Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

29 #AvisPolar
12 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Contre une belle somme d’argent, quatre jeunes passionnés d’urbex sont mis au défi de passer une nuit dans un sanatorium désaffecté.
Ils vont relever le challenge, mais, une fois sur place, ils vont se rendre compte qu’ils ne sont pas seuls dans cet immense endroit abandonné…
Et très vite comprendre qu’ils n’auraient jamais dû accepter cette proposition.
JAMAIS !

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur LesLibraires.fr
  • Acheter sur Emaginaire
  • Acheter sur Cultura
  • Acheter sur Rakuten

Vos #AvisPolar

  • ReadLookHear 7 juin 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    Alors, ce roman, Urbex Sed Lex, je dois avouer que je ne savais pas du tout où je mettais les pieds… Je ne connaissais même pas le terme Urbex qui est l’abréviation de Urban Exploration en anglais ou en français l’exploration urbaine. C’est une activité qui consiste à visiter des lieux construits et abandonnés par l’homme, des lieux qui sont parfois interdits d’accès. Me voilà donc au taquet pour me plonger dans ce livre. À la lecture du pitch et sachant ce qu’est l’urbex, de la tension, de l’action et du stress devaient être au programme.

    Je commence donc ma lecture et fais la connaissance de quatre jeunes plutôt sympathiques et assez attachants. Il s’agit de deux couples passionnés d’urbex qui se connaissent depuis longtemps. J’ai vraiment apprécié ces quatre personnages qui je trouve se complètent parfaitement. Petit bémol par contre, les dialogues, j’ai trouvé que certains ne font pas vrai … J’ai eu par moment du mal à m’imaginer des jeunes discuter de cette façon. Les « bébé » et les « mon gros bêta » sont venus pour moi alourdir ma lecture. Concernant les autres personnes présentes dans le sanatorium, car vous avez bien compris que nos quatre amis ne sont pas seuls, j’ai malheureusement trouvé qu’ils n’étaient pas tous traités de manière égale et que cela nous fait donc passer à côté de certains points de vue. C’est dommage, d’autant plus que d’autres sont vraiment très intéressants avec des personnalités fortes qui apportent beaucoup.

    Concernant l’intrigue, pour le coup, maintenant on sait à quoi s’attendre, une nuit dans un sanatorium à l’abandon on a de quoi frissonner. Il s’agit de celui de Dreux qui existe vraiment.

    Alors effectivement, on reconnait tout de suite que l’auteur sait de quoi il parle et les descriptions du lieu sont vraiment top, je n’aurais vraiment pas aimé me retrouver à la place des quatre jeunes. Il y a donc pas mal de tension liée à l’environnement et au lieu. Par contre, j’ai trouvé que l’ensemble manquait d’action et de vitesse ce qui vient faire perdre le stress que j’aurais pu ressentir. Pourtant les chapitres sont courts et bien écrits, mais cela, à mon sens, manque de dynamisme. C’est le point qui m’a le plus déçu pour le coup, je m’attendais vraiment à stresser et à ne plus pouvoir m’arrêter de tourner les pages pour connaître le dénouement, mais cela n’a pas fonctionné avec moi. Tous les chapitres avec les quatre jeunes m’ont vraiment tenus en haleine et je les ai trouvés géniaux, mais quand il s’agissait des chapitres avec les autres, le soufflet retombait, je pense que cela est lié aux retours dans le passé qui sont venus alourdir l’ensemble.

    Voilà, une lecture qui malgré tout cela m’a plue et que j’ai trouvée intéressante. Christian Guillerme est selon moi un auteur à suivre et je ne me priverai pas de lire ses futurs romans. En ce qui concerne sa sortie elle est prévue le 18 juin.

    https://readlookhear.wordpress.com

  • Le Monde de Marie 9 juin 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    Pour eux c’était un bon moyen de se faire de l’argent facile, pour les autres un jeu de chasse plus que sordide.

    Une première partie plus calme qui se veut parfois légère dans les dialogues même si on sent déjà une certaine tension. Puis les choses sérieuses commencent et on plonge dans un huit clos très sombre. Un décor angoissant qui deviendra l’arène d’un jeu inhumain. On vit le récit et notre cotre coeur palpite au rythme de celui des protagonistes. Les dès sont loin d’être jetés et, bien que la fin reste incertaine, le gibier donnera du fil à retordre à ses chasseurs.

  • livrement-ka 10 juin 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    Encore une fois je remercie sincèrement Joël des éditions Taurnada. Il pense à moi à chaque fois en me présentant des thrillers de la série "LE TOURBILLON DES MOTS" qui sont d’une part décalés et d’autre part toujours très bien écrits.
    Nous voilà donc avec un titre qui laisse songeur : Urbex Sed Lex. Heureusement au fil des premières pages le lecteur en découvre la signification.
    Pour ma part, j’ai chroniqué un livre intitulé Ravages et dans lequel le terme Urbex était évoqué. Donc j’ai pu appréhender dès le départ le sujet.
    Donc nous allons suivre deux couples d’amis qui vont recevoir un bien étrange mail. Un inconnu leur propose 32.000 € soit 8.000 € chacun en échange d’une mission qui rentre selon eux tout à fait dans leurs cordes.
    Ces quatre jeunes gens sont des passionnés de l’Urbex : arpenter la nuit ou le jour des lieux désaffectés, construits par l’homme. Cette activité leur donne des frissons et les réunit. Si en plus on leur propose cette somme rondelette quoi de mieux.
    Dès le prologue, l’auteur vous pose le décor et l’ambiance….On est en suspens sur ce que nous réserve la suite.
    Même si on a envie d’y croire, on garde derrière la tête la crainte d’un piège ou d’une mission trop belle pour être vraie.
    Avec son écriture entraînante et fluide, l’auteur plonge le lecteur aux côtés de ces quatre amis un peu insouciants, même si ces derniers commencent à évoquer l’envie de se poser.
    Une intrigue qui m’a rappelée sur certaines parties un livre lu récemment et vraiment adoré.
    En quelques centaines de pages, le plus laid de l’humanité est présentée et surtout on peine à croire cet état d’esprit.
    L’ambiance est pesante tout du long, on avance à tâtons au rythme des découvertes et des peurs de Carine Théo Fabrice et Chloé.
    A mesure qu’on progresse dans la lecture et que l’on approche de la fin, l’intrigue s’accélère, les chapitres sont plus courts et le rythme en devient de plus en plus oppressant.
    On sent la tension des personnages monter en puissance et tout ce qui ressemblait à un jeu devient petit à petit dangereux.
    Un page turner implacable qui vous mettra les nerfs à rude épreuve tout en créant un attachement des personnages principaux au détriment des autres sans nom, et dénommés Ombre 1, 2......
    Si vous aimez les thrillers, ce livre est fait pour vous, et comme tous les thrillers de cette maison d’éditions, vous les trouvez en poche à 9,99 €.....
    Petit prix pour une énorme poussée d’adrénaline.

  • Lectures noires pour nuits blanches 17 juin 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    isiter un sanatorium désaffecté contre une jolie somme d’argent, c’est une proposition qu’un petit groupe d’urbexeurs ne peut laisser passer. Tout ne va malheureusement pas se dérouler comme prévu et ce qui devait être une belle aventure va se convertir en leur pire cauchemar.

    Je ne connais pas trop l’urbex (urban exploration), une activité consistant à visiter des lieux construits et abandonnés par l’homme, des lieux interdits, cachés ou difficiles d’accès. Ce n’est pas vraiment fait pour moi qui ai le vertige sur un tabouret et suis un peu claustro. Mais cette thématique me paraissait parfaite pour un thriller anxiogène et haletant. Christian Guillerme réussit l’exercice haut la main.

    Après un prologue qui met l’eau à la bouche, ça démarre doucement. Le temps de poser l’histoire, de faire connaissance avec les personnages et voilà que l’on découvre en même temps qu’eux ce qui les attend. L’horreur absolue ! La tension monte crescendo, on commence à ressentir un certain malaise. Comme les protagonistes on se voit jetés dans l’arène, notre coeur s’accélère, on a le souffle court. Nous voilà entraînés dans une terrifiante aventure dont l’intensité ne faiblira pas jusqu’à la toute fin.

    Si l’histoire est prévisible il n’en demeure pas moins que ce livre est impossible à lâcher. Une fois la lecture commencée, vous serez vous aussi pris au piège, vous allez manquer de souffle et aurez envie de vous enfuir à toutes jambes.

    Je ne vous en dit pas plus, juste une dernière petite chose, êtez-vous prêts à courir ? Fuyez !

  • L’atelier de Litote 18 juin 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    Deux jeunes couples dont la passion est de visiter des lieux abandonnés pratiquent ensemble depuis quelques années l’Urbex. Il faut dire que le thème est excellent, le principe de l’Urbex à savoir visiter des lieux construits par l’homme et abandonnés, cela en toute illégalité est déjà limite, car bien souvent, s’ils sont fermés au public ce n’est pas sans raison. Un jour, ils sont contactés anonymement pour relever un défi qui devrait leur rapporter gros. Alors qu’ils hésitent, leur curiosité est la plus forte mais, tout le monde le sait, c’est un très vilain défaut. Alors que la soirée débute, ils feront tout pour relever le challenge mais rien ne se présente comme ils l’avaient espéré. Arrivé à donner autant de densité à un thriller, en à peine 250 pages, c’est déjà une réussite. Quand en plus, on trouve des personnages bien campés avec un chacun leur caractère et leur savoir faire, c’était passionnant. Le rythme et l’action sont omniprésents, on rencontre de vrais méchants et ça fait du bien de voir toute la stratégie mis en place pour tenter de sortir de l’enfer. J’avais l’impression d’être dans un jeu de plateforme tant il y a un côté scénique dans l’écriture de l’auteur. J’aurai bien aimé avoir un plan des lieux pour mieux m’imprégner de la topographie et mieux suivre le déroulement de l’action. J’ai trouvé un intérêt croissant à voir ce groupe de quatre tout tenter pour survivre. Il y a des surprises, des rebondissements et une sacrée montée d’adrénaline pour le lecteur même si je n’ai pas quitté mon fauteuil. Le prologue nous plonge direct dans le ressenti et dans la course effrénée même si l’on ne sait pas encore contre qui on doit lutter, c’est déjà complètement affolant et mon attention a été captée ainsi du début à la fin. Cette atmosphère anxiogène est parfaitement rendue. Je n’ose même pas m’imaginer vivre la soirée que Théo et Chloé, Fabrice et Carine, vont subir, c’est glauque à souhait. Bonne lecture.
    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2020/06/18/38340816.html

  • myfabulousreading 18 juin 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    Urbex Sed Lex – Christian Guillerme chez Taurnada

    Du très bon cru que cette virée dans le monde des urbexers.
    Pour être franche avec vous, je n’y connaissais pas grand-chose.Il y a des gens que l’on appelle des “urban explorers” qui comme leur nom l’indique, adorent explorer des endroits où personne n’irait s’aventurer.Des bâtiments abandonnés, des ruines ou encore des sanatoriums désaffectés, comme c’est ici le cas pour nos 4 urbexers.
    ▪️
    2 couples d’amis qui pratiquent cette activité depuis plusieurs années, et qui se font contacter, via leur site internet, par une personne leur proposant 8 000 € chacun pour passer une nuit dans ce sanatorium.Après moult hésitations et discussions, difficile de dire non, ils décident de se lancer, pour un ultime kiff avant de tirer leur révérence à ce monde somme toute assez risqué et dont ils pensent avoir fait le tour.Seulement voilà, pour une telle somme d’argent, tout ne peut pas être aussi simple.
    ▪️
    Ils viennent de nouer un pacte avec le diable qui va les mener droit en enfer.Mais ça, ils ne s’en doutent pas...du moins pas à ce point !C’est rythmé, ça dépote et on y laisse sa chemise, ou plus…Le style de l’auteur est vif et absolument adapté à cette course effrénée dans les dédales de ce labyrinthe terrifiant. En plus, moi qui adore apprendre en lisant, découvrir des trucs totalement dingues et bien j’ai été servie.L’auteur sait de quoi il parle et s’est extrêmement bien documenté.Comme c’est bien ficelé !Je me suis clairement amusée à aller faire mes petites recherches sur google dès que je voyais un quelque chose qui me turlupinait,et ça j’adore !
    ▪️
    On est dans la vraisemblance, des faits avérés,rien de rocambolesque ou de tiré par les cheveux.
    ▪️
    Une très belle découverte, 250 pages qui se lisent d’une traite et qui vous donneront de belles sueurs froides.

  • Des plumes et des livres 18 juin 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    Avec les Editions Taurnada, je n’ai jamais été déçue. Et ce n’est pas avec la lecture de Urbex Sed Lex de Christian Guillerme que cela va commencer !

    Si depuis des semaines, vous m’entendez me plaindre de ne pas apprécier un polar ou de ne plus arriver à me plonger dans un roman noir, le roman de Christian Guillerme semble m’avoir soignée ! Bon, j’en ai lu quelques uns avant, mais j’ai eu du mal à lâcher Urbex Sed Lex et ça, c’est très bon signe. 🙂

    L’urbex, c’est l’abréviation de urban exploration (exploration urbaine en français). Ce qui veut dire que les urbexers visitent et photographient des bâtiments abandonnés, là où l’homme a cessé toute activité. C’est cette activité que s’adonnent nos quatre amis, Fabrice, Carine, Théo et Chloé pendant leur temps libre. Alors que les deux couples remettent en question leurs explorations, un étrange mail les met au défi le temps d’une nuit dans un sanatorium abandonné, en échange d’une coquette somme de 8 000€ chacun. Après débat, ils acceptent l’aventure, malgré un mauvais pressentiment… Et si rien ne se passait comme prévu ?

    Je ne connaissais pas la plume de Christian Guillerme, qui signe pourtant ici son second roman. L’écriture est captivante et haletante. Les chapitres sont court, ce qui permet une fluidité dans la lecture mais également de retranscrire l’urgence de la situation, le sentiment de traque et de peur.

    Urbex Sed Lex voit ses pages se tourner rapidement, frénétiquement et sans que l’on s’en rende compte. C’est un véritable page turner.

    J’ai vraiment eu l’impression d’être aux côtés des quatre amis, dans le sanatorium abandonné de Dreux, à courir dans les couloirs sombres et étroits pour survivre.

    Urbex Sed Lex est un thriller à lire absolument !

    https://desplumesetdeslivres.wordpress.com/2020/06/18/sortie-du-jour-%f0%9f%92%96-urbex-sed-lex-christian-guillerme/

  • Sonia Boulimique des Livres 19 juin 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    Alerte coup de foudre !! Un roman qui arrache la tête. Un truc de malade !

    Déjà, prévoyez du temps devant vous, car vous ne pourrez pas le lâcher avant la fin. Je l’ai attaqué le soir, tranquille, deux chapitres avant de dormir. Continué le matin suivant, j’ai cessé toute vie sociale jusqu’à la dernière page. Je n’ai pas eu le choix.

    Ensuite, installez-vous confortablement, de préférence dos au mur et dans un coin, avec une parfaite visibilité sur les portes et les fenêtres. Non, je n’ai pas perdu la boule, c’est un conseil d’amie, suivez-le. Je dégage toute responsabilité si vous décidez de n’en faire qu’à votre tête.

    Pour terminer, évitez les excitants. Préparez-vous plutôt un thermos de tisane, genre « Nuit tranquille ».

    Ce roman m’a rongé le cerveau, le transformant en bouillie. Une oppression sourde se met en place après les premiers chapitres. Elle n’aura de cesse d’augmenter crescendo jusqu’à la fin. Un étau m’a enserré les poumons j’ai failli trépasser. Surtout lorsque le chat a fait craquer une lame du parquet, mon niveau d’angoisse et de stress étant au maximum, j’ai fait un bond sur mon canapé, j’ai failli me pendre aux poutres apparentes du plafond.

    Pourquoi ai-je été mise dans un état pareil ??? Nous faisons connaissance avec Théo, Chloé, Fabrice et Carine, quatre urbexers. Pour mémoire, l’Urbex, c’est l’exploration urbaine. « Urbex Sed Lex » est leur devise (« L’Urbex, c’est la loi »). Lorsque le groupe reçoit un mail leur proposant 8000 € chacun pour relever un défi somme toute « classique » pour eux, ils y voient là l’occasion de gagner une somme rondelette en faisant ce qu’ils aiment faire : explorer des lieux désaffectés et isolés.

    Sauf que…vous vous en doutez, tout ne va pas se passer tranquillement. Un huis clos dans un lieu isolé, délabré, immense, perdu au milieu de nulle part, où la terreur et l’angoisse vont mettre à mal l’instinct de survie de nos protagonistes.

    A chaque décision du groupe, je leur disait « non, pas ça, retour en arrière, stooooooop », mais ils ne m’ont pas écoutée, et j’ai bien été obligée de les suivre.

    L’écriture hyper photographique, visuelle et tranchante collait pile poil à l’ambiance glauque et suffocante. J’ai été accrochée à ce roman jusqu’à la fin. Je ne vous cache pas que j’ai poussé un soupir de soulagement arrivée au bout, car j’ai failli passer de vie à trépas à bien des détours de couloirs sombres…heu de pages. Ce livre restera imprimé longtemps dans mon esprit. Je fais toujours un bond de trois mètres dès que j’entends un bruit, et mon palpitant n’a pas encore repris un rythme normal…D’ailleurs pour la petite histoire, le téléphone de mon mari ne va pas finir la journée : à chaque notification, la sonnerie n’est d’autre que celle d’une flèche qui atteint sa cible. Avant ça me faisait rire. Désormais, ça m’angoisse terriblement (lisez le livre et vous comprendrez pourquoi). Une immersion incroyable pour une lecture prodigieuse.

    Un thriller que je recommande à tous, sauf aux cardiaques car vous y laisserez votre peau. Les autres, si vous êtes amateurs de sensations fortes et que vous avez envie d’avoir la trouille, allez-y !!!

    Je remercie les Éditions Taurnada et Joël Maïssa pour cette lecture et leur confiance sans cesse renouvelée.

    #UrbexSedLex #ChristianGuillerme #Taurnada

  • Les lectures de Maryline 19 juin 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    Le synopsis était très alléchant mais le titre, je ne le comprenais pas avant ma lecture. Fort heureusement, j’ai vite assimilé (et surtout appris !) ce qu’était l’Urbex, discipline totalement inconnue pour moi. Pour les novices comme moi, voici une petite définition : L’exploration urbaine, abrégé urbex, est une activité consistant à visiter des lieux construits et abandonnés par l’homme, mais cette pratique inclut également la visite de lieux interdits, cachés ou difficiles d’accès, tel que des tunnels de métro, des catacombes, des chantiers de constructions/rénovations et des rooftop (sommets d’immeubles, monuments...). Vous voilà donc prêts maintenant à commencer la lecture de ce thriller !

    Fabrice et Théo sont des amis de longues dates, Chloé et Carine sont proches depuis très longtemps, et ils ont tous les quatre une grande passion pour l’Urbex qui les réunis depuis quelques temps déjà. Ils montrent même leurs exploits sur un site et sont fiers de ce qu’ils font. Un jour, ils sont contactés par un inconnu qui leur propose un sacré challenge, avec de l’argent en cas de réussite...

    J’aime le mystère que sème l’auteur dès le départ avec cet inconnu qui propose un défi à ces quatre urbexers aguerris. On sent bien, comme Fabrice, qu’il y a un truc louche, mais je crois que je serais comme eux, très tentée par l’expérience, avoir un petit coup d’adrénaline, une dernière fois avant de se poser enfin et de pourquoi pas, fonder une famille avec le pactole qui les attend. On découvre petit à petit le fin mot de ce mystère, on sent la tension tout au long du récit, on court avec eux, on en perd le nord, une montée de stress nous suit nous aussi lors de notre lecture... Bref, cette histoire sous tension nous tient en haleine du début à la fin.

    J’ai vraiment passé un super moment de lecture. L’endroit est sombre, glauque, complètement mort... Que va-t’il se passer ? Est-on à l’intérieur d’un géant escape game dont il faut trouver la sortie ? Ou bien les quatre amis sont-ils tombés dans un piège dont ils ne ressortiront pas vivants ? Ont-ils fait une erreur en persuadant Fabrice d’accepter ce défi de fou ? Si vous souhaitez le savoir, n’hésitez pas à ouvrir les pages de ce thriller sombre, vous ne serez pas déçus !

  • lireencore93420 20 juin 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    Quatre jeune gens, deux couples : Chloé et Théo et Fabrice et Karine décide de participer a un défi : passer une nuit dans un sanatorium désaffecté contre 32000 Euros.

    Mais ils sont loin d’imaginer ce qui va se passer ?

    J’ai beaucoup aimé cette lecture qui commence tranquillement, mais la tension palpable, et cela monte crescendo.

    J’ai vraiment apprécié les deux camps face a face, l’auteur nous as fait ressentir la psychologie des deux parties, autant l’instinct de chasseurs que de victimes.

    Bien que nos héros et héroïnes sont drôlement intelligent et rusés.

    Bon la partie que j’ai moins apprécier est la fin, je m’attendais à autre chose.

    Mais vraiment on se croit dans ce sanatorium, c’est très visuel et surtout hyper addictif.

    Je n’arrive jamais a savoir qui prends le dessus, on est vraiment surpris a chaque chapitre qui va avoir le dernier mot

    J’ai ressenti également cette solidarité entre ces jeunes, on sait que c’est plus l’appât du gain, mais plutôt le gout de l’aventure, du risque.

    Je suis heureuse d’être derrière mon livre, plutôt qu’à leur place.

    Il y a des passages qui font vraiment peur, je me suis demander mais il va leur arriver.

    En clair, une excellente lecture, encore merci à Taurnada pour ce nouveau service presse.

  • Maks 20 juin 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    Ce bouquin se lit très facilement car dès le départ nous sommes happés dans un tourbillon d’événements qui vont se révéler de pire en pire pour nos deux couples passionnés d’urbex (exploration urbaine), pour ne jamais s’arrêter avant la dernière phrase.

    Tout d’abord une offre anonyme et aguicheuse d’un internaute pour faire l’exploration d’un sanatorium abandonné, puis une cavalcade de faits qui va pousser ces jeunes passionnés à tomber dans la peur et la fuite.

    Je n’en dis pas plus sur la nature des faits qui engendrent cette course contre la montre car cela vous gâcherait la surprise mais sachez que je suis certain que vous aimerez.

    Encore un bon bouquin chez "Taurnada", c’est devenu monnaie courante chez eux et c’est tant mieux !!

    https://unbouquinsinonrien.blogspot.com/2020/06/urbex-sed-lex-christian-guillerme.html

  • Sharon 21 juin 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    L’oeuvre commence par un prologue, qui m’a questionnée, pour son lien avec la suite de l’intrigue. Le lien se fera – un peu plus tard, mais il sera bien là.
    Le roman met en scène quatre jeunes adultes bien dans leur peau, deux couples qui s’entendent bien, qui ne sont ni dans la rivalité, ni dans la jalousie. Quatre adultes, deux couples, Fabrice et Carine d’un côté, Théo et Chloé de l’autre, qui se sont connus et formés autour d’une passion : l’urbex. Je ne connaissais pas cette activité avant de découvrir ce livre, par contre, j’avais déjà entendu parler de la toitophilie (voici presque dix ans). Si je devais définir l’urbex (le mot vient de l’anglais urban exploration), ce serait l’exploration non de la nature, mais de ce que l’homme a crée, puis abandonné – sans trop savoir quoi en faire. Réhabiliter ? Détruire ? fermer les yeux sur tous ceux qui se lancent des défis et explorent ses lieux ? Vaste questionnement auquel il faudra bien répondre sérieusement un jour. Là, un défi leur a été lancé, un défi contre une forte somme d’argent, qui leur permettrait, non pas de changer totalement de vie, mais d’y apporter des améliorations. Oui, l’argent a compté dans leur décision, mais aussi le fait d’explorer un lieu vaste et angoissant (à mes yeux) : un sanatorium désaffecté près de Dreux. Oui, il a existé, et existe encore, et oui, des personnes se rendent bien sur les lieux. Troisième oui : un gardien veille bien sur les lieux. Le lieu, devrai-je dire, qui suscite peur et souvenirs.
    Ces quatre jeunes gens d’aujourd’hui se retrouvent plongés dans le passé, dans une géographie médicale qui nous montre la vie au temps où le BCG n’existait pas, au temps où la tuberculose était une maladie dont on guérissait peu, où les traitements (le pneumothorax) étaient extrêmement douloureux. La maladie frappait à tout âge de la vie – les enfants aussi avaient leur « place » dans ce sanatorium.
    Mais les quatre jeunes gens n’ont guère le temps de s’interroger sur le passé : un événement se produit et change tout. Peut-on leur reprocher, comme ils se le reprocheront, d’avoir été naïfs ? Ils sont plutôt animés par leur passion.
    Avec eux, face à eux devrais-je dire, des personnes qui nous font explorer l’inhumanité de certains êtres en France, et aussi sur d’autres continents. Ils n’auront d’ailleurs pas de noms, pas vraiment, puisqu’ils ont renoncé à ce qui les rendait humains. S’en rendent-ils compte ? Pas vraiment.
    Alors, en dépit de tout ce qui nous est conté, en dépit de passages sombres, violents, désespérants, j’ai envie de terminer ma chronique en vous disant qu’il faut toujours tabler sur ce que l’homme a de meilleur, sur ce qui peut l’amener à se dépasser pour les autres. L’union de personnes solidaires est une force.
    https://deslivresetsharon.wordpress.com/2020/06/21/urbex-sed-lex-de-christophe-guillerme/

  • unevietoutesimple 21 juin 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    Lorsque j’ai commencé ce roman, j’ai immédiatement pensé à un film américain que j’avais vu à la télé il y a quelques mois (ne me demandez pas le titre, je serais bien incapable de vous le dire). Ces jeunes se retrouvant dans une sorte d’escape game m’y ont vraiment penser. Et puis le livre a pris ses distances avec le film.

    Le premier chapitre permet de se faire une idée immédiate de ce à quoi l’on peut s’attendre et on ne sera pas déçu.

    Les chapitres sont courts, rythmés et très visuels. Ils ne sont pas descriptifs dans le style d’un roman de Victor Hugo ou de Zola qui vous décriront presque jusqu’à la forme du pavé qui dépasse. Non, ils vous mettent à l’esprit les images, un peu comme si vous étiez en train non pas de lire mais de regarder. Et franchement c’est réussi. Après ma lecture, j’ai fait une petite recherche sur le sanatorium de Dreux qui est le lieu où se déroule l’histoire, cet endroit immense et les clichés pris donnent des frissons (et qui plus est, il est réputé comme étant le lieu le plus hanté de France). Je vous conseille de jeter un petit coup de d’œil, pour vous mettre dans l’ambiance.

    On se laisse porter par l’histoire, on chemine aux côtés des protagonistes, on se retrouve à bout de souffle avec eux. Sachant ce qui risque de leur arriver, on a peur pour eux. L’endroit est lugubre, glaçant, hanté par son passé et les tragédies que l’on ne peut manquer d’imaginer devant ses immenses pièces vides et sans vie.

    Je ne vous parlerais pas de l’histoire car elle doit se vivre mais sachez que si vous décidez d’accompagner ses 4 amis, vous n’en ressortirez pas indemnes.

    Le seul reproche que je ferai à propos de ce roman, c’est la fin que j’ai trouvée un peu trop brutale. Je me suis dit : c’est déjà fini ? J’ai eu comme l’impression qu’il me manquait quelque chose.

    Pour conclure, un roman qui va à cent à l’heure, stressant et très cinématographique. Une excellente lecture.

  • valmyvoyou lit 23 juin 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    L’urbex consiste « à visiter des lieux construits par l’homme, et abandonnés pour raisons financières. Ils (sont) le plus souvent interdits au public et difficiles d’accès. » (p. 23)

    Chloé, Théo, Carine et Fabrice sont des ubexers aguerris. Ces deux couples sont amis. Ils partagent leur passion, sur leur site internet, de façon anonyme. Ils sont jeunes, pleins de vie, partagent de nombreux moments de rire et sont très complices : ils sont liés par une vraie amitié.

    Un jour, ils reçoivent un message privé, sur leur site internet. Une personne leur propose un défi : passer une nuit dans un sanatorium désaffecté, contre la somme de 32 000 euros, à partager entre eux quatre. Ils aiment les défis et cet argent leur permettrait de réaliser certains de leurs projets. Aussi, après avoir réfléchi, ils acceptent la proposition de l’inconnu.

    Fabrice, pourtant, a hésité. Il avait un mauvais pressentiment sans pouvoir discerner ce qui le gênait. Si seulement, ils l’avaient écouté…

    Au début, l’aventure se déroule de manière classique pour les héros. Ils ont été prévoyants : ils ont pris du matériel performant, ils ont étudié les lieux, etc. De plus, ils sont intelligents. Cependant, la situation vire au cauchemar pour eux et pour le lecteur. Je lis de nombreux suspenses et j’aime bien les lire, avant de dormir. Or, le premier soir de lecture, j’ai été tellement embarquée dans l’ambiance angoissante, que j’ai eu peur : une frayeur si grande que j’ai pris un livre plus léger pour faire redescendre la pression. Le lendemain, la panique était toujours là, elle gagnait même en puissance, mais je ne pouvais plus le lâcher, il fallait que je connaisse l’issue. En réalité, j’ai adoré avoir peur.

    En effet, le climat de Urbex Sed Lex est terrifiant. Au départ, on ne sait pas ce que l’on doit redouter, mais les informations qui nous sont données sont de plus en plus terribles. De plus, les lieux : un sanatorium désaffecté qui s’étend sur un vaste territoire, et le fait que les faits se déroulent la nuit, renforcent cette sensation de noirceur et de danger. Lorsque le risque est clairement identifié, la pression ne retombe pas, puisque, non seulement, nous comprenons que la menace est réelle, mais aussi nous ne savons pas qui est l’ennemi. Les éléments de réponse sont distillés, au fil de l’histoire, et c’est glaçant. Ce que j’ai trouvé génial, c’est que nous avons les voix des jeunes, qui sont de plus en plus attachants, et celles de ceux qui œuvrent dans l’ombre… J’ai aussi aimé que les Urbexers soient ingénieux et malins, qu’ils ne subissent pas la situation. Ces qualités ont-elles été suffisantes ?

    Le sujet principal, que je ne peux vous révéler, m’a fait penser à un livre que j’ai lu, il y a longtemps. Cependant, il est traité de manière différente, aussi, je me suis plongée, entièrement, dans l’histoire. C’est le moins que l’on puisse dire 😀. Il s’agit d’une thématique inhumaine et effroyable et l’auteur l’a exploitée avec brio.

    Je pense que vous avez compris que, pour moi, Urbex Sed Lex est une réussite. Je l’ai adoré. Les Éditions Taurnada sont véritablement une valeur sûre.

  • Kalacatlove 28 juin 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    Ce roman est plein de suspense et addictif, limite anxiogène. Les chapitres courts donnent un rythme haletant à l’histoire. Nos 4 urbexers vont-ils sortir indemnes de ce lieu désaffecté ?

    La couverture et le trailer étaient prometteurs et m’ont donné très envie de découvrir ce récit, et je ne suis pas déçue. J’ai passé un bon moment de lecture, et j’ai eu peur pour nos personnages. J’ai dévoré ce roman en quelques heures.
    J’ai bien aimé l’alternance de point de vue entre les « chasseurs » et les « gibiers » bien que j’ai trouvé que ça cassait un peu le rythme de la traque.

  • Mes évasions livresques 29 juin 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    Urbex sed lex ? Quésaco ? L’auteur nous le dit rapidement dans son roman, c’est une expression librement inspirée de la locution latine : Dura lex, sed lex (La loi est dure mais c’est la loi). ici, on pourrait dire L’urbex, c’est la loi !

    L’urbex, c’est une pratique qui émerge de plus en plus consistant à explorer des constructions abandonnées par l’homme par faute de crédits ou des constructions abandonnées comme de vieux hôpitaux, sanatoriums, ...

    Dans ce roman, le deuxième de l’auteur après La corde de Mi, quatre amis se laissent convaincre de relever un challenge suite à un mystérieux mail où un inconnu leur propose une belle somme d’argent contre une nuit dans un endroit abandonné et une énigme à élucider.

    Après de longs moments d’hésitation et de vérification, les quatre acolytes se présentent sur le site et se rendent vite compte que le challenge sera loin d’être facile, d’autant plus que des ombres menaçantes se présentent...

    Christian Guillerme, avec ce roman, plonge son lecteur dans une ambiance anxiogène où le suspense va crescendo.

    Une lecture que j’ai beaucoup appréciée, même si j’aurai voulu que le thème exploité par l’auteur soit assumé jusqu’au bout, mais ça, c’est mon côté sadique qui parle.

    En l’état, Urbex Sed Lex est un très bon roman à suspense avec une ambiance très bien rendue qui vous donnera quelques sueurs froides. Christian Guillerme est à l’aise dans son rôle de conteur qui plonge le lecteur dans un cauchemar éveillé.

    Si quelque chose vous semble trop beau pour être vrai, c’est que ça l’est 😉

  • Riz-Deux-ZzZ 30 juin 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    En bref, un bon huis-clos dans un endroit remarquable !

    Le prologue met tout de suite dans le bain grâce à un monologue plein de tension. Cependant, j’ai déjà tiqué sur le style qui me semble un peu ampoulé pour la situation, un peu trop recherché. Néanmoins, dans la deuxième partie, l’action démarre, les enjeux se mettent en place et tout s’accélère. [...]

    https://www.instagram.com/p/CBk_YKdngak/

  • Aelurus 8 juillet 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    Un lieu absolument fascinant qui m’a complètement envouté. L’histoire haletante d’une simple exploration d’urbex qui tourne mal et qui va virer au drame.
    Mais qui a invité nos jeunes urbexeurs à effectuer cette exploration ? et dans quel but ?
    Même si le but est prévisible, j’ai été vraiment embarquée par ce page turner. Une fois commencé impossible de s’arrêter.

  • livrement-ka 20 juillet 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    Encore une fois je remercie sincèrement Joël des éditions Taurnada. Il pense à moi à chaque fois en me présentant des thrillers de la série "LE TOURBILLON DES MOTS" qui sont d’une part décalés et d’autre part toujours très bien écrits.

    Nous voilà donc avec un titre qui laisse songeur : Urbex Sed Lex. Heureusement au fil des premières pages le lecteur en découvre la signification.

    Pour ma part, j’ai chroniqué un livre intitulé Ravages et dans lequel le terme Urbex était évoqué. Donc j’ai pu appréhender dès le départ le sujet.

    Donc nous allons suivre deux couples d’amis qui vont recevoir un bien étrange mail. Un inconnu leur propose 32.000 € soit 8.000 € chacun en échange d’une mission qui rentre selon eux tout à fait dans leurs cordes.

    Ces quatre jeunes gens sont des passionnés de l’Urbex : arpenter la nuit ou le jour des lieux désaffectés, construits par l’homme. Cette activité leur donne des frissons et les réunit. Si en plus on leur propose cette somme rondelette quoi de mieux.

    Dès le prologue, l’auteur vous pose le décor et l’ambiance….On est en suspens sur ce que nous réserve la suite.

    Même si on a envie d’y croire, on garde derrière la tête la crainte d’un piège ou d’une mission trop belle pour être vraie.

    Avec son écriture entraînante et fluide, l’auteur plonge le lecteur aux côtés de ces quatre amis un peu insouciants, même si ces derniers commencent à évoquer l’envie de se poser.

    Une intrigue qui m’a rappelée sur certaines parties un livre lu récemment et vraiment adoré.

    En quelques centaines de pages, le plus laid de l’humanité est présentée et surtout on peine à croire cet état d’esprit.

    L’ambiance est pesante tout du long, on avance à tâtons au rythme des découvertes et des peurs de Carine Théo Fabrice et Chloé.

    A mesure qu’on progresse dans la lecture et que l’on approche de la fin, l’intrigue s’accélère, les chapitres sont plus courts et le rythme en devient de plus en plus oppressant. 

    On sent la tension des personnages monter en puissance et tout ce qui ressemblait à un jeu devient petit à petit dangereux.

    Un page turner implacable qui vous mettra les nerfs à rude épreuve tout en créant un attachement des personnages principaux au détriment des autres sans nom, et dénommés Ombre 1, 2......

    Si vous aimez les thrillers, ce livre est fait pour vous, et comme tous les thrillers de cette maison d’éditions, vous les trouvez en poche à 9,99 €.....

    Petit prix pour une énorme poussée d’adrénaline.

  • Liliaza 27 juillet 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    Qu’est-ce que l’urbex ? C’est l’abréviation de l’anglais urban exploration (exploration urbaine). Cela consiste à visiter des lieux construits et abandonnés par l’homme. Et quand la nature reprend ses droits on peut tomber sur du magnifique, du moins beau et aussi de l’horreur. C’est ce qui se passe dans ce roman.

    Dès les premières lignes, nous sommes plongés au cœur de l’action. Le prologue nous met dans l’ambiance. Une ambiance stressante, haletante. On a du mal à reprendre son souffle. En quelques pages, le ton est posé. On a vraiment la sensation d’être à côté du personnage.

    Les quelques chapitres qui suivent nous présentent l’histoire et les personnages. J’avoue avoir un peu décroché. Je n’arrivais pas à retenir qui est avec qui. Les surnoms qu’ils se donnent à tout bout de champ n’aident pas. Du coup, les dialogues me semblaient faux. Certains dialogues comme : "Ok, mon grand bêta, après toi alors !" m’ont vraiment sorti de l’histoire. Une fois les urbexeurs arrivés au sanatorium j’ai pu retrouver ce que j’avais apprécié dans le prologue.
    L’auteur a le mérite de nous présenter un sujet qui n’est pratiquement pas traité à savoir l’urbex. J’aimerais lire plus de roman sur le sujet. On sent que l’auteur a fait beaucoup de recherches et connait bien son sujet.Ce que je retiendrais de ma lecture c’est ce prologue qui nous coupe littéralement la respiration. Et surtout l’épilogue qui est un des meilleurs que j’ai lu dans le domaine du thriller.

  • Michèle Bdr 4 août 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    Tant de critiques élogieuses m’ont donné envie de me plonger dans ce roman. Je le termine déçue. Pourtant c’était prometteur. Ca raconte l’histoire de deux couples d’amis, adeptes de l’urbex (en gros, la visite de lieux abandonnés), qui acceptent de passer une nuit dans un sanatorium désaffecté pour 8000€ chacun. Déjà pour pas flairer l’arnaque... Bref, l’un d’entre eux a un mauvais pressentiment depuis le début, et à raison vu qu’ils vont devenir le gibier d’un groupe de chasseurs pratiquant la chasse à l’homme. Je m’attendais à un bon roman d’horreur avec une ambiance bien glauque et angoissante, je suis restée sur ma faim.

    Par où commencer... Les personnages. Deux couples stéréotypés et ridicules, qui abreuvent le lecteur de "ma puce", "bébé", "mon grand bêta" qui font lever les yeux au ciel quand on a passé 30 ans. Ils n’ont aucune personnalité, aucune psychologie, aucune construction, juste quatre prénoms auxquels on ne s’attache pas. Idem pour les chasseurs, sauf qu’ils n’ont même pas de prénom. N’importe quoi aurait pu arriver à ces personnages, ça ne m’aurait fait ni chaud ni froid.

    Soit, les chapitres passent, passent, il faudra attendre la seconde moitié du livre pour que cette chasse commence enfin et donc enfin un peu d’action et de frissons. Et... Oui mais non, ça manque de crédibilité, le cliché des méchants contre les gentils, on sait où l’auteur veut en venir et il n’y a pas vraiment de surprise, un peu comme un film pour ados à la Scream. C’est ça en fait, j’ai eu l’impression de lire un banal roman pour adolescents, alors qu’il n’est pas étiqueté comme littérature jeunesse. Le seul point positif est qu’il se lit facilement, l’écriture est fluide malgré certaines tournures de phrases un peu maladroites qui auraient nécessité une relecture, c’était plutôt divertissant malgré tout.

    Bref, si vous vous attendez à du frisson et du grand suspens, passez votre chemin...

  • mouffette_masquee 5 août 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    Résumé : Fabrice et Carine, Théo et Chloé ; deux couples, mais surtout un groupe de quatre amis passionnés d’urbex (explorations urbaines : visite de lieux construits et abandonnés par l’homme, où la nature reprend ses droits). Un jour, ils reçoivent un mail qui leur propose un défi : passer une nuit entière dans un bâtiment bien précis, et récolter des indices afin de trouver un mystérieux mot de passe. S’ils réussissent, ils se partageront un joli butin de 32.000 €. Et s’ils n’y arrivent pas ? C’est ce qu’on va découvrir.

    Mon avis : Le synopsis de ce livre m’a tout de suite intéressée : déjà, le monde de l’urbex m’est très peu connu, même si j’ai toujours aimé les photos de la nature reprenant le dessus sur les constructions humaines. Et cette histoire de pari, qui avouons-le, semble assez simple de prime abord m’a intriguée. Que peut-il mal se passer, surtout qu’il s’agit de quatre personnes expérimentées ! Un piège, mais lequel ?
    J’ai été un peu déstabilisée par le style au début, que j’ai trouvé un peu trop riche en métaphores, ainsi qu’avec les dialogues. Bien que très vivants, je les ai trouvés parfois un peu mièvres et manquant de réalisme. Les petits surnoms, ok, ça arrive couramment dans un couple, mais dans une situation de grand danger, je ne suis pas sûr qu’on sorte du "mon grand bêta". Heureusement, une fois qu’on entre dans l’action, le style est plus concis, efficace, et on se laisse très vite embarquer dans le tourbillon de cette nuit d’horreur. La description des lieux est très imaginée, au point qu’on s’imagine dans les couloirs de ce bâtiment obscure. Même si la raison de ce pari est classique, l’action est très bien menée et nous prend en otage. Vous n’en saurez pas beaucoup plus, je ne veux pas spoiler ! Je ne peux que le conseiller.

  • Djustinee 10 août 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    Je remercie les Éditions Taurnada pour cet envoi.

    Dura Lex , Sed Lex. Dure est la loi mais c’est la loi. Urbex Sed Lex. Comprenez, la dure loi de l’urbex

    Quatre amis pratiquant le Urbex reçoivent via les réseaux sociaux, une drôle d’invitation. Il leur suffit d’explorer un lieu défini par leur ’hôte’ et de taguer une chose définie à un endroit décidé. Le tout contre une belle somme d’argent.
    Malheureusement, il se peut que tout ne se passe pas comme prévu...

    Qu’est-ce que l’Urbex ? L’exploration urbaine, abrégé urbex (de l’anglais urban exploration), est une activité consistant à visiter des lieux construits et abandonnés par l’homme, mais cette pratique inclut également la visite de lieux interdits, cachés ou difficiles d’accès, tel que des tunnels de métro, des catacombes, des chantiers de constructions/rénovations et des rooftop (sommets d’immeubles, monuments...).

    Encore une fois, c’est les yeux fermés que je me plonge dans un titre proposé par Joël en qui j’ai toute confiance. Le titre, parlons-en, tout à fait énigmatique dirais-je.

    Le contexte des Urbexeurs se pose doucement, ce qui n’est pas dérangeant. L’auteur prend le temps de nous expliquer cet univers particulier que je connais assez peu.

    Peu à peu, je me retrouve dans un récit captivant, haletant et fluide. Les pages se tournent à grande vitesse, à la vitesse d’une chasse à l’homme à vrai dire.

    Le récit est sans fausse note, bien ficelé et terrifiant. Je suis convaincue par ce très court thriller. Efficace...

    Je suis, par contre, un peu moins convaincue par les personnages. Deux couples que je trouve avec mièvres. Une fausse note dans ce thriller pour moi.

  • lesmotsdelau 14 août 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    Vous connaissez la technique du pansement ?
    On tire fort un bon coup et on a moins mal ? Eh bien je crois que nous allons essayer cette méthode pour ce retour qui s’annonce déjà compliqué.
    Je viens vous parler d’un livre que j’ai failli abandonner à plusieurs reprises, un gros rendez-vous manqué, il s’agit de "Urbex Sed Lex" de Christian Guillerme.
    Donc op, en avant je vais essayer de vous expliquer tout ça...

    L’exploration urbaine est un sujet très intéressant et une activité vraiment passionnante.
    J’ai eu l’occasion d’explorer quelques endroits bien sympathiques.
    Alors, quand on m’a proposé ce livre j’étais déjà prête à sauter dans mes baskets, d’autant plus que la couverture est assez alléchante.

    Dès le prologue j’ai ressenti une déception, car on devine bien vite dans quelle direction va s’orienter le reste du livre.
    Le choix de la narration aurait pu être intéressant, seulement le style d’écriture m’a empêché d’en apprécier son contenu.

    Puis arrive l’ennui et la solitude pendant 60/70 pages ce qui représente la phase de découverte des quatre personnages. Autant de pages d’introduction sur un roman qui fait dans les 250 pages c’est beaucoup trop long.
    J’ai longtemps cherché le côté thriller de ce roman, car avant de rentrer dans le sanatorium on va assister à un amoncellement de dialogues plats, version adolescent et premier amour, le souci c’est qu’ils sont censés être adultes ce qui rend ces dialogues vraiment peu crédibles.

    Les personnages ne sont pas assez travaillés, ils sont tous faits dans le même moule, sans signe distinctif à part des surnoms infantilisants à la "mon grand bêta".
    J’avais commencé à relever tous les passages ou ce surnom ridicule est marqué puis j’ai abandonné car il est vraiment partout.
    Je me demande qui dans la vraie vie dans une situation compliquée prendrait le temps d’appeler son copain "mon grand bêta" ? Pourtant j’ai l’âme romantique, mais là il m’aura manqué de l’authenticité !
    Les personnages je me les suis tous mélangés dès le départ, si bien qu’ils m’ont tous tapé sur le système et j’avais qu’une hâte c’est qu’ils y passent.
    Les longs dialogues entre eux se passent notamment dans une cuisine où tout le mobilier est en alu brossé (frigo, tabourets) j’aurai préféré que les divers décors du roman soient plus travaillés et non en mode répétés.

    Certaines phrases m’ont laissé perplexe et quelques pléonasmes assez gros pour me faire lever les yeux au ciel auraient pu être à mon sens, retravaillé avant l’édition.

    Arrivé enfin dans le sanatorium le soufflé est resté bien plat, d’autres personnages vont faire leurs apparitions mais à part une appellation bien spécifique qu’ils se donnent entre eux on n’apprendra pas grand-chose de plus.
    Et pour terminer j’ai eu encore un souci mais cette fois-ci avec l’épilogue qui ne m’aura pas apporté de petit plus et qui me laisse avec cette sensation encore une fois de recherche de thriller.

    L’écriture assez simple en fait un livre qui se lit vite si on arrive à faire abstraction des détails. Je conseillerai ce roman à un public plutôt novice en lecture noire, ainsi, en première lecture les personnes y retrouveront un côté feel good/romance et pourront faire leur premier pas dans le thriller. Cependant si vous aimez les sueurs froides, l’angoisse, etc je pense qu’il ne sera pas fait pour vous.

    Nous savons qu’un retour négatif suscite beaucoup l’intérêt et permet l’échange entre lecteurs.
    Cet avis m’est propre, basé sur mon ressenti et rédigé en toute objectivité, je remercie les Taurnada Editions pour leur confiance même si malheureusement je connais ici mon premier flop avec cette ME que j’apprécie beaucoup.

    www.lesmotsdelau.fr

  • Miss.Amends 31 août 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    On change totalement d’ambiance avec cette lecture qui me faisait envie depuis sa sortie !

    Et là le combo était quasi gagné d’avance pour moi : urbex + sanatorium + ambiance glauque 🖤 Je ne pouvais être que comblée ! Sauf que non.. je vous explique tout ça ;)
    Car l’ambiance était vraiment là avec cet immense centre psychiatrique à l’abandon.. J’ai adorée cette partie avec la découverte en même temps que les personnages : les longues allées lugubres, la tension palpable et l’imagination qui fait son chemin.. 🔦

    Sauf que le récit part dans une histoire de chasse à l’homme (jolie référence à Zaroff) ou les ’méchants’ sont tous plus caricaturaux les uns que les autres ! On part dans des explications sur la nature humaine ou des expériences passées qui semblent en total décalage avec cette ambiance de départ..
    Et je ne parlerais pas des dialogues des urbexeurs totalement insipides et inutiles qui ont fini de me sortir de cette escale qui me plaisait tant au début..

    En bref, j’ai adorée toute la partie ambiance urbex et sanatorium glauque mais pas du tout le reste.. du coup très frustrée de cette lecture dont j’espérais tant 😣

  • ju_se_livre 11 septembre 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    Je me répète encore et encore mais j’adore les huis-clos. Alors quand j’ai lu le résumé de celui-ci, je n’ai pas hésité longtemps. Quatre jeunes sont mis au défi de passer un nuit dans un sanatorium désaffecté contre une jolie somme d’argent. Et évidemment ça va partir en live puisqu’ils n’ont pas l’air d’être les seuls sur place. Moi je dis : Bingo ! Ça, ça va me plaire.
    📖
    Le prologue met tout de suite dans le bain. Et donne envie de connaitre la suite de l’histoire. MAIS, j’ai rapidement déchanté après ce fameux prologue. L’histoire est bonne et se tient. Mais bon sang, les dialogues entre les 4 personnages qui sont en fait 2 couples d’amis flinguent tout ! Sans exagérer, j’avais l’impression de lire le scénario d’un épisode d’"Hélène et les garçons". Et dans ma tête, je me suis retrouvé avec Hélène, Nicolas, José et Béné en train de faire de l’urbex. Et c’est pas très joli à voir ! 😆.
    📖
    Et c’est franchement dommage, parce que l’histoire aurait pu être fascinante mais ça m’a complètement bloquée. J’ai aimé l’idée, le déroulement de l’histoire qui était bien pensé et le dénouement qui clôturait parfaitement ce livre. Mais à cause de ces dialogues de mauvaise série B, je sors déçue de cette lecture.
    📖
    En bref, une lecture vraiment en demi-teinte. J’aurais complètement adhéré avec des dialogues plus recherchés.

  • Musemania 14 septembre 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    Voilà un thriller au titre bien énigmatique pour ceux qui ne connaissent pas. Qu’est-ce que l’urbex ? C’est l’exploration urbaine de lieux abandonnés désaffectés. Cela peut être d’anciennes usines, d’anciens hôpitaux… Si vous craignez la poussière, les araignées, les bruits et lieux étranges, mieux vaut donc vous abstenir de pratiquer cette activité qui connaît un certain succès depuis quelques années. Rien que sur Youtube, vous pourrez trouver de nombreuses vidéos de youtubeurs qui se sont spécialisés dans cette activité.

    Revenons à nos moutons : « Urbex Sed Lex » est un thriller assez divertissant. En effet, je me suis laissée facilement prendre au jeu. Il se lit facilement, sans prise de tête inutile ou perte de neurones dans la résolution d’énigmes. Simple mais efficace. Les chapitres courts mettent de la tension dans la lecture et défilent très vite (voire, peut-être trop vite).

    Si je veux être à 100% honnête, je dois malgré tout vous faire part d’un petit point faible. C’est le fait qu’il aurait pu être plus approfondi et donc, compter un peu plus de pages. En effet, l’ambiance des explorations urbaines nécessite la mise en place d’un décorum tout à fait particulier pour être crédible un tant soit peu. En 251 pages, c’est très court et donc, certains éléments ont pu passer à la trappe (notamment, au niveau des personnages ou des motivations des « méchants » par exemple). Attention, ce n’est pas une critique méchante et gratuite mais je pense que l’auteur aurait pu aller creuser encore plus son thème. Cela ne reste pas moins une bonne lecture pour ce mois de septembre.

    Je remercie les éditions Taurnada pour leur confiance.

  • lecturesdudimanche 22 septembre 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    Ça n’est jamais facile de transcrire un ressenti négatif par rapport à une lecture, pourtant je me suis toujours promis d’être honnête dans mes retours. D’ailleurs, qu’une lecture ne me plaise pas n’est pas synonyme de mauvaise lecture ! Simplement qu’avec moi, comme c’est le cas ici, la mayonnaise n’a pas pris. J’ai mal interprété le résumé et je m’attendais à une poursuite d’indices dans des espèces de catacombes. Mais on était plutôt sur une histoire de chasse à l’homme, thème récurrent abordé à la télévision et dont mon mari peut s’avérer friand ! Mais pas moi. Non, décidément, je n’aime pas. C’est comme les zombies, c’est viscéral, j’ai horreur de ça.

    Pour situer l’histoire, deux couples d’amis se sont spécialisés dans l’exploration de lieux abandonnés qu’ils relatent sur un site internet dédié. Via le site, ils reçoivent une drôle de proposition, consistant, contre une belle rémunération, à explorer un sanatorium désaffecté, à un certain moment, selon certaines conditions. Et si d’emblée, la proposition semble louche, l’appât du gain sera le plus fort et les quatre amis s’embarquent dans cette aventure qui sera bien moins pépère que ce qu’ils avaient envisagé au début !

    Outre la naïveté de ces quatre jeunes qui foncent tête baissée dans la gueule du loup, j’ai eu un peu de mal avec les dialogues, particulièrement avec l’expression « mon grand bêta », utilisée à tour de bras par l’une des jeunes femmes lorsqu’elle parle à son fiancé… (Bon, ok, ça vient peut-être de moi quand on sait que j’appelle mon mari, qui est aussi mon boss, « Chef »… Ouais, je sais, c’est super romantique ! 🙂 )

    Hormis cela, si l’on est averti du thème, l’ouvrage fait le job puisque l’on va se plonger dans une aventure assez visuelle et dynamique dans laquelle il s’agit de sauver sa peau.

    Les méchants me semblent mieux construits et moins lisses que les gentils, et la plongée dans les méandres d’un décor flippant est assez immersive. Mais ce n’est pas passé avec moi. J’en suis d’autant plus navrée qu’il s’agissait d’un service de presse, et je remercie les éditions Taurnada au passage ! Cependant, s’agissant d’une opinion personnelle, j’ai pour habitude de vous proposer les retours d’autres lecteurs qui, eux, ont apprécié le livre afin d’avoir un autre son de cloche ! Ainsi, je vous invite à découvrir les avis d’autres lecteurs qui furent, eux, conquis !

  • Asmo Stark 19 octobre 2020
    Urbex Sed Lex - Christian Guillerme

    🔦 Urbex Sed Lex - Christian Guillerme🔦
    Deux couples passionnés d’urbex (pour les non initiés comme moi ce sont des gens qui aiment visiter des lieux construits et abandonnés par les hommes comme d’anciennes manufactures, des tunnels de métro condamnés...) acceptent l’offre proposer par un inconnu sur leur site internet. Il faut dire que l’offre est alléchante, 32 000 euros leur sont promis s’il passe une nuit dans un ancien sanatorium.
    Cependant une fois sur place ils se rendent compte qu’ils ne sont pas seuls et que cette nuit pourrait bien être leur dernière.
    Urbex sed lex est un roman divertissant, qui m’a fait passé un moment sympathique mais qui malheureusement est sans surprise. L’ambiance est bien rendue, on imagine très bien le sanatorium abandonné, la progression des deux couples dans ce lieu immense mais les personnages sont trop stéréotypés, ils sont l’archétype des personnages que l’on voit dans les films d’horreur/angoisse.
    Bref c’est le genre de roman qu’on aime lire de temps en temps pour se plonger dans une atmosphère sombre et angoissante.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.