Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Anamnèse - Salvatore Minni

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

5 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

ANAMNESE, n.f. (du grec anamnêsis) 1° Psychiatrie : Évocation de son passé par le patient 2° Liturgie : Prières à la mémoire.

Chaque nuit, elle fait le même rêve d’une femme en sang qui la supplie. Le lendemain, elle reçoit ses patients. Marie est psychanalyste. En écoutant l’inconscient des autres, elle tente de convoquer son passé. Mais quel est ce secret qu’elle ne veut plus entendre ? Un polar glaçant, aux frontières de l’inconscient.

Galerie photos

Vos #AvisPolar

  • Djustinee 3 décembre 2019
    Anamnèse - Salvatore Minni

    Anamnèse, du grec anamnêsis : action de rappeler à la mémoire.
    En médecine, l’ensemble des renseignements fournis au médecin par le malade ou par son entourage sur l’histoire d’une maladie ou les circonstances qui l’ont précédée.
    En ésotérisme, le fait de recouvrer la connaissance totale de ses existences antérieures.

    N’oublie pas qui tu es

    Je découvre cet auteur belge grâce aux Editions Slatkine & Cie que je remercie pour l’envoi. Auteur très sympa rencontré au MonsLivre. Mais je dois dire que je commence à douter de son état mental (pour ceux qui n’auraient pas compris, c’est de l’humour).

    Je navigue en eaux troubles,
    Je suis dans le brouillard le plus complet,
    Je me sens menée par le bout du nez,
    Voilà mon ressenti en lisant ce thriller psychologique.
    C’est, pour moi, le but d’un thriller psychologique, alors je dis oui !

    Angoissant
    Captivant
    Bluffant
    Terrifiant
    Epatant
    Je me retrouve dans un thriller à l’atmosphère pesante et oppressante. L’écriture est fluide et je n’ai trouvé aucun temps mort. Le suspense est bien présent et maintenu jusqu’à la fin.

    Il y a une multitude de personnages tous aussi complexes les uns que les autres (certains borderlines même) mais la combinaison du récit et de ces personnages est parfaitement orchestrée. Tout est construit d’une main de maître.

    J’ai ouvert ce livre pour ne le fermer qu’une fois terminé ; c’est un véritable page-turner. C’est un thriller efficace sans fausse note, je vous le conseille !

    On ne ressort pas indemne de cette lecture.

  • bookliseuse 9 décembre 2019
    Anamnèse - Salvatore Minni

    Prologue : Rosalie, 35 ans est assassinée chez elle. Son meurtrier grave sur son ventre, à l’aide d’une lame le nom SHIVA.

    De nos jours : Marie psychanalyste, est en proie à de terribles cauchemars. Ses cauchemars vont en s’aggravant quand elle commence à recevoir les appels étranges, d’un certain Paul, l’appelant pas un autre prénom, Vanessa, et la sommant d’avouer ses crimes. Hors, elle ne voit pas du tout de quoi il parle, et ne le connaît pas.

    Premier roman de cet auteur que je découvre et je suis assez perplexe. Pourquoi ? Parce qu’il y a du très bon, mais aussi, du beaucoup moins bon.

    Il y a des passages géniaux, avec des personnages bien travaillés, on sent leur mal-être, surtout le calvaire que Paul a vécu en prison. J’ai également beaucoup aimé la fin qui est surprenante, même si on imagine un peu la trame psychologique qui se joue, l’auteur nous distillant quelques informations aux fils des pages.

    Mais voilà, trop de personnage principaux, certains ne servent à rien, comme François le frère de Marie n’apporte rien. Des incohérences également, au début du roman, on a l’image d’un Paul rempli de désir de vengeance, et, en tournant les pages, il devient un homme parfait, bien sous tout rapport, avocat, on ne comprend plus rien. Tout me parait surréaliste. Des longueurs à n’en plus finir, j’ai fini par me perdre, on passe trop vite d’un personnage à un autre, et il y en a tellement qu’on a du mal à tout retenir, on tourne vite en rond.

    On a la sensation que l’auteur cherche encore ses marques, son style.

    Pour résumé, je suis assez mitigée quant à cette lecture, ni trop positive ni complètement négative.

  • Booksnpics 10 décembre 2019
    Anamnèse - Salvatore Minni

    Salvatore Minni s’est révélé au grand public avec la parution de son premier thriller « Claustrations » paru aux éditions IFS (Collection Phénix Noir), mais également avec sa nouvelle « iniquité » publiée aux éditions Lamiroy. C’est peu dire si son deuxième roman allait être attendu de pieds fermes par ses lecteurs.

    C’est désormais chose faite depuis ce 17 octobre avec la parution d’ « Anamnèse » aux éditions Slatkine et Compagnie.

    La puissance d’un thriller psychologique, de manière générale, repose essentiellement sur les tensions existant entre les protagonistes d’un roman, et la force des émotions que l’auteur parvient à nous faire ressentir (ou non), ce dernier cherchant la plupart du temps à nous perdre dans les brumes de son récit.

    « Anamnèse » est définitivement un de ces romans qui nous emmène à la frontière de la folie, nous plongeant – tout comme le personnage de Marie – en plein cauchemar.

    Faisant ici le choix de mixer la narration simple et un grand nombre de dialogues – bien plus que pour son précédent roman – , l’auteur nous livre un thriller à la construction complexe, comme l’est également – il ne faut pas se le cacher – l’esprit humain et sa capacité à réagir, à se protéger face à une agression, un traumatisme psychologique, ou un choc émotionnel extrême.

    Au fil de ma lecture, je me suis retrouvée dans le même état d’incompréhension que le personnage principal. Cette complexité, les chapitres courts, les phrases fragmentées m’ont personnellement donné ce rythme de lecture propre à créer l’attente. Car oui, ce roman a fonctionné pour moi. Tout comme Marie, je me suis posé mille questions, comme si perdue au coeur d’une histoire sans fin.

    Les lecteurs ayant déjà pu découvrir le premier opus de l’auteur savent que Salvatore Minni sait nous « promener » pour nous offrir un twist final dans les toutes dernières pages. « Anamnèse » ne déroge pas à la règle. Et c’est tant mieux !

    Salvatore Minni est de ces auteurs dont je continuerai, sans aucuns doutes, à suivre les écrits.

    Je remercie les éditions Slatkine et Compagnie pour cette lecture et leur confiance !

  • universpolars 11 décembre 2019
    Anamnèse - Salvatore Minni

    L’historique d’une maladie, ça vous tente ? Nous connaissons toutes et tous - du moins dans les grandes lignes -, le phénomène de l’amnésie. Mais il y a aussi plus ou moins son contraire, l’anamnèse. Il s’agit de l’exploration d’une maladie, les circonstances qui l’ont précédée, son déroulement, soit l’ensemble des renseignements liés à cet état. Grossièrement dit, il s’agit de son histoire et le conteur en est le patient. Soit ...

    L’auteur frappe assez fort dès le prologue. Les contours d’une vengeance viscérale, dessinés pour le moment en filigrane, sont déjà perceptibles. C’est du moins l’impression que cela donne.

    Salvatore Minni nous plonge dans une pure folie. Un état dans lequel nous nous enfonçons au même titre que l’un des personnages de ce thriller, une femme psychiatre. Des cauchemars à répétition, des ressentis, des sensations de déjà vu, du sang, des hallucinations auditives ; tous ces paramètres vont se mélanger durant le récit.

    L’auteur nous place face à une trame tordue et malléable, qui peut se déformer à tout moment. Nous sentons pertinemment que nous allons nous faire avoir si nous ne sommes pas assez vigilants ! C’est du moins ce que j’ai ressenti et je me suis attaché à tous les détails, insignifiants ou non. Parano ? Un peu ...

    Dire que les personnages sont troubles est un euphémisme ! Nous ne les distinguons qu’à travers une vitre sale, opaque et surtout déformante. L’auteur joue méchamment avec nos nerfs pour ce qui a trait au caractère complexe et embrouillé de ces personnes ! Des protagonistes défigurés de l’intérieur ...

    On ne sait pas trop où l’on met les pieds et nous avançons donc à tâtons, avec une sorte de tension permanente. Au cours de la lecture, j’ai constamment soupçonné l’auteur de nous faire progresser dans un environnement qui est totalement biaisé. Encore une sensation ...

    L’inconscient va jouer ici un rôle crucial. Notre cerveau garde et place au fin fond de ses synapses le fondement-même de nos actes. Mais ce cerveau, incroyable machine, est notre meilleur allié pour nous protéger et nous préserver. Un puissant mécanisme qui me fascinera toujours !

    Une réalité chimérique, paradoxe total !

    Cela m’a toujours frappé de voir comment le cerveau, le subconscient et les émotions pouvaient se lier - se liguer ! - pour nous défendre et nous conserver ! Quelle chimie !

    Salvatore Minni va utiliser toutes ces subtilités liées à cette puissante machine pour tenter de nous déstabiliser. Franchement, lorsque je suis arrivé au bout de ce récit, j’ai recommencé le bouquin sur une centaine de pages, juste pour vérifier quelques points ! Bluffant ! Après, c’est vrai, nous voyons plus ou moins où l’auteur veut nous emmener, mais c’est très bien amené.

    Petit conseil, lisez absolument tout, même ce qu’il y a entre les lignes ...

    Bonne lecture.

  • lecturesdudimanche 12 décembre 2019
    Anamnèse - Salvatore Minni

    Ce titre énigmatique m’attirait pour deux raisons… La première, le résumé ! Une héroïne en proie à des cauchemars sanglants qui s’enfonce dans la folie, faut avouer que c’est tentant ! La deuxième, Salvatore Minni est, outre auteur, l’un des organisateurs du salon « Iris Noir » (mon retour ici), et j’avais hâte de le rencontrer tout en ayant envie de connaître l’auteur derrière l’organisateur !

    Mon enthousiasme avait été refroidi par quelques retours négatifs, mais j’ai décidé de rester « aware », comme dirait mon compatriote JCVD, afin de ne pas biaiser ma lecture, et j’ai bien fait !

    Dans « Anamnèse », nous suivons Marie, psy de son état, qui vit des nuits agitées, tourmentées par des cauchemars sanglants, et qui en plus commence à être harcelée au téléphone par un olibrius qui s’obstine à l’appeler Vanessa. Alors qu’elle commence à sérieusement perdre pied, elle est contrainte de prendre un peu de repos, ce qui n’est pas du goût de son plus cruel patient, Jack Lee… Et pendant ce temps, son assistante qui cumule également le mandat de meilleure amie (on aime ça, en Belgique, le cumul des mandats… Ok, je sors…) se met à gratter dans le passé de son amie, sous prétexte de « s’inquiéter pour elle »…

    Le pitch de départ est bon, le développement s’emballe et, pour ma part, le final était surprenant !

    Si la plume manque peut-être encore un peu de puissance, on sent que l’auteur se laisse porter par son imagination. Cela peut paraître un peu brouillon, mais à l’écoute de la table ronde sur le processus de création durant laquelle Salvatore Minni nous a expliqué comment il fonctionnait, je comprends mieux et son récit prend tout de suite une autre dimension sous cet éclairage. Je pense néanmoins que le roman aurait gagné en intensité avec une amenée moins rapide du dérapage de Marie dont on fait la connaissance alors qu’elle est déjà sur la corde raide.

    Je pense sincèrement que l’écriture de l’auteur va s’améliorer et s’intensifier dans ses prochains écrits que je suivrai très certainement !

    Et puis pour les petits Belges, les clins d’œil à notre pays sont assez sympas !

    Pour conclure, Anamnèse se lit très vite, suffisamment pour être porté d’une traite du début à la fin et prendre ainsi la mesure des dysfonctionnements que l’être humain peut rencontrer !

    Un grand merci à Marion, des éditions Slatkine & Cie pour l’envoi de ce roman !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.