. J’adore Elma, l’enquêtrice et personnage principal, dont c’est ici la seconde aventure, et j’espère la retrouver pour de nouvelles et passionnantes histoires.

    #LesFillesQuiMentent #EvaBjorgAegisdottir #LaMartinière #Babelio #lectures #livres #chroniques #polar #SerialKiller #TueurEnSerie #Noir #Policier #Enquête #Islande

    Le quatrième de couverture :

    Les filles qui mentent ne s’en sortent jamais.
    Sauf peut-être en Islande.
    Elma, ancienne inspectrice de la brigade criminelle de Reykjavík, pensait mener une vie paisible à Akranes, un petit village au nord de la capitale. Mais en Islande, la beauté des paysages dissimule souvent une réalité bien plus sombre.
    Quand le corps d’une femme est retrouvé dans un champ de lave, Elma et son équipe se retrouvent chargés de l’enquête. Cela fait sept mois que cette mère célibataire a disparu, ne laissant qu’un simple mot d’excuses sur la table de la cuisine. Entre cruauté adolescente, préjugés de petite ville et mensonges d’enfants qui portent les péchés de leurs parents, c’est le début d’une longue suite de secrets dissimulés par les brumes du passé qu’Elma se charge de découvrir.
    Jamais les contrées froides et changeantes de l’Islande n’avaient abrité de révélations aussi troublantes.

  • IsaVP 13 avril 2022
    Les filles qui mentent - Eva Björg Ægisdóttir

    Comme c’est dépaysant de se laisser transporter en Islande avec le nouveau polar d’Eva Björg Aegisdottir. Et comme il fait bon se mettre au coin du feu, pour découvrir la nouvelle enquête d’Elma, l’inspectrice de la division criminelle du Grand Ouest.
    Il faut dire qu’en plein hiver, il fait un froid glacial dans la petite ville d’Arkanes, le paysage est balayé par les bourrasques de vent et un déluge de pluie inonde le sol glacé. Au cœur d’une nuit interminable, la population de l’Islande a beau ressembler à une grande famille, elle n’en cache pas moins les pires noirceurs et « les filles qui mentent » sont moins rares qu’on pourrait le croire.
    L’enquête pour le meurtre de Marianna, une mère célibataire retrouvée dans le champ de lave du volcan Grabrok, s’intercale avec le journal d’une jeune femme dépressive dépassée par sa difficile petite fille.
    Elma, qui a quitté la Brigade criminelle de Reykjavik depuis un an, se charge de cette affaire surprenante pour une si petite ville. Très attachante, cette policière a des coups de blues, des coups de cœur et plein de bonnes résolutions, mais elle cache un moral fragile sous un professionnalisme à toute épreuve.
    Un roman à deux voix très maîtrisé, qui révèle progressivement des secrets enfouis dans lesquels se côtoient des mères adolescentes, des jeunes hommes suicidés et des fillettes caractérielles.
    Ce polar nous réserve quelques belles surprises, même si le dénouement nous laisse un peu sur notre faim.
    Un suspens prenant et une autrice qui sait souffler sur les braises du passé, pour leur redonner vie avec talent.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.