L’inconnue du quai - Mary Kubica

Notez
Notes des internautes
1
#AvisPolar
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

« La première fois que je l’aperçois, elle se tient sur le quai bondé de la gare de Fullerton, à Chicago. Il fait un froid à vous glacer les os, il pleut à verse. Elle serre un bébé dans ses bras. Rien ne les abrite. Quelques jours plus tard, elle est de nouveau là. Aussi fragile. Cette fois, je vais lui parler. Sans trop savoir pourquoi. Ni où tout cela va me mener… »
Hantée par l’image de cette jeune sans-abri et de son bébé, Heidi néglige l’avis de son mari et l’hostilité de sa fille : elle ouvre sa maison à l’inconnue du quai. Qui est vraiment Willow ? Mutique, vulnérable, a-t-elle quelque chose à voir avec l’inquiétante Willow Greer, dont le compte Twitter est plein de conseils macabres sur le suicide ?
Peu à peu, la présence de l’inconnue dans la maison agit comme un révélateur des fissures familiales…

Vos #AvisPolar

  • Sandrine Fernandez 1er mars 2018
    L’inconnue du quai - Mary Kubica

    A la tête d’une association qui vient en aide aux exclus, Heidi Wood est une femme généreuse et dévouée qui aime s’occuper des autres et aussi de sa famille, son mari Chris et sa fille de 12 ans, Zoe. Heidi pourrait être heureuse et comblée mais son couple a perdu la fougue des premiers temps. Chris, banquier d’affaires, est peu présent à la maison, toujours entre deux réunions qui s’éternisent ou deux vols vers New York ou Denver. Et depuis qu’il travaille avec Cassidy Knudsen, Heidi est jalouse de cette femme fatale, ambitieuse et volontaire. Et Zoe grandit trop vite. Elle est arrivée à cet âge ingrat où elle se détache de sa mère, réclame son indépendance et en veut au monde entier pour tout et n’importe quoi. Devenue inutile à la maison, Heidi se dépense dans son travail avec ses cours d’alphabétisation, ses cours de langue, ses nombreux projets.
    Quand, un matin, en se rendant à Chicago, elle voit une adolescente et son bébé, transis de froid sous une pluie battante, sur le quai de la gare, Heidi s’émeut de leur sort. Après plusieurs tentatives d’approche, elle finit par la convaincre de passer une nuit chez elle, juste pour se réchauffer, reprendre des forces et soigner le bébé fiévreux. C’est ainsi que Willow et Ruby entrent dans sa vie, au grand dam d’un Chris méfiant et d’une Zoe furieuse. Mais Heidi se moque de leurs récriminations. Au-delà de son besoin d’aider son prochain, elle est ravie d’avoir Ruby à la maison, folle de joie même. Car Heidi adore les bébés. Elle rêvait d’une grande maison, d’une grande famille, de petites jambes courant partout. Elle avait même choisi les prénoms de ses futurs enfants...

    Un thriller psychologique à trois voix où l’on entre dans la tête de trois personnages, Heidi, Chris et Willow. Avec les deux premiers, c’est le monde des WASP bons teints, des revenus confortables, un couple parfait, une fille à l’école catholique. Lui ne jure que par l’argent, elle se consacre aux autres. Leur fille traverse la pré-adolescence avec remous mais ce n’est qu’une phase qui s’atténuera avec le temps. Une vie bien rangée, lisse en apparence. Willow n’appartient pas à cette sphère des gens aisés et sans autre souci que le choix du prochain lieu de vacances. Willow, ce sont des parents partis trop tôt, l’orphelinat, la famille d’accueil, les maltraitances, la peur, la rue, le froid et la faim. La rencontre de ses deux mondes fait forcément des étincelles. Ils se jaugent, se jugent, se méfient. Heidi n’écoute que son coeur mais garde une certaine réserve, Chris craint le pire et s’imagine déjà cambriolé, voire assassiné, Willow est troublée par cette générosité inattendue.
    Tout au long du roman, Mary Kubica fait monter la tension. Rien d’époustouflant, juste un malaise qui s’installe et grossit. On s’attend à un drame. Bien sûr, à force de lire ses confidences, on s’attache à la pauvre Willow mais son silence et sa méfiance restent inquiétante. On subodore un mauvais coup, un dérapage malheureux. Mais l’auteure est plus maline et retorse que cela. Elle manipule, joue avec son lecteur et réserve à son lecteur son lot de surprises. Une excellente lecture.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.