Sous terre personne ne vous entend crier - Gilbert Gallerne

Notez
Notes des internautes
1
commentaire
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

« À présent qu’il se retrouve seul, c’est son refuge. Il ne peut pas laisser les étrangers l’envahir et l’en chasser comme on l’a toujours repoussé de partout. Il ne peut pas leur permettre de s’emparer du dernier endroit où il se sent en sécurité ! Il doit les faire fuir. Les inciter à ne plus jamais revenir. Ni eux ni personne. »

Mikaël a toujours vécu sous terre, caché aux yeux de tous. Avec l’Autre, ils ont fait des sous-sols de Paris leur univers.

Jonzac est un flic à l’ancienne. À l’approche de la retraite, il a toujours la foi, et malgré le manque de suivi de la justice, c’est avec hargne qu’il chasse sans relâche les criminels.

Ces deux êtres, que tout oppose, vont se croiser au détour d’un carrefour, au cœur des carrières qui truffent le sous-sol de Paris. Entre eux, Claire, la nièce de Jonzac et première victime de Mikael. Commence alors une traque sous terre… Mais qui traque l’autre ?

Je découvre avec ce roman la plume de Gilbert Gallerne. Un style atypique, loin des convenances commerciales. Des phrases courtes et percutantes, une syntaxe qui joue avec les codes pour créer une identité propre à l’auteur, dessiner sa carte d’identité littéraire.

Avec « Sous terre personne ne vous entend crier », je me suis laissée emporter dans un pur thriller, où l’ambiance est aussi noire et obscure que les catacombes. Angoisse, sensation d’étouffement, ma lecture s’est faite sous terre et m’a véritablement transportée dans cette ambiance que j’avais découverte lors de ma visite des catacombes (pas la commerciale… une visite plus « privée » et hors des sentiers battus).

En alternant des chapitres allant de quelques mots à plusieurs pages, l’auteur a donné du rythme à son histoire, qui, si je n’avais pas dû être sociable au cours de mon week-end, aurait été lue en une journée. Malheureusement il m’a bien fallu le poser pour adresser la parole à mes semblables, mais quelle douleur… Le reprendre me démangeait, j’en voulais plus, assoiffée de connaître la fin comme un vampire en hypoglycémie !

Si l’intrigue reste banale et que les sous-sols de Paris n’ont plus de secrets pour les lecteurs de thrillers, ce sont les personnages qui font la force de ce roman.

Taillés dans la matière brute dans les premiers chapitres, Gilbert Gallerne, en sculpteur, les travaille au fil des pages : personnalités, psychologie, angoisses et démons, l’auteur ne laisse rien au hasard. Ici ce ne sont pas les personnages qui sont au service de l’intrigue, mais l’intrigue qui les révèle pour les faire passer de l’ombre à la lumière. Des personnages qui fascinent, interpellent, hantent la lecture.

Je ne peux vous en dire plus sans spoiler ce roman et ce serait fort dommage pour qui souhaite le découvrir. Sachez toutefois qu’il y a une pointe de fantastique, une légère touche qui peut déranger certains lecteurs. Ça n’a pas été mon cas dans la mesure où l’ensemble est cohérent et que ça n’enlève rien à la qualité d’écriture du livre.

Une très belle découverte, un roman que je conseille fortement aux amateurs de thrillers angoissants, aux amoureux des lectures qui sortent des sentiers battus, à tous ceux qui placent les personnages avant l’intrigue.

Vos avis

  • Ophé Lit 10 septembre 2018
    Sous terre personne ne vous entend crier - Gilbert Gallerne

    « À présent qu’il se retrouve seul, c’est son refuge. Il ne peut pas laisser les étrangers l’envahir et l’en chasser comme on l’a toujours repoussé de partout. Il ne peut pas leur permettre de s’emparer du dernier endroit où il se sent en sécurité ! Il doit les faire fuir. Les inciter à ne plus jamais revenir. Ni eux ni personne. »

    Mikaël a toujours vécu sous terre, caché aux yeux de tous. Avec l’Autre, ils ont fait des sous-sols de Paris leur univers.

    Jonzac est un flic à l’ancienne. À l’approche de la retraite, il a toujours la foi, et malgré le manque de suivi de la justice, c’est avec hargne qu’il chasse sans relâche les criminels.

    Ces deux êtres, que tout oppose, vont se croiser au détour d’un carrefour, au cœur des carrières qui truffent le sous-sol de Paris. Entre eux, Claire, la nièce de Jonzac et première victime de Mikael. Commence alors une traque sous terre… Mais qui traque l’autre ?

    Je découvre avec ce roman la plume de Gilbert Gallerne. Un style atypique, loin des convenances commerciales. Des phrases courtes et percutantes, une syntaxe qui joue avec les codes pour créer une identité propre à l’auteur, dessiner sa carte d’identité littéraire.

    Avec « Sous terre personne ne vous entend crier », je me suis laissée emporter dans un pur thriller, où l’ambiance est aussi noire et obscure que les catacombes. Angoisse, sensation d’étouffement, ma lecture s’est faite sous terre et m’a véritablement transportée dans cette ambiance que j’avais découverte lors de ma visite des catacombes (pas la commerciale… une visite plus « privée » et hors des sentiers battus).

    En alternant des chapitres allant de quelques mots à plusieurs pages, l’auteur a donné du rythme à son histoire, qui, si je n’avais pas dû être sociable au cours de mon week-end, aurait été lue en une journée. Malheureusement il m’a bien fallu le poser pour adresser la parole à mes semblables, mais quelle douleur… Le reprendre me démangeait, j’en voulais plus, assoiffée de connaître la fin comme un vampire en hypoglycémie !

    Si l’intrigue reste banale et que les sous-sols de Paris n’ont plus de secrets pour les lecteurs de thrillers, ce sont les personnages qui font la force de ce roman.

    Taillés dans la matière brute dans les premiers chapitres, Gilbert Gallerne, en sculpteur, les travaille au fil des pages : personnalités, psychologie, angoisses et démons, l’auteur ne laisse rien au hasard. Ici ce ne sont pas les personnages qui sont au service de l’intrigue, mais l’intrigue qui les révèle pour les faire passer de l’ombre à la lumière. Des personnages qui fascinent, interpellent, hantent la lecture.

    Je ne peux vous en dire plus sans spoiler ce roman et ce serait fort dommage pour qui souhaite le découvrir. Sachez toutefois qu’il y a une pointe de fantastique, une légère touche qui peut déranger certains lecteurs. Ça n’a pas été mon cas dans la mesure où l’ensemble est cohérent et que ça n’enlève rien à la qualité d’écriture du livre.

    Une très belle découverte, un roman que je conseille fortement aux amateurs de thrillers angoissants, aux amoureux des lectures qui sortent des sentiers battus, à tous ceux qui placent les personnages avant l’intrigue.

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.