Témoin à charge

Notez
Notes des internautes
0
commentaire
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Sir Wilfrid, un brillant et expérimenté avocat spécialiste des causes perdues, sort d’un séjour prolongé à l’hôpital et doit, pour des raisons de santé, renoncer à s’occuper d’affaires criminelles trop stimulantes. C’est à ce moment que Leonard Vole, accusé du meurtre de madame French, vient lui demander son aide. Bien que l’affaire paraisse passionnante, Sir Wilfrid refuse de s’en occuper pour préserver sa santé et conseille un autre avocat, Brogan-Moore, un de ses anciens élèves. Après le départ de Leonard Vole du bureau de Wilfrid, Christine Vole, la femme de Leonard, fait son apparition. Elle est son seul alibi pour le soir du meurtre. Son attitude très froide et désinvolte, ainsi que son rôle crucial dans l’affaire font changer Wilfrid d’avis, qui décide malgré les recommandations des médecins de s’occuper de cette affaire qui le fascine.

Pensant qu’elle pourrait desservir son client, Wilfrid décide de ne pas faire témoigner Christine au procès, mais c’est l’accusation qui la fait témoigner. Elle explique alors qu’elle a menti aux policiers lors de son audition pour protéger son mari, et donne des éléments accablant son mari. À la suite de ces révélations, tout semble perdu pour Leonard, mais la veille du dernier jour du procès, une femme mystérieuse contacte Wilfrid pour lui remet des lettres écrites par Christine pour son amant, Max. Elle explique dans une lettre notamment que si elle revient sur l’alibi qu’elle a donnée aux policiers, alors elle pourrait être débarrassée de son mari Leonard.

Le lendemain, Wilfrid expose la lettre, Christine fond en larme et avoue s’être parjurée pour que son mari soit condamné. Le jury délibère, et déclare Leonard non coupable. Une fois la salle vide, Christine se retrouve seule avec l’avocat, et avoue l’avoir manipulé : elle a écrit les lettres récemment, et c’est elle, déguisée, qui lui a remis les lettres la veille. C’était un stratagème pour que l’alibi qu’elle fournissait à son mari soit crédible. Elle estime qu’il est préférable qu’elle soit poursuivie pour parjure plutôt que son mari soit jugé pour meurtre. Leonard arrive à son tour dans la salle, et confesse le meurtre. À la surprise de Christine, il annonce son départ en voyage avec une maitresse. De rage, elle s’empare d’un couteau et le tue.

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?